Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Pourquoi Yahvé demande-t-il aux juifs de détruire Amalek ?

« Pourquoi Dieu demande-t-il aux juifs de détruire Amalek ? » : telle est la question posée par le rabbin Eliyahu Kin en 2007 dans la dernière conférence d’un cycle intitulé Les 70 questions les plus difficiles du judaïsme.

 

« Pourquoi Dieu demande-t-il aux juifs de détruire Amalek ? » :
une intervention du rabbin Eliyahu Kin traduite par ERTV

Soutenez E&R avec odysee.com

 

Rappelons que Dieu a ordonné à Saül, par l’intermédiaire de son porte-parole Samuel :

« Maintenant, va, frappe Amalek, voue-le à l’anathème avec tout ce qu’il possède, sois sans pitié pour lui, tue hommes et femmes, enfants et nourrissons, bœufs et brebis, chameaux et ânes » (1Samuel 15,3). Amalek payait ainsi pour avoir empêché Moïse et ses douze tribus de traverser leurs terres pour envahir la Palestine. Dans une formulation cyniquement paradoxale, Yahvé avait alors demandé à Moïse d’« effacer le souvenir d’Amalek de dessous les cieux », tout en n’oubliant jamais que « Yahvé est en guerre contre Amalek de génération en génération » (Exode 17,14-16 ; Deutéronome 25,19).

Les Amalékites méritaient donc leur châtiment, confirme Rabbi Kin. La volonté de Dieu était que les juifs traversent leurs terre. Et la volonté de Dieu est le Bien, tandis que s’opposer à la volonté de Dieu est le Mal (« Le mal étant l’opposé du bien », précision nécessaire du rabbin). C’est pas compliqué : « Le bien ultime est ce qui accomplit la volonté de Dieu dans ce monde », tandis que le mal est « tout ce qui s’oppose à l’accomplissement de la volonté de Dieu ». Donc exterminer Amalek est le Bien, tandis que ne pas exterminer Amalek est le Mal.

C’est pourquoi Saül a fait le mal en épargnant parmi les Amalékites « le roi Agag et le meilleur du petit et du gros bétail, les bêtes grasses et les agneaux » (1Samuel 15). Pour le punir, Dieu l’a rendu fou et l’a conduit à a mort, pour le remplacer par David, qui fut un meilleur exterminateur (par exemple pour les habitants de Rabba, qu’il « mit en pièces avec des scies, des herses de fer et des haches, et les fit passer par des fours à briques » 2 Samuel 12,31 et 1 Chroniques 20,3).

Rappelons pour mémoire qu’avant les Amalékites, il y avait les Madianites. Eux aussi ont bien mérité d’être exterminés, parce qu’ils ont encouragé les juifs à épouser des non-juives. Or la volonté de Dieu est que les juifs se marient exclusivement entre eux.

Dieu ordonne donc à Moïse un génocide complet. Mais voilà que son peuple rechigne à la tâche et épargne, parmi les Madianites, les femmes et leurs petits enfants. Moïse n’est pas content. « Pourquoi avez-vous laissé la vie à toutes les femmes ? Ce sont elles qui […] ont été pour les Israélites une cause d’infidélité à Yahvé. » Les juifs doivent donc massacrer ces femmes et leurs enfants mâles, mais Moïse, dans sa mansuétude, les autorise tout de même à garder « les petites filles qui n’ont pas partagé la couche d’un homme, et qu’elles soient à vous ». Le butin s’élève à « 675 000 têtes de petit bétail, 72 000 têtes de gros bétail, 61 000 ânes, et, en fait de gens, de femmes n’ayant pas partagé la couche d’un homme, 32 000 personnes en tout » (Nombres 31,1-47).

C’était déjà bien gentil de la part de Dieu d’épargner le bétail. Normalement, pour les villes qui lui résistent, il faut tuer « tout ce qui respire », hommes et bêtes indistinctement (Deutéronome 20,13-18).

Le bon exemple est celui de Jéricho, où fut passé au fil de l’épée « tout ce qui se trouvait dans la ville, hommes et femmes, jeunes et vieux, jusqu’aux taureaux, aux moutons et aux ânes » (Josué 6,21).

Attention, Yahvé, c’est-à-dire Dieu, est bon. Donc s’il a ordonné d’exterminer les Amalékites, les Madianites ou les Jérichoïtes, c’est que ces massacres sont l’expression de sa bonté. En fait, voyez-vous, la haine suprême de Dieu est la preuve de son amour suprême. C’est pourquoi, explique le rabbin Elyahu Kin à qui je rends maintenant la parole, « la meilleure manière d’aimer ce que Dieu aime, c’est de haïr ce que Dieu hait. Si vous haïssez ce que Dieu hait, vous aimerez ce que Dieu aime. C’est comme ça que ça marche. Pour vraiment aimer ce que Dieu aime, vous devez haïr ce qu’il hait vraiment. Et Dieu hait Amalek. »

Et là, subtilité : Amalek ne veut pas toujours vous éliminer. Parfois, il veut juste vous assimiler, ce qui est presque pire. « Donc si vous ne le vainquez pas, si vous ne lui faites pas la guerre, vous courez le risque de vous faire assimiler. »

Si les Amalékites sont si dangereux, c’est qu’ils ont reçu « un concentré d’âmes impures », tandis que les juifs, c’est bien connu, ont reçu « un concentré d’âmes divines. » « Selon la Torah, le juif est le plus apte à faire le bien. » Comme par exemple exterminer Amalek.

Cela explique pourquoi Amalek n’aime pas les juifs. « Ce qui dérange Amalek, c’est que le Juif croit dans le moussar, la morale. Il n’aime pas que nous fassions preuve de bonté et de gentillesse. Il n’aime pas notre Torah, car il croit en son exact opposé. » En effet, les Amalekites rejettent la Torah qui leur ordonne d’être exterminés. Ils rejettent donc le bien et font le mal. Ils faut donc les exterminer.

En fin de compte, résume Rabbi Kin, « Nous sommes cruels envers Amalek parce que nous le devons. Parce que c’est exactement ce qu’ils nous feraient s’ils en avaient l’opportunité. S’ils le pouvaient, ils détruiraient le peuple juif. » D’où la parabole du médecin juif qui, s’il avait été prophète, aurait découpé et désossé Hitler à la naissance. Car il faut le dire : « Amalek est la concentration de la haine. » Or, il faut haïr la haine – sauf la haine de Dieu pour Amalek, qu’il faut aimer – donc il faut haïr Amalek de toute la haine de Yahvé, qui est amour. C’est pas compliqué !

Notons que, selon la Bible, Amalek ne veut pas exterminer Israël, simplement les empêcher d’envahir leur territoire pour semer la guerre de l’autre côté. Mais c’est indifférent : ceux qui se mettent en travers du chemin du pouvoir juif sont de potentiels génocidaires de juifs ; il faut les exterminer car, au fond d’eux, ils rêvent sûrement d’exterminer les juifs. Et même s’ils n’y songent pas, il faut les exterminer avant que l’idée ne leur vienne.

Mais, demande le Rab qui pense à tout, pourquoi exterminer aussi les animaux ? « Eh bien, les animaux peuvent facilement égarer nos émotions : regardez tous ces amoureux des animaux, qui parcours la terre entière pour sauver les baleines ! »

Autre explication, au choix : « Pourquoi se débarrasser de ces pauvres animaux ? Dieu refusait de laisser le moindre espace à de la pitié envers ceux appartenant ou associés à Amalek. » Quand on est Dieu, on fait pas les choses à moitié.

En résumé, il faut exterminer Amalek parce que Dieu l’a ordonné, et son commandement est éternel. Quand Amalek sera totalement ratatiné et passé à la moulinette, alors « tout le mal cessera d’exister. Tout le mal disparaîtra. Il n’y aura plus de mal. » Le Bien triomphera, « Dieu sera le roi de l’univers entier. » Ce sera le règne de la Torah. Pour cela, il revient aux juifs de bien écrabouiller Amalek. Dieu ne veut pas le faire lui-même. « C’est le job des juifs de réparer le monde et amener la venue de Dieu dans notre monde. » « Qui peut faire la différence et réparer le monde ? Le peuple juif. Comment ? Par la Torah qui nous donne la force de vaincre le cœur du mal. » En annihilant Amalek.

Mais au fait, qui est Amalek aujourd’hui ? « La réponse est très claire : c’est l’Allemagne », nous dit Rabbi Eliyahu Kin. En effet, les Allemands ont fait la Shoah, qui est éternelle. Hitler, qui se disait prophète, pensait que Dieu voulait exterminer les juifs. Mais c’est faux. Dieu veut exterminer les Amalékites. Exterminer les juifs est le Mal. Exterminer les Amalékites est le Bien. Et les Amalékites, justement, sont les Allemands.

En même temps, précise notre rabbin, « Amalek est partout. » Benjamin Netanyahou ajouterait : surtout en Iran.

« Pense Amalek ! » Ainsi se résume l’attitude de Netanyahou vis-à-vis de l’Iran, selon un de ses conseillers [1]. Pour les sionistes, de Ben Gourion à Netanyahou, l’histoire reste biblique jusqu’à l’accomplissement des prophéties, et écraser Amalek est un éternel recommencement. Sans aucun doute, depuis quelques années, les sionistes « pensent Amalek » à propos de la Russie, qui s’est mise en travers de leur chemin en Syrie.

À ce propos, le Premier ministre israélien Naftali Bennett a rencontré Vladimir Poutine au Kremlin il y a quelques jours. On se demande bien quel marché il lui a proposé. M’est avis que c’est quelque chose du genre : « Vlad, laisse-nous dépecer la Syrie et nous ne déclencherons pas une guerre mondiale contre toi. » Tout le monde, en effet, sait que les sionistes ont été capables par deux fois de transformer un conflit européen en guerre mondiale en y entraînant les États-Unis. Ils ont le savoir-faire.

Mais revenons à Rabbi Eliyahu Kin et son exégèse talmudique qui détermine que les Amalékites sont les Allemands. N’y a-t-il pas là une incitation à la haine contre les Allemands, voire un appel au meurtre ? Non, car le prétendre serait antisémite, ce serait de l’incitation à la haine ! De toute façon, c’est Dieu en personne qui appelle à exterminer Amalek, et on ne peut pas contredire Dieu.

Si un Amalékite déclare que Dieu hait les juifs et ordonne d’exterminer les juifs, alors là, oui : c’est un fou dangereux, il faut le mettre en prison, ou bien dans un hôpital psychiatrique. Mais si un rabbin dit que Dieu veut que les juifs exterminent les Amalékites, qui sont les Allemands, ou les Iraniens, ou les Russes, alors tout va bien, parce que nous sommes ici dans l’exégèse de la parole de Dieu. Respect.

Nous, peuples christianisés, avons appris que Dieu a, en des temps reculés, choisi les juifs et leur a ordonné d’exterminer les Amalékites et tous les peuples qui s’opposaient à leur domination, et que donc les juifs l’ont fait de droit divin, et que Saül a démérité en épargnant un seul homme. Oui, les prêtres nous ont enseigné tout ça. Mea Culpa, comme dirait Céline.

Que pourrions-nous bien objecter au rabbin ? Que Dieu a changé ? Qu’il s’était un peu laissé emporter ? Que les Amalékites ne sont plus ce qu’ils étaient, et qu’ils ont maintenant le droit de s’opposer à la conquête sioniste de Canaan ? Autant admettre que nous sommes cuits, prêts pour les fours à briques du roi David. Après tout, Dieu ordonne bel et bien, dans la Bible des chrétiens, d’exterminer les Amalékites, femmes, enfants et bestiaux compris. C’est indéniable, incontestable, irréfutable. Et Dieu est Dieu, nom de Dieu.

Nos ancêtres préchrétiens étaient beaucoup mieux armés contre ce qu’il percevaient comme la sociopathie collective juive. Ils voyaient très clairement que les juifs étaient sous l’emprise d’un dieu méchant. Plutarque rapporte dans son traité sur Isis et Osiris que certains Égyptiens assimilaient le dieu des juifs à leur dieu Seth, meurtrier d’Osiris, exilé par le conseil des dieux dans le désert d’où il revient sans cesse apporter la famine, la discorde et la violence. Cette opinion était si répandue dans le monde gréco-romain qu’on s’imaginait que les juifs adoraient dans leur Temple une tête d’âne, symbole de Seth.

Nous devons urgemment revenir à ce simple bon sens. Il en va de notre survie. Yahvé, le dieu des juifs, nous a fait croire qu’il était Dieu, alors qu’il est le diable. Nous devons retrouver nos esprit et proclamer que la Bible hébraïque est le livre le plus mensonger et le plus dangereux qui ait jamais existé. C’est une incitation permanente à la haine et un appel au meurtre contre tous les Amalékites qui s’opposent au projet biblique de domination mondiale et à leur propre destruction.

Il faut exiger qu’on interdise à quiconque de se revendiquer de ce livre maudit. OK, gardons les Psaumes. Mais la notion de « peuple élu » doit devenir hors-la-loi.

Et pendant qu’on y est, interdisons la mutilation rituelle des nouveaux-nés, comme l’avait fait le bon empereur Hadrien.

Laurent Guyénot

Notes

[1] Jeffrey Goldberg, « Israel’s Fears, Amalek’s Arsenal », New York Times, 16 mai 2009, sur https://www.nytimes.com/2009/05/17/...

Retrouvez les textes de Laurent Guyénot sur E&R :

 
 






Alerter

78 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2929413

    Dans le monothéisme DIEU a tout créé et n’a besoin de personne pour quelque soit le châtiment envers un peuple.
    Moïse est venue en tant que avertisseur pour le pharaon.

    Qualifier de DIEU de vengeur ou de jaloux c’est un véritable blasphème car DIEU est au-dessus de Tout.

    Dans le monothéisme chacun est responsable de ces actes et DIEU nous jugera au jugement dernier.

    Les usurpateurs ont falsifié la bible pour mieux détruire la chrétienté il en va de même pour le judaisme.
    Le saint coran est le seul livre sacré épargné car il est scientifiquement infalsifiable mais l’Islam ne l’a pas été par contre.
    Selon ce livre L’islam authentique sera détruit mais le Madhi (prophète mineur pour la renaissance de l’Islam) sera un véritable opposant à l’anti Christ et ses nombreux fidèles. Il sera le premier homme à reconnaître Jésus fils de la sainte Marie et roi de tout les hommes.

     

    Répondre à ce message

    • #2930577
      Le 24 mars à 13:48 par mathcraftz
      Pourquoi Yahvé demande-t-il aux juifs de détruire Amalek ?

      Scientifiquement infalsifiable ?? Kezako ?

       
    • #2931022
      Le 25 mars à 10:12 par ProtégeonslaPalestine
      Pourquoi Yahvé demande-t-il aux juifs de détruire Amalek ?

      @mathcraftz : Une étude par logiciel informatique a été faite pour analyser la structure du Coran (occurrences et récurrences de termes, chiffrage numérologique), et il apparaît que la composition de ce Livre obéit à des lois métriques de versification constantes et de symétrie mathématique, qui sont garantes de son authenticité philologique, donc de son impossible falsification sans laisser de traces de cette même falsification.

      Voilà pourquoi scientifiques et historiens s’accordent au moins sur un point : il n’existe pas d’apocryphe du Coran. Le texte est celui des origines. D’où le satanisme de Bernard-Henri Lévi, qui suggérait d’altérer des passages du Livre des musulmans.

       
    • #2931441
      Le 25 mars à 23:41 par mathcraftz
      Pourquoi Yahvé demande-t-il aux juifs de détruire Amalek ?

      Ce procédé statistique qui en gros donne une signature mathématique du Coran peut être appliqué à n’importe quel texte, qui devient alors "infalsifiable" du moment qu’on peut vérifier cette signature mathématique. Cela ne prouve de rien, cela permet seulement de "vérifier" sans avoir à lire tout le texte, que ce dernier n’est probablement pas falsifié. C’est comme une preuve par 9 quand on pose une multiplication. Sauf que la preuve par 9 ne garantit pas que le calcul soit juste, elle permet juste de détecter des erreurs (pas toutes, deux erreurs peuvent se "compenser", rendre la preuve par 9 juste, et pourtant le calcul est faux).
      Au passage, selon ce critère, on peut théoriquement falsifier n’importe quel texte, du moment que les modifications apportées ne changent pas la signature mathématique.
      Bref, une protection divine du texte serait beaucoup plus crédible qu’une "infalsifiabilité scientifique", expression fantasque qui, à bien y regarder, semble en contradiction avec les axiomes mathématiques (axiome de choix en particulier).

       
    • #2931721
      Le 26 mars à 15:01 par ProtégeonslaPalestine
      Pourquoi Yahvé demande-t-il aux juifs de détruire Amalek ?

      @mathcraftz le borné : Pour ma part, j’ai écrit que « la composition de ce Livre obéit à des lois métriques de versification constantes et de symétrie mathématique, qui sont garantes de son authenticité philologique, donc de son impossible falsification sans laisser de traces de cette même falsification ». Qu’est-ce que tu ne comprends pas là-dedans, Jeanjean ? Tu t’énerves tout seul en faisant une fixation sur l’expression un peu malhabile de @chockjo, et que je pense avoir explicitée. Prends en compte les réponses qui te sont apportées.

       
    • #2931781

      Les études par logiciel informatique montrent aussi que le Coran comporte de nombreux emprunts à des textes juifs, chrétiens et grecs antérieurs. Bizarre pour un dieu soit-disant transcendant de reprendre à son compte des traités scientifiques écrits de la main de païens pour asseoir son autorité doctrinale.

      De toute façon, le concept même de "livre sacré" est disqualifiant et contraire à la science, qui ne saurait se réduire à une simple collection de connaissances présentés sous forme de dogmes. Elle est avant tout une méthodologie : la méthode scientifique. La croyance et le fétichisme n’y ont pas leur place.

       
    • #2931830
      Le 26 mars à 18:07 par mathcraftz
      Pourquoi Yahvé demande-t-il aux juifs de détruire Amalek ?

      Je pense que vous ne m’avez pas compris, les explications que j’ai données sont peut-être un peu courtes. Je rappelle toutefois que ce qui m’a fait sciller au départ, c’est l’expression "scientifiquement infalsifiable" que, je remarque, vous ne reprenez pas à votre compte.
      En ce qui concerne l’analyse logicielle philologique (donc mathématique) du Coran, je vais donc rentrer dans le détail, si vous le permettez. Et raisonner scientifiquement, car je prétends maîtriser ce domaine, tout borné que je suis.
      Êtes vous prêt à un échange cordial ?
      Etant donné le ton qui accompagne votre réponse, j’ai des doutes qu’il vous appartient de lever.
      Mon but n’étant pas d’avoir raison mais d’expliquer le fond de ma réflexion, je ne compte pas perdre mon temps avec quelqu’un qui ne serait pas intéressé (et la bornitude serait vôtre).
      Si vous le voulez bien, mettons-nous d’accord sur l’hypothèse de départ suivante : le Coran a été envoyé par Dieu, cela vous convient-il ?
      A partir de là, on peut raisonner logiquement, et vous êtes invité à me contredire, car si vous me prouvez, de manière logique et scientifique que j’ai tord, j’accepterai vos objections.
      Pour l’instant vous n’en avez fourni aucune, seulement répété ce que vous aviez dit dans un premier temps, de manière inutile et agressive, je suis certain que vous êtes capable de mieux.

       
    • #2932197

      le coran a autant été bidouillé que la bible ou plutôt que les évangiles (la torah c’est l’apothéose : 4 siècles de bidouille), il suffit juste d’en faire une éxégèse sérieuse les chrétiens ont eu du mal pour la blible ou les évangiles mais ils s’y sont fait et cela ne change rien à leur foi, les musulmans devront aussi s’y plier pour ne pas mourir idiots. rien que les redites et les emprunts du texte devraient vous mettre la puce à l’oreille. et pourtant mieux vaut un témoignage imparfait que rien du tout. si dieu voulait un livre parfait, il aurait choisi un messager qui sache ou veuille l’écrire. c’est valable pour Mahomet Jésus ou Bouddha.

       
  • #2929565

    explication des causes de cette pensée confuse et contradictoire, absolument répugnante pour le rationalisme européen : c’est de la pensée féminine portée par des hommes, par ailleurs incapables et qui compensent par des rêves de conquête et de tuerie. Son origine : Laurent Guyénot a montré que les hébreux étaient juste une tribu nomade arabe et le fondamental ici c’est que ce sont des oppresseurs de femmes : la jeune fille ne peut *jamais* choisir le beau gars courageux, capable de la draguer, intelligent, capable de la faire rêver. Elle est donnée dès l’âge de 9 ans au tonton atrocement laid et vieux mais qui a le pouvoir par sa sournoiserie, par son pouvoir mental féminin. Vous multipliez ça par des milliers de générations et vous obtenez cette inondation de laideur physique et psychique dénoncée par AS, tout simplement parce que les mecs ne sont jamais sélectionnés pour leur courage et leur intelligence comme ça a été le cas en Europe. Normalement cette anti-sélection sexuelle s’accompagne d’impuissance culturelle mais il y a eu cette catastrophe, la plus grande de l’Histoire : un de ces types a été initié au plus haut niveau en Egypte à l’immensité du pouvoir qu’ont les prêtres sur la population et même les rois avec des mythes. Viré du pouvoir -ce qui en mode mytho-mégalo typique de ces types a donné l’exode- il est retourné en Arabie et a créé la catastrophe en pompant des mythes surtout sumériens (cf le bouquin de Jovanovic sur la bible), car l’Egypte à l’époque était sous contrôle perse avec Xérès comme pharaon, si je me souviens correctement. Il n’y avait rien d’écrit ou de civilisationnel, c’était vraiment un accident individuel, mais catastrophique pour l’Humanité.

     

    Répondre à ce message

    • #2929650

      un truc que je dois préciser : vous venez de lire le plus raciste que vous n’ayez jamais lu mais si vous êtes dans le suprématisme blanc attendez avant de vous exciter car dans la video le type est de la plus belle race blanche : on voit qu’il descend de l’aristocratie des Khazars qui était des scandinaves roux et qui controlaient le reste de la population, blanche aussi mais moins :). La leçon ici est que la Pensée prime la race : même la race qui a fait l’Histoire est susceptible de tomber dans le surnaturalisme le plus grotesque et le plus toxique si elle en tire intérêt.

      Et ça marche aussi dans l’autre sens : Hitler méprisait racialement les slaves plus que les juifs sauf qu’ils l’ont battu en construisant de meilleurs chars et en beaucoup plus grand nombre.

      Et c’est encore un slave, un type aux yeux à moitié bridés, qui est en train de sauver la planète.

       
    • #2932213

      l’aristocratie des Khazars qui était des scandinaves roux




      les khazars étaient des tribus asiatiques qui se sont installés dans le caucase et dont l’empire a atteint à son apogée la Rus de Kiev elle même d’origine viking (les Varègues)
      Et, de plus, culturellement les Kazhars sont des orientaux. (nomades turcs convertis au judaïsme).
      Donc s’il y a des juifs de type européen, c’est qu’il y a eu des mélanges car racialement un juif ne peut être qu’arabe, berbère ou turc (la branche khazar). rappelez vous : le juif est un oriental

       
  • #2930854

    Ce que l’on peut constater de nos jours, c’est que la colère de Dieu est nettement tempérée grâce aux innombrables sacrifices quotidiens de Jésus sur les autels.

     

    Répondre à ce message

  • #2931164

    "Car la lettre tue, et l’Esprit vivifie "(comme le dit l’apôtre Paul, 2Co 3:6).

    Donc lorsque vous lisez les textes vous devez les lire en essayant de discerner l’esprit qu’il y a derrière. Jesus pourrait-il accomplir une loi énoncée par le prophète d’un Dieu méchant et opposé au sien ?

    On peut être jaloux et aimer, il faut comprendre la jalousie comme le fait d’aborrer que quelqu’un s’accapare ce qui nous est dû. Un Dieu bon qui rétribue les mérites de ses créatures et qui incite a ce qu’ils s’aiment entre eux peut également inssuporter qu’un ange ou un homme ne se prenne pour Dieu pour réclamer adoration alors que le mérite de la création ne lui revient pas, si les hommes s’inclinaient devant une icone en la remerciant du don de la vie (ce qui est le cas pour nombre d’hérésies contemporaines) il est légitime de la part de Dieu de se sentir "volé". C’est une juste hiérarchie des places et des mérites qui est instaurée lentement puis couronnée de la démonstration de la suprême grandeur (plus haute place) incontestable de Dieu par la démonstration de sa supériorité manifeste par sa vie sur terre.

    1. Il s’incarne dans le sein de la vierge Marie.

    2. Il se laisse enseigner la loi et prodiguer l’éducation de ses parents pour se préparer à sa mission.

    3. Il est amené par l’esprit dans le désert et jeûne 40jours où il se bat contre les pièges et les tentations du diable à l’aide de ce qu’il lui a été enseigné mais aussi le froid, l’humidité, la faim, la soif, les peurs(solitude, obscurité, la présence des bêtes sauvages).

    4. Il sort victorieux de ce premier combat, reçoit le sceaux de Dieu et commence son ministère de vérité pendant lequel il démontre sa filiation divine et Sa surnaturalité (résurrection des morts, multiplication des pains, commande aux éléments, marche sur l’eau,...).

    5. Acceptation des conséquences de son ministère, renoncement aux plaisirs et biens de ce monde pour embrasser la volonté de son père à savoir, martyr imposé par les hommes manipulés par le diable).

    6. Résurection pour démontrer que la mort n’a pas de prise sur lui car la mort physique n’a pas atteint l’âme du fils qui n’a jamais péché.

    7. Ascention vers le royaume du père pour montrer le chemin du monde d’après.

    C’est une démonstration du chemin de la vie qui est faite depuis l’annonciation de la loi et les préparatifs des prophètes jusqu’à l’accomplissement par l’exemple, l’annonce de la vérité et l’incitation à le rejoindre dans cette filiation divine.

     

    Répondre à ce message

  • #2931497
    Le 26 mars à 07:07 par Texte en 222 caractères
    Pourquoi Yahvé demande-t-il aux juifs de détruire Amalek ?

    Être heureux ou avoir raison, on a le choix de l’un ou l’autre, mais pas les 2.
    Sur certains sujets, et celui qui concerne dieu en particulier, je préfère choisir d’être heureux et de ne pas argumenter pour avoir raison...

     

    Répondre à ce message

  • #2931772

    Il manque quelque chose de fondamental dans l’article :
    Amalek = Esaü = Amman = Edom = "Le 4ème empire" = L’Europe = la Chrétienté = l’Occident = L’ennemi fondamental d’Israël qu’il faut absolument détruire pour que le Messie puisse advenir ainsi que le règne sur la terre du "Peuple Élu".
    En effet, Amalek est le petit fils (ou arrière petit fils ?) d’Esaü (Essav en Hébreu) et il régnait, à la suite de son (bis)aïeul sur Edom.
    Amman, qui était ministre du roi des Perses dans le livre d’Esther, et qui est présenté comme l’ennemi mortel des Juifs, est descendant d’Amalek et d’Esaü.
    Donc, ceux que les Juifs appellent "les enfants d’Amalek" ou "Amalek" tout court, c’est NOUS (l’Europe, l’Occident). C’est la même chose qu’Edom.
    Ce n’est pas "les Allemands". C’est tout l’Occident. Le Rabbin parle de l’Allemagne Hitlérienne considérée comme le pire qu’à pu produire l’abominable OCCIDENT.
    Pour beaucoup de rabbins (et notamment pour notre cher Rav Ron Chaya !), Hitler est même une éspèce de réincarnation d’Esaü.
    Pour mémoire : Esaü était le fils aîné d’Issac, déshérité par une ruse de son frère Jacob (surnommé "Israël") qui a pris la succession de son père en profitant que celui-ci était aveugle pour l’escroquer. Esaü, fou de rage est parti avec ses partisans se réfugier dans un territoire nommé Edom (Idumée pour les Grecs). Depuis, Esaü et le pays d’Edom sont considérés comme l’archétype de l’ennemi mortel d’Israël et assimilé au "4ème empire" de la prophétie de Daniel (l’Europe, l’Occident) qui devra s’effondrer pour qu’advienne le Messie.
    Et ce 4ème empire (les jambes et les pieds du "colosse" de la prophétie) s’effondrera car à la fin son peuple majoritaire (le fer) sera mêlé d’autres peuples (l’argile). Et pour Les Juifs, ce peuple d’"argile" n’est autre qu’ISMAËL, c’est à dire les Arabo-musulmans... et l’immigration en général. D’où l’activisme massif des officines juives telles que la Licra, SOS-Racisme, l’UEJF, la LDH, etc. en faveur de l’immigration.
    Pour mémoire encore : Ismaël était le fils aîné qu’avait eu Abraham avec Agar, la servante égyptienne de sa femme Sara. Quand celle-ci, enfin, tombera enceinte d’Issac, le petit Ismaël et sa mère seront confiés à des chameliers qui iront les abandonner très loin au sud, dans l’actuel désert d’Arabie (encore un droit d’Aînesse détourné !). Là il se reproduira et ses descendants seront les Arabes. Mais Dieu avait préalablement béni le petit Ismaël, lu promettant une nombreuse descendance ET UN DESTIN PARTICULIER.

     

    Répondre à ce message

  • #2932502

    L’auteur conclut :« OK, gardons les Psaumes ». Mais c’est bdans ces mêmes Psaumes qu’on peut lire : « Il (Yahvé) tua les premiers nés des Égyptiens... Car éternel est Son amour ».
    Un dieu qui tue par amour, c’est-ti pas beau ?

     

    Répondre à ce message

  • #2936676

    Toute cette mythologie juive ce n’est que du baratin qui n’a de sens que pour ceux qui ont besoin d’y croire.

    Amalek veut dire "Géants" en arabe, ces géants n’ont existé que dans les récits et légendes de la bible. Les descendants des Amaleks (pseudo geants) et Madianites sont les arabes d’aujourd’hui.

     

    Répondre à ce message

  • #2949238
    Le 26 avril à 11:48 par Katsumoto
    Pourquoi Yahvé demande-t-il aux juifs de détruire Amalek ?

    Ils ont écrit l’Ancien Testament et de nos jours tiennent Hollywood..

     

    Répondre à ce message

  • #2949346

    Bonjour,

    Il est dit dans le premier paragraphe :
    Les habitants de Rabba, qu’il (David) « mit en pièces avec des scies, des herses de fer et des haches, et les fit passer par des fours à briques » 2 Samuel 12,31 et 1 Chroniques 20,3).
    J’ai été voir dans les Bibles Segond 21 et NASB et il y est fait mention de mise en esclavage et non d’extermination.

    Deux questions se posent :
    - Segond 21 et NASB sont t’elles fiable ?
    - D’où vient la version de cet article ?

    Si j’ai la chance d’avoir une réponse, alors merci par avance.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents