Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Septembre 2000 : Alain Soral s’invite sur le plateau de Ciel, mon mardi !

 
 

Livres de Alain Soral (102)







Alerter

105 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #491214
    Le 12 août 2013 à 21:08 par SEXOTONIK (J’ai vu la cassette ! )
    Septembre 2000 : Alain Soral s’invite sur le plateau de Ciel, mon mardi (...)

    Jolie parodie de débat. Je préfère Alain sur le net, à dialoguer avec des gens qui dirigent des débats honnêtement et .... composés honnêtement...

    ... enfin, c’est la TV !

     

    Répondre à ce message

  • A travail égal, salaire égal.
    La phrase est tout à fait correcte et ce doit d’être appliquée.

    Maintenant il faut que ça corresponde dans les faits, sur le terrain et ce n’est pas le cas. Je suis ouvrier magasinier dans la logistique et je constate, sur le terrain et peu importe l’usine, que les femmes sont épargnées des travaux pénibles requérant une certaine force physique. Elles portent moins de charges lourdes que les hommes, demandent souvent à êtres aidées, sont traitées avec moins de sévérité que la gente masculine par les chefs qui ont encore cette culture de la galanterie envers la gente féminine. Elles ont donc un travail allégé par rapport à celui d’un homme et c’est donc normal que leur rémunération soit moindre.

    Maintenant dans le cas des postes à responsabilité, j’ai eu des dizaines de chefs des deux sexes, la femme a tendance à perdre plus facilement ses moyens qu’un homme face à une difficulté, elle a également plus de mal à affirmer son autorité si bien qu’elle passe pour une cruche aux yeux des ouvriers et se fait monté sur la tête.
    De plus, elles se tournent toujours vers l’un de leurs collègues masculin pour les aidées à résoudre un problème ou pour recevoir une explication.

    Pour finir, la femme au travail a tendance à être fourbe et à faire ses coups en douce là où l’homme sera plus directe si une chose le gêne et avec un esprit plus poussé vers la camaraderie.
    Malheureusement, la féminisation de la société et les pseudos hommes qui en émergent commence à adopter également ce comportement puéril et stupide.

     

    Répondre à ce message

    • Totalement d’accord avec la différence de traitement homme/femme en entreprise. Idem pour le travail en usine ou sur des machines-outils, les engins dangereux c’est pour les hommes.

      Bien sur on te collera toujours un reportage avec une camionneuse lesbo (avec limite du poil au menton) qui t’expliquera qu’elle est traité à égal avec les hommes quand elle commande son cassoulet chez le routier du coin.

      Mais la réalité c’est bien ce que tu décris avec précision.

       
    • #491849

      @Max

      Au contraire on te montrera des nénettes dans un reportage bidesque en expliquant "il faut encore du chemin pour changer les mentalités " tralalala mon c.. sur la commode.

      Et pourtant dans la réalité ce sont les femmes elles mêmes qui se mettent des barrières et ne vont pas vers ces métiers là.

       
    • Ou alors sans rentrer dans tant de détails inutiles : les employeurs décident de payer les homme plus que les femme, c’est leur droit, ils allouent les ressources de manière a maximiser leur profit. Et dans l’équation il y a la maternité, et ils en tiennent compte financièrement. Est-ce moral ou pas c’est un autre débat. Force est de constater que même si le chef d’entreprise est une femme elle suivra cette même logique. A méditer. si une femme est avocat elle facture ce qu’elle veut. Donc ce n’est pas la société qui pénalise la femme pour des raisons subjectives mais le salariat pour des raisons objectives...

      Après on peut développer a partir de la...

       
    • Donc ce n’est pas la société qui pénalise la femme pour des raisons subjectives mais le salariat pour des raisons objectives..

      Si la société veut être parfaitement objective, elle devrait tester les individus un par un, homme ou femme, et évaluer leur compétences réelles et effectives sur des taches particulières.

      Mais tout cela existe déjà chez les ouvriers. Il y a un comptage de production sur les étapes de productions voir directement sur la chaîne de production. Il est plus qu’évident qu’à travail physique identique, une homme de 85 kilos en muscle, comparé à une femme de 50 kilos (toute mouillée) et dont les bras sont des brindilles (ce qui est parfaitement élégant et féminin ceci dit) n’auront pas la même production horaire.

      C’est aussi simple et mécanique que ça. Je ne dit pas que c’est bien, le travail à la chaîne est une horreur de nos sociétés industrialisées, mais la réalité c’est que les femmes ne sont tout simplement pas faites pour ça. Pas plus tard que cette semaine, en passant dans un supermarché local, il y avait des personnes qui mettaient des yaourts en rayon, dont une femme. J’ai bien vu qu’elle se tenait les reins et qu’elle souffrait de devoir décharger à la hâte des palettes entière à même le rayon avec les clients qui râlent par manque de place pour leur cadis.

      Après qu’une féministe vienne me casser les couilles cinq minutes. Vous irez expliquer à cette fille d’une petite trentaine d’années qui se casse le dos qu’elle est épanouie en tant que "femme libérée" à tapiner pour quatre sous dans des grandes surfaces.

       
  • 2000, cette pensée unique à déjà plus de 13 ans ...
    on commence qu’a en palper les déboires.

     

    Répondre à ce message

  • Il est clair qu’Alonso a refusé la présence de Soral dans le débat. Dechavanne et Soral se sont alors mis d’accord pour que celui-ci intervienne dans le public et s’invite ensuite dans le débat : Alonso a été joliment piégé.
    On remarque aussi le niveau de décérébration des invités de Dechavanne, Soral a du répéter 3 fois sa première intervention, les invités, dont boujena, n’avaient rien compris. Ceci révèle que les milieux médiatico-associatifs ont un niveau de conceptualisation très faible,d’où le faite qu’ils se fassent leurrés par les fadaises à la mode comme la féminisation, la théorie du genre, le mariage-gay, l’euro...

     

    Répondre à ce message

  • Ceci s’appelle de l’Art :-)

     

    Répondre à ce message

  • je voyais beaucoup Alain à cette époque : Ardisson, Evelyn Thomas, et je me souviens de cette émission chez Dechavanne avec Alonso qui va pleurer dans le gilet de l’animateur et même celui de Boujenah en essayant de l’acquérir facilement à sa cause à coup de " shoatisation ", ce qui, en plus d’être dégueulasse ontologiquement parlant, est du dernier degré de soumission de sa part, mais a-t-elle seulement la capacité de s’en rendre compte ?........débat qui selon elle devrait se faire selon des règles édictées par des hystériques du même acabit !

     

    Répondre à ce message

  • Quenelle en direct bien très bien !!

     

    Répondre à ce message

  • J’adore quand Alonso demande à Boujenah d’intervenir.

    Elle désigne ainsi clairement qui sont les maquereaux des Chiennes de garde.

    Boujenah esquive assez finement pour éviter de montrer une trop grande proximité avec Alonso et son chenil.

    Un grand moment.

     

    Répondre à ce message

    • Boujenah esquive assez finement pour éviter de montrer une trop grande proximité avec Alonso et son chenil.

      Non non, Boujenah esquive car il a certainement été mis dans la confidence par Dechavanne sur l’intervention d’Alain. Tout ça semble préparé d’avance, et seules les bécasses de services sont étonnées par l’arrivée charismatique du patron sur le plateau.

      Comme on dit à la façon Dieudo : c’est beau.

       
  • #492420

    Le féminisme est la négation de l’amour, des sentiments, de la sensualité, de la féminité et de la virilité.

     

    Répondre à ce message

  • #496955

    Isabelle Alonso préfère Dieudonné
    https://www.youtube.com/watch?featu...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents