Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Une science en quête d’âme

Entretien avec le professeur Roman Zubarev

« J’aime les scientifiques mais ils vont tous nous tuer », a déclaré Jon Stewart dans l’émission The Late Show with Steven Colbert. La science a atténué nos souffrances autour d’une pandémie qui a très probablement été causée par la science, a-t-il déclaré au public. (Vous trouverez ici une réponse acerbe à l’émission sur Unz Review). Est-ce vrai ? La science et les scientifiques nous sauvent-ils ou nous tuent-ils ? Jusqu’à quel point pouvons-nous leur faire confiance ? C’est devenu une question pertinente car maintenant, ils ne se contentent plus de rester dans leurs laboratoires mais aspirent en fait à nous gouverner comme le font Anthony Fauci et ses semblables.

 

Cette aspiration s’exprime dans une lettre ouverte rédigée par des lauréats du prix Nobel et d’autres dignitaires qui exigent que nous leur cédions la gestion planétaire que l’Église avait, ou prétendait avoir au Moyen Âge. Une déclaration aussi ahurissante est passée sans attirer beaucoup d’attention, ce qui en dit plus long sur les médias que sur l’ampleur de l’événement lui-même. Après tout, depuis le XIe siècle, personne n’avait encore prétendu guider l’ensemble de l’humanité.

La lettre, intitulée « Notre planète, notre avenir : Un appel urgent à l’action », affirme que la science est la nouvelle Église de l’humanité, bienveillante et sage.

« La science est un bien commun mondial en quête de vérité, de connaissance et d’innovation pour une vie meilleure. [Nous voulons] promouvoir une transformation vers la durabilité mondiale pour la prospérité et l’équité. Les émissions mondiales de gaz à effet de serre doivent être réduites de moitié et la destruction de la nature doit être arrêtée et inversée. »

Ils affirment que le Covid-19 est une « zoonose », véhiculée par les chauves-souris et les pangolins – la lettre a été publiée fin avril, juste avant la miraculeuse volte-face du consensus scientifique sur ce point. Les scientifiques proposent sept principes pour régir notre vie, et certains d’entre eux sont d’une portée considérable. Devons-nous accepter leurs recommandations ?

Pour en discuter, je me suis adressé à l’un des principaux scientifiques contemporains, le professeur Roman Zubarev. C’est un homme audacieux et franc qui n’a pas peur de dire ce qu’il pense – une qualité rare parmi cette multitude plutôt timide ! Roman Zubarev dirige un laboratoire de l’Institut Karolinska, sans doute la meilleure institution scientifique de Suède, qui a été fortement impliquée dans la sélection et la nomination des lauréats du prix Nobel. Dans une première impressionnante, il a formé une cellule vivante à partir de matière morte. Il a découvert la résonance des isotopes, un phénomène lié à la création de la vie.

 

ISH : Récemment, les lauréats du prix Nobel se sont réunis et ont publié un « Appel urgent à l’action » à l’humanité, au nom de la science. Il semble qu’ils souhaitent former un gouvernement mondial, un rêve séculaire de divers visionnaires, de HG Wells et Shaw à Schwab et Gates. Que suggèrent réellement les scientifiques et devons-nous, en tant qu’humanité, répondre à leur appel ?

RZ  : J’ai été à la fois perplexe, troublé, exalté et provoqué par cet appel. Habituellement, lorsqu’un lauréat du prix Nobel s’exprime, cela vaut la peine d’y prêter attention. Ici, c’est toute une équipe de lauréats du prix Nobel et d’autres experts estimés qui ont rédigé une lettre. Je l’ai lue plusieurs fois, en essayant de comprendre le sens profond, caché sous ce qui semble être un signal vertueux – des appels pour tout ce qui est bon et contre tout ce qui est mauvais. Mais il ne me viendrait pas à l’esprit de les critiquer si ce n’était de la longue tradition de l’examen par nos pairs dans la recherche. Les scientifiques qui ont rédigé et signé la Lettre doivent être bien habitués à une analyse critique implacable de leurs écrits par des réviseurs souvent – mais pas toujours – anonymes. J’ai donc pensé qu’il valait mieux traiter la Lettre comme s’il s’agissait d’un manuscrit de recherche en attente d’agrément pour publication.

 

Et quel est votre verdict ?

La Lettre présente un paysage très inégal, avec des pensées profondes et des suggestions apparemment plutôt superficielles.

Une pensée particulièrement frappante est éparpillée dans toute la Lettre. J’ai dû reprendre des phrases pertinentes ici et là pour assembler un message complet et cohérent. La voici : Notre monde est en danger à cause de deux facteurs – la dégradation de l’environnement et l’inégalité, et si l’on ne résout pas le second problème, on ne peut pas résoudre le premier.

Ils parlent de transformation globale et disent qu’une base essentielle pour cette transformation est de s’attaquer aux inégalités déstabilisantes dans le monde. Ils citent également Joseph Stiglitz, lauréat du prix Nobel de 2001, qui a déclaré que la seule prospérité durable est une prospérité partagée. De fait, c’est ce que disait Karl Marx , pour l’essentiel, 150 ans plus tôt.

Il semble qu’à présent, les plus grands scientifiques du monde appellent à une révolution mondiale, comme Marx le faisait en son temps. Cela semble être la conclusion la plus logique à laquelle on puisse arriver après une lecture attentive de la Lettre.

Tout d’abord, les auteurs admettent, ce qui est tout à leur honneur, que la science n’est pas une solution au plus grand problème du monde, mais plutôt une composante essentielle de ce problème. Ils disent : Dans l’ensemble, les progrès technologiques réalisés jusqu’à présent ont accéléré la déstabilisation de la planète. Ils disent également que le progrès scientifique a conduit à des niveaux d’urbanisation plus élevés, alors que l’urbanisation exacerbe les inégalités existantes et en crée de nouvelles.

En outre, et c’est tout à leur honneur, ils en rejettent implicitement la responsabilité sur le capitalisme en tant que système socio-économique : si tous les membres de la société contribuent à la croissance économique, les riches, dans la plupart des sociétés, s’approprient de manière disproportionnée la plus grande part de cette richesse croissante. Cette tendance s’est accentuée au cours des dernières décennies.

Le message est assez clair : si nous ne voulons pas perdre la planète, nous devons la réparer au cours de cette décennie et, pour ce faire, nous devons changer le système socio-économique mondial. Aucune avancée scientifique ne peut se substituer à un tel changement, car dans le capitalisme, les réalisations technologiques ne peuvent qu’exacerber les inégalités. C’est assez révolutionnaire !

 

Que suggèrent-ils en termes pratiques ?

Pas grand-chose. Il semble que, en tant que scientifiques, ils s’intéressent davantage au diagnostic du problème et à l’esquisse d’une solution généralisée qu’à la formulation de conseils réalistes.

D’un point de vue pratique, il y a un mélange de sept suggestions. Celle qui concerne la politique est la plus étroitement liée au système socio-économique. Cependant, elle semble étrange et faible : compléter la mesure actuelle de la réussite économique, le produit intérieur brut (PIB), par une sorte de mesure du véritable bien-être des personnes et de la nature.

Je ne suis pas économiste et peut-être est-ce une excellente suggestion. Mais pour moi, elle ressemble à une proposition visant à fusionner le dollar américain avec des « likes » afin de créer une nouvelle monnaie de réserve mondiale. Pour autant que je sache, le PIB n’est qu’un chiffre utilisé dans les rapports économiques, et il n’a que peu de rapport avec les processus économiques réels, sans parler de la structure du système socio-économique. Il existe déjà un certain nombre d’indices socio-économiques permettant de classer les pays, et on ne voit pas pourquoi un plus grand nombre d’indices résoudrait le problème de l’inégalité.

Une suggestion en matière de Finance & Business semble également un peu faible : les entreprises doivent recycler davantage. Mais ils suggèrent ensuite que les externalités économiques, environnementales et sociales soient évaluées sous le prisme équitable. Je me souviens de l’exigence de Brejnev, très ridiculisée dans l’ancienne URSS après sa disparition en 1982, selon laquelle « l’économie doit être économique ». Mais contrairement à la déclaration inoffensive de Brejnev, celle-ci a rapidement montré les dents sous la forme de la récente taxe carbone de l’UE. Malheureusement, ces dents semblent bien mordre la main du tiers-monde qui les nourrit.

Il y a encore quelques autres bonnes suggestions. Dans le domaine de l’éducation, la Lettre appelle à l’enseignement dans les universités de l’intendance planétaire. C’est bien ! J’espère que le programme d’enseignement comprendra la Biosphère de Vladimir Ivanovich Vernadsky, publiée il y a presque un siècle, en 1926. Il est grand temps que nous pensions à notre planète comme à un système unique qui ne reconnaît pas les frontières artificielles des pays. Bien sûr, il faut faire attention à ne pas créer un gouvernement mondial monstrueux et oppressif. Grâce à la diversité des pays, les dissidents peuvent toujours trouver refuge quelque part, et nous ne pouvons pas risquer de perdre cela.

Une autre bonne suggestion pour le monde des affaires : nous devons développer de nouveaux modèles commerciaux pour le libre partage de toutes les connaissances scientifiques. Je ne saurais être plus d’accord ! En raison de la situation actuelle en matière de droits d’auteur, les bibliothèques universitaires sont obligées de payer des sommes exorbitantes pour avoir accès aux publications que nous, scientifiques, écrivons et révisons gratuitement. Les chercheurs qui n’ont pas le privilège d’avoir accès à des bibliothèques universitaires bien financées doivent payer plusieurs dizaines de dollars pour lire un seul article de quelques pages seulement.

Cette situation est en train de changer, mais la principale bataille pour la gratuité de l’information est encore à venir. Quelques sites web « pirates » existants mais harcelés sans relâche, qui offrent des téléchargements gratuits de littérature scientifique, en ont sans doute fait plus pour promouvoir la science dans les pays moins développés que les grandes universités occidentales.

Les autres suggestions de la lettre semblent pleines de contradictions et d’idées fausses. L’innovation axée sur les missions, par exemple, appelle à une collaboration à grande échelle entre les chercheurs, les pouvoirs publics et les entreprises, alors que la Lettre admet ailleurs que 100 ans d’une telle collaboration ont abouti à l’exacerbation des pires problèmes du monde.

Dans le domaine des technologies de l’information, la suggestion selon laquelle les sociétés doivent agir de toute urgence pour contrer l’industrie de la désinformation se rapproche dangereusement d’un appel à la censure mondiale des réseaux sociaux. Une telle pensée devrait être étrangère à tout scientifique qui adhère véritablement au principe de la Magna Carta Universitatum selon lequel la liberté de recherche et de formation est fondamentale pour la vie universitaire.

L’appel lancé dans le domaine de l’éducation pour n’enseigner que ce qui relève du consensus scientifique est tout aussi déroutant. Les auteurs et les signataires doivent savoir mieux que quiconque que le consensus scientifique est surtout utilisé en science pour la soi-disant « hypothèse nulle » qui doit être prouvée fausse par chaque nouvelle découverte scientifique. Et puisque l’éducation et la recherche sont inséparables selon la Magna Carta, enseigner uniquement le « consensus scientifique » signifie que la recherche se fait principalement dans le cadre de l’hypothèse nulle. Si elle était mise en œuvre, cette suggestion entraînerait probablement la mort de la science moderne telle que nous la connaissons et la résurrection du cadavre zombie de la scolastique.

L’histoire est souvent assez cruelle pour faire goûter aux médecins le médicament amer qu’ils prescrivent. C’est une vieille histoire : il y a deux mille ans, Li Si avait institutionnalisé les châtiments des « cinq douleurs », et il y a été lui-même soumis en temps voulu. Ceux qui réclament la persécution politique des dissidents se voient eux-mêmes persécutés ; il suffit de penser à Trotski. Ceux qui prônent la censure se font censurer eux-mêmes – les exemples sont trop nombreux pour être cités. Apparemment, il n’y pas de prix Nobel décerné pour la connaissance de l’histoire.

Et le retour de l’histoire peut se matérialiser assez rapidement. À la date de signature officielle de la Lettre, le 29 avril, le « consensus scientifique » était que le SRAS-Cov2 était un virus naturel, et la Lettre imputait consciencieusement la pandémie de Covid-19 à la destruction des habitats naturels, aux sociétés fortement connectées et à la désinformation (!). Aujourd’hui, le consensus croissant parmi les scientifiques indépendants et le grand public est que le virus est une création de laboratoire. Ce consensus émergent signifie-t-il que la Lettre diffuse de la désinformation et doit être bannie des réseaux sociaux ? Question purement rhétorique, bien sûr....

 

D’autres aspects du texte qui ont retenu votre attention ?

Les méandres des arguments scientifiques selon lesquels notre monde est condamné à moins que... La Lettre parle de la survie de toute vie sur cette planète, un enjeu assez important, et pourtant tout ce dont nous pouvons être sûrs, c’est qu’en matière de températures, nous sommes à 1,2°C au-dessus du niveau préindustriel (1850-1900). Cela ne semble pas beaucoup, surtout si l’on sait que la moitié de cette valeur avait déjà été atteinte dans les années 1940, alors que les émissions de CO2 dues à l’activité humaine étaient beaucoup plus faibles.

Même l’affirmation selon laquelle nous connaissons la température la plus chaude sur Terre depuis la dernière période glaciaire, il y a environ 20 000 ans, ne semble pas trop dangereuse – à cette époque, les arbres poussaient au-dessus du cercle polaire arctique.

La Lettre affirme également que nous perdons la résilience de la Terre, mais la résilience de l’environnement est difficile à surestimer : en Sibérie septentrionale, par exemple, les températures moyennes ont fluctué de quelque 20 °C entre 46 000 et 12 000 ans, et pourtant le milieu de vie est resté stable.

La Lettre indique également qu’il existe un risque de réchauffement de >3°C en 80 ans, ce qui ne s’est pas produit depuis au moins 3 millions d’années. Mais même en supposant que cette projection soit plus exacte que les précédentes prédictions de catastrophe qui ont échoué, il y a 50 millions d’années, la Terre était beaucoup plus chaude que cela. Les palmiers qui poussent dans la région arctique et dans l’Antarctique ne sont guère compatibles avec la mort annoncée de toute vie sur la planète.

Je ne suis pas contre l’idée que le climat mondial change, et l’hypothèse selon laquelle l’activité humaine y contribue est plausible. Mais ce qui m’inquiète, c’est que, lorsqu’elle parle de changement climatique, la Lettre ne mentionne pas les effets positifs du réchauffement de la planète, comme l’augmentation de la productivité des terres dans la vaste partie nord de l’hémisphère nord. D’une manière générale, il semble qu’il y ait eu récemment une pénurie de discussions compétentes sur le changement climatique, qu’elles soient pour ou contre. Les arguments de circonstance, sans modélisation informatique fiable et vérifiable, n’inspirent pas confiance. De manière inquiétante, les discussions sur les effets positifs du réchauffement climatique sont aujourd’hui interdites dans les médias grand public.

Et même si une analyse approfondie montre que les « contre » l’emportent et que le changement climatique mondial induit par l’homme est mauvais pour l’humanité, le remède pourrait être pire que le mal. La lettre indique que les émissions mondiales de gaz à effet de serre doivent être réduites de moitié au cours de la décennie 2021-2030. Comparez cela aux effets mondiaux de la pandémie de Covid-19 : en 2020, les émissions de carbone dues à la consommation d’énergie ont diminué de 6,3 %, mais le PIB mondial s’est contracté dans des proportions presque équivalentes, de 5,2 %. Quel impact sur l’économie mondiale aura une réduction de 50 % de la production et de la consommation de combustibles fossiles, compte tenu de la nécessité économique de disposer de sources d’énergie fiables ? Les « énergies renouvelables » intermittentes ont déjà atteint leur maximum presque partout dans le monde développé, et on ne peut pas en ajouter beaucoup sans rendre l’approvisionnement énergétique peu fiable. Nous avons déjà repoussé très loin les limites de l’énergie verte durable, et si la nouvelle génération de fanatiques de l’environnement sait quelque chose que la précédente ne savait pas, elle devrait partager ce savoir avec le monde entier.

Il serait peut-être plus honnête d’admettre que nous vivons d’ors et déjà le pic pétrolier et que, quoi que nous fassions maintenant et quel que soit le prix du baril de pétrole, la production de pétrole commercialisable diminuera inévitablement. Cela s’est déjà produit une fois avec le pétrole conventionnel au milieu des années 2000, mais la cavalerie américaine est alors venue à la rescousse du monde, en exploitant le potentiel du pétrole de schiste. Cette solution a fonctionné pendant un certain temps, mais s’est avérée n’être qu’une solution temporaire. Aujourd’hui, le déclin de la production pétrolière semble inévitable et, selon certaines projections, il pourrait atteindre 50 % d’ici 2030. Si cela se produit, les souhaits des auteurs ainsi que les plans de l’UE visant à réduire les émissions de carbone de 55 % par rapport à 1990 se verront automatiquement réalisés.

Ou peut-être pas, car de nos jours, il faut brûler beaucoup de pétrole pour produire du pétrole commercial. Et dans le passé, avec le pic pétrolier, il fallait brûler de plus en plus de pétrole pour produire de moins en moins de pétrole commercialisable. Et tout ce pétrole brûlé se transforme en CO2. C’est probablement la raison pour laquelle un pays aussi (ostensiblement) « soucieux de l’environnement » que le Canada, au lieu de diminuer son niveau d’émissions de CO2, l’a vu augmenter de 3 % entre 2016 et 2019, et depuis 1990 l’augmentation est de plus de 21 %.

Il est donc logique que les baisses de production d’énergie fossile du Peak oil passées puissent s’accompagner d’une augmentation simultanée des émissions globales de CO2. Pire encore, la réduction artificielle de la consommation de pétrole est destinée à maintenir les prix du pétrole à un niveau bas, mais lorsque le coût d’extraction d’un baril de pétrole dépasse la valeur marchande de ce baril, l’extraction s’arrête tout simplement. Et avec cela, la production mondiale de la plupart des autres biens, y compris la nourriture, s’arrêtera également. Nous serons alors réduits à utiliser des animaux de trait pour l’agriculture et ce que l’on appelait par euphémisme la « terre de nuit » pour les engrais. C’est cela, et non le réchauffement de la planète, qui constitue le véritable scénario cauchemardesque.

Mais que le réchauffement climatique serve ou non de couverture à l’épuisement du pétrole économique, le problème de la décarbonisation est peut-être trop compliqué pour être modélisé de manière fiable aujourd’hui. La Lettre admet que personne ne sait avec certitude ce qui fonctionnera. Si c’est le cas, on ne peut reprocher aux zélateurs de l’environnement que d’avoir surfacturé leurs projections peu fiables, plutôt que d’avoir délibérément détruit l’économie mondiale.

La réduction brutale et radicale de la consommation de combustibles fossiles, qu’elle soit causée par l’absence physique de pétrole ou par l’interdiction politique de son utilisation, aura presque certainement des conséquences désastreuses sur l’économie mondiale. L’UE espère se protéger de ce désastre en investissant 1 800 milliards d’euros dans la mise en œuvre de son programme de réduction de 55 % des émissions de CO2 et des mesures connexes. Parallèlement, des tarifs douaniers sur le carbone déjà mentionnés sont en cours d’introduction (mécanisme d’ajustement aux frontières pour le carbone, CBAM). Ils visent ostensiblement à uniformiser les règles du jeu mais, en réalité, ils nuisent à de nombreux pays en développement, comme le Mozambique, la Guinée, la Sierra Leone, le Ghana, le Cameroun, le Zimbabwe, etc. Comment ces dommages causés au tiers-monde cadrent-ils avec l’objectif de réduction des inégalités mondiales ? Ce qui est sûr, c’est que certains peuples doivent payer la facture des rêves des écologistes occidentaux, et il semble que ce soit justement ceux des pays pauvres.

Étant donné que la Lettre prévient que le changement climatique [devrait] aggraver les inégalités, et que l’inégalité est déclarée être le problème de fond, les actions de l’UE devraient rendre les auteurs et les signataires furieux. Comment l’UE pourrait-elle agir sur le climat mondial sans s’attaquer d’abord au problème de l’inégalité et, en fait, risquer d’accroître l’inégalité mondiale ?

La lettre appelle à une gestion planétaire par les 193 nations qui ont adopté les objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies. Toutes ces nations, ou du moins leur majorité, ont-elles approuvé la taxe carbone CBAM de l’UE ? Si ce n’est pas le cas (et je doute sincèrement qu’elles l’aient fait), il semble y avoir une violation majeure de l’appel de la Lettre en faveur d’une prise de décision collective.

Cela pourrait être un test décisif pour la sincérité de la Lettre. Si les auteurs et les signataires élèvent la voix pour reprocher à l’UE de mettre la charrue avant les bœufs, ils mériteront des félicitations. Mais s’ils restent silencieux ou approuvent la ligne de conduite de l’UE, la lettre peut être rejetée comme une simple feuille de vigne.

Compte tenu des références des auteurs et des signataires, ce serait une grande déception. Mais on peut probablement être pardonné de ne pas retenir son souffle dans l’attente d’un résultat satisfaisant. Après tout, certains signes dans la lettre montrent que les auteurs eux-mêmes ne la prennent pas très au sérieux. Par exemple, la fin est bien décevante :

« Le potentiel à long terme de l’humanité dépend de notre capacité à valoriser aujourd’hui notre avenir commun. En définitive, cela signifie valoriser la résilience des sociétés et la résilience de la biosphère de la Terre. »

Attendez une minute ! On pensait que le but de la Lettre était de créer un sentiment d’urgence, car la survie même de la vie sur Terre était en danger. Et au final, il n’y a que ça ? Le danger pour notre potentiel à long terme ne préoccupe pas beaucoup la plupart des gens aujourd’hui parce que, premièrement, c’est du long terme, et deuxièmement, c’est juste du potentiel.

De plus, qu’est-ce que cela signifie – valoriser la résilience de quelqu’un ? Se fier à sa capacité à faire face aux défis actuels ? Dans ce cas, si nous valorisons la résilience des sociétés et la résilience de la biosphère de la Terre, nous devrions simplement nous retirer, en nous fiant respectueusement à leur capacité à résoudre les problèmes émergents par eux-mêmes. Je suis confondu, mais les auteurs de la lettre semblent l’être aussi.

 

Pour résumer vos propos, nous pouvons conclure : La science n’est pas faite pour guider les gens. La science n’a pas de morale, pas d’éthique, pas de sentiment de bien ou de mal. C’est un outil, comme un tracteur. Un tracteur excellent et puissant, mais un tracteur quand même. Ce sont les hommes qui décident comment utiliser le tracteur – ou comment utiliser la science. Un tracteur ne vous dirait pas quoi faire ; la science non plus. La science n’est pas une église, elle n’est pas censée guider les gens ; ce sont les gens qui doivent guider la science. Les gens comprennent ce qui est bon et ce qui est mauvais, ce qui est bien et ce qui est mal. Ce n’est pas le cas de la science. Quiconque parle au nom de la science est un imposteur, comme un prêtre qui parle au nom d’une idole. À une différence près : Dieu peut parler aux gens, peut-être, parfois. La science ne peut pas parler. Elle n’a ni voix ni esprit. Mais ce scientifique, le professeur Zubarev, a une voix et un esprit et nous nous tournerons à nouveau vers lui pour discuter du Covid-19 et d’autres thèmes importants.

Roman Zubarev a été formé (M.Sc.) en ingénierie physique à l’Institut d’ingénierie physique de Moscou, en URSS, et a obtenu un doctorat en physique ionique à l’Université d’Uppsala, en Suède, en 1997. Après une formation postdoctorale avec Fred W. McLafferty à l’université Cornell, aux États-Unis, il est devenu professeur associé de spectrométrie de masse biologique au département de chimie de l’université d’Odense, au Danemark. En 2002, le Dr Zubarev est revenu à Uppsala en tant que professeur de protéomique. En 2009, il a rejoint le Karolinska Institutet à Stockholm, où il a été nommé professeur de protéomique médicale. Parmi ses réalisations scientifiques, M. Zubarev a été le pionnier de la dissociation par capture d’électrons et des techniques de fragmentation connexes, a formulé et vérifié l’hypothèse de la résonance isotopique et a développé de nouvelles méthodes de protéomique chimique. Pour sa contribution à la spectrométrie de masse, il a été récompensé par le prix Carl Brunnee (IMSC, 2006), la médaille Biemann (ASMS, 2007) et une médaille d’or (Société russe de spectrométrie de masse, 2013). Le Dr Zubarev a publié plus de 350 articles évalués par des pairs et a déposé plusieurs brevets.

 
 






Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2766070
    Le 16 juillet à 14:31 par NoHope
    Une science en quête d’âme

    Le changement climatique induit par l’homme. L’Homme. L’HOMME.

    Mais pour qui on se prend ?

    Est-ce qu’un jour on sortira du mensonge proféré par Al Gore, quand il voyageait en jet à travers l’Europe pour propager du chemtrail arc-en-ciel tout en prodiguant de beaux discours aussi alarmistes que complètement débiles ?

    Depuis on nous parle de l’urgence de la transition écologique. Mais quelle misère !

    Pour commencer, je rappelle qu’une transition et le passage d’une état A à un état B, les deux états étant connus.

    Or, que fait l’Europe à ce titre ? On détruit ce qui était A, mais sans savoir ce que sera l’état B.

    Exemples :
    - on décide de tuer le moteur thermique d’ici 2035, en croyant que cette destruction sera créatrice par magie ! Mais sérieusement, 650kg de batterie au lithium difficilement recyclable par cul de bagnole, c’est écolo ?
    - on ferme des centrales nucléaires pour des éoliennes prétextes à construire des centrales au charbon ou au gaz, c’est écolo ?

    Maintenant analysons ces histoires de CO2, dont le business est devenu une véritable bourse.

    L’humanité rejette 35 GT de CO2/an. Rappel, 1 GT = 1 000 000 000 tonnes
    Quelle est la quantité de CO2 dans l’atmosphère ? Réponse : 400 ppm !
    Faudrait surtout pas qu’on puisse comparer facilement le flux avec le stock. Mas si on cherche on trouve : 400 ppm c’est 0.4% de l’atmosphère terrestre.

    D’où CO2 dans l’atmosphère : 2 600 000 GT !

    Rejeter 35 GT dans 2600000 GT, c’est comme rajouter 35m à 2600km ...

    Penser que la terre a quoi que ce soit à faire de nous, c’est croire qu’un moustique peut faire mal à une éléphante s’il la prend sauvagement !

    Sans oublier que :
    - les océans reprennent 5 GT de CO2/an,
    - la végétation reprend 120 GT de CO2/an !

    Bilan : chaque année la terre perd environ 90 GT de CO2 dans son atmosphère.

    N’oublions pas qu’on n’est pas en période glacière. La végétation est luxuriante, ce qui diminue le CO2. La terre se refroidie ainsi petit à petit pour arriver à une ère glacière pendant laquelle, lentement, le CO2 augmentera à nouveau.

    Le problème de la science, c’est d’abord de subir la déconstruction du concept de vérité.
    Ensuite, qu’elle est de plus en plus orientée par des intérêts particuliers, la recherche fondamentale étant délaissée par les États.

     

    Répondre à ce message

    • #2766258
      Le 16 juillet à 19:42 par Sedetiam
      Une science en quête d’âme

      Ce que ces comiques oublient de nous dire, c’est que de 3 000 000 d’années intégrant le Paléolithique, « l’âge de la pierre ancienne », - 800 000, le Mésolithique, « l’âge moyen de la pierre », -10 000 et le Néolithique, « l’âge de la pierre nouvelle », -6 000, nous ne serons pas passés en -2000 environ, à l’Âge du bronze, par manque de pierres... Et de l’Âge du bronze à l’âge de fer, par manque de cuivre ou d’étain, pas plus que parce que le thermomètre s’était pris quelques degrés dans le timbre avant qu’un ingénieux ait l’idée de le nous le mettre, jusqu’à l’écouvillon test Covid-19...

      Pour autant et aux dernières nouvelles, les gonzes auraient maitrisé le feu au milieu de la période se situant entre le début du Mésolithique et celui du Néolithique. Que n’en ont-ils fait ? 400 000 ans de barbecues... avant de savoir couler un bronze.

       
    • #2766290
      Le 16 juillet à 20:43 par jules
      Une science en quête d’âme

      400ppm =400/1000 000 = 4/10 000=0.04% et non 0.4%. de plus on considère que le CO2 rajouté par l’homme est de 7% sur ces 0.04% cad de 0.003%
      le CO2 dans l’air est équivalent à une biere de 40cl dans un m3 d’air et l’apport de l’homme tient dans un dé à coudre avec 3cl.
      Il est toujours interessant de demander à un écolo le % de CO2 dans l’air ; gage de réponse loufoque.
      pour mémoire appris en seconde, la composition de l’air est en gros : 80%azote ; 20%Oxygene, 1% gaz rares argon , et 0.04% CO2

       
    • #2766378
      Le 17 juillet à 00:49 par Ducius
      Une science en quête d’âme

      Ah c’est beau comme commentaire.
      On voit que vous êtes intéressé au sujet.

      J’ajouterai à votre argumentaire que l’activité volcanique rejette également des sommes folles de CO² chaque année... (Désolé plus les volumes en tête mais très supérieur à l’activité humaine)

      Cette pseudo surabondance au mieux repousse l’avènement du prochain aire glacière au pire ne fait rien.

      À la rigueur si le focus des alarmistes se penchait sur les modifications/ralentissements des courants océaniques là ce serait plus crédible...

      En observant les temps géologiques, c’est la glaciation qui nous guette, pas le contraire...

      En 2000, en fac de biologie, les enseignants chercheurs se foutaient de la gueule de ses théories fumeuses de CO²... C’était avant que l’adhésion à cette théorie conditionne les crédits de recherche. Triste époque.

       
    • #2766659
      Le 17 juillet à 12:48 par NoHope
      Une science en quête d’âme

      @ Jules

      Merci pour votre attention.

      Vous avez raison pour les ppm, j’ai relu ma contribution pour chasser les fautes de grammaire et d’orthographe, la mauvaise recopie du 0.04% étant passée sous le radar. Cela dit, le fait que le bilan carbone s’améliore chaque année de 90 GT est juste, il n’y a que le stock de CO2 qui est de 260000 GT, d’où 35m dans 260km... Le ratio resterait de toute façon complètement anecdotique même si la nature ne captait rien du CO2 atmosphérique.

       
    • #2766982
      Le 17 juillet à 19:31 par Yoyo
      Une science en quête d’âme

      400 ppm = 0,04% de CO2 dans l’atmosphère. OK !!
      97% de ces 400 ppm sont absolument naturel !!!
      Les 3% des 400 ppm qui restent c’est la pollution humaine et les pets de vaches ou autres.
      Clownesque.

       
  • #2766098
    Le 16 juillet à 15:27 par gardener
    Une science en quête d’âme

    La plupart des scientifiques sont bons dans un domaine très étroit et de parfaits crétins devant les difficultés de la vie quotidienne, alors si on doit leur confier les rênes de la planète, autant se flinguer tout de suite.
    Je préfèrerais être dirigé par un religieux qui a au moins la croyance d’être soumis à un être supérieur, ça rassure un peu.

     

    Répondre à ce message

  • #2766100
    Le 16 juillet à 15:29 par JL29
    Une science en quête d’âme

    Dans une première impressionnante, le professeur Roman Zubarev a formé une cellule vivante à partir de matière morte.
    Pourriez-vous citer vos sources SVP ?

     

    Répondre à ce message

    • #2766315
      Le 16 juillet à 21:21 par C’est comme ça
      Une science en quête d’âme

      De la page anglaise WP consacrée au chercheur, revue "Discoveries", en 2017 :
      Bernadotte, A. ; Semenova, V. ; Musial, V. A. M. ; Kasprzykowska, A. ; Zubarev, R. A. Self-assembly of Deinococcus radiodurans supports nanocell scenario of life origin, Discoveries , 2017, 5, E72, doi : 10.15190/d.2017.2.

       
  • #2766118
    Le 16 juillet à 15:51 par J.I.
    Une science en quête d’âme

    Le problème c’est qu’on porte trop d’attention au discours, c’est à dire à l’esprit, au mental, univers de la science et des émotions. Et le travail de l’esprit est de toujours blablater et d’avoir peur, de faire peur. Car le mental, tout comme la science, sait qu’il n’est qu’un outil et pas le boss. Alors il essaie de t’empêcher d’aller au-delà de sa fonction, de son univers.
    Cette lettre et sa critique sont dans la continuation des autres : ils n’aimeraient pas qu’elle soit vraie car ses données sont fausses et ses implications terribles. Mais - en même temps - espèrent une entente mondiale pour sauver l’humanité, malgré elle. Et avec cette perfidie de te laisser réaliser que pour réduire l’industrialisation de 50%, il faudra réduire la population mondiale de 80%.

     

    Répondre à ce message

  • #2766140
    Le 16 juillet à 16:42 par Pépé le Moko
    Une science en quête d’âme

    Ce que les Védas appellent " Ugra karma " ( activité néfaste ) , c’est quand le remède commence à être pire que la maladie ...

     

    Répondre à ce message

  • #2766326
    Le 16 juillet à 21:41 par plouf
    Une science en quête d’âme

    science sans conscience n’est que ruine de l’âme. Rabelais

     

    Répondre à ce message