Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Une journaliste de USA Today démissionne pour des articles bidonnés

L’arbre mis en avant qui cache la forêt

USA Today a retiré 23 articles de son site Internet jeudi après qu’un audit interne a conclu que la journaliste qui les avait rédigés avait attribué des citations de manière erronée et que, dans certains cas, elle avait peut-être fabriqué des interviews et des sources.

 

La journaliste chargée des nouvelles, Gabriela Miranda, a démissionné du journal et n’a pas pu être jointe pour un commentaire. USA Today a supprimé près de deux douzaines d’articles qu’elle a écrits entre le printemps 2021 (« TikTok bannit le "milk crate challenge" de son application, invoquant des problèmes concernant des actes dangereux ») et le printemps de cette année (« "This is my land, I stay" : ces femmes ukrainiennes font partie des milliers de personnes qui ont choisi de se battre plutôt que de fuir »).

USA Today a publié une liste des articles supprimés ainsi qu’un bref compte rendu de son enquête sur Miranda, qui, selon la société, a commencé par une « demande de correction externe » il y a plusieurs semaines. L’audit s’est finalement élargi pour englober un large éventail de ses reportages, qui se concentraient sur les sujets tendances et les histoires virales.

« L’audit a révélé que certaines personnes citées n’étaient pas affiliées aux organisations mentionnées et semblaient avoir été fabriquées », a déclaré le journal dans un communiqué. « L’existence d’autres personnes citées n’a pas pu être vérifiée de manière indépendante. En outre, certains articles comprenaient des citations qui auraient dû être attribuées à d’autres personnes ».

Un porte-parole de la société mère de USA Today, Gannett, a renvoyé le Washington Post à la déclaration du journal lorsqu’on lui a demandé des détails supplémentaires. Le New York Times a d’abord rapporté que la publication avait retiré les articles.

Le fait d’inventer des sources, des citations ou des anecdotes est considéré comme une faute professionnelle journalistique par la plupart des organismes de presse, et entraîne généralement le licenciement du contrevenant. La plupart des journaux corrigent le tir comme l’a fait USA Today, en alertant les lecteurs sur les articles problématiques.

De tels cas ont souvent conduit à des scandales. Le Post a rendu un prix Pulitzer en 1981 après que sa journaliste, Janet Cooke, a admis avoir concocté une histoire sur un héroïnomane de 8 ans. Le Times a également été embarrassé en 2003 par des révélations selon lesquelles le journaliste Jayson Blair avait inventé des événements dans des articles publiés sous sa signature et avait plagié les articles d’autres journalistes. Le journaliste de USA Today Jack Kelley a démissionné en 2004 après que le journal n’a pas pu vérifier les affirmations qu’il avait faites dans ses reportages à travers le monde.

Avant de rejoindre USA Today, Miranda travaillait pour le Gainesville Times, où elle couvrait l’éducation et les questions relatives à la communauté hispanique. La rédactrice en chef du journal, Shannon Casas, n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Pendant ses études à l’université de Géorgie, dont elle est sortie diplômée en 2021, Miranda a travaillé pour une publication étudiante, le Red & Black.

Son premier article pour USA Today a été publié au printemps 2021, selon une recherche dans les archives de presse. Son article le plus récent, publié en avril sur un cargo bloqué dans la baie de Chesapeake, n’a pas été rétracté.

Lors d’un débat organisé par la section de l’université de Stony Brook de la Society of Professional Journalists en mars, Mme Miranda a déclaré qu’elle était récemment passée aux nouvelles de dernière minute et au secteur des entreprises, ce qui, selon elle, « est ce qu’elle voulait vraiment faire ».

USA Today a également annoncé des mesures destinées à éviter que des problèmes similaires ne se reproduisent, notamment la promesse d’améliorer la procédure de dépôt de plaintes et de demande de corrections, l’obligation de fournir des informations claires et suffisantes pour identifier les personnes citées dans les articles et l’obligation d’ « examiner de plus près les sources trouvées par le biais de connexions aveugles sur les plateformes de médias sociaux, par courrier électronique, etc. ».

On nous ment !

 






Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Elle ne doit pas être la seule. Son exemple devrait inspirer plus d’un confrère..

     

    Répondre à ce message

  • "Il faut parfois mentir aux femmes car on a l’impression de se rembourser."

     

    Répondre à ce message

  • #2976776

    Pour sûr que de nombreux articles sont bidonnés, le métier de journaliste intègre est difficile et parfois ingrat car il doit tout vérifier en s’assurant de ne pas se faire manipuler.

     

    Répondre à ce message

  • Bref l’info c’est du roman concocté par des arrivistes embauchés parce qu’ils le sont et/ou par cooptation (fils de...).
    Les plus tricheurs et flemmards sont le plus souvent jeunes et/ou issus de la "diversité" beige ou foncée, c’est un fait. La Miranda ne se foulait pas trop.
    Les plus de quarante-cinquante ans non-riches sont presque sytématiquement écartés de toute activité intellectuelle ou autre depuis deux décennies par les vieux riches.
    Les vieux riches savent que l’expérience est de haut prix, que ces vieux non-riches ont été instruits correctement, que la sagesse et le savoir-faire dépendent de l’expérience acquise avec l’âge ; qu’un diplômé des années soixante et soixante-dix est un vrai diplômé (sauf exception communautaire et diplôme du tiers-monde).
    Alors ils embauchent du jeune pas foutu de planter un clou. Quelle sorte de journaliste cela donnera-t-il ?
    Un menteur, un voleur.
    Au moins, cette Miranda chôme maintenant, comme le veut la règle du bon sens.

     

    Répondre à ce message

    • #2976952

      "Les plus tricheurs et flemmards sont le plus souvent jeunes et/ou issus de la "diversité" beige ou foncée, c’est un fait."

      Il y a quelques années Radio-Canada a connu le scandale "François Bugingo". Le mec inventait des articles de toutes pièces.

      https://www.lapresse.ca/arts/medias...

      Depuis des années on nous bassinait avec son histoire personnelle, en le décrivant comme un travailleur inspirant issu de la diversité, un modèle d’intégration (il est né à Kishasa), ...

      Il a été viré et on n’entend plus parler de lui. Il doit avoir un boulot de merde quelque part (compte tenu de ses véritables qualifications), ou pas de boulot du tout.

      Aujourd’hui, ses anciens collègues de Radio-Canada diffusent des histoires inventées de toute pièces au sujet de ce qui se passe en Ukraine, mais ils n’ont pas besoin de les inventer eux-mêmes. Ils reprennent ce qui est diffusés par les agences de presse occidentales, et ajoutent ce qui sort de la bouche des gouvernement occidentaux (et ukrainiens).

       
  • #2976817

    Peut-être que c’est en n’ayant plus de boulot que cette journaliste va se révéler : qui sait ?

     

    Répondre à ce message

  • L’argent n’a pas d’odeur mais les cadavres oui.

     

    Répondre à ce message

  • Dans la photo, on voit un titre en caractères gras : Trump me demandait de mentir.

    En fait la personne qui a écrit de titre, ne s’excuse pas de sa servilité, de sa tromperie, des sommes importantes qu’elle touche. Elle cherche par sa dénonciation à critiquer Trump. Trahison, retournement de veste. Journapute quoi !?

     

    Répondre à ce message

  • Radio-CANADA, anciennement organe d’information canadien indépendant (ou presque et de grande qualité) a débuté sa longue et pénible régression au tournant des années 1990/2000. Coupure de personnel et de budget alloué aux enquêtes et investigations,, changement de gestion, annulations d’émissions d’informations jugées "incompréhensibles" pour le grand publique. Je cite l’animateur Stéphane Bureau qui invitait des chefs d’États afin de discuter des grands enjeux diplomatiques et géostratégique... Interrompue. Tout doucement, le téléjournal (radio ou télé) ne traite plus guère que quelques secondes par jour de l’actualité international pourtant bouillante d’activités ayant des impacts majeurs sur l’avenir des peuples, dont celui des Canadiens... Une mise au pas ajusté au plus prêt sur les intérêts américains devient de plus en plus évident.. l’adoption d’un narratif de gauche qui épouse la cause "WOKISTE" même si celle-ci ne représente qu’une infime minorité de la société. Les journalistes (collaborateurs) qui y évoluent présentement n’hésitent plus a trahir l’esprit et la lettre de la charte de Munich, tout comme certains médecins ont fait fi de leur serment d’Hippocrate durant la crise COVID. Bref, nous sentons la mainmise du monde financier et de ses nombreux lobbys sur cet organe de presse devenu organe de propagande et même de répression envers le peuple canadien (voir grève des camionneurs/ ostracisation délibérée des opposants à la vaccination OBLIGATOIRE.) Etc. Promotion sans réserve des valeurs néo-libérales : contrôle médical et numérique de la population, destruction de l’église et des bases de la société, des valeurs familiales et du rôle homme/femme traditionnel, campagne de salissage de l’homme blanc et de ses réalisations passées, promotion de la cancel culture, refus du dialogue avec des personnes ayant des opinions différentes, volonté d’"IMPOSER" et d’exporter la démocratie de force, appuie inconditionnel aux campagnes militaires canadiennes et américaines afin d’imposer leur hégémonie et leur système de valeurs basé sur la finance internationale qui entends mettre un prix à tous les aspects de la vie humaine du berceau au tombeau. Imposition de la censure. Factchecking dont le but est de contrer tout ce qui n’est pas conforme à l’opinion admise et permise pour faire avancer l’agenda planétaire décrété lors de forums auxquels les citoyens sont tenus à l’écart, par des personnalité qui n’ont de compte à rendre à personne.

     

    Répondre à ce message

    • #2977191

      Et tout ça véhiculé par la tête d’affiche Anne-Marie Dussault, une vrai synthèse, comme dirait d’autre.

      Je me demande comment son mari vit cela, en tant qu’ex-humoriste adepte d’un humour populaire, d’ex-chroniqueur aux analyses empreintes de finesse, et de cousin d’un politicien qui s’est illustré pour sa défense patriotique des canadiens français.

       
  • Le plus grand pourvoyeur de Fake news
    c’est quand même l’ AFP.

    https://www.egaliteetreconciliation...

    Sans parler de la proximité des politiques
    avec cette institution.
    Tous présent au pot de départ de la directrice
    de l’afp. Étonnant, non ?

    https://www.egaliteetreconciliation...

     

    Répondre à ce message

  • #2977062

    Démissionner est un privilège que n’aura pas eu Jean-Jacques Bourdin (Ça rime (facile) avec gourdin). Lui, vient d’être congédié par BFMWC à en croire la presse régionale wallonne. Sans doute en rapport avec ses travers libidineux...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents