Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

C’est parti mon qui-QUI ?! #Hors-série – Le suprémacisme blanc

Avec Alain Soral, Xavier Poussard et Pierre de Brague

Note de la rédaction

Une émission enregistrée le 2 avril 2022.

 

C’est parti mon qui-QUI ?!,
l’émission des pronoms interdits et des développements debout !

Une émission audio hors-série consacrée au « suprémacisme blanc »

 

Avec Alain Soral et Xavier Poussard ;
une émission animée par Pierre de Brague

 

Écouter l’émission :

Soutenez E&R avec odysee.com

 

Pour écouter et télécharger l’émission en podcast,
rendez-vous sur le site d’ERFM !

 

Un bonus de 10min50 est disponible pour les souscripteurs
au financement associatif d’Alain Soral !
(Rappel : les souscripteurs ont la possibilité de visionner la vidéo
48 heures avant la diffusion publique)

 

- Alain Soral : communauté organique/communauté de contrat (à partir de 20€/mois)

 

Sortir des fantasmes et soutenir la véritable résistance, avec Alain Soral !

 

Bonne émission à tous

 

C’est parti mon qui-QUI ?!, sur E&R !

 






Alerter

115 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2951665
    Le 30 avril à 17:08 par L’Adagio des Abrutis
    C’est parti mon qui-QUI ?! #Hors-série – Le suprémacisme blanc

    Soral toujours à la pointe de l’analyse
    Que ce soit pour l’extrême droite, avec le Priol, et les zouaves, que ce soit avec l’extrême gauche Julien Terzics et les antifas, que ce soit avec les racailles comme Jo Dalton ou avec journaputes et autres guignolos du milieu télévisuel comme Éric Naulleau
    Soral d’utilité publique

     

    Répondre à ce message

  • #2951702

    Dommage qu’Héléna Blavatsky ne soit pas citée !

     

    Répondre à ce message

  • #2951976

    Magnifique c’est de l’art

     

    Répondre à ce message

  • #2952307

    Émission très intéressante, vous êtes des armes d’instruction massives. Merci

     

    Répondre à ce message

    • #2952353
      Le 2 mai à 02:50 par ProtégeonslaPalestine
      C’est parti mon qui-QUI ?! #Hors-série – Le suprémacisme blanc

      Après médias de grand chemin®, d’un auteur de ER, vous apportez une nouvelle contribution à l’enrichissement lexical, donc à la façon de penser le réel. Merci pour armes d’instruction massive®, qui illustre la pensée socratique selon laquelle la force et le pouvoir résident dans le savoir.

       
  • #2952340

    Le suprémacisme blanc ne pourra jamais prendre en France pour des raisons profondes historico-culturelles. Il n’y a tout simplement pas la main d’oeuvre nécessaire pour cela.
    Les Français constituent un peuple trop raffiné et civilisé pour adhérer à des thèses prônant violence et barbarie. Ce raffinement ne date pas d’hier mais tire ses origines il y a plusieurs milliers d’années de cela quand les Gaulois ont été mis en contact avec les Grecs puis les Romains. En effet le territoire de ce qui est aujourd’hui appelé "France" ayant une façade tournée vers le monde méditerranéen a très tôt dans l’Histoire entretenue des relations commerciales, culturelles avec le monde méditerranéen. Le monde gaulois fut hellénisé puis romanisé. Le guerrier celte prédateur éleveur semi-nomade dont le mode de vie oscillait entre razzia, viols et rapts de femmes, conquêtes de territoire a très vite su apprécier les vertus d’un monde de producteurs enracinés de paysans, artisans industrieux, commerçants...Quand les Romains ont annexé la Gaule cette dernière était déjà culturellement en grande partie romanisée, sans cela César aurait échoué comme Auguste échoua à conquérir la Germanie. Les Germains n’étaient pas des sauvages mais ils avaient mieux préservé leur identité singulière et incompatible avec celle de Rome, de ce fait les Romains après leur défaite à Teutobourg abandonnèrent définitivement leur projet d’intégration de cette région à l’empire.
    Donc cette ouverture à l’autre, ce mode de vie basé sur l’industrie, le "doux commerce", l’enracinement sur un terroir pour y produire de la richesse, le règlement politique par la négociation des conflits plutôt que par l’affrontement direct...est incompatible avec le bellicisme, le chaos et l’instabilité provoqué par ces conflits qui n’en finissent pas, le rejet de ce qui est autre...qui sont des caractéristiques des races dont le mode de vie et l’économie sont basées en partie sur la guerre et la prédation.
    L’universalisme français, nécessité qui a permis de forger l’identité française dans un contexte multiethnique, fait que les Français perçoivent l’intelligence, le raffinement intellectuel et des sentiments, la beauté de l’âme, les compétences, par-delà des caractéristiques et différences de celui qui les porte. Un Français en aura rien à foutre d’avoir un chirurgien camerounais pour lui faire une opération à cœur ouvert, si le gars est considéré comme compétent il lui fera autant confiance qui si il était blanc.

     

    Répondre à ce message

  • Alain Soral a moult fois raison dans ses analyses et ses déductions, j’ai appris hier que Noam Chomsky a déclaré qu’il fallait affamer les non vaccinés si cette information est sérieuse c’est une horreur j’en ai la nausée.

     

    Répondre à ce message

  • Excellente émission comme d’habitude, je voulais remercier Xavier Poussard pour son imitation de Le Priol, j’ai éclaté de rire , je ne m’y attendais pas !

     

    Répondre à ce message

  • #2954266

    A noter que le suprémacisme blanc a dans un premier temps été théorisé par des Français : Arthur de Gobineau et Georges Vacher de Lapouge, tous deux fascinés par la race germanique. Mais cela n’a pas pris dans le pays du fait de la mentalité égalitaire et universelle des Français évoquée par Alain Soral, probablement aussi en raison de la latinité d’une grande partie d’entre eux. Latinité que déploraient en leur temps Huysmans, Céline ou encore De Gaulle (dont le nom n’est autre que la francisation du flamand De Walle), ce dernier l’attribuant aux migrations méditerranéennes et orientales alors récentes et préconisant une immigration germanique massive pour la contrecarrer (cf. sa lettre aux Gardes des Sceaux au lendemain de la libération).
    Il serait également bon de rappeler à nos Conversano, Papacito & cie, si prompts à se moquer les Nordiques (pour ne pas dire les Blancs) voire à tenir des propos haineux à leur encontre que le théoricien même de la race méditerranéenne - Giuseppe Sergi - ne la considérait pas comme étant blanche, position qui semble pertinente au vu du faciès de nos droittardés.

     

    Répondre à ce message

  • Bonjour à tous,
    Monsieur Soral ne cite pas le chef de gang de "nos milieux"qui s’est affiché récemment avec Zemmour.
    De qui s’agit-il svp ?
    Merci

     

    Répondre à ce message

  • #2958524
    Le 13 mai à 23:04 par Roland de Roncevaux
    C’est parti mon qui-QUI ?! #Hors-série – Le suprémacisme blanc

    très juste analyse. Le dernier quart-d’heure est parfaitement juste. Rappelons d’ailleurs que les collabos furent déçus du peu d’intérêt des Allemands pour la "race" française (ils se sont faire prendre pour des c...). La France était tout juste bonne à payer, comme dans l’UE. Mais le couple franco-allemand n’a jamais fonctionné. Les euro-vichystes actuels devraient y songer. La France représente un problème pour l’Allemagne, mais pas une solution : la géopolitique allemande consiste simplement à neutraliser la France par n’importe quel moyen, mais en aucun cas à s’associer avec la France. Ca a échoué en 1940-44 tout comme aujourd’hui au sein de l’UE.

    Clémenceau (marié à une américaine) et De Gaulle étaient en effet liés aux anglo-américains. A partir de Louis-Philippe, et surtout avec l’Entente Cordiale, la France incapable de plus dominer le contient (face à la montée de l’Allemagne) s’est retrouvée supplétive des anglo-américains (on a d’ailleurs été envoyé au casse-pipe en 1914 pour briser la machine de guerre allemande). Néanmoins, ils ont tous les deux essayé de maintenir une certaine autonomie française dans ce contexte : c’est d’ailleurs pour éviter de voir ré-émerger la France de Clémenceau que les Américains nous ont incité à signer la paix en 1918 alors que nous étions en position d’aller écraser l’Allemagne chez elle. Dans le contexte de la guerre froide, De Gaulle a mené une politique similaire. De Gaulle et Clémenceau paraîtront toujours ambivalents car ils l’étaient. Il faut les analyser tels quels.

    En l’absence de perspective souverainiste sérieuse, une certaine communautarisation des blancs déclassés est cependant possible. C’est ce qui est advenu au petit peuple blanc des états confédérés après 1865 : l’oligarchie du nord ayant bien pris soin d’éviter toute fusion trans-raciale du prolétariat, et tout enracinement culturel (notamment par la dés-européanisation du peuple). En fait, ils sont en train de réaliser en Europe de l’ouest ce qu’ils ont réalisé en interne aux USA de 1860 à 1960.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents