Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

(a)Valeurs actuelles en sueur : Macron décore le pasteur US Jesse Jackson, militant "antisémite" !

Valeurs actuelles, comme Radio J, n’aime pas Louis Farrakhan.

« En effet, Louis Farrakhan est notamment connu pour son antisémitisme virulent, de très longue date, il avait notamment dénoncé les mauvais juifs, loué Adolf Hitler, condamné la synagogue de Satan, il comparaît les juifs à des termites, ils les accusait également régulièrement de contrôler le gouvernement américain et enfin, un détail, et pas des moindres, Louis Farrakhan a également un passif d’homophobie. »

 

Avec ça, le grand Louis est habillé pour l’hiver. Mais ça ne l’empêche pas de dire ce qu’il pense, la liberté d’expression étant réelle aux États-Unis, à l’inverse de la France.

Le Monde juif n’est pas d’accord non plus :

« Âgé de 79 ans, le révérend Jesse Jackson est très proche de plusieurs antisémites notoires, dont le leader extrémiste antijuif afro-américain Louis Farrakhan.

En 1984, le révérend Jesse Jackson avait provoqué la colère et l’indignation de la communauté juive après avoir employé des termes antisémites lors d’une interview.

En 2006, M. Jackson s’était rendu au Liban pour soutenir les attaques du Hezbollah contre Israël. Une visite au cours de laquelle il avait rencontré les antisémites Dieudonné et Thierry Meyssan.

En 2008, M. Jackson espérait que l’élection de Barack Obama mettrait fin à l’influence des “sionistes qui ont contrôlé la politique américaine pendant des générations”.

En 2016, le révérend Jesse Jackson a rencontré et dîné avec l’antisémite Jean-Marie Le Pen. »

 

Dans le tweet qui suit, le Siècle rouge montre qu’il est plus proche de l’oligarchie sioniste que du peuple français, ce qui interroge sur la réalité de son communisme :

 

 

En 2008, Ulysse Gosset interrogeait Jesse Jackson avant l’élection de Barack Obama :

 

 

Et à l’occasion de cette décoration qui va faire avaler sa kippa aux sionistes, revoilà, qui, QUI ? Claude QUI ? Posternak !

 

 

Quand à Willy, il s’étrangle deux fois cette semaine :

 

 
– La Rédaction d’E&R –

 


 

Emmanuel Macron remettra en personne, ce lundi, à l’Élysée, les insignes de commandeur de la Légion d’honneur au révérend Jesse Jackson, figure de la communauté noire américaine et du mouvement des droits civiques, pour saluer notamment son combat contre le racisme.

« Jesse Jackson n’a cessé de militer pour la paix, la justice et la fraternité. Il s’est également engagé en faveur de l’éducation et du climat », indique la présidence dans un communiqué, publié vendredi. « Son action, reposant sur la force de l’argument, sur le rejet de toute forme de racisme et d’exclusion, plaçant toujours au centre la citoyenneté et l’aspiration au progrès, a inspiré plusieurs générations d’activistes comme de responsables publics sur tous les continents », ajoute l’Élysée, qui souligne que « les valeurs promues par le révérend Jackson sont universelles et sont celles de la République ».

Compagnon de route de Martin Luther King dans les années 60, le pasteur baptiste traîne pourtant derrière lui une réputation sulfureuse.

Car derrière son image consensuelle entretenue par les médias, Jesse Jackson est un prêcheur haineux et radical qui tient des propos incendiaires contre son pays, les Blancs et les juifs, un menteur pathologique qui pratique le chantage économique au racisme en rackettant des entreprises sous couvert de lutte antiraciste, un militant d’extrême gauche allié au camp démocrate qui soutient des régimes dictatoriaux.

[...]

« Malade et fatigué d’entendre parler de l’Holocauste »

Devenu un des leaders de la communauté noire, Jesse Jackson est alors prêt à tout pour préserver son influence et son pouvoir. « Nous défions n’importe quel chat du ghetto de nous affronter. Nous le détruirons », prévient-il ainsi à la fin des années 60. Les juifs ne sont pas épargnés. En 1979, Jackson loue l’OLP, l’organisation terroriste palestinienne, et embrasse son chef Yasser Arafat, « un vrai héros » de la résistance à Israël et à son Premier ministre « terroriste » Menahem Begin. « Malade et fatigué d’entendre parler de l’Holocauste », il véhicule les pires stéréotypes antisémites :

« Concernant la division du pouvoir, nous n’avons pas obtenu des juifs notre part de gâteau méritée, ils ne partagent pas avec nous le contrôle des richesses, des médias et des autres centres de pouvoir. » Et en 1982, il regrette que les démocrates soient « pervertis par une réaction […] envers l’élément juif à l’intérieur du parti », représenté par « une forme glorifiée de corruption, de soutien financier et de faillite morale ».

Candidat à la primaire démocrate pour l’élection présidentielle, deux ans plus tard, Jesse Jackson franchit un pas supplémentaire dans l’ignominie. Il fréquente et pose avec son « frère » Louis Farrakhan, l’influent leader raciste et antisémite de la Nation de l’islam (NOI), qui soutient la campagne de son « champion » et « ami », participe à ses meetings, prie pour lui et ose même le comparer à Jésus. À l’époque, les forces paramilitaires de l’organisation musulmane, suprémaciste et séparatiste noire, servent aussi de gardes du corps à Jackson, qui s’est rendu à un rassemblement sponsorisé par la NOI et en Syrie avec son leader en 1983. Farrakhan, pour qui les juifs sont des « sangsues » et les blancs des « diables aux yeux bleus », qualifie même Adolf Hitler de « très grand homme » au cours de la campagne. Jesse Jackson assiste, lui, sans broncher aux tirades antisémites de son allié, avant de s’en éloigner un temps, par opportunisme et sous la pression de pontes démocrates et de représentants de la communauté juive.

 

Jackson, Farrakhan et les juifs

En juin 1984, la campagne du révérend désavoue ainsi les dires « répréhensibles et moralement indéfendables » du leader de la NOI, qui a décrit la création d’Israël comme un « acte hors-la-loi » et appelé les nations qui ont aidé à fonder et soutiennent l’État hébreu des « criminels aux yeux de Dieu Tout-Puissant », précisant toutefois dans un mensonge que Farrakhan « ne fait pas partie de notre campagne ». Rien, en revanche, sur ses propos vomissant le judaïsme, « sale religion » qui « mérite d’être condamnée ». Autre scandale : un journaliste du Washington Post révèle quelques mois plus tôt que Jackson traite en privé les juifs de « youpins » et New York et de « ville de youpins ». Aussitôt, le candidat dément, prétend ne pas s’en souvenir, hurle à la persécution et au « complot », puis passe aux aveux. Son allié de la NOI, lui, menace le reporter noir : « Un jour bientôt, nous vous punirons de mort. » Et défend Jackson face aux juifs : « Je vous préviens au nom d’Allah de laisser ce serviteur de Dieu tranquille. »

Obnubilé, Jesse Jackson le récidiviste multiplie depuis les sorties antisémites. « La vraie résistance au progrès noir ne vient pas du Ku Klux Klan mais de nos anciens alliés de la communauté juive américaine », dit-il. « L’industrie contrôlée par les juifs a tenu les noirs à l’écart des postes d’autorité. » Par le passé, le pasteur a aussi accusé le président Nixon d’être insensible aux pauvres car quatre des ses cinq hauts conseillers sont juifs (autre mensonge), qualifié deux officiels de son administration de « juifs allemands » et remarqué en découvrant la judéité de la journaliste de CBS Lesley Stahl : « Elle n’a pas l’air d’être juive. » Et puis, il dénigre les « marchands de sommeil juifs », les « hommes d’affaires juifs » et les « reporters juifs ». Concernant Israël, vouée aux gémonies, Jackson déclare en 1980 : « Le sionisme est une sorte de mauvaise herbe toxique qui étouffe le judaïsme. » Quant au soutien des Afro-américains à l’OLP, il a marqué « l’heure de gloire de l’Amérique noire », se félicite-t-il.

[...]

Contacté par Valeurs actuelles pour expliquer sa décision de décorer le pasteur radical, l’Élysée assume sans trembler.

« Jesse Jackson s’est largement excusé pour ses remarques les plus négatives et controversées, justifie un conseiller d’Emmanuel Macron. Il a maintenu son soutien aux Palestiniens mais s’est efforcé de rétablir de bonnes relations avec la communauté juive américaine. Il reste dans ce contexte une voix forte et un leader respecté du Parti démocrate. »

En fait, Jesse Jackson ne s’est jamais formellement excusé pour ses propos antisémites répétés, et encore moins pour sa relation avec Louis Farrakhan, bien au contraire. « Jésus a répudié la politique d’assassinat mais n’a pas répudié Judas », a-t-il ainsi balayé à propos du leader de la Nation de l’islam. En 2018, Jackson s’affichait d’ailleurs encore publiquement à ses côtés, main dans la main. Cette année-là, le « Hitler noir » morigénait toujours à la tribune les « juifs sataniques », ces « mère et père de l’apartheid », dans un violent discours de haine :

« Quand tu veux quelque chose dans ce monde, le juif tient la porte. »

 

 

Lire l’article entier sur valeursactuelles.com

Louis, sur E&R :

 






Alerter

53 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • «  Concernant la division du pouvoir, nous n’avons pas obtenu des juifs notre part de gâteau méritée, ils ne partagent pas avec nous le contrôle des richesses, des médias et des autres centres de pouvoir. » La au moins la Lévy a la réponse a sa lancinante question "s’il n’y pas assez de QUOI’s c’est parce qu’il y a trop de QUI’s ?"

     

    Répondre à ce message

  • #2768616

    Je croyais que, pour ces médailles, l’honneur au nom de la patrie, la nation, services rendus pour la France. Je suis peut-être un grand naïf ?

     

    Répondre à ce message

  • Posternak : "..... JesseJackson, un activiste racialiste et antisémite, parvenu à se faire passer pour un militant anti-raciste et un homme de paix."
    Et alors ? Netanyahu en défilant entre Merkel et Hollande pour défendre les Charlies a bien réussi à se faire passer pour quelqu’un qui combattait Daesh et pour un homme de paix ! Où est le problème ?

     

    Répondre à ce message

  • Le pasteur Jesse Jackson se réjouit dans la vidéo de la future élection d’Obama !
    Il ne peut pas être anti-sioniste ; il n’est pas catholique mais protestant américain
    à la mode "évangéliste".
    [ il est salué par Macron comme anti-républicain américain
    (bref, un gauchiste télé-évangéliste communautariste) ]

     

    Répondre à ce message

  • Jesse Jackson c’est avant tout un anti-blanc acharné. Toujours là pour mettre de l’huile sur feu. il est un "race hustler" de premier plan.. Sur la meme ligne vous avez aussi : Al Sharpton, Maxine Waters

     

    Répondre à ce message

  • Cette marionnette de Qui ? Là est la question ... Le hasard a une conscience, soudainement !!!

     

    Répondre à ce message

  • Macron se fiche pas mal des noirs, ce qu’il veut se sont les voix des noirs français et autres minorités soi-disantes opprimées pour l’élection de l’année prochaine , quand tu as passé ta vie entre les beaux quartiers parisiens, les bureaux de la banque Rothschild et Le Touquet ; tu vas pas me dire que tu en as côtoyé beaucoup des noirs.

     

    Répondre à ce message

  • Pardonnez, mais contrairement à ce que disent certains commentaires, je ne vois pas ce dont il faut se réjouir ici...OK ce personnage est probablement lucide et courageux contrairement à beaucoup sur certains sujets. Il n’en reste pas moins que c’est de toute évidence un farouche anti-blanc avant d’etre un anti-qui...et qui contribue plus qu’à son tour au climat de haine raciale qui est voulu en haut.
    Et vous pensez bien qu’à partir du moment où c’est Macron qui est à la baguette, il n’y a rien dont des patriotes français puissent se réjouir.
    Je comparerais éventuellement cela au soutien caché de Daech par l’Occident dans sa logique de chaos et de destruction au Moyen-Orient
    Ca reflète aussi ce que disait Soral lors de l’affaire Corleone, qu’ils n’ont pas les moyens de faire la guerre à tout le monde en même temps...

    Bien à vous

     

    Répondre à ce message

  • Donner une médaille à un antisémite pour faire croire à sa neutralité, le fameux "en même temps". Ca ne troublera que les faibles d’esprit. En d’autres temps on aurait dit "Paris vaut bien une messe".

     

    Répondre à ce message

  • Le système laisse Farrakhan jouer sa partition. Ce personnage ne gêne nullement quand on sait que les vrais géneurs se font éliminer physiquement. Malcolm X, Luther King l’ont été du fait d’une prise de conscience sociale qui dépassait les clivages ethniques. Leur convergence et rapprochement avec le reste de la population risquait à terme de mettre à mal le type de gouvernance qui perdure jusqu’alors.
    L’état gouverne mal, mais se défend bien...

     

    Répondre à ce message

    • Je ne suis pas d’accord.
      Il est plus difficile d’assassiner un personnage public aujourd’hui, que dans les années 60... Désormais tout le monde a un smartphone dans sa poche, et un "œil monté sur rotule". Si Kennedy se faisait tuer aujourd’hui, la théorie de Lee Harvey Ozwald ne tiendrait pas 5 min...

      D’ailleurs, Trump a fait plus de mal à l’État Profond que Kennedy finalement... qui a validé la gueere du Vietnam comme ses prédécesseurs, qui a validé l’escroquerie de la NASA et du voyage sur la Lune, etc.... pourtant Kennedy s’est fait buté, et Trump est toujours en vie. Pourquoi ?

      Tuer Farrakhan ?
      Ça reviendrait à déclencher des émeutes pires que celles de 1992 à Los Angeles. 6 jours d’émeutes = 55 morts, 2300 blessés, des milliers d’arrestations, 3600 incendies, 1100 bâtiments brûlés, 1 Millard $ de dégâts matériels.... juste pour buter un mec qui en plus, deviendrait un martyre ? Ils ne sont pas fous.

       
Afficher les commentaires précédents