Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Exclusivité Kontre Kulture : découvrez le préambule de Comprendre l’Époque !

Kontre Kulture vous propose de découvrir en exclusivité
le préambule de Comprendre l’Époque, le nouveau livre d’Alain Soral !

 

*

PRÉAMBULE

Dix ans depuis Comprendre l’Empire

 

Dix ans que je me creuse la tête, malgré les menaces, les persécutions et les risques pour écrire une suite à Comprendre l’Empire, une suite qui ne soit pas une redite.

Dix ans que j’accumule les faits, les idées et que je cherche un plan.

 

La tentation de l’abécédaire

J’aurais pu me contenter de rejouer l’abécédaire, l’abécédaire c’est amusant et léger. Accumuler des textes sur tous les sujets qui me viennent et par le classement alphabétique des titres, jouer les voisinages étonnants, le hasard objectif. J’avoue que c’était tentant, et vendeur, je l’ai déjà vérifié par deux fois...

Mais sur le plan de la pensée, c’eût été tricher un peu, masquer un renoncement, une paresse, un échec... Il me fallait un plan, un cheminement cohérent, que les idées s’enchaînent, pas juste qu’elles se côtoient. Penser c’est toujours classer, ordonner, mettre l’avant avant l’après, le principal avant le secondaire.

Mais cette fois par où commencer ? Et pour aller où ?

 

Le pouvoir de l’égalité

Dans Comprendre l’Empire, je partais de la Révolution française, de la succession Ancien Régime-République, de l’opposition Religion et Raison, y démontrant notamment tout ce que ce régime théocratique avait de raisonnable sur le plan pratique et tout ce que cette raison politique avait de fanatique et de déraisonnable dans les actes et les faits. J’y montrais aussi comment s’y déployait une logique, une logique politique de pouvoir et de domination...

Mais de domination au nom de quoi ?

C’est tellement évident, tellement devant nous et en nous, qu’on finit par ne plus le voir.

Cette nouvelle domination des uns sur les autres, de la démocratie républicaine sur la monarchie théocratique, puis même de la république démocratique sur la démocratie républicaine s’est faite au nom d’un nom magique, d’une idée parfaitement séductrice : l’égalité !

L’épopée moderniste, la grande idée, le concept au cœur de la dynamique du cycle c’est ça : le pouvoir au nom de l’égalité.

Et une égalité de plus en plus totale, soit, en bonne logique, de plus en plus formelle et abstraite, ce qui se traduit le plus souvent dans la pratique en absurdité, voire en son contraire !

Énorme paradoxe !

Le voilà le coup de génie qui embrasse toute l’époque, la suprême arnaque comme sortie de la tête même du diable : l’inégalité au nom de l’égalité !

 

L’égalité et les mathématiques

Mais d’où vient cette idée ?

Où a d’abord germé ce principe qui a conquis le monde ? Un monde occidental par ailleurs progressivement dominé par la technique. Elle est là la médiation, l’origine, la cause et ce que nous devons patiemment démontrer : le lien entre la montée de l’égalité politique et celle du pouvoir sur le monde des mathématiques...

 

Les mathématiques et l’amour

Pourtant, en poussant la réflexion plus loin, il existe aussi dans l’histoire un autre chemin d’égalité parallèlement à ce chemin froid, de moins en moins humain et technocratique, le chemin fait de chaleur et d’émotion : l’offre d’amour du Christ.

Deux chemins d’égalité en concurrence et en lutte, soit le combat suprême au sein d’une même modernité : celui du dieu mathématique, maçonnique et kabbaliste et celui de la fraternité réelle du Dieu d’amour. Dit autrement encore : le règne menteur de l’égalité formelle, face au règne moral de la fraternité réelle ; le pouvoir des nombres ou l’amour !

 

Les deux voies complémentaires de l’intelligence et de la politique

Deux chemins qui renvoient profondément aux deux voix qui se répondent dans nos cerveaux pour produire l’intelligence humaine : la cognitive et l’empathique, la calculatrice et l’émotionnelle.

D’où aussi les deux usages de l’intelligence morale et politique : l’intelligence pour dominer et jouir de l’autre dans la laideur du monde, soit la raison au service du système libéral-technocratique, faussement démocratique, et la raison au service du partage afin de jouir avec l’autre de la beauté du monde. Car il ne peut y avoir de beauté dans le mépris et l’écrasement de l’autre, puisqu’aussi bien la plus grande expression de l’amour, très au-dessus de l’amour du corps et même de l’amour de l’autre unique, c’est cet amour de tous par l’intelligence partagée...

 

Comprendre, expliquer...

Pour finir maintenant que le plan est posé, le chemin tracé, la méthode et le style. Comme dans Comprendre l’Empire : comprendre, expliquer...

Comprendre les faits et leurs articulations en idées, mais les expliquer de la façon la plus claire possible, sans jargonnage, par des paragraphes courts, aux titres explicites, qui se succèdent et se déploient logiquement.

Un livre qui vient donc compléter et approfondir Comprendre l’Empire, et qui est aussi une récapitulation d’un cheminement intellectuel, toujours guidé par le souci de la morale et de la cohérence.

Soit, en quelque sorte, mon autobiographie du concept.

Bonne lecture...

Alain Soral
de l’hiver 2019 à l’hiver 2020

 

 

À ne pas manquer, sur E&R !

 
 

Livres de Alain Soral (101)







Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Je l’ai pré-commandé sur KK et suis impatient de le lire.

     

    Répondre à ce message

  • Je vais évidemment passer commande après lecture de ce préambule. Ne l’ayant donc pas lu, je ne peux le commenter. Cependant je me fais cette réflexion par rapport au préambule : l’action concrète qui doit suivre la lecture devra être la recherche d’une vie en adéquation avec les Evangiles. Ce livre doit donc logiquement nous conduire au Christ.

     

    Répondre à ce message

  • C’est un réel plaisir de lire ce préambule,
    la référence au message christique en lien avec les notions d’égalité et de fraternité concrétise un ressenti puissant en décalage total avec l’époque.
    J’ai hâte de lire le livre, aussi parce que je m’interroge sur la critique du concept de travail vu dans une vidéo d’Alain Soral présentant le livre.
    Y a un truc que j’ai pas du comprendre, pour moi, le travail, c’est la liberté...( tous les "travails", marchands, productifs, éducatifs, maternels, de soins, de service etc, même ceux non reconnus, non rémunérés).

     

    Répondre à ce message

  • #2684681

    Prenez un carré, divisez-le en 2 horizontalement et verticalement. Vous obtenez 4 petits carrés. C’est le principe du monde et de la matrice. Augmentez la puissance , cela permet de diviser encore plus pour régner des espaces réduits jusqu’à l’extrême.

    Le monde se divise à l’infini jusqu’à que ... La réaction désirée arrive... C’est kabbaliste en soit.

    Maintenez prenez la parabole de la fonction carré f(x)=x²

    Pour une même image il y a deux antécédants, l’un négatif et l’autre positif, ce qui signifie que peu importe ce qui rentre dans le système, ce qui en ressort sert toujours celui qui fabrique les nombres (l’argent donc la banque).

    Voilà le monde dans lequel nous vivons désormais et il faudra respecter les autres dans leur petite case... réduite.

    Je suis prêt à apporter ma vision des mathématiques à Alain Soral parce que pour avoir compris le système très tôt je me bats aujourd’hui pour instruire les mathématiques autrement !

    Courage à tous !

     

    Répondre à ce message

  • ie l’ai commandé dès l’annonce il y a qq semaines , quand seront livrés les premiers exemplaires ? merci

     

    Répondre à ce message

  • Alain Soral est un fin et subtil observateur qui dépoussière le concept. C’est l’Homme moderne qui arrache au passé la substantifique moelle et qui la confronte aux démons qui rôdent tout autour de nous, le combat est sans merci : rude est celui-ci. Transcender la conscience par la perpective et le réel-concret, Alain Soral s’y applique par couches successives, le mille-feuille de sa pensée s’épaissit, le verbe est à la fois haut et profond, la vision est claire. C’est que c’est quelque chose quand même la pensée, ça se respecte, ça se cultive, surtout. Bonne continuation à lui.

     

    Répondre à ce message

  • Très intéressante, cette conclusion sur l’amour.
    Merci !

     

    Répondre à ce message

  • Idée intéressante que de parler des mathématiques. Dans notre époque, on cherche à quantifier et chiffrer. Et cela va au-delà de l’économie.

     

    Répondre à ce message

  • #2687180

    Les mathématiques ne sont qu’un outil au service des sciences , de la technologie, ....et aussi au service de la prédation de la haute finance et de la spéculation.
    L’amour du christ et de son prochain n’est pas en concurrence avec la "froideur des mathématiques ", comme vous dites, mais plutot complementaires .Et je pense que l’étude des mathématiques à haut niveau nous rapproche de la connaissance suprême , donc de dieu. Il y a de la beauté et de la chaleur dans les mathématiques. Durant mes années d’études en mathématiques , avec mes camarades , nous avons passées pas mal de nuits blanches chaleureuses à conceptualiser la 4è dimension grâce à la topologie ( les espaces ouverts , et leur trace dans les dimensions inférieures) . Nous ne nous étions jamais senti aussi proches de dieu, moi musulman, et eux, catholiques, unis dans la meme quête de savoir.
    Dans l’islam, il y a le grand jihad qui est la recherche de la connaissance scientifique ou autre, et le petit jihad, qui est la défense de la foi et des croyants.
    je suis impatient de lire votre dernier livre.
    Bien à vous.

     

    Répondre à ce message

    • Bonjour, je me permet une critique franche de votre commentaire, qui traduit selon moi le symptôme d’une pensée tronquée donc erronée. L’auteur ici ne met pas en concurrence "l’Amour du Christ et de son prochain avec la froideur des mathématiques , comme vous dites" :
      - Comprendre l’empire + vers la féminisation + comprendre l’époque = démonstration magistrale de matérialisme dialectique bien compris ( il faut avoir assimilé le monisme dialectique comme levier principal d’une pensée dynamique et intellectuellement honnête). La pensée idéaliste, mensongère et corrompue (d’une idéologie dominante et pseudo humaniste) prône un égalitarisme formel. Les tenants de cette idéologie "scientiste" nous servent cette équation : si tous les Hommes sont égaux certains le sont plus que d’autres … Voilà l’escroquerie de la logique mathématique délestée de la logique traditionnelle( morale, chevalerie, religion, empathie, transcendance, vergogne, charité …). Toujours selon moi la proposition faite par l’auteur est d’abolir dans notre esprit cette vision borgne, et la remplacée par la tentative permanente d’unir l’intelligence cognitive et calculatrice (maths) à l’intelligence empathique et instinctive (Christ). Cela ressemble au défi le plus noble que l’on peut se poser :
      -S’imposer comme valeur première l’honnêteté intellectuelle pour voir le monde tel qu’il est et pas comme on aimerait (ou qu’on aimerait nous le faire voir). Afin de passer de l’idée d’un égalitarisme formel tirant vers le bas et le laid (car tronqué donc faux), à l’idée d’une égalité réelle tirant vers le haut et le beau (car subtile, dialectiquement totale donc vraie).
      -toujours selon moi, votre interprétation du jihad (étant aussi musulman je me permet une critique radicale) : "il y a le grand jihad qui est la recherche de la connaissance scientifique ou autre, et le petit jihad, qui est la défense de la foi et des croyants.", Le grand jihad est la lutte individuelle contre les passions = lutte contre l’ignorance= recherche de la connaissance tout court (je dirai toute connaissance dont la connaissance scientifique et pas l’inverse …). Le petit djihad est en islam la lutte armée légitime si défensive, "la défense de la foi et des croyants" il faut dire ça pour faire plaisir à ceux qui nous domine … (la virilité c’est aussi une valeur noble et une preuve d’honnêteté intellectuelle.) C’est un débat sain j’espère ne pas vous avoir vexé.
      Grand merci à monsieur Soral et son équipe.

       
    • #2688867

      @çapique
      merci pour votre long commentaire. Le monisme est une vue philosophique de notre monde, donc une vue de l’esprit .Je suis plutôt de l’école de erwin shrodinger ("ma conception du monde" Veda d’un physicien) , qui demontre que le monde existe comme un tout, mais que notre perception du monde est limitée par nos sens. Ainsi, ce qui nous entoure n’est pas tel qu’on le voit , mais plutôt comme nos sens limités nous permettent de le voir, notamment notre incapacité à évoluer dans la quatrième dimension, le temps.
      Les mathématiques , il faut les avoir étudié au niveau bac +5 minimum pour pouvoir en parler .
      notre débat fut bref mais intéressant car entre un "scientifique" et un "littéraire".
      J’espère que nous aurons l’occasion de débatte à nouveau sur le theme de l’egalite après avoir lu le dernier livre de M.Soral .
      "il n’y a de différence entre deux êtres humains que par la force de leur foi en dieu"
      bien à vous.

       
    • #2689613

      @çapique
      "cette équation : si tous les Hommes sont égaux certains le sont plus que d’autres … Voilà l’escroquerie de la logique mathématique délestée de la logique traditionnelle"
      Il n’y a pas 36 logiques, il y a la logique. Et il n y pas plus honnête que les mathématiques, et votre affirmation ne ressemble en rien à une équation.
      L’égalité absolue est un mythe ( la génétique nous le démontre clairement : chacun d’entre nous naît avec une ADN exclusive et unique). La seule égalité qui existe est celle instaurée par notre système politique et social actuel , l’égalité quand à nos droits et nos devoirs . Et cela conduit à beaucoup de perversités dont la.possibilité que 51% d’idiots décident pour 49% de personnes "éclairées", qu’une poignée d’idiotes réclament l’égalité des sexes , qu’une poignée de dégénérés en font de même ..........( j’adore cette boutade de Sacha guitry : "je suis prêt à accorder la supériorité aux femmes, pourvu qu’elles cessent de réclamer l’égalité").
      un petit tour de chauffe avant la lecture du livre de M.Soral ?
      Bien à vous.

       
    • #2689887

      @çapique
      l’escroquerie ne réside pas dans la logique mathématique, mais dans la réduction de l’être humain à un nombre égalitaire et impersonnel , donc assujéti à l’arithmétique .
      Cela, la tradition l’a très bien compris. Seule la foi en dieu nous différencie , donc nous ne sommes pas égaux, donc nous ne sommes pas quantifiables par l’arithmétique et les mathématiques , donc la démocratie est une vaste fumisterie, donc seul un despote légitime éclairé par la foi en dieu et la peur du jugement divin est apte à nous gouverner. CQFD .
      bien à vous.

       
    • @Avec tout mon respect
      Je vous conseille le visionnage de - « Quelles sont les conséquences du passage
      de la logique formelle à la logique concrète ? » avec Alain Soral sur le même site, merci pour cet échange.
      Bien à vous

       
  • Après la sortie du bouquin faudrait ouvrir une page de commentaire juste pour que Alain puisse se détendre un peu en bottant le cul à ses contradicteurs sur le forum, ça manque un peu l’époque des plateaux télé ou Alain pouvait remettre les gens en place...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents