Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Envoyé spécial ou l’art de noyer le poisson

Trente-cinq minutes pour persuader le téléspectateur que les médecines parallèles – parallèles dans le titre mais rebaptisées alternatives tout au long du reportage – sont dangereuses. Trente-cinq minutes pour n’en avoir à la fin aucune définition. Mais pour convenir que la médecine occidentale – appelée traditionnelle (!) par Élise Lucet – doit se remettre en question. Un mea culpa discret en guise d’explication, qui évite soigneusement tous les sujets qui fâchent, soient les réelles raisons de sa désaffection.

 

La bande-annonce du reportage :

 

 

1/. Du bon sens des Français, ou de l’inutilité de l’émission

L’émission commence par le classique micro-trottoir mené par Élise Lucet.

Élise Lucet (EL) :

« Reïki, Access Bars, crudivorisme, lithothérapie, tout ça, ce sont des médecines alternatives. Qu’est-ce que vous en pensez vous des médecines alternatives ? »

Français n°1 :

« Je pense qu’il faut être assez ouvert en fait, sur des médecines qui viennent d’autres pays. »

EL :

« Il y a 4 français sur 10 qui ont eu recours à ces médecines alternatives. Qu’est-ce que vous en pensez ? »

Français n°2 :

« J’en pense du bien, je pense que le corps à ses mystères encore, on en connait très peu de chose. »

Français n°3 :

« Je me méfie, je pense qu’il y a des gens crédules, naïfs, et qu’ils peuvent être d’autant plus vulnérables qu’ils ont des problèmes de santé. »

EL :

« Et est-ce que vous pensez qu’il y a des charlatans aussi dans ces médecines alternatives ? »

Français n°1 :

« Oui, ça je pense que… complètement. »

Français n°4 :

« C’est hyper facile, moi aussi je peux m’improviser coach en Reïki »

Français n°5 :

« Dans tout il y a des charlatans, ce n’est pas à vous que je vais le dire, madame Lucet ! »

Tout est dit, non ? Les Français sont ouverts, pressentent que la science actuelle ne sait pas tout expliquer et gardent la tête sur les épaules.

 

2/. Quand Envoyé spécial ne définit pas son sujet

L’émission évite soigneusement toute distinction entre les 400 « médecines » qu’elle incrimine.

Voix off :

« Vous faites peut-être partie de ces Français qui ont de plus en plus recours aux médecines dites alternatives : Reïki, naturopathie, magnétisme, il y aurait près de 400 disciplines recensées, et certaines sont contestées. Alors nous avons testé ces méthodes en tant que patient, et notre journaliste a aussi passé des diplômes de thérapeute en seulement quelques heures, c’est suffisant pour exercer. »

Prétendre traiter du sujet des médecines parallèles demanderait a minima de prendre le temps de circonscrire ce vaste sujet. Or, pour illustration de son propos, la journaliste Élisa Jadot semble avoir puisé dans ce sac rempli de ces 400 prétendues médecines, naïvement et les yeux fermés, un exemple de médecine parallèle au hasard. Et le lauréat est… Access Bars !

La praticienne Access Bars :

« On envoie un message à notre corps, à notre conscience, à notre inconscient, à l’univers. »

L’émission consacrera un tiers de son temps à cette trouvaille. Bon choix pour la caricature, mais mauvais choix pour le sérieux journalistique. Access Bars est le candidat idéal, non pas pour traiter du sujet des approches différentes en matière de santé, mais pour en donner une vision fausse. Comment ne pas faire la différence entre un système de soin complet, cohérent, capable de gérer la santé de toute une population, ayant montré des preuves de son efficacité sur des siècles, voire des millénaires avec cette technique ? Le terme d’hypnose à lui seul demanderait qu’on le précise. De quoi parlons-nous quand on parle d’hypnose, des techniques du renseignement de type MK-Ultra, ou du praticien bien-être qui propose une aide pour arrêter de fumer ou maigrir ?

 

3/. Quand Envoyé spécial traite plutôt de dérives libérales

Access Bars n’est pas une médecine, mais une technique isolée, un « truc », un gadget, tout à la fois à la mode et rémunérateur. L’effet de mode, la journaliste Élisa Jadot n’a pas pu ne pas le voir. Elle décrit justement très bien le décor des salons de bien-être et des cabinets tendance New-Age bobo bio. C’est bien comme ça : Bouddha, encens et table de massage ! La journaliste s’est donc formée à un gadget parmi d’autres, très maladroitement nommé « thérapeutique ». Ces gadgets, ces formations qui n’en sont pas, ces praticiens qui n’en vivent pas – même avec des séances à 90 euros l’heure – ne sont que les artefacts consuméristes, les symptômes de notre société du tout libéral.

Élisa Jadot :

« Je peux librement recevoir chez moi une clientèle et dispenser des séances à 90 euros. Comment ai-je obtenu le droit de pratiquer ? Qui va contrôler mon activité ? N’importe qui peut-il s’improviser praticien de ces nouvelles médecines ? »

S’il y a un marché, il y aura forcément des formations, des praticiens, et des acheteurs, des gens qui flairent le bon coup dans le champ fourre-tout des techniques de gestion du stress ou du développement personnel. Tout cela durera un temps, puis Access Bars sera remplacé. Comme ces boutiques de vaporette qui ferment aujourd’hui les une après les autres.

 

4/. Quand la journaliste croit être dépositaire de tous les savoirs du monde

Élisa Jadot :

« À ma grande surprise, Karima va juste apposer ses doigts sur 32 points de mon crâne […] La technique semble complètement invraisemblable : comment cette simple apposition des doigts sur ma tête pourrait-elle changer mon existence ? »

Notre journaliste est touchante et naïve comme ces Indiens éberlués découvrant les premières photographies. Toujours ce positionnement condescendant envers ce qu’on ne comprend pas. Si Access Bars est de la foutaise, c’est pour des raisons précises, pas à cause du contact de la main, qui en soi ne veut rien dire – certains touchés ostéopathiques pourraient ressembler à ça – et encore moins parce qu’on ne comprend pas le procédé ! Comme cette autre phrase assénée comme une preuve, et qui semble dire « cause toujours » :

« Si on ne ressent rien, ce n’est pas à cause de la méthode ? Selon la formatrice, si je ne ressens rien, ce n’est donc pas la méthode qu’il faut remettre en cause, mais mes capacités à recevoir l’énergie. »

Effectivement, on peut admettre qu’il existe des gens plus ou moins doués. Il ne viendrait à l’esprit de personne de contester que certains ont l’oreille musicale – sans compter les cas rares « d’oreille absolue » – quand d’autres chantent comme des casseroles. Cela n’est pas imputable à la musique, art ou méthode, mais bien à l’apprenti musicien. En matière de bricolage, on a l’habitude d’entendre le mauvais bricoleur accuser les outils.

 

5/. Quand Envoyé spécial recycle une vieille tribune n’ayant pas eu l’écho escompté

« En France, le développement d’Access Bars et de centaines de pratiques alternatives controversées inquiète le corps médical. […] 124 médecins ont signé une tribune contre ses pratiques médicales alternatives. Ils mettent en cause des techniques dont les effets ne sont pas prouvés scientifiquement. »

Le 19 mars 2018 en effet, 124 médecins et professionnels de santé avaient signé une tribune très médiatisée contre l’utilisation des quatre médecines complémentaires : acupuncture, homéopathie, mésothérapie et l’ostéopathie. Cela n’avait pas fait beaucoup réagir l’opinion : les utilisateurs de longue date, toujours aussi satisfaits avaient continué comme si de rien n’était. Pour Envoyé spécial, le cardiologue Jérémy Descoux est à nouveau interviewé, mais on comprend que l’optique a changé. Il ne s’agit plus de discréditer des disciplines vieilles de milliers d’années, ou ayant survécu à toutes les attaques de l’industrie du médicament, mais bien de focaliser l’attention sur Access Bars. Encore lui ! Or, si le terme de médecine est adapté pour parler de la Médecine traditionnelle Chinoise ou de l’homéopathie, il est totalement incongru pour le gag Access Bars, on l’aura compris. C’est ce qu’on appelle un bel amalgame.

 

6/. Thierry Casasnovas : jus de légumes, bains à 10 degrés en été, course dans la nature et trampoline

L’émission montre des images presque bucoliques, prises lors d’un séminaire de deux jours à 140 euros, soit six fois moins cher que la formation d’Access Bars d’une durée de sept heures. Mais ce que l’on reproche à Thierry Casasnovas, c’est « de faire arrêter les médicaments ».

Voix off journaliste :

« J’ai avec moi un dossier médical authentique concernant une inflammation de l’intestin qui nécessite un traitement à vie. L’arrêter signifie prendre le risque de développer un cancer du côlon ».

Thierry Casasnovas :

« Je ne prendrai pas le risque pour des tas de raisons, bêtement pour des raisons légales, parce que ce n’est pas mon job, je ne suis pas médecin, je ne veux pas jouer avec ça, et puis je n’ai pas les compétences pour jouer à ça. Et puis en plus, ce serait extrêmement dangereux pour les personnes. C’est-à-dire que si en ce moment-ci, ils prennent un médicament, c’est pour une bonne raison, c’est parce que les symptômes étaient trop douloureux, trop handicapants. »

La réponse claire et sans ambiguïté de Thierry Casasnovas ne satisfait pas la journaliste. Un comparse déguisé en participant reviendra à la charge, et la réponse ne sera pas non plus « Arrêtez vos médicaments ». À l’inquiétude sur les risques de développer un cancer, Thierry Casanovas renvoie l’ascenseur :

« C’est la technique de manipulation par la peur par excellence. Tu crées la peur chez la personne, après tu lui vends tout ce que tu veux, c’est automatique. C’est le marketing de la peur, et c’est comme ça qu’on met la pression au gens… Attendez, vous avez ça, mais là, on a un traitement pour vous. Mais il faut signer là maintenant. On se croirait chez les vendeurs de store ou d’alarme qui passent chez toi, les mecs, il faut signer dans les 5 minutes, c’est exactement la même technique. »

 

7/. La parole de fin est à l’expert

Bruno Falissard, professeur de santé publique et spécialiste des médecines alternatives, est l’invité de fin d’émission d’Élise Lucet. Mais les questions/réponses resteront hors sujet jusqu’au bout.

EL :

« Est-ce que d’après vous les pratiques qu’on décrit dans ce reportage sont de l’ordre de la médecine ? »

Bruno Falissard (BF) :

« Bien sûr que non. Là, on est dans le pur charlatanisme. Alors bien sûr vous avez pris des cas extrêmes. Il y a des gens qui ont des médecines alternatives et qui sont relativement sérieux. Là on est dans l’escroquerie, c’est-à-dire quelque chose de fou. »

Ainsi l’invité d’Élise Lucet rattrape le manque du reportage en affirmant « qu’il y a de bonne chose », sans plus les définir d’ailleurs. Merci de le préciser, mais le mal est fait. L’émission avait-elle un but caché ?

EL :

« Vous parlez de charlatanisme, mais est-ce que pour autant c’est dangereux ? »

BF :

« Alors là, oui. Précisément, on est dans quelque chose de dangereux. Le risque des médecines alternatives, c’est d’avoir une emprise sur le patient, et de lui dire ben écoutez, vous allez oublier toute la médecine occidentale qu’on a à l’hôpital, et vous allez venir avec moi. Et là c’est une perte de chance qui peut être dramatique. »

Et voilà le retour de la notion de « perte de chance » ! Cette idée que le fait de suivre une médecine alternative nous prive des chances de survie par de traitements dit « sérieux ». Mais dans la grande majorité des cas, les malades se tournent vers autre chose, justement parce que la médecine occidentale ne les a pas soulagé. La perte de chance reste de toute manière un conditionnel difficile à évaluer.

 

8/. Le besoin de réglementation

On comprend à travers la discussion que se profile le martelage du besoin de contrôle de ces médecines parallèles si dérangeantes. Le terrain est ainsi préparé pour une réglementation, nécessaire certes, mais il faut redouter qu’elle soit l’occasion de tous les arrangements et récupération habituels entre amis.

EL :

« Comment on fait pour faire le tri ? »

BF :

« Alors ça, c’est le problème numéro 1, aujourd’hui. Certaines de ces disciplines sont sérieuses, c’est vrai. Beaucoup ne le sont pas. Le problème c’est qu’on sait pas. Et même au sein d’une discipline, on ne sait pas comment ont été formés les professionnels. Et là, quand même, il y a un problème des pouvoirs publics. Normalement, c’est à la société de protéger les concitoyens pour qu’ils puissent être au courant, pour savoir qui peut leur faire du mal et qui va pouvoir les aider dans le parcours de leur maladie. Il faut que l’État investisse un peu pour évaluer toutes ces pratiques et aider les professionnels à les évaluer et ça ne coutera pas si cher que ça, et on évitera peut-être beaucoup de problèmes de santé, qui aujourd’hui arrivent à cause de dérives de pratiques. »

Sur le fond, tout le monde est d’accord. Mais on peut craindre que les pouvoirs publics et leurs relais médiatiques n’oublient d’aborder quelques questions essentielles. D’une part, qui seront les experts capables d’évaluer un domaine dont ils ignorent tout ? Des bureaucrates, des arrivistes intrigants comme Pasteur en son temps, des politiques, des professionnels en conflit d’intérêt ? Et d’autre part – on peut toujours rêver –, pourquoi ne pas en profiter pour évaluer aussi notre système de soins occidental ? Système qui aurait bien besoin d’apprendre à dire « dans l’état actuel de notre ignorance », plutôt que de parquer tout ce qu’il n’explique pas dans « domaine irrationnel ».

 

9/. Quand on comprend que l’enjeu est de ramener les malades au bercail (de Big Pharma ?)...

EL :

« Mais pourquoi, d’après-vous, les Français se tournent-ils de plus en plus vers les ces médecines alternatives ? »

BF :

« C’est vrai qu’on en parle beaucoup, beaucoup plus qu’avant. Et c’est inquiétant parce que ça veut dire que quelque part ils délaissent la médecine occidentale classique. Il faut s’interroger pourquoi. Moi, je pense qu’il y a plusieurs facteurs et que tout le monde est un peu fautif. D’abord, les médecins se sont un peu crispés sur une médecine technologique, voire même un peu scientiste. »

C’est le début du mea culpa. Mais la suite vaut son pesant d’or.

EL :

« Inhumaine ? »

BF :

« Alors certains à l’excès vont dire peut-être inhumaine, heu et c’est vrai que c’est plus facile quand on parle à quelqu’un qui souffre de dire "Vous savez tout ça s’explique par la biologie. Et puis on va faire une IRM, et je vais vous donner un médicament, c’est un grand médicament et vous allez guérir." Alors qu’en fait c’est plus compliqué que ça, c’est toujours plus compliqué que ça. »

« Je vais vous donner un médicament et vous allez guérir ! » : mais…dire à quelqu’un qu’il va guérir grâce à un médicament, alors que ça n’est pas sûr, n’est-ce pas l’expression d’un excès de pouvoir ? Ne pourrait-on pas y voir aussi manipulation, escroquerie ou charlatanisme ? Cette posture ne serait-elle donc pas réservée aux médecines alternatives, dont on ne sait d’ailleurs toujours pas ce qu’elles sont ?

 

10/. ...et qu’il faut que la médecine occidentale « écoute les patients tels qu’ils sont » !

EL :

« Il y a un problème de confiance entre les patients et la médecine traditionnelle ? »

BF :

« Plus qu’un problème de confiance, c’est un problème d’écoute et un problème de compréhension de l’autre. Je pense que souvent, ils ont l’impression que le médecin qu’ils ont en face d’eux est quelqu’un de sérieux, je crois qu’il n’y a aucun doute là-dessus ; qui connaît son boulot, mais qui arrive pas à les écouter comme ils aimeraient qu’on les écoute. Et donc le médecin doit savoir que en face de lui, il peut avoir quelqu’un qui a des croyances différentes, qui est pas forcement un scientifique et qui a peut-être besoin qu’on l’écoute comme il est. Et peut-être que quand ils vont voir des médecins ou des soignants alternatifs, eh bien on les écoute tels qu’ils sont. »

Ainsi, la défiance des Français envers le système de soin s’expliquerait par le fait qu’ils ont envie d’être « écoutés tels qu’ils sont », parce qu’ils ont des croyances non scientifiques. En sommes, ils voudraient de l’écoute et de la considération. Chacun appréciera ! Mais les patients ne veulent pas être « écoutés tels qu’ils sont », ils veulent être écoutés « tout court », notamment quand ils donnent des éléments cliniques qu’ils ont repérés. Tableau clinique que le médecin ignore la plupart du temps au profit des seules analyses de laboratoire. Les patients veulent des résultats et pas des justifications « c’est idiopathique », « manifestation psychosomatique » ou « forme essentielle ». Ils veulent pouvoir guérir de leur eczéma et éviter de se tartiner de cortisone à vie. Ils veulent soigner leurs douleurs articulaires sans détraquer leur système digestif. Ils ne veulent pas être des cobayes à grande échelle, payant dans leur chair les pots cassés d’effets secondaires non anticipés.

 

Le reportage en intégralité :

 

Conclusion : c’est maintenant qu’il faut commencer le débat !

EL :

« Mais est-ce que ça veut dire du coup que la médecine traditionnelle du coup doit aussi s’inspirer de ces pratiques alternatives ? »

BF :

« En tout cas, la médecine occidentale a à se remettre en question. »

Au menu :

- le fléau des conflits d’intérêt de ce qui est devenu le premier marché mondial ;

- l’iatrogénie et les accidents médicamenteux, mauvaises associations ou surdoses, qui font selon certaines sources autant de morts que les accidents de la route ;

- le manque d’efficacité sur toute la sphère des maladies fonctionnelles.

S’il faut se remettre en question, il y a matière !

En conclusion, on pourrait dire que les enjeux sérieux sont les grands absents du reportage, mais que le gadget Access Bars, pourtant non représentatif, a réussi à détourner l’attention...

– Béa Bach pour la Section Santé d’E&R –

 

À la santé des « journalistes » de France 2 !

 

Retrouvez Béa Bach sur E&R et ERFM :

 
 






Alerter

64 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2405424
    Le 11 mars 2020 à 02:34 par Patricia
    Envoyé spécial ou l’art de noyer le poisson

    Il ne faut jamais discuter avec tous ces matérialistes ignorants des lois subtiles de La Vie... C’est perdre son temps. Surtout en France ! Ils sont bornés et conditionnés. Ils sont les idiots utiles de cette matrice mortifère. Ils jouent très bien avec les peurs des gens. C’est La Vie qui leur donnera quelques leçons, en situation. Nous le savons bien : ils retourneront toujours la situation pour la faire entrer dans leurs schémas mentaux ; dans leurs idéologies.

     

    Répondre à ce message

  • #2405494
    Le 11 mars 2020 à 08:40 par Gaxx
    Envoyé spécial ou l’art de noyer le poisson

    Pendant ce temps la " bonne " médecine vient piller les formules et plantes ( et essaye de les breveter les enc. ) des autres médecines. Y aurait-il des preuves scientifiques à ces potages de sorciers ? Les truands.

     

    Répondre à ce message

  • #2405530
    Le 11 mars 2020 à 10:04 par Clovis
    Envoyé spécial ou l’art de noyer le poisson

    Encore l’argent public de France Télévision pour soutenir le lobby pharmaceutique.

     

    Répondre à ce message

  • #2405554
    Le 11 mars 2020 à 11:12 par Chlomomo
    Envoyé spécial ou l’art de noyer le poisson

    L’art de noyer le poison vous voulez dire, dans la soupe, avec une paire de médocs.

    Ras le cul de ces bénis oui oui à Mammon, qui viennent toujours nous dire quoi faire et quoi penser, si on a envie de jeuner, d’aller chez l’ostéo et de bouffer des légumes, ça nous regarde !

    D’ailleurs, les "savants", vous êtes au courant que les légumes sont bourrés de minéraux qui ont forcément un impact sur le corps quand ils sont pris en grande quantité ?
    Tout ceci n’a rien de nouveau, les médecins des années 50/60 conseillaient déjà des changements alimentaires pour améliorer la santé de leurs patients... Mais voilà, ça, c’était avant, avant que que vous ne débarquiez avec vos objecifs de rentabilité à la con, parce que vous, tout ce qui vous intéresse, ce n’est pas la santé, c’est le pooooooooooooooooooognon !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Donc la science, aux chiottes, la vraie médecine, aux chiottes, la prudence et l’analyse, aux chiottes, toute votre approche, qui ne se fie toujours qu’à une seule pièce du puzzle, et qui est extrêmement dépendante des machines, est peut être utile pour trouver un problème, mais pas toujours (voire pas souvent, à mon avis, le corps fait le boulot...) pour le soigner ! Bah oui, parce que quand on vous demande d’où ça vient, la seule réponse que vous nous sortez toujours c’est "on ne sait pas", on ne vous enseigne plus rien en fac de médecine, pour vous faire vendre des médocs !

    Au fait, les moralisateurs de grands chemins, vous étiez où quand ce type est tombé malade et qu’il s’est retrouvé condamné par la médecine ?

    Ha bah merde, là, y avait personne pour le soigner, et vous osez la ramener après ça ?

    Et puis il y en a toujours de cette engeance, qui attendent, à l’affût derrière un buisson, que l’un d’entre nous se lève pour aller le piéger par d’infâmes méthodes !

    Bon sang mais quelle plaie ! Vous nous asphyxiez, vous vous êtes déjà demandé l’impact de votre connerie sur notre santé ?

    Parce que moi je vais vous le dire, l’impact, d’être gouverné par des gens sans morale et prêts à tout, ou par des crétins serpillères, c’est stressant au possible ! Hé oui, et le stress c’est pas bon pour l’organisme. La dictature non plus, la terreur non plus, vos méthodes de fourbe non plus !!!

    Et je dis ça alors que je suis pro médecin, étonnant non ? Hein, hé oui je suis pro médecin parce que j’adore la médecine, mais celle qui a pour objectif 1er de soigner, pas de servir de tiroir caisse à des business men !

     

    Répondre à ce message

  • #2405588
    Le 11 mars 2020 à 12:05 par VÉRITÉ
    Envoyé spécial ou l’art de noyer le poisson

    Vraiment des enflures ces journaleux avec leurs méthodes mafieuses, juste à la recherche de sensationnel, faire le buzz et marquer l’opinion (les veaux que nous sommes dans leur esprit !). On peut penser par nous mêmes merci car votre éclairage c’est du flan !
    Comme pour les médecins dogmatiques-oups pléonasme-ils partent pour une "enquête" forcément biaisée ; les "médecines parallèles" visées comme un fourre tout, sujet non circonscrit., apriori de départ, raccourcis, questions-réponses suggérées, volonté de tout légiférer...
    "La médecine est une p...ain et son maquereau c’est le pharmacien" (Renaud).

    PS : Bravo Thierry C. d’éviter leur piège, ils te suivent de près les charognards...alors que tu ne prônes qu’un mode de vie...à prendre ou à laisser après tout.

     

    Répondre à ce message

  • #2405650
    Le 11 mars 2020 à 13:42 par Axel
    Envoyé spécial ou l’art de noyer le poisson

    Excellent article !
    C’est vrai qu’une tendance de fond quant à la santé alternative se dessine clairement.
    Je suis entouré d’hypnothérapeutes, d’acupuncteurs et de sophrologues mais je découvre aussi que des membres de ma famille ont consulté des praticiens en constellations familiales il y a des années et ce n’est que maintenant qu’on en parle
    Pourquoi cet engouement ?
    Tout a été dit dans l’article
    Qu’est ce qui freine encore sa démocratisation ?
    Presque tout a été écrit mais j’ajouterai un autre lobby à celui de la pharmaceutique :
    le lobby des psychologues
    (Michel Onfray a eu droit à de la censure promotionnelle pour avoir fait une bonne partie du boulot de dénonciation
    https://www.youtube.com/watch?v=xA7nErVUwl0)
    Beaucoup de douleurs et forcément de mal être sont dus à des blessures psychologiques mais dans l’inconscient collectif :
    se soigner mentalement c’est du ressort du psy, sauf que psy = 18 ans de thérapie avec des rdv toutes les semaines, à ce prix autant s’acheter un appartement à Paris... et puis c’est inefficace !! Pendant ce temps là la névrose des uns impact la société dans sa globalité...
    Ma compagne est thérapeute et utilise l’hypnose (entre autre) comme moyen pour transformer la vie des gens, combien de clients j’ai vu faire 10, 15 parfois 20ans de psychanalyse pour voir leur problème réglé en 1ans et demi (le maximum !) avec une autre approche ? Beaucoup ! Les psy se touchent la nouille en appliquant des concepts périmés de Freud par facilité et sans aucun scrupule (parce qu’évidemment ça ne marche pas mais ça rapporte...), au final c’est le patient qui trinque...

     

    Répondre à ce message

  • #2405744
    Le 11 mars 2020 à 16:27 par Math
    Envoyé spécial ou l’art de noyer le poisson

    Témoignage personnel :

    J’ai la maladie de crohn depuis mes 15 ans, cette maladie s’est toujours montrée très active et intense chez moi, et les traitements "de fond" n’avaient pas dutout d’effet sur moi (Pentasa et immuran sur de longues périodes).
    Quand j’avais 20 ans, on m’a mis sous anti-tnf alpha (remicad), outre les effets secondaires pire que la maladie, l’effet de ce traitement était tout sauf bénéfique.
    Dans la foulée, pendant ce traitement, et sous surveillance médicale, j’ai fait un abcès du psoas qui m’a fait énormément souffrir, les médecins ont attribué mes douleurs aux jambes à des effets secondaire dus aux traitements (de l’arthrite, à 20 ans !).
    Bref, on m’a découpé 20cm d’intestin après m’avoir alimenté 45 jours par voie intraveineuse le temps de drainer l’abcès.
    Quelques années plus tard, mon gastroentérologue soignait mes poussées (rectoragies fréquentes et douleurs "+++") à coup de cortisone.
    La dernière fois que j’ai vu mon médecin, il voulais me remettre sous anti-tnf et me vacciner par la même occasion contre toute sorte de choses car il allais consciemment démolir mon système immunitaire.
    J’me suis encouru et je cours encore.
    J’ai laissé tomber tous mes traitements, et ma dernière poussée remonte à cette époque, c’était il y’a bientôt 4 ans.
    C’est à ma dernière rectoragie que j’ai réagit, je me suis mis à jeûner, et en 24h j’ai arrêté de saigner du cul. Je précise que la cortisone il fallait 3 à 4 jours pour que les symptômes disparaissent lentement.
    Depuis mes 15 ans les médecins (plusieurs !) insistaient pour que je prenne mes traitements (le plus important selon eux), et les seuls conseils reçu étaient les suivants :"évitez les fruits et les légumes, le reste ça va. Le gras, la friture ? Vous pouvez y aller. "
    Eh bien, après avoir laissé tomber mes traitements j’me suis fait des jus, légers, dilués à l’eau pour que ça reste un plaisir.
    J’ai apporté à mon corps des trucs qu’il n’avait sans doute jamais vu (betterave, gingembre, épinards cru, etc).
    Non seulement ça fait bientôt 4 ans que je n’ai plus eu de poussée, mais j’ai aussi retrouvé force, énergie, vitalité, moral,... Je mange de tout (Je suis sorti de plusieurs années d’assistanant, j’ai maintenant deux enfants (je suis pas près de les faire piquer ceci dit en passant),....
    Bref, tout roule.
    Alors ?
    Que tous ces médecins spécialistes de choses qu’on ne connais pas aillent se faire enc****.
    Bouffez le votre poison.

    Merci E&R, merci AS, merci Thierry Casanova !

     

    Répondre à ce message

    • #2406090
      Le Mars 2020 à 06:05 par Pythagore √*= ????
      Envoyé spécial ou l’art de noyer le poisson

      Merci pour ton témoignage
      Moi jeune, j’ai eu une vie difficile, abandon, trimballé a droite a gauche,foyer, juge pour enfants, éducateurs spécialisés, bref, la cata...je suis vite et jeune tombé dans la drogue (années 80 héroïne)et ça pas sur une petite durée
      On m’a d’abord traité au opioïdes (skenan, moscantin...) puis a la métadonne, et enfin au subutex... Bref que des merdes injectables
      Je me suis retrouvé avec des abcès partout ,des problèmes lymphatique...
      J’ai réussi à arrêter seul a la dure , ça m’a pris quelques années, j’ai quitté les villes et banlieues où on trouve plus facilement un dealer qu’un libraire , pour aller me perdre en campagne...
      Je jeûne de temps à autres et bien tous mes problèmes lymphatique, gastrique, œsophagique, ont disparus, moi aussi je suis père de famille, a mon compte et on voulait me déclarer handicapé pour me refiler la AAH , me foutre chez un psy...
      Aujourd’hui quand je peux éviter le docteur et un médicament je l’évite
      Ça fait presque 15 ans que je suis abstinent, heureux bien intégré , ça n’excuse en rien ma vie
      Mais tout est possible la preuve j’aime Soral ,Escada, Plaquevent , E&R , même Cousin et Cerise, comme quoi !
      Bien amicalement

       
  • #2406193
    Le 12 mars 2020 à 11:52 par lila bleu
    Envoyé spécial ou l’art de noyer le poisson

    J’ai soigné l’année dernière une arthrite invalidante aux genoux pour lequel le rhumatologue voulait m’opérer en m’ôtant une partie de mon tibia (véridique). Selon lui, le fait d’avoir les pieds plats aurait entraîné l’usure du cartilage qui n’était pourtant pas endommagé au vu des radios + IRM de mes genoux, il voulait me redresser chaque jambe avec une opération qui aurait causé des séquelles à vie. Il m’avait prescrit en plus des injections à 300 CHF la dose dont l’efficacité n’est pas prouvée !

    Grâce à Thierry Casasnovas qui a expliqué les bienfaits du JEUN dans plusieurs vidéos, je me suis guérie en 7 jours.... gratuitement

     

    Répondre à ce message

    • #2406532
      Le Mars 2020 à 22:48 par SuperDupont
      Envoyé spécial ou l’art de noyer le poisson

      Je vous remercie de votre témoignage, car j’ai moi aussi les pieds plats et j’ai depuis quelques temps des douleurs au genou gauche, je ne l’oublierai pas si je vais consulter un médecin !

       
  • #2406535
    Le 12 mars 2020 à 22:53 par TheoDora
    Envoyé spécial ou l’art de noyer le poisson

    Condescendance et manque d’humilité face aux médecines de tradition millénaires qui considèrent l’humain avec respect et dans sa globalité.. La médecine occidentale dans tout ce qu’elle a de bienfaisant devrait tendre la main à aux thérapies alternatives sérieuses et l’inviter à ses côtés pour le bien des gens ! Il n’y a pas de guerre à mener !!

     

    Répondre à ce message

  • #2896004
    Le 30 janvier à 16:32 par Mr T
    Envoyé spécial ou l’art de noyer le poisson

    Après leur justice, notre libre arbitre notre médecine confisquee par les experts de la mortification planifie. Apprennez à respecter le vivant, les enfants avant votre marché de dupe pour singes debilises qui s ignorent mais que tous constates.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents