Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Front musical #12 – Le chant grégorien

Musique & Polémique

Front musical est l’une des nombreuses émissions d’ERFM. Présentée par Silvestrik, cette émission vous fera découvrir l’histoire et l’actualité de la musique d’un point de vue rarement diffusé sur les ondes conformistes !

 

La présentation de cet épisode :

Le chant grégorien devient le chant de la liturgie catholique avec le pape saint Grégoire le Grand à la fin du VIe siècle. Plus ancien répertoire de la civilisation européenne, il est à l’origine de la seule écriture musicale de l’histoire de l’humanité et il est toujours chanté actuellement dans son cadre liturgique.

Pour présenter cette douzième émission du Front musical, Silvestrik a fait appel à Benoît Neiss, ancien président d’Una Voce, professeur émérite de lettres à l’université de Strasbourg et chef d’un chœur grégorien depuis plusieurs décennies.

Silvestrik

 

Morceaux diffusés :

- Te Decet Laus, Hymne des Matines, Chœur des moines de l’abbaye d’En-Calcat, Studio SM, 1963
- Ave Maria, Chœur des moines de l’abbaye de Solesmes, Studio SM, 1988
- Exultet, Louange pascale, Chœur des moines de l’abbaye de Ligugé, Studio SM, 1960
- Kyrie Eleïson, Chants de l’Église de Rome, Ensemble Organum, Marcel Pérès, 2008
- Complies cisterciennes, Chœur des moines de l’abbaye des Sept-Fonds, Studio SM, 1962
- Crucem sanctam, Le Chant des Templiers, Ensemble Organum, Marcel Pérès, 2006

 

Écouter l’émission :

Soutenez E&R avec odysee.com

 

Pour écouter et télécharger l’émission en podcast,
rendez-vous sur le site d’ERFM !

 

Rejoignez le fil Telegram d’ERFM pour vous tenir informé des nouveautés

 

 






Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2903830
    Le 11 février à 09:04 par Élisée
    Front musical #12 – Le chant grégorien

    Super. Il vit encore ? Il était prof de français spécialisé dans la littérature du 17e siècle, je crois.
    Sa chorale d’étudiants (principalement en musicologie ?) a chanté aux obsèques d’une connaissance à moi.
    Pas encore écouté l’émission.
    En Allemagne, on entend de la musique grégorienne même dans les églises luthériennes. J’en ai entendu à Augsbourg, ville de Luther, mais le Land est catholique. Il avait beaucoup d’adversaires dans sa ville.

     

    Répondre à ce message

  • #2903849
    Le 11 février à 10:10 par Pamfli
    Front musical #12 – Le chant grégorien

    Le chant grégorien puis Louis le Dernier, dit Céline... E&R nous gâte !
    Merci beaucoup.

     

    Répondre à ce message

    • #2904144
      Le 11 février à 17:59 par tintin
      Front musical #12 – Le chant grégorien

      J’ai 36 ans, et pour des raisons personnelles sérieuses - de santé - bien plus jeune j’ai été amené, grâce à ma famille elle-même traditionnelle et conservatrice pour mon plus grand salut, à traverser diverses péripéties dont quelques jours isolé en prieuré (par l’intermédiaire duquel j’ai pu faire la connaissance de personnes soignantes familières avec la foi - ce détail n’ayant ici aucune importance, passons, je cherche juste ici à expliquer la justification de ma visite dans un tel lieu) en région parisienne, où l’on pratique le chant religieux : le quotidien de la vie monacale, quoiqu’on ne peut plus sobre, ne peut se retranscrire simplement - fascinante d’élégance par l’abandon des fausses valeurs aujourd’hui souveraines à peu près partout au sein du monde occidental.
      A ceux, religieusement Français, donc catholiques, qui se trouvent avoir la chance de trouver ce type d’endroit défait de pensée moderne dans leur localité : tâchez de faire votre possible pour gagner quelques jours isolés au sein des vôtres religieusement par l’intermédiaire d’une petite somme d’argent (l’accueil de ceux qui sont en recherche de paix et de confort spirituel ne saurait être refusé à ceux qui se déclarent être dans le besoin) : partager cette vie on ne peut plus simple faite d’activités variées autour de la prière, soyez sûrs que vous vous en élèverez à la Française - avec une majuscule gothique en granit de 50 mètres de haut, s’il vous plaît.

      J’aurais aimé également connaître dans mon petit quotidien le chant grégorien, mais je n’ai pas eu cette chance, aussi je me réserve cette fascination avec une écoute peu fréquente... Afin de ne pas en acquérir une familiarité. Et je considère chaque moment que je me réserve à cette écoute comme une chance de paix de quelques minutes dans ce monde de fous, pour rester poli.

      Cela dit, merci Egalité & Réconciliation de répandre un intérêt pour cette discipline du chant qui élève plus qu’on ne voudrait le croire à première vue.

      (je n’ai pas encore écouté l’émission, je reviendrai après si je trouve autre chose à dire - mais merci encore à vous !)

       
    • #2908062
      Le 17 février à 12:06 par curieux
      Front musical #12 – Le chant grégorien

      Salut Tintin ! Où ça en région parisienne ? J’imagine que pour le chant grégorien, il faut déjà avoir certaines connaissances ou aptitudes en musique !

       
  • #2903980
    Le 11 février à 12:58 par Roland
    Front musical #12 – Le chant grégorien

    Magnifique émission.
    M’en vais derechef, écouter et réécouter ce splendide répertoire, sous sa forme enregistrée, en attendant la fin des mesures sanitaires pour aller le vivre dans les églises et les abbayes qui le pratiquent encore...
    Une question à Benoît Neiss : Connaissez-vous la source de la citation de Mozart ? Dans sa correspondance ?
    Merci d’avance si vous lisez ce commentaire.

     

    Répondre à ce message

  • #2904080
    Le 11 février à 15:31 par paramesh
    Front musical #12 – Le chant grégorien

    le chant grégorien est une musique modale, ce qui explique qu’elle soit acceptée partout où la musique modale est pratiquée c-a-d par toutes les musiques traditionnelles.
    cela dit l’écriture de la musique est aussi une invention purement indienne et comme pour l’écriture du grégorien, ce n’est qu’un aide mémoire, c’-a-d qu’il faut malgré tout avoir une transmission orale pour exécuter un morceau correctement. cela est d’ailleurs volontaire en Inde, la transmission doit rester humaine et inclure le facteur temps (l’apprentissage).
    Pour l’Eglise catholique, l’écriture de la musique répond à un désir de contrôle, à une politique musicale, écriture qui donnera plus tard la musique savante qui sortira du modal.
    mais je reste convaincu que la dimension spirituelle qui était à l’origine du chant grégorien ne pouvait se transmettre qu’oralement. l’écriture n’étant qu’un aide mémoire pour un répertoire devenant trop important pour être mémorisé entièrement..

     

    Répondre à ce message

  • #2904306
    Le 11 février à 21:56 par Pur-sang Breton
    Front musical #12 – Le chant grégorien

    Prier, c’est bien. Prier par/avec le chant c’est encore mieux !
    Dans un style un peu différent du chant grégorien (et encore assez méconnu dans nos contrées) mais se situant toujours à peu de choses près, dans le même registre à la fois religieux et musical avec les choeurs. L’influence Byzantine de ce chant Grec-orthodoxe dédié à la Vierge me donne des frissons à chaque écoute :

    https://www.youtube.com/watch?v=i-3...

    J’espère qu’il en sera de même pour vous ! Amis de Dieu et adorateurs des belles choses de la vie, bonne écoute et/ou prière.

     

    Répondre à ce message

  • #2904774
    Le 12 février à 15:24 par franhou
    Front musical #12 – Le chant grégorien

    Bonjour et grand merci pour cette émission sur le chant grégorien et ses intervenants.
    Je voudrais ajouter des précisions pour apporter peut-être des compléments à ce qui est dit.
    1° Il est plus que probable que le Christ ait entendu des chants dans les synagogues. Toutefois il est possible que le chant liturgique était pratiqué par les célébrants eux-mêmes et peut-être pas par la foule, sauf s’il y avait des "réponds"
    2° La continuité entre la Synagogue et l’Église catholique (romaine) se fait par les Psaumes. Les Chrétiens ayant au cours du temps créés de nouveaux chants adaptés à leurs textes. Mais la traditions et la pratiques musicales est, immanquablement, passée par là ...
    3° Oui, il y a une organisation et une classification des chants "grégoriens" vers le Ve ou VIe siècle, mais pas seulement. La forme de la liturgie a aussi beaucoup évolué avant de s’organiser en deux temps successifs comme maintenant : une partie d’enseignement et de commentaires des textes bibliques, ensuite une partie essentiellement sacramentelle (dont l’Eucharistie, sacrifice renouvelé de la mort et résurrection de Jésus-Christ).
    4° Attention, la théorie des neumes ne date pas des années 800 comme on risquerait de la comprendre, mais fait bien partie de la pratique antique qui a permis justement de mémoriser environs 2000 mélodies.
    ce qu’on appelle un neume est une forme (une cellule) mélodico-rythmique de une, deux, trois ou plusieurs notes. On peut ensuite les assembler pour faire des "mélismes" où on peut parfois avoir cinq, six, voire plus de dix notes sur une seule syllabe.
    On rejoint en cela les pratiques de la mise en musique de la littérature de la Grèce ancienne et dont on a conservé des données.
    5° Ces cellules mélodiques s’inscrivent dans des modes (gammes de sept notes) dont les notes de référence sont synthétisées dans les Huit Tons de l’Église par ré, mi fa ou sol. Un seconde note à la tierce, la quarte, la quinte ou la sixte crée un second palier d’attraction ou de récitation autour de laquelle la mélodie va également évoluer au cours de la pièce.
    6° C’est évidemment ce système référenciel et compositionnel, oralement transmis qui a permis de créer et d’entretenir tout le répertoire musical. Dans la pratique il était important qu’un "maître de chant" connaisse cette pratique. Il pouvait ensuite apprendre les mélodies aux chantres qui eux mémorisaient les textes chantés.
    À suivre
    _

     

    Répondre à ce message

  • #2904945
    Le 12 février à 19:15 par franhou
    Front musical #12 – Le chant grégorien

    Suite ...
    7° La tradition byzantine s’inspire de ces pratiques tout en ayant ajouté l’ison ou Bourdon (vers le XVIe siècle ?). Il s’agit là d’une note tenue et permettant d’accentuer les intervalles successifs dissonant ou consonant de la mélodie.
    8° En Occident, suite à l’apparition de la notation au VIII-IXe siècles, puis de la portée vers les X-XIe siècles, on a développé la polyphonie sur base du Bourdon d’abord (note tenue d’où "teneur" ou ténor). pour rendre petit à petit la tenue plus souple et mobile, voir commentant ou imitant la mélodie principale. On arrive donc au "contrepoint" (note(s) contre note(s)). l’École de Notre-Dame de Paris (ville en plein essor politique et universitaire) est un des représentants les plus significatifs et documentés sur ces nouvelles pratiques et ce, dès les XIIe et XIIIe siècles.
    9. Enfin, sur base de l’organisation liturgique établie à Rome, s’il y a eu des traditions et des maîtres de chant à travers toute l’Europe chrétienne, il semble que les Gaulois ont pris une place dominante dans la constitution et la sélection du répertoire standard ou "officiel" tant il étaient habiles en inventivité et ornementation vocale.
    10. Si le chant grégorien a survécu jusqu’à nos jours dans la liturgie (aujourd’hui dans le rite "extraordinaire" donc "traditionnel") il a été le support à de très nombreuses musiques vocales, instrumentales jusqu’à l’opéra ou l’oratorio et diverses compostions encore aujourd’hui (je fais d’ailleurs moi-même des pièces où sont combinés langage atonal et des mélodies grégoriennes ...)
    Divers thèmes ou surtout des mélodies d’hymnes ont été réutilisées par les Protestants pour leurs cantiques.
    11. Selon Marcel Pérès, la tradition vocale coranique est issue des méthodes et de la pratique du chant grégorien.

    Cordialement

     

    Répondre à ce message

    • #2905378
      Le 13 février à 10:58 par Graziella
      Front musical #12 – Le chant grégorien

      Merci mais j’ai du mal à suivre dans certains paragraphes. Pas la culture nécessaire
      Un peu comme l’article sur le gnosticisme publié sur E & R que j’avais encore moins bien compris. De M. Reynouard ?
      Bonne chance !