Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Passeport vaccinal : les droits des entreprises sont-ils plus importants que la liberté individuelle ?

La formation du totalitarisme est souvent insidieuse dans la mesure où elle est presque toujours vendue au public comme « humanitaire » ; une solution pour le plus grand bien du plus grand nombre. Mais au-delà de cela, les tyrans vont également exploiter les idéaux de la population cible et utiliser ces principes contre elle. Comme les faiblesses de l’armure d’une société libre, nos idéaux de liberté ne sont pas nécessairement applicables universellement en tout temps et en toutes circonstances ; nous devons poser certaines limites afin d’empêcher l’oligarchie d’utiliser le libéralisme comme un outil pour s’implanter.

 

 

Cette bataille pour l’équilibre est le drame déterminant de toutes les sociétés qui s’efforcent d’être libres. Cela peut sembler hypocrite, et l’anarchiste typique et certains libertariens rejetteront complètement l’idée qu’il devrait y avoir des limites à ce que les gens (ou les entreprises) peuvent faire, surtout lorsqu’il s’agit de leur propriété privée. Mais à quel moment les droits de propriété privée empiètent-ils sur les droits des autres ? Est-ce tout simplement noir ou blanc ? Tout est-il permis ? En fin de compte, dans le sillage des contrôles covid et de la censure massive en ligne, il est temps pour ceux d’entre nous qui font partie du mouvement pour la liberté d’avoir une discussion franche sur la question de savoir où se situe la limite des droits des entreprises.

Le problème a pris de l’ampleur il y a quelques années, lorsque les grandes entreprises technologiques qui contrôlent la majorité des sites de médias sociaux ont décidé qu’elles allaient commencer à cibler activement les utilisateurs conservateurs par des interdictions sous de faux prétextes puis une censure pure et simple.

Voici le problème : si nous parlons de petits sites web gérés par des particuliers, alors oui, je défendrai leur droit de retirer n’importe qui de leur site pour n’importe quelle raison. Leur site web est leur propriété, et tout comme leur maison, ils peuvent y faire ce qu’ils veulent. Le refus d’accès à un site web moyen ne va pas nuire à la capacité d’une personne à vivre sa vie normale, ni restreindre fondamentalement sa capacité à partager des informations avec d’autres. Il y a toujours d’autres sites web.

Mais qu’en est-il si nous parlons de conglomérats internationaux massifs ? Faut-il laisser à ces entreprises la même liberté de faire ce qu’elles veulent ? Les droits de propriété privée et les marchés libres s’appliquent-ils également à elles, même si leur objectif est de détruire les principes de liberté qui nous sont chers ?

Et, que se passe-t-il si une foule de petites entreprises dans un endroit donné décident d’appliquer des mandats écrasant la liberté en même temps que les grandes entreprises ? Et si elles étaient toutes manipulées par des incitations ou des pressions gouvernementales ? Et si les gouvernements n’avaient pas besoin de mettre en œuvre le totalitarisme directement au début parce que les entreprises le font pour eux ? La dynamique de la propriété privée change-t-elle dans ce cas ?

Je dirais que oui, les choses changent dans ces circonstances et que les droits individuels doivent primer sur les droits des entreprises ; voici pourquoi...

 

Le monopole de l’idéologie

Dans des articles précédents, j’ai expliqué pourquoi les entreprises ne sont PAS des entreprises privées ayant les mêmes droits que les individus. Par exemple, les sociétés ne peuvent pas exister sans charte gouvernementale et elles bénéficient de protections juridiques spéciales de la part du gouvernement par le biais de la responsabilité limitée et de la personnalité morale. Il s’agit de protections que la petite entreprise moyenne et les particuliers n’ont pas. En outre, les grandes entreprises bénéficient d’une infinité d’aides sociales, d’incitations fiscales et de mesures de relance qui empêchent les petites et moyennes entreprises d’être compétitives.

Il suffit de regarder les centaines de milliers de petites entreprises qui ont été fermées de manière permanente pendant les confinements liées à la pandémie, par rapport aux milliers de milliards de dollars qui ont été injectés dans les entreprises par le biais de mesures de relance pour les maintenir à flot. Ces entreprises ont reçu tellement d’aides gouvernementales au fil des ans qu’elles ne peuvent plus être considérées comme des entreprises privées. Elles doivent plutôt être considérées comme des services publics et, en tant que telles, elles n’ont pas les mêmes droits de propriété privée. C’est particulièrement vrai pour les médias sociaux de Big Tech.

Certains diront qu’il s’agit de « socialisme » ou de « communisme », et je dirais que oui, je suis d’accord, sauf que ces entreprises reçoivent le meilleur des deux mondes – elles bénéficient de la protection et des impôts des gouvernements tout en étant capables de fonctionner avec une relative impunité pour discriminer politiquement n’importe quel groupe de personnes.

Quelle est donc la solution du marché libre ? La première option serait de créer des sites de médias sociaux concurrents qui ne pratiquent pas la censure politique. Cela a été tenté avec des sites comme Parler, et je continue à soutenir ces efforts, mais regardez ce qui s’est passé jusqu’à présent – Parler a suscité une attention massive. Il était sur le point de croître de dizaines de millions d’utilisateurs et les grandes entreprises technologiques se sont rapidement regroupées (illégalement) pour aider des concurrents comme Twitter et ont fermé Parler. Le site conservateur est maintenant de retour, mais il a failli ne pas survivre à l’attaque.

Selon l’analyse d’Adam Smith dans son livre La Richesse des nations, les sociétés (ou sociétés par actions comme on les appelait à l’époque) sont en fait destructrices pour les marchés libres car elles sont sujettes à la corruption et au monopole. Elles ne sont PAS un produit naturel du marché libre, mais une anomalie ou un cancer du système créé par le gouvernement. Il considérait ces monopoles comme une attaque monstrueuse contre le libre-échange.

Les monopoles d’entreprise doivent donc être démantelés pour permettre aux marchés libres de retrouver un équilibre naturel, et les gouvernements ne doivent PAS être autorisés à accorder un traitement spécial à certaines entreprises, car cela crée des avantages injustes que les autres entreprises ne peuvent pas concurrencer. Mais quel est le rapport entre tout cela et les passeports vaccinaux ?

Beaucoup de gens ne semblent pas comprendre qu’il existe différents types de monopoles dont nous devons nous préoccuper. Les monopoles dans les médias sociaux et les communications en sont un exemple, mais qu’en est-il des monopoles d’idéologie en général ? Vous pouvez avoir une centaine de petites entreprises et de grandes surfaces dans une communauté, mais si elles décident toutes d’appliquer collectivement les mandats covid, ou si elles sont toutes contraintes d’appliquer les mandats covid, alors tout choix a été supprimé du marché. C’est un monopole idéologique qui est tout aussi dangereux que n’importe quel monopole d’entreprise.

Sans choix, le marché libre meurt, et la liberté individuelle meurt avec lui.

 

Appâter et basculer

L’année dernière, le principal argument des gouvernements de « gauche » dans les pays étrangers et dans les États bleus des États-Unis a été de dire qu’ils n’avaient pas nécessairement l’intention d’« imposer » les passeports vaccinaux à leurs populations respectives. Au contraire, ils laisseront aux individus le soin de « choisir » la vaccination ou l’absence de vaccination. Cela peut paraître surprenant pour de nombreux médias alternatifs, car nous savons que les mesures de confinement ont été appliquées de force par de nombreux États et que de nombreuses entreprises ont été menacées ou attaquées par leurs autorités sanitaires locales. Soudain, ces mêmes bureaucrates et politiciens se soucient de vos libertés individuelles ?

Ce qu’ils ne mentionnent pas, c’est que le « choix » qu’ils offrent n’est pas vraiment un choix. Bien sûr, vous pouvez refuser de vous faire vacciner, mais si la plupart des entreprises de votre communauté exigent une preuve de vaccination avant que vous puissiez travailler ou faire des achats chez elles, votre refus s’accompagne d’une promesse de pauvreté, voire de famine. Vous seriez complètement exclu de l’économie traditionnelle.

Il s’agit d’un leurre, d’une tentative de vous faire croire que vous êtes libre, puis de vous punir pour avoir pris des décisions librement. Pour que cette escroquerie fonctionne, le gouvernement a besoin que les entreprises agissent comme des maîtres à penser. Ne vous y trompez pas, les grandes entreprises de distribution se joindront au gouvernement pour imposer les passeports vaccinaux. Ce n’est qu’une question de temps.

Dans le cas récent de l’État de l’Oregon, le programme a été établi au grand jour, le gouvernement déclarant que tous les commerces doivent exiger que les clients présentent un passeport vaccinal avant d’être autorisés à entrer. S’ils n’en ont pas, ils pourront toujours faire leurs courses à condition de porter un masque, mais qu’est-ce qui empêchera les entreprises de refuser complètement l’accès aux gens sur la base de leur historique vaccinal ?

Nous savons tous que c’est la fin de la partie, nous sommes simplement au milieu d’un engrenage progressif jusqu’au jour où les personnes qui refusent de devenir des cobayes pour les vaccins expérimentaux à ARNm seront légalement discriminées au point de ne plus pouvoir survivre.

 

La propriété privée contre la vie privée

Les tyrans de la médecine ont créé ce qu’ils pensent être une impasse pour les conservateurs : si nous nous opposons à ce que les entreprises soient autorisées à demander aux clients et aux employés des passeports de vaccination, nous violons l’un de nos principes fondamentaux : le principe de la propriété privée. Mais est-ce vraiment le cas ?

Comme indiqué plus haut, les monopoles sont destructeurs de la liberté. J’irais même jusqu’à dire qu’ils sont intrinsèquement mauvais dans la mesure où ils ne conduisent jamais qu’à l’asservissement du public. De plus, les monopoles idéologiques peuvent être légalisés, ou même créés artificiellement grâce à la couleur de la loi. Les confinements n’ont jamais été votées par un corps législatif et n’ont jamais été votées par le public, elles ont été prononcées comme des édits venus d’en haut, sans aucun contrôle ni équilibre des pouvoirs. Les passeports vaccinaux sont mis en œuvre de la même manière.

Selon la loi actuelle, aucune entreprise n’a le droit d’exiger l’accès à vos antécédents médicaux privés lorsque vous postulez à un emploi, et le droit d’exiger de telles informations de votre part en tant que client est, au mieux, obscur. Dans certains cas, elles sont autorisées à « demander », mais vous n’êtes pas obligé de répondre. Les médias grand public et les gouvernements des États tentent activement de convaincre le public du contraire ; ils mentent.

De nombreuses lois fédérales et étatiques prévoient des protections contre les entreprises qui pratiquent une discrimination à l’encontre de leurs employés en raison de leur état de santé ou qui exigent l’accès à des informations médicales. En fait, dans la plupart des cas, un employé ou un employé potentiel n’est pas tenu de donner des informations médicales personnelles à son employeur, sauf s’il souffre d’un handicap qui l’empêcherait de faire son travail efficacement.

Lorsqu’il s’agit des clients, l’argument se tourne bien sûr vers les droits de propriété privée. L’affirmation est qu’une entreprise peut « poser une question », comme « Êtes-vous vacciné ? », tant qu’elle n’est pas spécifiquement restreinte par la loi de l’État. Vous n’êtes pas obligé de répondre. Et si vous ne répondez pas, les tyrans médicaux prétendent que cela donne à cette entreprise le droit de vous refuser l’accès. Mais considérez ce débat d’un point de vue différent pour un moment…

Et si le propriétaire d’un commerce déclarait qu’il allait exiger que chaque client potentiel prouve qu’il n’a pas le SIDA, le cancer, la grippe ou la pneumonie avant d’être autorisé à faire ses achats dans son magasin ? L’indignation publique serait énorme et des actions en justice et des poursuites seraient engagées. Mais pour une raison quelconque, nous sommes censés accepter de telles mesures lorsqu’il s’agit du Covid.

Le prochain argument sera que le Covid est plus transmissible et plus mortelle. C’est discutable, puisque des études indépendantes montrent que le Covid a un taux de mortalité de 0,26 % et que 40 % de tous les décès dus au Covid concernent des personnes dans des maisons de retraite avec des conditions préexistantes (ce qui signifie que nous n’avons aucune idée si elles sont réellement mortes du Covid ou si elles sont mortes de maladies qu’elles avaient déjà). Cela ne présente aucune menace pour 99,7% de la population (selon les statistiques).

Mais disons qu’il existe toujours un risque de transmission et un risque minime de décès et qu’une entreprise peut s’inquiéter. Cela n’a toujours pas d’importance. Si les vaccins fonctionnent réellement, à quoi bon demander des passeports vaccinaux ?

Depuis plus d’un an maintenant, nous entendons dire que les personnes qui refusent de porter des masques ou de se faire vacciner mettent tout le monde « en danger« , mais rien n’a été fait pour déterminer si c’est réellement le cas. Les études montrent que les masques sont de toute façon largement inutiles pour empêcher la propagation du Covid-19, mais admettons qu’ils fassent hypothétiquement une différence. Si je ne porte pas de masque et que vous avez peur que je vous transmette le Covid, vous êtes certainement le bienvenu pour porter un masque vous-même. Et, si vous êtes toujours inquiet, tout ce que vous avez à faire est de NE PAS vous approcher de moi. C’est simple.

Vous n’avez pas le droit de m’obliger à porter un masque juste pour vous sentir personnellement plus en sécurité.

Par extension, si vous êtes vacciné et que les vaccins sont réellement efficaces, pourquoi dois-je porter un masque ou avoir une preuve du vaccin ? Même si j’avais le Covid, je ne représenterais pas une menace pour vous, n’est-ce pas ? De plus, si vous pensez faire partie des 0,26 % de personnes qui sont réellement menacées par le Covid, vous devriez peut-être rester chez vous pour que les 99,7 % restants puissent continuer à vivre normalement. Vous n’avez pas le droit de m’obliger à me conformer aux contrôles des vaccins juste pour apaiser vos peurs personnelles et irrationnelles.

Depuis quand les droits de propriété des entreprises s’étendent-ils au fait de forcer les clients à se soumettre à des procédures médicales expérimentales avant d’être autorisés à utiliser leurs services ? Cela ne ressemble-t-il pas à de la folie ?

Il est inacceptable de permettre la mise en place d’un passeport vaccinal au sein de votre communauté, car ouvrir un tant soit peu la porte à ce type d’oppression, c’est préparer le terrain pour l’incrémentation et la tyrannie totale par la suite. Il s’agit là d’un cas où les droits des entreprises doivent être limités en faveur des libertés individuelles, car autoriser les passeports vaccinaux, c’est permettre des conséquences d’une portée considérable et dévastatrice pour les droits constitutionnels en général.

 

Sécurité publique ou purification politique ?

Plusieurs États, dont le Texas et la Floride, ont interdit aux entreprises de demander des passeports vaccinaux et je soutiens pleinement cette action. Lorsque les droits des entreprises sont exploités comme un moyen de violer tous les autres droits individuels, tels que le droit à la vie privée, un équilibre doit être trouvé. Le fait d’avoir carte blanche sur les antécédents médicaux et la santé d’un client est une ligne dans le sable que nous ne pouvons permettre à personne de franchir. L’entreprise ne sera pas affectée par le fait de ne pas savoir qui a le vaccin et qui ne l’a pas ; l’information n’a aucun rapport avec ses résultats. Et, comme nous l’avons mentionné, la sécurité ne devrait pas être un problème s’ils croient que les vaccins fonctionnent réellement comme annoncé.

Le seul objectif de l’exigence de passeports pour les vaccins est donc politique : les entreprises gauchistes exigeront des passeports parce qu’elles sont partiales et veulent empêcher les conservateurs et les modérés épris de liberté d’entrer. Les gauchistes et les élites gouvernementales demanderont ardemment des passeports parce qu’ils veulent avoir le pouvoir de refuser des services aux conservateurs et aux modérés épris de liberté comme moyen de punition politique.

Il s’agira d’un processus continu au cours des deux prochaines années, et ils continueront à nous dire qu’il s’agit de choix et de droits de propriété tout en éliminant lentement mais sûrement les défenseurs de la liberté de l’équation économique. Comme nous l’avons vu dans des États tels que New York, Hawaï et l’Oregon, l’ordre du jour ne consiste pas simplement à ce que les entreprises prennent des décisions individuelles sur les exigences en matière de passeport, mais à ce que des gouvernements corrompus et des entreprises travaillent main dans la main pour annihiler toute opposition politique. Les entreprises qui ne se joignent pas à l’oppression seront elles-mêmes punies ou fermées, à moins que les gens ne s’organisent pour riposter.

Je ne considère pas comme une violation de mes valeurs conservatrices le fait de refuser aux entreprises la possibilité de contribuer à la destruction de la majorité de nos libertés constitutionnelles, simplement pour préserver leur idéal perçu de droits de propriété illimités. En fin de compte, notre droit d’accès à l’économie est bien plus important que leur « droit » d’être paranoïaque à propos du Covid-19.

Brandon Smith

 

Du même auteur, sur E&R :

 
 






Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • C’est très simple.
    Il y a des droits fondamentaux qui préexistent à toute forle institutionnelle, à toute structure sociale. Ils ont été édictés pour servir de rempart contre les abus de poyvoir et la barbarie. Si ces droits sont violés, c’est qu’ils ne sont plys des droits fondamentaux qui protègent la personne humaine.
    Ces droits sont la liberté, la sûreté (et donc à la vie), la propriété et la résistance à l’oppression.
    Certains rétorquent que la liberté doit être soumise à des limites. Ces limites sont celles de la loi, à condition que cette dernière vise le bien commun. De façon générale, les lois défendables s’expriment en interdits (par exemple celui du meurtre) et non en obligations. Nous bous sommes habitués à une déferlante d’obligations... toujours poyr notre bien évidemment.
    Par ailleurs, une chose est de contraindre sous un prétexte toujours habilement trouvé, autre chose est de renoncer volontairement à sa liberté pour un bien supérieur (par exemple rester chez soîsi on est malade...).

     

    Répondre à ce message


    • Nous nous sommes habitués à une déferlante d’obligations... toujours pour notre bien évidemment.




      Oui, c’est vrai, vous rappelez un des espects essentiels du totalitarisme. Nous sommes en en train de vivre une sublimation politique, nous passons d’une molle oligarchie ploutocratique à un totalitarisme sans passer par l’étape de la dictature folklorique à la méditerranéenne (Portugal Grèce, etc.), nous entrons directement dans le totalitarisme. Je pense que son déploiement va se réaliser avec une vitesse qui surprendra tout le monde. En France, l’idéologie du régime est pinochiste, c’est-à-dire bancaire-policière - le président est un banquier qui envoie la police massacrer les opposants -, et ce pinochisme qui est vraiment un fondement idéologique est déjà en place, déjà posé.

      Ce qui lui manque encore est l’éradication de toute alternative possible (éradication qui a déjà eu lieu dans la langue où le subjonctif qui est le mode du possible est consciemment abandonné par la presse et dans le doublage des films et séries anglophones) pour devenir la toute réalité. L’accès de l’espace public aux seuls individus contrôlés par leur passeport en règle et l’exclusion physique de l’espace public des opposanst et déficients installe une totalité à laquelle appartiennent les premiers et dont sont exclus les seconds. Ces exclus seront réprimés avec une brutalité croissante ; déjà appelés « traîtres » et « séparatistes », ils seront accusés de menacer la santé et la vie du Tout ; ils le sont déjà, mais cette accusation pour l’instant rhétorique prendra un poids juridique, pénal. Et les individus appartenant au Tout apprendront très vite à haïr ces « séparatistes » qui les menacent et à souhaiter pour eux la répression la plus brutale. Avant 2030, les sondages du Figaro seront : « Le gouvernement doit-il en faire plus pour réprimer la menace séparatiste ? », « La police doit-elle pouvoir torturer les séparatistes ? » Et à 99,99% les lecteurs répondront « oui ». Nous verrons très bientôt ce genre de titre dans la presse : « Un non-vacciné contamine son collègue qui meurt dans d’atroces souffrances »...

      L’ingénierie sociale qui construit ce nouveau totalitarisme a estimé que l’éclatement de l’ancien monde avait atteint un degré d’atomisation suffisant pour commencer la synthèse du nouveau, que la société a atteint le degré de plasticité permettant son remodelage, que rien n’est plus capable de résister à l’émergence du nouveau Tout.

       
    • Il y a un signe très évident de la violence encore retenue par le régime totalitaire qui se met en place aujourd’hui, c’est l’idée de non-réversibilité qu’il exprime et promeut dans ses organes de propagande.

      On nous explique que « le monde d’après ne doit pas ressembler au monde d’avant », qu’il ne doit pas être possible de revenir au monde d’avant ni d’aller vers tout autre monde que celui qui est prévu. Or pour assurer cette irréversibilité, pour interdire tout retour possible, il n’y a qu’une solution : la destruction. Quand Yanoukovitch en Ukraine a voulu revenir sur l’accord d’association avec l’Union européenne, son gouvernement a été renversé, son administration purgée, son pays livré à la guerre. L’Ukraine est dévastée et ses liens à la Russie chaque jour un peu plus diminués. Pour s’assurer de l’irréversibilité d’un changement, il faut détruire l’état précédent.

      Et donc les « réfractaires » au passeport intérieur, les « séparatistes » qui ne sont « séparés » que par leur appartenance au monde d’avant le totalitarisme et ne sont dangereux qu’en tant que témoignage qu’une autre vie, qu’un autre monde étaient possibles (ils sont l’équivalent en politique du subjonctif en linguistique), sont l’obstacle à la non-réversibilité du changement. Et donc delenda sunt separata ...

      L’idée de « non-réversibilité » émergeant dans le discours du régime est une annonce de violences et de destructions à venir. Ayant désormais éliminé tout contre-pouvoir, rien n’empêche le régime de révéler pleinement sa nature totalitaire. On peut donc imaginer la disparition pure et simple de la discipline « Histoire » des programmes scolaires, la censure absolue de la presse et d’internet, l’accélération de l’euthanasie des témoins âgés du monde d’avant, l’abandon pur et simple du subjonctif de toutes les productions officielles et médiatiques, l’effacement de tous les plus de 50 ans des représentations iconiques ou filmiques de la population, l’hyper-diabolisation des derniers régimes conservateurs de type poutinien ou orbanien jusqu’à leur effacement complet es médias ou par la guerre concrète...

      À très court terme, ce qui nous attend est l’injonction « Faut-il avoir peur des non-vaccinés ? »... Je prédis que l’Express en fera sa couverture avant le 1er octobre. Avec ses développements naturels : « Ces antivax qui nous menacent », « Le terrorisme antivax », « Nouvelles mesures du gouvernement contre le terrorisme antivax », etc.

       
  • De Benalla à Ben Ali, les troublantes analogies d’Emmanuel Macron

     

    Répondre à ce message

  • FUCK Le pass sanitaire !

     

    Répondre à ce message

  • Encore du lourd de la part encore d’un grand Brandon...
    La vérité et le bon chemin exprimées ainsi se distinguent facilement du faux et du mauvais chemin !

     

    Répondre à ce message

    • Pourquoi attendre que notre " droit à accéder à l’économie" soit défendu et préféré au " droit d’avoir peur du covid " par les autorités illégitimes qui ne le feront jamais ?
      Pourquoi ne pas créer une économie parallèle , en commençant par une monnaie libre, légale, co-creé par les citoyens français eux même, échappant à toute centralisation, à l’instar d’un bitcoin ?
      Quattendons nous, tout le matériel est là : la théorie ( trm de laborde, à appliquer aux citoyens français et non pas à tous comme il le font eux ) , la technique de sécurisation ( blockchain, toile de confiance..) l’expérience réussie de décentralisation est là + prise de valeur d’une monnaie née autrement ( bitcoin et autre crypto) .
      Français, résistants, geeks patriotes, prenons nous en mains !!

       
  • Je ne comprends plus du tout la ligne éditoriale de ce blog. Le Saker a publié le pire billet qu’il soit concernant les sceptiques à la vaccination. Je veux bien qu’un site de revue de presse publie des opinions différentes, mais une telle déclaration de la part du rédac chef est incompatible avec ce genre d’article. On vit une drôle de période, mais elle a au moins le mérite de révéler la vraie nature des gens.

     

    Répondre à ce message

  • #2771049

    Le seul objectif de l’exigence de passeports pour les vaccins est donc politique




    Oui, c’est essentiel, le vaccin n’est qu’un moyen terme, la finalité est le passeport, qui, une fois mis en place, sera enrichi d’informations supplémentaires. L’exclusion de l’espace public sous prétexte de non-vaccination prépare l’exclusion pour cause de non-adhésion au régime (de « séparatisme »).

    L’establishment mondialiste n’a pas non plus laissé proliférer le wokisme par amour de la fraternité humaine. Le wokisme permet de mettre en place des processus totalitaires au nom du bien et de la justice, processus, qui, une fois bien établis, seront enrichis d’éléments supplémentaires. Cela a déjà lieu expérimentalement aux États-Unis, Royaume-Uni, et même en France, où l’accès à un espace public déterminé est interdit aux « ennemis » politiques. La phase finale du projet fusionnera le passeport sanitaire et la répression politique pour créer un passeport politique. L’establishment mondialiste se contrefiche des sentiments des noirs, et les critères politiques que le passeport gèrera relèveront de questions bien plus essentielles comme le consentement à la guerre contre la Chine ou la Russie, la répression physique et léthale des opposants intérieurs, la destruction complète du droit du travail, l’expropriation des particuliers, la fin du droit de succession, le démantèlement de l’État, l’aliénation du patrimoine public au profit des créanciers privés de l’État, le droit conditionné à la procréation, la déchéance complète des droits civiques, etc.

    La disposition annoncée par la ministre Elisabeth Borne :



    "On a introduit une procédure de suspension du contrat de travail, sans rémunération" pour les salariés sans pass sanitaire valide (...) l’employeur sera « responsable de contrôler le pass sanitaire » du salarié. « La vérification est simple », a-t-elle jugé, invoquant « des applications » permettant de « voir l’état du pass sanitaire, de savoir s’il est valide ou pas ».




    donne un aperçu du « monde d’après ». L’antiracisme et la santé, en tant que prétextes, pourront éventuellement subsister, mais très rapidement, les critères politiques (et religieux, philosophiques) seront ajoutés au passeport. Nous allons entrer très bientôt dans un type de société dont la brutalité égalera sans peine celle des pires années de la société soviétique. Nous sous-estimons la radicalité de ce qui se met en place...

     

    Répondre à ce message

  • je m’ étais fait la même réflexion "l’ indididu non consommateur perd ses droits fondamentaux aux profit du vacciné", mais plus fort encore "le citoyen français non vacciné, se retrouve aussi avec moins de droits qu’ 1 étranger vacciné"...
    c’ est à dire que dans le monde de demain ; 1 pétoulet non français, ni européen pourra te demander légalement de dégager de "son espace légal sanitaire" en France... je sens que ça va se passer ce monde de demain.

     

    Répondre à ce message

  • Macron et les membres du gouvernement patinent dans une situation délicate. Je pense que personne n’avait de solution miracle depuis le début de cette crise. Quand je vois Trump, Poutine, même eux ont été par moment débordés, mais on gardé un cap clair.
    En France, c’est une autre histoire...

    Les autres députés ont aussi des difficultés pour faire de bonnes propositions. Le Pen qui critiquait le gouvernement parce qu il n’y avait pas de vaccin, critique aujourd’hui le gouvernement car on veut faire vacciner les gens. Et maintenant, le passe sanitaire, qui est clairement une entrave à la liberté, que fait Le Pen ?
    Entre les masques, les vaccins et possiblement des conflits d’intérêt https://freelanceinfos.fr/macron-ba...
    MLP avait un boulevard pour attaquer Macron de tous les cotés ! mais non, il faut être sage et se dédiaboliser. Une opposition mole, avec des arguments mous.
    Désolé, mais Macon, on va encore se le manger pendant 5 ans...

     

    Répondre à ce message

  • Une rectification : une entreprise à responsabilité limitée ne concerne que son passif dont l’exposition s’arrête à son capital social. Autrement, toutes les lois s’appliquent intégralement, y compris pour les mandataires sociaux qui sont responsables pénalement. Le rédacteur sait’il ce qu’est une entreprise ?

     

    Répondre à ce message