Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’instruction en famille est morte...

Vive l’instruction en famille !

Vendredi 13 août, le Conseil constitutionnel a encore frappé : après avoir donné son aval au pass sanitaire, puis à la loi « Bioéthique », le voilà qui ne trouve rien d’inconstitutionnel au fait d’interdire l’instruction en famille (IEF), autrement dit la liberté, pour les parents, de choisir le mode d’instruction qui conviendra le mieux à leur enfant.

 

 

Pour l’heure, les parents concernés tentent de se rassurer : la loi ne s’appliquera qu’à partir de la rentrée 2022, avec un sursis de deux ans pour les familles qui pratiqueraient l’IEF pendant ce laps de temps – sous réserve bien sûr d’une appréciation favorable de la part de l’inspecteur…

Mais se rassurer ne doit pas empêcher de cerner le fond du problème : à savoir le fait que désormais, ce n’est plus l’instruction qui est obligatoire, mais la scolarisation, à temps plein donc, et dès 3 ans, s’il vous plaît. Je précise que les cours par correspondance – y compris ceux du CNED – sont visés par cette loi. Il faudra, pour être exempté d’école, demander une dérogation quand, jusqu’à présent, une simple déclaration suffisait.

Le Bulletin officiel fixant les modalités d’application n’est pas encore paru, aussi, il nous faut attendre un peu pour connaitre précisément les conditions d’attribution de ladite dérogation. A priori, ne seront autorisés à être instruits à domicile que les enfants relevant du handicap lourd – mais comme l’école vise à les « inclure » de plus en plus, quitte à les mettre en souffrance, cette porte de sortie risque de se rétrécir comme peau de chagrin. Seraient également concernés les enfants ayant une activité sportive ou artistique « intensive » ; enfin, les familles itinérantes, et celles trop éloignées géographiquement d’une école pourraient se voir attribuer le sésame.

Ce qui, pour l’instant me saute aux yeux, c’est la détermination des parents à ne pas céder : dans les rangs de l’IEF, on est irrémédiablement attaché à la liberté pédagogique, pour préserver l’enfant (respect de son rythme biologique, prise en compte de ses difficultés à apprendre, soin et remise en confiance suite à une phobie scolaire), ou pour conserver une certaine indépendance vis-à-vis de l’embrigadement républicain pratiqué au quotidien dans les écoles publiques et privées sous contrat.

Ça cogite, ça échange, ça s’organise, les pistes fusent mais attention aux culs-de-sac, car l’État a plus d’un tour dans son cartable, et barre méthodiquement, une à une, les issues.

En effet, la loi contre les « séparatismes » s’attaque également à l’école hors-contrat – et particulièrement les écoles confessionnelles (dont la moitié est catholique). En cas de « dérive » constatée, le préfet a désormais le pouvoir de fermer administrativement l’école incriminée, compétence qui relevait jusqu’à présent du juge pénal. Les écoles de la Fraternité Saint-Pie-X, par exemple, pourraient être accusées de verser dans le séparatisme, par « le choix de manuels différents, le port d’un uniforme, une séparation garçons-filles, une volonté de vivre à part, souvent à la campagne, pour éviter que les esprits ne soient pollués par la société, dans une logique de ghettoïsation », selon les dires de Bruno Poucet, professeur en sciences de l’éducation. On pointe également du doigt leurs liens avec l’extrême droite et surtout, leur façon d’enseigner l’histoire, jugée incompatible avec les « valeurs démocratiques ». Je crains donc que l’avenir de ces écoles ne soit grandement remis en question.

Du côté des irréductibles, on voit également émerger des partisans de l’exil, prêts à tous les sacrifices pour sauver leur enfant. Je les comprends d’autant mieux que ceux qui voudront lutter sur le terrain courront le risque de voir leur enfant placé… mais si la France s’en sort, ce ne sera pas grâce à ceux qui l’auront fui.

La Patrie, c’est la terre de nos pères, mais c’est aussi et surtout la terre que nous léguons à nos enfants.

 

Alors, que faire ?

Il nous est interdit de demander QUI nous pousse ainsi dans nos retranchements, mais les autres questions ont encore le champs libre : faufilons-nous. Demandons-nous donc POURQUOI ils le font. La réponse semble évidente : la prochaine étape c’est bien sûr la vaccination des enfants de moins de 12 ans. Et il est fort à parier, vu la façon dont les écoles se sont peu à peu transformées en centres de santé, que la piqûre aura lieu sur les bancs même de l’école.

 

Alors COMMENT sauver nos gosses ?

Je n’ai pas encore de réponse concrète, à part vous conseiller de retirer dès cette année votre enfant de l’école. L’an prochain vous ne le pourrez plus. Cette déscolarisation vous permettra de gagner du temps, et de mettre à l’abri vos petits.

 

QUAND ?

La semaine de la rentrée scolaire, envoyez un courrier en recommandé à votre mairie, et à l’inspecteur de l’académie dont vous dépendez. Dans ce courrier, informez simplement, et sans donner de justification, que vous faites usage de votre droit en instruisant votre enfant par vous-même, en famille, comme le prévoient les articles L. 131-2 et suivants du Code de l’éducation.

Pour la suite, je vous conseille d’intégrer des réseaux d’IEF, ils sont nombreux, actifs, et bienveillants. Vous y trouverez beaucoup de réponses. Vous pourrez également vous procurer chez Kontre Kulture mon séminaire, qui traite de l’IEF pour les enfants de niveau primaire (de la maternelle jusqu’au CM2).

Je vous souhaite bon courage, gardons espoir : Sainte Marie veille sur nous et sur nos enfants.

 

Carmen Daudet

En lien, sur E&R :

 
 






Alerter

42 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2791182
    Le 20 août à 22:17 par laspirateur
    L’instruction en famille est morte...

    Ils vont nous faire nous révolter, puis dans la révolte d’un peuple survolté, affamé, égaré ouvrir la voie d’un conflit armée, une guerre technologique de drône et de robot débutera alors.

     

    Répondre à ce message

  • #2791238
    Le 21 août à 03:48 par bob
    L’instruction en famille est morte...

    Vivre avec son enfant

    L’école à la maison est la vraie école de la résistance. En fin de maternelle, un enfant de six ans peut lire des livres de niveau CM1 CM2, parle couramment deux langues, et réalise trois des quatre opérations avec plusieurs chiffres. L’enfant peut résoudre des problèmes simples avec des fractions, le tout sans forcer, avec deux heures de travail par jour.
    Pour nous l’impératif est d’être deux. Honnêtement se lancer dans une éducation à la maison seul nous semble irréaliste, à moins d’avoir beaucoup d’argent. L’école à la maison demande de la préparation. Pour avancer, nous devons connaitre les points clefs de l’évolution de la compréhension de l’enfant. Ceci est particulièrement important pour ne pas partir dans tous les sens. Un enfant est une éponge qui absorbe tout (ce qui le rend particulièrement disponible pour la propagande), cette éponge est désordonnée et elle mélange sans barrières « monde imaginaire » et « monde des adultes ». Ici ni télévision ni téléphone, donc les sollicitations sont permanentes, la bouillie (à part pour les bestioles) n’existent pas et l’enfant pose une quarantaine de questions quotidiennement. Nous devons répondre à toutes ces demandes tout en réagissant à nos propres interrogations : est-ce que cela est trop tôt ? Est-ce important ?
    Une chose est sure, un enfant élevé à la maison ne fait aucun cadeau, je dois reformuler toutes mes phrases approximatives. La recherche d’équilibre est permanente.
    A tout cela s’ajoute la chasse du système. Tout est prise de risque, l’autonomie c’est bien, mais toute erreur se paye cash.

    Quelques conseils pour ceux qui veulent se lancer : (points de vue)
    Ne pas faire ça tout seul.
    Avoir des convictions profondes et la foi.
    Connaitre avant de transmettre (le fond : le niveau, et la forme adaptée à l’intelligence).
    S’adresser à un enfant comme à un adulte (utiliser les mots justes, pas de charabia débile pour bébé).
    Prendre son temps, quand l’enfant est prêt il vous le fait savoir.
    Si vous faites l’école à la maison ce n’est pas pour suivre le programme de l’éducation nationale.
    La curiosité et le plaisir d’apprendre sont les moteurs.
    Lire, écrire, compter. Découvrir, faire, ordonner.

    Eduquer c’est choisir, le régime tyrannique ne veut pas que les résistants forment les futurs résistants. Résister c’est s’opposer, certains ne voient pas pourquoi s’opposer à la dystopie programmée, pour d’autres c’est une évidence.
    Libre selon l’esprit

     

    Répondre à ce message

    • #2791952
      Le 22 août à 02:05 par merci bob
      L’instruction en famille est morte...

      C’est exactement le type de témoignage que l’on recherche, d’un parent ambitieux et perspicace, merci de nous faire partager votre expérience et nous donner ces conseils.

       
  • #2791242
    Le 21 août à 04:07 par Tintin
    L’instruction en famille est morte...

    Faut sortir des villes. Déjà pour éviter au maximum les joies de la diversité à l’école. En région, plus éloigné géographiquement des écoles, on peut toujours prétexter. Faut aussi y mettre un maximum de mauvaise volonté quand les agents du système viennent poser plein de questions debiles. Sinon, bah accoucher à la maison et ne pas déclarer son enfant.

    S’enteter dans le refus, c’est compliqué, car j’imagine qu’au bout d’un moment ils t’expliquent que t’es un mauvais parent et te retirent ton enfant. On a compris avec le covid que les lois ça ne sert à rien, ils se torchent avec. Bon courage à tous les parents !

     

    Répondre à ce message

    • #2791382
      Le 21 août à 10:12 par Maximum carpaccio
      L’instruction en famille est morte...

      Ne pas déclarer ton enfant ? Tu tiens vraiment à faciliter la tâche des kidnappeurs ?

       
    • #2792679
      Le 23 août à 04:54 par Mordicus
      L’instruction en famille est morte...

      Faut arrêter de voir son gosse comme un futur militant en puissance. Déjà, essayez de lui faire vivre une enfance a peu près normale et de le faire réfléchir sur des choses simples. Qu’il sache choisir entre le riz et les pâtes et le reste viendra plus tard...
      Il n’y a pas que l’école qui fabrique des idiots. Les parents ne sont pas en reste. D’ailleurs en utilisant un système de punition / chantage affectif, la plupart des parents préparent l’enfant a adhérer à une autorité malsaine.

      Intéressez vous a a parentalité positive. Il y a de très bonnes remarques.

       
  • #2791555
    Le 21 août à 15:17 par Zom
    L’instruction en famille est morte...

    S’il la scolarisation est obligatoire, et que la vaccination est requise pour la scolarisation, la vaccination est obligatoire, ce qui est illegal.
    Il me semble.

    Et ne parlons même pas de l’actuel consentement éclairé sans pression sociale ni autres qui n’est qu’une énorme foutaise pour qui accepte de voir la réalité pour ce qu’elle est.

     

    Répondre à ce message

  • #2791779
    Le 21 août à 19:37 par Nicolas Tesla
    L’instruction en famille est morte...

    La France est un régime communiste... Surtout quand l’état veut s’occuper de toi (toujours pour ton bien) de la naissance à la mort !

     

    Répondre à ce message

  • #2792229
    Le 22 août à 13:10 par Eric
    L’instruction en famille est morte...

    Blanquer vient d’annoncer qu’il y aurait dès la rentrée une campagne de « vaccination » dans les collèges et lycées mais également qu’il n’y aurait pas de « pass sanitaire » pour les enseignants. On continue dans le saucissonnage pervers. Quelle bande de p …. ! Il va être intéressant d’observer l’attitude des dits enseignants.

     

    Répondre à ce message

    • #2792304
      Le 22 août à 14:47 par Jade
      L’instruction en famille est morte...

      D’après l’éducation nationale, 80 % des enseignants seraient déjà vaccinés.

       
    • #2792391
      Le 22 août à 16:30 par Eric
      L’instruction en famille est morte...

      Vu la source, j’aurais tendance à me méfier même s’il n’y a pas de raisons qu’il n’y ait pas comme ailleurs beaucoup de mougeons. La vraie question, même si ce n’est pas la seule, est leur positionnement vis-à-vis des enfants.

       
    • #2792972
      Le 23 août à 15:00 par Jade
      L’instruction en famille est morte...

      Bonjour, si 80 % sont pour le vaccin....
      Pas besoin d’avoir fait l’ENA pour imaginer ce qu’ils vont faire

       
    • #2793919
      Le 24 août à 20:33 par Eric
      L’instruction en famille est morte...

      Sur la vaccination des enseignants j’ai trouvé ceci, en date du 9 juillet 2021 dans Libération : « Contacté sur le chiffre avancé par Blanquer, le ministère de l’Education n’a pas été en mesure de fournir plus de détails sur la méthode utilisée. Ces chiffres, « non exhaustifs », sont issus « de remontées en interne des académies », nous indique-t-on. Avant de préciser que « le taux de primo-vaccinés était de 70 % il y a dix jours et atteint désormais 75 % ». Aucun chiffre, par ailleurs, pour le taux d’enseignants complètement vaccinés. »
      Après les déclarations sur la non obligation de vaccination pour les enseignants, il y a logiquement fort à parier que les enseignants « complètement vaccinés », dont le taux n’est donc pas connu de l’aveu même du ministère, est moins élevé et en tout cas plus qu’hasardeux à déterminer. Et ça sans avoir fait l’ENA. Cordialement.

       
    • #2793966
      Le 24 août à 21:45 par Eric
      L’instruction en famille est morte...

      Désolé pour la formulation erronée, je me corrige :
      « Après les déclarations sur la non obligation de vaccination pour les enseignants, il y a logiquement fort à parier que les enseignants « complètement vaccinés », dont le taux n’est donc pas connu de l’aveu même du ministère, sont donc moins nombreux et que leur nombre est plus qu’hasardeux à déterminer. »

       
  • #2792295
    Le 22 août à 14:39 par pleinouest35
    L’instruction en famille est morte...

    Texte relayé :
    Le Dr Geert Vanden Bossche, créateur de vaccin mondialement reconnu a envoyé des lettres aux professionnels concernés (WHO, NIH, CDC, Bill & Melinda Gates Foundation, GAVI, CEPI, FDA, EMEA, Pfizer, Moderna, Astra-Zeneca, J&J, Novavax, GSK) pour leur dire qu’il faut stopper le programme de vaccination immédiatement. Il est certainement l’un des plus talentueux, voici une toute partie de son parcours : - Directeur de projet des vaccins contre la grippe chez Solvay - Agent principal de programmes de santé mondiale et de découverte de vaccins chez Bill & Melinda Gates Foundation Pour en savoir plus, visitez son LinkedIn. Voici ce qu’il explique : Les anticorps spécifiques à longue durée de vie (du vaccin) concurrencent nos anticorps à faibles spécificité (naturels). Ces anticorps naturels vous fournissent une large protection, qui n’est pas spécifique aux variants, c’est à dire qu’ils vous protégeront de tous les variants. Cependant, les anticorps du vaccin ne vous protègent pas de tous les variants, il suffit donc que le virus soit assez différent pour qu’ils en deviennent inefficace. Il s’avère que les anticorps du vaccin sont dominants, ils reviennent à chaque fois que vous attrapez un coronavirus et vous ne pourrez donc jamais supprimer cette sorte de programme installée en vous lors de votre vaccination. Les conséquences sont graves, imaginez-vous, lorsque nos anticorps naturels voudront intervenir pour éliminer un variant, c’est nos anticorps induits par le vaccin qui vont intervenir pour dégager nos anticorps naturels, ils laisseront alors passer le virus car ils sont inefficaces contre les variants. Pour conclure, chaque personne se faisant vacciner détruit son système immunitaire inné, ce qui donne lieu à un problème mondial qui rend ce virus de plus en plus infectieux. !

    Effectivement, pour venir inciter à piquer avec une thérapie génique non testée à terme (2023), qui produit une quantité phénoménale d’effets secondaires (thromboses), du jamais vu, des enfants qui ont 99,998 % de chance d’en sortir indemnes, à cause d’un virus dont la létalité actuelle est de l’ordre 0,05 %, quand la grippe c’est de 0,20 % à 0,50 %, il faut être soit un criminel digne des savants nazis, soit être un fou !
    C’est d’une perversité inouïe et la preuve d’une psychopathie sévère !

     

    Répondre à ce message

  • #2793904
    Le 24 août à 20:14 par Cromleck
    L’instruction en famille est morte...

    50€ le séminaire, c’est peut-être un outils révolutionnaire, mais inaccessible au prol’s, c’est dommage..

     

    Répondre à ce message

  • #2794847
    Le 26 août à 09:08 par sered
    L’instruction en famille est morte...

    malheureusement c’est toujours la même chose : si on était 50 million à dire m@#, la haut ça ne pourrait pas suivre. Mais comme c’est pas le cas et bien ils avancent tranquillou.

     

    Répondre à ce message

  • #2796335
    Le 28 août à 00:53 par pyros
    L’instruction en famille est morte...

    L’instruction au sens général est morte.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents