Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

"Le vaccin transforme chaque cellule de votre corps en une usine de protéines spike"

Alors, le vaccin à ARN messager, dangereux ou pas dangereux pour la santé ? Voici la réponse du Dr Zelenko, que Wikipédia nous présente :

Traduit de l’anglais-Vladimir Zelenko est un médecin de famille ukraino-américain connu pour la promotion d’un cocktail de trois médicaments d’hydroxychloroquine, de zinc et d’azithromycine dans le cadre d’un traitement ambulatoire expérimental pour le COVID-19 qui est devenu connu sous le nom de protocole de Zelenko.

 

Pour ne pas voir que le même côté de la pièce, voici la version rassuriste du vaccin à ARN messager :

 

 

Qui diffuse ce témoignage ? Qui parle ? Pour information, Laurent Segnis est un « marcheur », et un sacré collabo.

 

 

 

Voici ce qu’écrivait Le Figaro le 1er juillet 2021 à propos de la protéine spike, et du débat qui a agité la Toile, et qui l’agite encore :

Cette protéine du Sars-CoV-2 est produite par les vaccins pour fabriquer des anticorps, mais les « vaccinosceptiques », contre l’avis général de la communauté scientifique, évoquent sa supposée « nocivité ».

Naturellement, le grand quotidien nie toute nocivité (avec zéro recul) :

Pour bien comprendre pourquoi la protéine Spike (ou spicule) ne peut être nocive pour l’homme, il faut dans un premier temps comprendre le fonctionnement du vaccin à ARN messager. L’injection consiste à envoyer un code - l’ARNm - dans le cytoplasme d’une cellule du patient, en l’occurrence une cellule musculaire du bras. Au contact de cet ARN, la cellule humaine va elle-même fabriquer la protéine Spike, protéine de surface du Sars-CoV-2. Cette protéine Spike est la protéine d’ancrage du virus, c’est-à-dire qu’elle lui sert à s’arrimer aux cellules humaines afin de les infecter. « C’est un outil du virus, c’est comme un tripode lunaire lui permettant de se poser sur nos cellules avant de se transformer pour permettre la fusion de l’enveloppe du virus. Détachée de l’enveloppe virale, c’est-à-dire utilisée isolément, elle ne peut plus fusionner et n’a plus aucune fonction, elle est donc inoffensive », explique Jean-Luc Cracowski, directeur du centre de pharmacovigilance du CHU de Grenoble.

Pourtant, une étude a montré que la protéine, au cours de ses pérégrinations, n’obéissait pas forcément au chemin tout tracé et à la propagande des vaccinateurs...

La seconde étude sur laquelle s’appuie le docteur Bridle et relayée également par France Soir a été effectuée par l’université d’Oxford et menée sur 13 personnes vaccinées avec le vaccin de Moderna. Elle montrerait que des protéines Spike se seraient retrouvées dans l’organisme de certains patients 15 jours après l’injection du vaccin. En réalité, l’un des auteurs de l’étude, David Walt, a expliqué à l’AFP que si, effectivement, des fragments de protéines Spike ont été retrouvés dans le plasma sanguin de 11 des personnes étudiées, leur concentration diminue très rapidement au fur et à mesure que la réponse immunitaire contre le Covid-19 augmente. « M. Bridle confond les effets toxiques d’une concentration élevée de protéine Spike chez certains patients, avec les concentrations très faibles observées chez certains de nos participants vaccinés », confirme le professeur de médecine d’Harvard auprès de l’AFP. « Notre conclusion est que le vaccin fonctionne comme prévu. Ainsi, au bout de 14 jours, après la seconde dose, les protéines Spike ont entièrement disparu de l’organisme. »

Heureusement, tout finit bien. C’est aussi ce qu’écrit le site gouvernemental de la recherche sur le covid :

ARN messager (pour acide ribonucléique messager) : lorsqu’une cellule a besoin d’une protéine, le plan de fabrication de cette dernière est "photocopié" – les scientifiques disent que son gène est transcrit. La copie ainsi générée – un ARN messager – est ensuite exportée hors du noyau et rejoint les ribosomes où elle permet la synthèse de la protéine demandée. Très instable et fragile, cette copie est ensuite rapidement détruite.

Leur schéma, avec le petit bonhomme sympa et rigolo, nous a rassurés tout de suite :

 

 

Nous avons parlé de recul, les vaccins (qui n’en sont pas, par exemple les Pfizer et Moderna) sont en réalité encore en phase de test et ce, jusqu’à 2023. Minimum ! On ne sait donc pas précisément les conséquences d’une injection sur le corps humain. Et ne parlons pas de long terme, et encore moins d’injections renouvelées, comme ça semble être le stratégie.

Heureusement, pour calmer les sceptiques, la vaccinocratie a tout prévu : le recul, pas la peine de l’avoir dans le temps – ah bon ? –, il suffit de considérer que trois milliards d’êtres humaines vaccinés font recul. C’est le nouvel élément de langage qui tombe du ciel (en général de l’OMS, puis du Conseil scientifique, de la Haute Autorité de santé et autres officines opaques) :

 

 

La version officielle du gentil vaccin

 

Par Vincent Thibault, professeur à la faculté de médecine de l’Université de Rennes 1 et directeur du laboratoire de virologie du CHU de Rennes.

 

Message aux vaccinés

Face à la propagande, cohérence et lucidité

 






Alerter

56 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Le mec qui affirme sans rire qu’un recul temporel équivaut à un recul sur 3 milliards de personnes (ce qui ne veut dire, en plus)....
    C’est même plus du niveau orwellien là !

     

    Répondre à ce message

  • #2766283

    Ah ça va, ce médecin semble dire que le simple fait de ressentir quelque chose est rassurant. En effet c’est rassurant !!!!

     

    Répondre à ce message

  • Merci Dr. Zelenko ! Ça fait du bien d’entendre de la vraie science et du bon sens.
    Le plus inquiétant est que cette propagande vaccinale est tellement forte qu’elle a également lieu dans pratiquement tous les pays du monde, y compris dans les pays dissidents tels que la Chine, la Russie et les pays scandinaves (Suède, Norvège, Danemark).. En Chine par exemple (tout comme en France d’ailleurs), les citoyens non-vaccinés vont perdre bientôt plusieurs droits et privilèges, voir l’accès à certains services publiques importants…

     

    Répondre à ce message

  • #2766337

    Donc il fallait du recul pour l’hydroxychloroquine mais pas pour les vaccins ?

     

    Répondre à ce message

  • #2766366

    On l’a compris, ce qui tue principalement dans le COVID, c’est la protéine Spike. C’est elle qui provoque la tempête cytokinique, les autres parties provoquent la pneumonie en elle même.

    C’est aussi avec elle que le virus entre dans la cellule pour se dupliquer.

    Le concept de base d’un vaccin est de donner au corps des virus DÉSACTIVÉS, donc le plus inoffensifs possible, pour que le système immunitaire apprenne à le reconnaître le naturel virulent.

    La technologie ARNm consiste à faire produire au corps une petite partie du virus pour que le système immunitaire apprenne à le reconnaître et ainsi attaque tous les virus la présentant.

    La DERNIÈRE partie du virus à utiliser pour programmer le système immunitaire, la PIRE imaginable, est donc cette putain de protéine Spike.

    En faisant produire la protéine du virus qui tue au corps, on se retrouve avec AU MOINS le même pourcentage de morts chez les piqués que si ils avaient été contaminés.
    Ou je suis stupide, ou c’est la logique même.
    Différence importante, les virus disparaissent des infectés en 6 jours en moyenne, la protéine Spike semble être produite par les piqués sur plusieurs semaines, ou bien, et cela me semble plus probable, reste t-elle plus longtemps dans le corps. Et dans cette hypothèse, elle peut créer une tempête cytokinique bien après l’injection.
    Et c’est ce qui semble se produire.

    De là me vient une question. Le système immunitaire apprends à tuer les virus qui ont des protéines Spike en surface, mais s’en prends t-il à la protéine Spike SEULE ?

    Parce que si ça n’est pas le cas, les soit disant vaccins sont des injections d’un pseudo-virus de synthèse qui produit une protéine mortelle que le système immunitaire est incapable de détruire. Pseudo-virus car incapable de se répliquer. Et incapable de se répliquer exprès pour que le corps ne puisse pas détruire la protéine Spike qui serait dés lors une partie du virus.

    Le meilleur moyen de fabriquer un pire-que-virus et de le propager à tout le monde ne serait-il pas de le faire en le criant haut et fort, aux yeux et à la vue de tous comme si cela était normal ?

    C’est juste une hypothèse ...

     

    Répondre à ce message

  • Au sujet de la dernière vidéo du Pr Thibault, plusieurs "imprécisions" dans ses affirmations :

    1- le vaccin AstraZeneca n’est pas un virus "inactivé" mais un virus synthétique défectif (équivalent de virus "atténué") ; il doit confondre avec le Sinovac (vaccin chinois).

    2- il n’y a pas de rapport entre réaction inflammatoire locale au point d’injection et effet thérapeutique : l’injection d’un simple lipide (graisse) ou même d’eau distillée provoque un effet irritatif au point de ponction ; il doit confondre "eau distillée" et "sérum physiologique".

    3- effectivement un ARN messager "nu" est vulnérable et rapidement détruit, mais comme il le dit lui-même les secrets industriels quant aux éléments stabilisateurs utilisés ne sont pas connus ; la pharmacocinétique ne l’intéresse visiblement pas, en particulier le risque possible de biopersistance plus ou moins prolongée de cet ARNm synthétique.

    4- effectivement il existe des virus vivants atténués à ARN ou ADN utilisés dans les vaccins (ROR, fièvre jaune, varicelle), mais ils contiennent des acides nucléiques "sauvages" labiles affaiblis ; il ne s’agit pas de constructions synthétiques en laboratoire, rendues artificiellement ultra-stables par certains ajouts de séquences et de nanoparticules, et construites pour une productivité maximale d’antigènes viraux.

    Ces imprécisions sont préoccupantes d’autant que ce directeur de laboratoire de virologie avait le temps de préparer son intervention ; il est censé relire et corriger les Thèses de ses doctorants, peut-être même des articles du Lancet ou du NEJM ; cela reflète-t-il le faible niveau général des experts consultés pour conseiller les décideurs et informer la population ?

     

    Répondre à ce message

  • Bonjour, il y a un pdf qui circule disant que la court suprême des états-unis a décidé que les personnes génétiquement modifiées étaient brevetées et appartenaient à une firme. Le pdf est coupé du coup j’ai cherché cherché cherché sur le site de la court suprême et je l’ai retrouvé. Le hic, je suis une bille en anglais. Si quelqu’un ici peut nous éclairer, savoir s’il ne s’agit pas d’une fake news. Le traduire mot à mot.

    Dans le site de la court suprême dans les comptes rendus année 2013 tome 569 page 562. S’il vous plaît c’est important.

     

    Répondre à ce message

  • #2766562

    Ce sont des apprentis sorciers... ils veulent nous vendre leur toute puissance. Je ne suis pas une souris de laboratoire. Qu’ils fassent leurs expériences sur eux-mêmes et leurs familles ou leurs proches, s’ils le souhaitent. Pour ce qui me concerne : JAMAIS. Ma vie et mon être profond ne leur appartient pas. Le Bon Dieu nous a donné une ADN à notre naissance et c’est tout ! De plus, il serait temps de remettre "à la mode" le concept du Salut de son âme. Conclusion : aucun argument ni aucune menace ne changeront ma certitude intérieure : c’est NON !
    De plus, je constate de plus en plus des témoignages inquiétants à propos des conséquences dramatiques suite aux injections... il faudrait une plate-forme ou je ne sais quoi pour regrouper tous les témoignages des gens. La plupart n’ont aucun recours du fait que les laboratoires sont exemptés de leurs responsabilités. C’est une urgence maintenant. Beaucoup de "sachants" parlent et s’agitent... mais les gens de tous les jours, en vérité, sont laissés à eux-mêmes et sont perdus. Je crains pour les enfants et les personnes âgées pour la 3e dose, dans les Hepads. Il y a aussi les handicapés dans des centres, loin des regards. C’est une horreur ! C’est une histoire de fous... je ne sais même plus qualifier ce qui se déroule sous nos yeux. Oui, on peut dire que c’est démoniaque !

     

    Répondre à ce message

  • D’apres certains, cette production de proteines spike doit s’arreter au bout de 15 jours apres avoir declenche la production d’anticorps du virus.
    D’autres disent que le codage de l’arn a ete fait n’importe comment avec des "double stops" parce qu’ils n’etaient pas sur que ca s’arretera comme prevu. Certains disent que ces proteines spike peuvent attaquer l’interieur des vaisseaux sanguins si elles ne vont pas a l’endroit prevu et qu’elles sont trop nombreuses.
    Une personne agee double vaccinee morte soudainement dans mon entourage pour "embolie" pas de demande d’autopsie des ayants droits.

    Dans le doute je m’abstiens et je manifeste contre...

     

    Répondre à ce message

  • #2768889

    Plus con que Marty, tu meurs !
    Il confond le temps et le nombre. Il faut qu’il retourne à l’école primaire, ça devient urgent.
    Le covidisme rend vraiment con.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents