Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

MeToo ciné : Raphaël Quenard, l’acteur qui monte, s’extirpe de la liste des 10

Raphaël Quenard est l’acteur français qui monte. Il a gagné le César de la révélation masculine 2024. Peut-être parce qu’il a tourné pour Gilles Lellouche, il a été associé à la fameuse liste des dix salauds visés par MeToo, une liste lancée par Le Figaro, un journal dit sérieux.

 

Invité à s’expliquer sur le plateau de Mouloud, Raphaël a déroulé un long plaidoyer de 10 minutes, 9 minutes 55 pour être précis, une véritable profession de foi, un cri du cœur.

« S’informer sur Twitter, pour moi, c’est déjà exprimer le désir inconscient de faire de son cerveau une marmite de merde, OK, c’est pas genre le bon endroit, et d’ailleurs cette rumeur n’a été reprise par aucun journal digne de ce nom, avec des journalistes, parce qu’il faut pas tout mettre dans le même sac, qui sont sérieux, minutieux, qui sont animés par une déontologie, un sens de l’éthique et qui présentent, par respect pour leur auditoire et leur audience, des faits avérés et vérifiés, d’accord. Le travail d’investigation, il doit être fait avec sérieux... »

 

Pour info, donc, c’est Le Figaro, un journal sérieux selon la définition de Raphaël, qui a allumé la mèche, et les RS ont joué à la devinette et au bouchage de trous. L’article est payant pour les non-abonnés, nous l’avons lu avec intérêt. La rumeur est donc bien venue de la presse mainstream, pas de Twitter, qui transformerait les cerveaux en « marmites de merde ».

Selon Quenard, dans le monde du cinéma, « y a zéro secret ». C’est le contraire : il y a de la prostitution, en masse, celle de jeunes acteurs et actrices, une prostitution institutionnalisée sous couvert artistique ; il y a des viols, on l’a vu avec un gros producteur en train de tomber, et même de la pédocriminalité ; il y a du blanchiment d’argent, des escroqueries de prod, de l’évasion fiscale. Bref, là où y a du flouze, y a de l’encule, pour parler vulgairement.
Et on ne parle même pas des deux réseaux plus très occultes qui ont mis la main sur le cinéma français, et qui sont en train de le tuer, moralement et commercialement.

À part ça, l’exposé de ce jeune comédien est plutôt correct, correct mais incomplet. Car s’il fustige la rumeur qui vient des RS, il devrait aussi fustiger les rumeurs bien plus destructrices qui viennent du Système lui-même, par exemple celles du vaccin miracle et de la pandémie qui allait faire des dizaines de millions de morts, et contre laquelle il fallait arrêter de bosser, rester chez soi en attendant les ordres de gouvernements corrompus par un Big Pharma qui explosera ses bénéfices et son pouvoir.

Dans ce cas, les rumeurs, qui s’avéreront bidon avec le temps (fausse pandémie qui devait être équivalente à la peste selon le directeur de la Santé, Jérôme Salomon, et faux vaccin contre la transmission et la maladie), sont bien venues du Système et ont été relayées, développées, exponentialisées par une presse mainstream aux ordres. Cette fameuse presse aux journalistes sérieux qui prétendument vérifient les faits... En réalité, une grosse bande de larbins, de lâches et de menteurs qui se révéleront dangereux pour la population.

Des journalistes forcément solidaires avec le pouvoir, comme le montre cette indécente « interview » où une pseudo-journaliste promue par la vague MeToo à la télé recueille sans broncher la pseudo-souffrance d’un ex-ministre responsable – et coupable – du covidisme :

 

 

Pour finir, Quenard cite son film où une « coordinatrice d’intimité » est venue gérer un baiser sur la bouche. Déjà, on rigole, parce que le MeToo du cinoche ne focalise pas sur le tournage, mais sur le hors-tournage, en amont, quand le film se prépare, au moment où les prédateurs attirent leurs proies par des promesses de carrière ou de fric, cet immense putariat accepté par tous, sauf par ceux qui ne peuvent plus en profiter, comme ces actrices déclassées, démonétisées, dont le cul ne vaut plus un kopeck et qui balancent aujourd’hui leurs prédateurs d’hier.

Une rumeur de plus dans un cinéma français pourri

 






Alerter

54 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Si vous voulez comprendre quand, comment et pourquoi a commencé la déliquescence du cinéma français, lisez "Le coq et le rat" de Claude Autant-Lara, ainsi que du même auteur "Les fourgons du malheur".
    En fin de lecture, voire même avant, vous serez complètement édifiés.

     

    Répondre à ce message

  • Il est beaucoup moins con qu’il n’en a l’air.
    Si vous analysez le fond de son discours et pas son look ou son accent, il résume assez bien les effets pervers des réseaux sociaux et des rumeurs.

     

    Répondre à ce message

    • s’il n’y avait pas les RS, l’information ne circulerait pas, la vraie, sauf par les journalopes ! pourquoi veulent-ils tuer les RS ? mr breton par exemple ! posez-vous la bonne question.

       
    • Ce Quenard est le prototype même de la racaille de par son look,son accent de blédard, sa façon de parler etc...
      Il me fait penser aux p’tits blancs racailleux de cité des années 2000 (et oui dans ces années-là il y avait encore pas mal de Blancs dans les cités) qui à l’époque faisaient de la surenchère dans la délinquance et les incivilités pour être bien vus par leurs congénères maghrébins.
      Il n’aurait pas du s’appeler Raphaël (encore un snorkie ?) mais Kevin.

       
  • Ayoye comment ça donne envie de regarder les films français modernes... Mon Dieu, plus je regarde tout ce qui vient de France plus ça me rappelle la scène du premier Indiana Jones à la fin où il ne faut surtout pas regarder la ce qui sort de l’arche sans quoi notre tête explose tellement c’est insupportable.

     

    Répondre à ce message

  • Vu l’époque, les baskets roses sont à charge à elles seules.

     

    Répondre à ce message

  • J’imagine une coordinatrice d’intimité sur le tournage du film avec Marlon brando Le dernier tango a paris,
    Elle aurait eue un paquet d’heures supplementaires la pauvre

     

    Répondre à ce message

  • #3364114

    Finalement, le seul acteur qui n’ait pas encore été accusé de harcèlement sexuel, c’est Rocco Sifredi.
    Quelle époque... !!

     

    Répondre à ce message

  • Je suis assez surpris par la majorité des commentaires précédents.
    Ce gars s’exprime très correctement et je trouve que ce qu’il dit tient la route.
    Quand a Mme Buzin , elle est toujours dans le confus et la pleurniche.

     

    Répondre à ce message

    • #3364610

      Mouloud Achour né en 1980 voilà pourquoi la société s’infantilise , un adolescent en surpoids complexé de 44 ans, dont la seule activité est d’interviewer des faux rebelles sans cause, rappeurs quadragénaires et quinquagénaires , midinettes du showbiz, acteurs enfants de 35 piges avec baskets rose et coupe d’adolescents en crise avec petit anneau dans l’oreille et gel dans les cheveux...
      Les médias sont devenus des cours de récréation et les spectateurs des enfants qui ne veulent pas grandir...
      On a tellement infantilisé la société, que les gens ne veulent plus cette aventure de la vie.
      Les gars veulent rester des enfants.
      L’aventure que devrait être là vie (devenir propriétaire, indépendant, père, époux, homme accompli,monter sa boîte, fonder foyer, famille, devenir responsable de son avenir et pas assister par l’État...) fait peur aux gars, c’est trop de responsabilités , trop de risques d’échecs...et on a peur de l’échec aujourd’hui.
      Mais la vie c’est ça prendre des risques, acheter, prendre un crédit, s’engager sur des projets, se monter à son compte, investir, etc... avec tous les risques d’échecs, de plantages et risques de cassages de gueules (c’est d’ailleurs pour ça que la vie est une aventure, parce que tout le monde ne va pas réussir, c’est le risque, c’est les règles .
      C’est pour ça que la société part en couille..
      Les filles veulent réussir être des starlettes, pour ça elles prennent des risques, coucheries, sexes, aventure d’un soir et les types ne se gèrent plus, guider par leur bite, incapable de se gérer, grisés par un succès éphémère...
      Un monde déresponsabilisé ou rien n’est grave... jusqu’à **"*

       

    • fait peur aux gars, c’est trop de responsabilités , trop de risques d’échecs...et on a peur de l’échec aujourd’hui.



      On a toujours eu peur de l’échec, la différence aujourd’hui c’est que l’échec est partout, càd que la probabilité de réussite est trop faible, si tant est que la notion de "réussite" soit encore quelque chose sur lequel on pourrait s’entendre. Il n’y avait pas de perdants pendant l’ancien régime, parce que chacun connaissait sa place, et que la vie n’était pas une arène de gladiateurs



      Mais la vie c’est ça, prendre des risques, acheter, prendre un crédit



      ben non justement, la vie ça n’a pas toujours été prendre un crédit. ça n’a pas toujours été si compliqué d’avoir un toit. Tu ne signais pas un bail de 20 ans avec la banque pour simplement te coucher sous un toit. Voilà pourquoi il y avait plus "d’aventure" avant. La seule aventure possible aujourd’hui, c’est celle du crédit, de l’investissement (génial !), il est normal qu’un peuple composé à 90% de descendants de paysans n’ait pas la fibre financière et que ça ne le fasse pas trop bander, ce monde tertiarisé. Il faudrait donc que j’hypothèque ma maison pour pouvoir monter ma "boîte" (déjà le nom fait pas bien grand..) qui va vendre des trombones ou des composants électroniques, ou faire des moules à tarte ? Même ceux qui le font n’ont qu’une idée en tête : se faire racheter, tellement c’est un boulot de con (ou de petit malin), avec lequel on ne tient pas une vie. En fait ça n’est sans doute même pas un travail au sens éternel, ça ressemble plutôt à une "affaire", ou un buisness comme on dit aujourd’hui.

      Normal que peu de gens soient motivés pour monter ce genre d’Empire qui a toutes les chances de se faire battre déloyalement par toute société en provenance des States qui aura le dollar et l’armée américaine avec elle (et oui, si tu veux jouer, il faut te souvenir de qui est l’arbitre de ce jeu qu’on t’a imposé).

      Ya plein d’autres raisons, moins "nobles" évidemment (relâchement, goût de la gratuité, baisse de la volonté, addictions, drogues..) mais la raison la plus profonde c’est que ce monde débande littéralement, car la vie qu’il a créé est sans intérêt, et l’amour propre des occidentaux est au fond des chaussettes. Etre "sûr de soi-même et dominateur", ça se cultive, ça ne pousse pas tout seul. Si t’as plus la foi, et que le premier immigré venu a plus d’énergie et d’envie que toi à soutirer sa part au cadavre européen, ben tu seras remplacé.

       
  • Star des années 1990, le prestidigitateur américain David Copperfield fait l’objet d’accusations de violences sexuelles par seize femmes, dont certaines étaient mineures au moment des faits qu’elles dénoncent, rapporte The Guardian.Trois de ces femmes assurent que le magicien les a droguées, avant qu’ils aient des relations sexuelles non consenties. Le journal britannique affirme avoir interrogé quelque 100 personnes et avoir consulté des dossiers de police et de justice tout au long de son enquête, qui porte sur une période allant de la fin des années 1980 à 2014.

     

    Répondre à ce message

  • On dirait qu’il essaie d’imiter Vincent Gallo (en moins drôle)

     

    Répondre à ce message

  • Je viens de voir la liste, en gros tout le monde est visé, les acteurs les plus populaires du moment dont Pierre Niney ? il semble difficile de l’imaginer en prédateur ? Lellouche et Rouve ont davantage la tête de l’emploi mais on ne juge pas quelqu’un sur son physique, quand à se Quenard que je ne connaissais, pas il à l’air d’aimer la fête, il se défend assez bien, c’est dommage cette diction, ça enlève du poid à ces propos, et puis il risque de se cantonner à des rôles assez clichés, avec ce style bad boy, ça fait penser à l’autre qui est tatoué de la tête au pied, j’ai oublié son nom, Nicolas quelque chose, pas dans liste, pour l’instant...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents