Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Un millénaire de trois siècles ? de Laurent Guyénot : téléchargez gratuitement la première partie du livre (nouvelle édition augmentée) !

 

Un millénaire de trois siècles ? est un ouvrage inédit de Laurent Guyénot
publié par Kontre Kulture au format Livre numérique

 

 

Combien de temps a duré le premier millénaire ?

 

Nous sommes tellement habitués à nous fier à une chronologie universelle couvrant toute l’histoire humaine que nous prenons celle-ci comme une simple représentation du temps. En réalité, c’est une construction culturelle européenne, obéissant à des desseins géopolitiques plus que scientifiques. Les premières pierres en furent posées par les Réformateurs grégoriens du XIe siècle, et ce que n’est pas avant le XVIIe siècle que l’édifice fut achevé, principalement par les jésuites, qui le répandirent en Orient.

C’est cette norme établie que contestent aujourd’hui ceux qu’on nomme les « récentistes ». Lorsque j’ai fait pour la première fois leur connaissance – sur le site d’Égalité & Réconciliation –, leurs arguments m’ont rappelé un certain nombre d’observations qui m’avaient intrigué lors de ma recherche doctorale en études médiévales, résumée dans La Mort féerique (Gallimard, 2011). Par la suite, de questions en hypothèses, j’ai acquis la conviction que la structure même de notre récit du premier millénaire chrétien est fautive.

Je propose ici une introduction personnelle à ce dossier, visant à montrer que la remise en question de notre paradigme chronologique n’est pas un objectif préconçu, mais découle d’une étude attentive de sa genèse et d’une analyse raisonnablement critique des sources primaires de l’Antiquité, l’Antiquité tardive, et le haut Moyen Âge.

Enfin, je fais une large place à l’approche « stratigraphique » de Gunnar Heinsohn, professeur à l’université de Brême, qui se fonde sur des preuves archéologiques concrètes et ouvre une perspective radicalement nouvelle sur le premier millénaire, où rien n’est perdu, mais tout est resynchronisé.

Laurent Guyénot

 

Un millénaire de trois siècles ?
Procurez-vous le livre numérique (nouvelle version, augmentée d’un chapitre) de Laurent Guyénot chez Kontre Kulture !

 

Retrouvez Laurent Guyénot sur E&R !

 






Alerter

47 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Comme le disait Napoléon cité dans le doc : "L’histoire est une serie de mensonges sur lesquels nous sommes tous d’accord"

    La pyramide de Khéops soit disant fabriquée en 25 ans est constituée 3 millions de blocs, ce qui reviendrait à extraire, tailler, acheminer, et placer précisément chaque blocs en 2 minutes 30 secondes avec les moyens qu’on leur attribuent... Les Egyptiens qui n’auraient pas évoluer pendant 3000 ans... Des exemples de logique et de bon sens il y en a des tas qui me font sérieusement douter en la chronologie et l’histoire officielle.

     

    Répondre à ce message

    • « Croire à l’Histoire officielle, c’est croire des criminels sur parole » Simone Weil .

       
    • Autant j’ai vraiment du mal avec le récentisme (peut être que le bouquin de Guyénot changera cela...), autant j’adhère complètement avec certaines théories alternatives concernant les pyramides. Notamment qu’elles n’ont pas été construites par les Égyptiens eux mêmes, mais découvertes par eux et réutilisées. Que la date de leur construction est largement antérieure à la civilisation égyptienne, et c’est pour cette raison entre autres qu’il ne reste pour ainsi dire aucune trace des infrastructures et de l’outillage nécessaire à l’édification d’ouvrages aussi colossaux. C’est comme si une civilisation dans le futur découvrait nos gratte-ciel actuels mais sans aucune trace de ce qui aurait permis de les construire comme les bulldozers, pelleteuses, grues, les complexes métallurgiques...et que les archéologues en concluait que l’Empire State building fut construit avec des brouettes, des pelles et des pioches, des hauts-fourneaux artisanaux pour les poutres d’acier...

       
    • Pour ceux qui posent la question des blocs de pierre géantes à trimballer sur des centaines de kilomètres à dos d’esclaves... Voir la théorie du français Joseph Davidovits sur la construction des pyramides égyptiennes à base de pierres moulées, une thèse qui date de 1978 déjà et qu’un américain dont j’ai perdu le nom à mis en pratique à titre de démonstration.

       
    • @ Pepe. Je ne crois pas à cette théorie de pierre moulées concernant les pyramides, non pas parce que cela ne soit pas possible à fabriquer mais tout "simplement" à cause du problème lié aux coffrages pour chaque pierre. Les pierres des pyramides sont plaquées entre elles, rien ne peut s’y glisser, chaque coté épouse parfaitement les blocs suivants d’en bas, d’en haut de gauche et de droite , ce qui supossent que les pierres ne peuvent pas avoir été moulées une à une indépendament des autres. Comment fait-on pour l’épaisseur de bois (coffrage) supposée envelopper les 5 voire 6 faces de chaque blocs, qu’on devra retirer après la solidification et qui créera donc un espace vide entre chaque bloc à chaque fois. Cela suppose qu’il faudrait à chaque fois réajuster (retailler) parfaitement tout les blocs pour les faire correspondre aux blocs environnants ce qui est extrêment compliqué et long à faire, ce qui serait une abérration d’ingénierie et d’efficacité ?? Le même problème perdure en supposant que les blocs auraient été moulés extérieurement à la pyramide puis placés les uns à la suite des autres puisque, je le redis chaque blocs épouse parfaitement chaque blocs environnants. le moulage avec forcément des coffrages est une impossibilité technique pour bâtir ces pyramides

       
    • @derf

      Il suffit tout simplement d’utiliser une face de la 1ère pierre moulée comme coffrage pour la suivante, et ainsi de suite. Tu ne mets du bois pour le coffrage que là où il n’y a pas encore de pierre. En plus de te faire gagner du temps, ça explique pourquoi les blocs sont parfaitement collés les uns aux autres.

       
    • FloOntheflux
      "Il suffit tout simplement d’utiliser une face de la 1ère pierre moulée comme coffrage pour la suivante, et ainsi de suite. Tu ne mets du bois pour le coffrage que là où il n’y a pas encore de pierre. En plus de te faire gagner du temps, ça explique pourquoi les blocs sont parfaitement collés les uns aux autres."

      Mais non, vous n’avez pas compris les blocs ne sont pas des parpaings standardisés les pierres sont "difformes" mais épousent chaque face de chaque blocs du dessus, dessous, gauche, droite, devant... c’est impossible avec des coffrages. Et vous les enlevez comment les 5 ou 6 faces de coffrage ensuite sans devoir bouger la pierre qui est dans les coffragres et en position sur la structure ?. Les ingénieurs modernes ont déjà essayé de refaire une pyramide en miniature ce fut une catastrophe.

       
  • Aujourd’hui, nous sommes dans une histoire d’un vaccin qui n’est pas immunitaire !? Et c’est en direct, en live ! Alors quand c’est en différé, j’ai le droit de rigoler ? Ont nous prive de toutes libertés, les fondamentaux anciens sont d’une supériorité absolue sur ceux d’aujourd’hui, mais les gens ne veulent plus de dieux, ils veulent de l’information ,je haï ce qui qui sont au pouvoir.

     

    Répondre à ce message

  • Je comprends tout à fait que cette théorie soit intéressante, intellectuellement stimulante.

    Cependant, en tant que petit Français moyen, de culture catholique, à qui l’on répète sans cesse qu’il est la lie de l’humanité, et à qui l’on intime chaque jour l’ordre de se déconstruire, je vois très bien à qui, et à quoi au final serviront ces thèses.
    Le wokistan déconstructiviste se fera très vite une joie de s’en emparer pour saper un peu plus les bases culturelles de notre société.

    Or pour ma part, ça suffit. Il n’y a plus de place sur mon dos pour les coups de fouet, et je n’ai ni le temps ni le luxe de pouvoir ainsi détruire les fondations de ma maison.
    Car je n’ai que celle-ci, et je n’ai nulle part où aller.

     

    Répondre à ce message

    • Et si la théorie s’avérait exacte, Jean-jacky, y avez-vous songé ? Evidemment notre première réaction, c’est "qu’est-ce que c’est encore que ce truc ?" mais je vois mal Laurent s’embarquer là-dedans sans biscuits, et pour s’amuser, vu le travail de Recherche qu’il a déjà produit, et rien que du très haut nîveau ! Donc cette démarche est absolument passionnante, ne vous laissez pas démoraliser par les Déconstructivistes, qui oeuvrent dans l’Univers inférieur de la Pensée.

       
    • Il n’y a pas de religion ou d’histoire supérieures à la vérité, je préfère savoir plutôt que croire.

       
    • Je suis dans le même cas. Que fait on ?

       
    • Mon commentaire n’avait aucunement pour sujet le thème de la "vérité" ("LA" vérité existe-t-elle seulement en Histoire ?...) ou le travail de Laurent Guyénot, que je ne suis pas apte à juger.

      J’essayais juste de rappeler que les derniers Français qui tentent de résister au suicide collectif de l’Occident s’accrochent péniblement à leur Histoire.
      Car c’est désormais à peu près tout ce qui leur reste comme repère, comme encrage stable.

      Même si ce n’est pas forcément l’intention de départ, le récentisme a pour résultat de non seulement tirer le tapis sous les pieds des derniers à se tenir debout, mais également de tendre le bâton pour se faire battre.

      Que le récentisme devienne nouvelle vérité officielle ne pourrait pas mieux satisfaire les forces du chaos.

      Doit-on vraiment tout sacrifier et tout détruire au nom de la vérité ?
      Certains petits Français dont je suis s’accommoderaient bien de la préservation de notre socle et ciment commun fait de mythes et approximations, à condition des derniers restes de stabilité et de cohésion sociale dans ce pays.

       
    • Jean-Jacky
      La cancel culture veut nous détruire notre passé certes mais je ne suis pas sûr du tout qu’elle s’en empare. Si je comprends bien après avoir lu le début du livre, la chronologie officielle serait déja une sorte de déconstruction et le récentisme remet les choses dans l’ordre. D’ailleurs cette thèse n’est absolument pas officielle dans les pays wokisés, mais est plus développée en Russie.
      Et si jamais notre histoire officielle même antique est basée sur des mensonges dans des buts de domination politiques (ca nous rappelle bizarrement notre présent...) il est dans notre intérêt de les mettre à jour depuis le début...

       
    • "Doit-on vraiment tout sacrifier et tout détruire au nom de la vérité ?"

      on dirait du Olivier Veran !
      _ ;-)

      c’est étrange de craindre le caractère explosif de ces travaux comme si il y avait quelque chose de bon, quelque qu’il faille conserver des pouvoirs "scientifique", "médical", "juridique", "politique", "universitaire" etc.

      La société dépend-elle de ces pouvoirs ou bien, plutôt, n’avons pas eu la démonstration que – depuis longtemps déjà – ces pouvoir travaillent exclusivement à la destruction de la société ?

      L’arnaque convide n’aura donc servi à rien ?

       
  • Avez-vous prévu de sortir le livre en version papier ?

     

    Répondre à ce message

  • J’ai peut-être tort, mais je suis assez sceptique quant à la valeur de cette théorie, et c’est n’est qu’une théorie basé sur des conclusions personnelles.
    Que allons nous faire des méthodes de datation largement utilisées par des scientifiques de renommé mondiale ou des investigations criminelles/policières qui souvent utilisent ces méthodes qui s’avèrent fructueuses et véridiques ?

    Carbone 14, stratigraphie, la méthode Potassium - Argon, Argon-Argon, la biochronologie, la typochronologie, la mesure de la radioactivité, la thermoluminescence, la dendrochronologie, le paléomagnétisme, et surtout - l’ESR - la résonance de spin électronique - qui mesure avec exactitude les propriétés magnétiques des minéraux faisant partie des artéfacts !
    A mon goût, c’est un peu trop fort le café, mes amis !

     

    Répondre à ce message

    • #2850659

      Laurent Guyenot a déjà répondu à ces assertions dans les commentaires des précédents articles sur le sujet.

       
    • Le récentisme me semble farfelu mais pour d’autres raisons que les datations au carbone 14. Cette méthode de datation semblent en effet peu fiable. Idem pour la stratigraphie qui exagère considérablement le temps nécessaire pour que des couches s’accumulent, que se forme certains canyons...
      Par exemple il a été confirmé la découverte de tissu contenant encore de l’ADN dans les fossiles de dinosaures, or on sait qu’il est impossible qu’une structure organique de protéine puisse persister durant des millions d’années. La découverte de ces tissus presque intacte ont d’abord été niée comme étant une fake news ou le résultat d’une contamination...mais désormais la validité de ces découverte est admise (discrètement) par la science officielle et n’a aucune explication.
      Par contre la dendrochronologie est fiable ! Le problème c’est que les arbres pluri-centenaires et pluri-millénaire se font rares, et encore plus rares sont ceux qui peuvent être rattachés avec certitude avec des événements historiques...

       
    • Et si ces méthodes de datations que tu cites étaient étalonnées sur ce calendrier officiel !
      Ne serait il pas normal qu’elles confirment les datations officielles ?
      Tu vois ce que je veux dire ?
      C’est un peu comme si on prenait un kilomètre de quatre kilomètres pour étalonner le mètre !
      On obtiendrait un mètre de vingt-cinq centimètres .
      Et puis dans un monde ou tout est faux, il n’y aurait que çà qui serait vrai ?
      Perso, je ne sais pas si cela est vrai ou faux, mais les arguments des récentistes tiennent la route.

       
    • Il me semble que les techniques évoqués fonctionnent pour une datation sur quelques siècles seulement. De mon point de vue, et ce qui apparait dans votre.message, nous risquons de nous faire duper par une certaine "propagande" au sujet d’un niveau technique qui n’est qu’illusion. En effet, lorsqu’on se rend compte de la réalité et bien on risque d’être déçu. Quelques exemples simples :
      - Profondeur maximale pour un sous-marin nucléaire ? 400m, c’est pas terrible non ?
      - Record de forage en profondeur dans la croûte terrestre ? 12.000m, pas plus ?
      - Record d’altitude pour un avion ? 100-120 kilomètres, ouaip, pas plus.

      Et si tout n’était que spectacle et illusion ?

      H.G.

       
    • @ Jean Pierre Pornout

      Sauf que les méthodes scientifiques et matérielles de Guenot ne sont pas vérifiables matériellement et différent largement dans le sens infructueux de , par exemple, le très prestigieux Institut Steklov de Saint Petersburg où de l’Institut de Physique Nucléaire Budker à Novosibirsk qui utilise la méthode de résonance magnétique des minéraux dans les artéfacts !!

      Ces institutions scientifiques n’auraient elles pas dénoncés l’erreur / ou la manipulation de 700 ans ?
      Rappelons-nous, les Russes ont été les premiers, les seuls et uniques qui ont dénoncé l’arnaque machiavélique de " Apollo 11" et le faux atterrissage sur la Lune !
      Idem pour l’Institut de Physique Nucléaire à Paris , qui n’a jamais fait la moindre illusion de cette supposé différence de 700 ans !

       
    • @goypride

      "qu’elles n’ont pas été construites par les Égyptiens"

      Dans le bouquin de l’écrivain arabe Robert Solé "Bonaparte à la conquête d’Egypte", il y décrit comment les indigènes semblaient en avoir rien à cirer de ces pyramides ni en mesure de fournir la moindre explication quant à leurs origine ou autres détails qui pourraient s’avérer être intéressants aux savants français qui avaient accompagné Napoléon dans son expédition. On a aussi tendance à oublier que ce sont les français qui ce sont démenés afin d’en prendre toutes les mensurations et ont fait en sorte de sauvegarder tout la culture liée aux pyramides en érigeant les 1er musées. Tout ça a suscité un tel engouement pour ce qu’y a trait à l’égyptologie qui perdure jusqu’à nos jours qu’on oublie un peu que les pyramides au Mexique et autres pays d’Amérique latine sont bien plus grandes encore. Je sais que c’est un raisonnement simple mais à moment donné il faut oser parler de mystère insoluble dans le sens qu’on aborde un domaine qui est de l’ordre du mystique.

       
    • Laurent Guyénot, comme tout chercheur, travaille d’abord pour confirmer ses intuitions, et peut zapper des embranchements en chemin. C’est pour ça que le débat est sain et stimulant.
      Le choix du sujet n’est pas anodin non plus, même s’il arrive que ce soit le sujet qui trouve le chercheur. J’aimerais le voir s’attaquer au mystère du suaire de Turin, par exemple. Le plus passionnant, pour moi.

       
  • Autant il semble évident que les restes archéologiques des dinosaures sont trop frais pour dater de plusieurs dizaines de millions d’années (traces de tissus mous avec ADN encore présent dans certains fossiles !), autant je trouve que les restes archéologiques de l’empire romain sont trop dégradés pour ne dater que de seulement 3 siècles ! Merde ! Trois siècles c’est que dalle ! C’est presque comme si l’arrière grand père de l’arrière grand père d’un centenaire contemporain avait connu Jules César ! Je n’ai pas fait le calcul donc peut être que j’exagère un peu, mais vous voyez ce que je veux dire ! Il y a aussi le soi-disant remaniement des annales historiques chinoises par les Jésuites qui selon moi n’est pas crédible. Comme si les très sûrs d’eux mêmes, ethno-centrés chinois allaient laisser les Jésuites foutre la merde dans leurs archives historiques ! La Chine ce n’est pas la Papouasie ! On ne parle pas d’une tribu se trimbalant la biroute à l’air dans la jungle et à qui on peut raconter n’importe quelle connerie sur leur histoire. Tu ne peux pas te pointer à-bas et proclamer avec un air docte "Bon les gars, vous êtes des nuls, vous ne savez pas comment écrire votre propre histoire...vos grands historiens sont des clowns, mais heureusement que nous sommes là pour faire le boulot pour vous !" Et même si les Chinois se seraient soumis à cette injonction, la tâche serait colossale ! Elle impliquerait non seulement la maîtrise parfaite du chinois classique, pas seulement être capable de le comprendre mais aussi la capacité de l’imiter en créant de faux documents... et le remaniement de quantités d’archives originelles colossales ! Les archives historiques chinoises ce n’est pas juste un ou deux bouquins un peu épais, le Talmud à côté c’est de la petite bière !
    Enfin bref je vais donc lire attentivement cette première partie ! Au pire cela sera de l’excellente science fiction, au mieux cela me fera découvrir une énième arnaque ultra sophistiquée !

     

    Répondre à ce message

    • Pas 300 mais 1300 ans... On retire 700 ans à 2000 ans

       
    • Il y a déjà un problème avec l’histoire de Chine d’un point de vue chrétien, à priori, c’est que les chinois prétendent que la Chine a 10 000 ans, alors que selon l’histoire chrétienne la Terre n’a que 6000 ans et le déluge 4000ans... En matière de falsification, les chinois ne sont pas non plus au dessus de tout soupçons, quand on voit les efforts déployés par le régime communiste actuel pour occulter des éléments historiques qui ne collent pas avec la vision chinoise de leur histoire (je pense notemment à la dégradation volontaire de vestiges antiques indiquant la présence historique d’européens dans le Nord de la Chine par exemple).

       
    • Cher Goy Pride, je suis éclaté de rire avec votre histoire de "tribu se trimbalant la biroute en l’air dans la jungle"...

      Redevenons sérieux : si Laurent Guyénot finit par trouver que les arguments récentistes ne tiennent plus, je le crois homme (et chercheur dans l’âme) à tout balancer à la poubelle, sans le moindre état d’âme : il n’en fera aucunement une question de principe, pour avoir raison.

      A contrario, s’il s’accroche, c’est que cela doit en valoir la peîne, c’est donc un fantastique domaine d’investigation, pour l’Histoire, dont il aura été l’un des défricheurs mais je ne me fais aucun souci de sa part, à solder les comptes, avec une totale intégrité intellectuelle. Profitons donc avec plaisir, de sa grande et si éclectique curiosité.

      Certains camarades trouvent que ces histoires vont dans le sens de la déconstruction, et sont donc nuisibles. J’aurais tendance à penser que tout ce qui peut stimuler notre réflexion, ne peut être que bénéfique.

       
  • Le temps qualifié

    Nous pourrions remettre un autre « paradigme chronologique » en question, celui du temps linéaire. Le temps de la « science moderne », qui dans son élan pathologique à vouloir faire entrer tout ce qui existe dans la norme du nombre brut, nous explique que des durées qui se succèdent sont strictement équivalentes entre elles. Il suffit d’écouter les beaux discours de vulgarisateur tel Etienne Klein, pour capter l’impasse dans laquelle cette science s’est placée, sans jamais en relever les paradoxes. (Avant le bigbang, la vitesse de la lumière, ou la simultanéité de la physique quantique).

    A vouloir tout simplifier pour résoudre des problèmes pratiques de contingence, cette méthode a réduit le réel à la modélisation, et transformé le modèle en idéologie. Le musicien comprendra sans peine les notions de rythme, de tempo et de mélodie. La science moderne réduit la musique à la mesure en ignorant totalement ce qui s’y joue.

    Un édifice construit sur des fondations si précaires n’a que l’effondrement comme perspective. Nous y sommes.

    Le principal défaut de la relecture de l’histoire et de la détermination de sa durée est qu’elle se fait encore avec les outils de « notre temps » et donc parfaitement inaptes à résoudre le problème.

    Pour comprendre cela, il faut entendre que hors de l’idéologie du monde moderne, le temps n’est pas linéaire, il est cyclique, et, il n’est pas équivalent (durée A aujourd’hui ≠ durée A demain), il est qualifié. Voir René Guénon Le règne de la quantité chapitre V ; R.G. Formes traditionnelles et cycles cosmiques ; Ernst Jünger : Le traité du sablier.

    Un exemple typique de confusion, mais également de propagande liée à la manipulation du temps est : l’espérance de vie. En dehors de la mystification des statistiques et de la manipulation des chiffres, il est évident que, l’utilisation d’une mesure actuelle (qui correspond à une époque d’écoulement rapide du temps), pour qualifier une période de temps dans le passé (écoulement plus lent du temps) ne peut pas être satisfaisante.

    Ceci explique également les nombres, parfois étranges sur la durée de vie « particulièrement longue » de patriarches, dus à l’utilisation de mesures postérieures et donc empreintes de « l’accélération du temps ».

    Sortir du monde moderne, c’est aussi sortir de son arrogante mesure du temps, pour retrouver celui que l’homme n’aurait jamais dû quitter : le temps du jardinier.

    Libre selon l’esprit

     

    Répondre à ce message

  • - La domination mondiale - qu’on la réduise au capitalisme dans une approche purement matérialiste, ou qu’on la comprenne comme la rébellion de Lucifer contre Dieu Incarné - cette domination a t-elle besoin de l’hypothèse récentiste pour être expliquée ? Le récentisme est -il vraiment le paramètre manquant pour expliquer la domination mondiale ?

    - Comment croire que toutes les nations du monde, tous les empires avec leurs intérêts opposés, leur lutte pour l’accès aux ressources, leurs conceptions différentes du sacré et (ou) de la transcendance et leurs stratégies différentes, comment croire que toutes ces nations se soient entendues pour entretenir un mensonge sur la chronologie ?
    - Que vient faire ER dans cette galère récentiste ,au moment où nous avons tant de mal à faire de la pédagogie sur l’opération spéciale ko vie 2 ?
    - Qui a intérêt à démonter entièrement la théologie catholique et l’histoire de l’Eglise ?

     

    Répondre à ce message

    • il suffit simplement de lire les premiers théoriciens du récentisme pour comprendre que la démarche est purement idéologique et d’origine nationaliste russe (réhabilitation de Byzance et de la primauté de l’Eglise Orthodoxe.
      Après, tous les arguments reposent sur des chose inexplicables des anachronismes, l’évidence de documents falsifiés ou inventés.
      Et alors ?, l’histoire est pourrie de ce genre de problèmes, et les interprétations sont diverses et variées pour toutes les époques et toute les civilisations. Alors pourquoi ne s’intéresser qu’à cette minuscule période de l’Histoire ?.
      Personnellement les arguments de Guyenot ne me convainquent pas (sauf un ou deux) tout simplement parce qu’il y a d’autres explications tout aussi valables, ou de grossiers biais cognitifs.
      et puis quel intérêt de réduire le temps de l’Histoire si on ne veut rien en retrancher ? et si on retranche, il faut retrancher partout pour que tout corresponde, et selon quel critère ? où place-t-on la naissance de l’Islam et son extension par exemple ?

      Qu’une partie des annales de Tacite soit un faux pourquoi pas ? mais qu’on en conclue que l’histoire de tout l’empire romain est une fable, pourquoi pas aussi, bien que cela soit un peu énorme comme conclusion, mais cela implique alors des articulations et un complot de toutes les élites du monde occidental dans un but qui est, de plus, loin d’être crédible puisque l’arnaque se serait déroulée entre le quatorzième et le quinzième siècle sans que personne n’y trouve à redire jusqu’à aujourd’hui ?. que la chronologie officielle soit bancale tout historien un peu observateur s’en rend compte (Egypte Indus, Chine), de là à en faire un complot international découvert quatre siècles après les faits......et surtout qu’on continuerait à couvrir encore aujourd’hui (l’Eglise serait donc encore sacrément puissante, on m’aurait menti ?)

       
    • Paramesh
      je ne sais pas si la démarche russe est purement idéologique, après ca n’empêche pas que l’Eglise orthodoxe peut avoir une primauté sur l’église catholique, les arguments sont intéressants quand même. (De toutes façons l’église catholique a été modernisée tout au long de son histoire pour des raisons politiques, Vatican 2 n’est qu’un dernier avatar de ce processus, elle n’a plus rien à voir avec l’origine chrétienne, mais c’est un autre problème). Mais les récentistes sur lesquels se fonde principalement Guyénot ne sont pas russes mais allemands.

      "Alors pourquoi ne s’intéresser qu’à cette minuscule période de l’Histoire ?." Parce que c’est celle qui a le plus d’incohérences, et que changer la chronologie permet, en tous cas selon ses arguments, de donner plus de cohérence à l’histoire humaine. Après ca n’empêche pas de s’intéresser à d’autres périodes.
      "Personnellement les arguments de Guyenot ne me convainquent pas (sauf un ou deux) tout simplement parce qu’il y a d’autres explications tout aussi valables, ou de grossiers biais cognitifs."
      Quels biais ?
      Je n’ai pas fini de lire le livre, mais toute la dernière partie est consacrée à l’islam et la Chine.
      "mais qu’on en conclue que l’histoire de tout l’empire romain est une fable, pourquoi pas aussi"
      Non il ne dit pas que tout l’empire romain est une fable, mais que certains empereurs ont été rajoutés pour donner plus d’antériorité, et surtout que plusieurs siècles de moyen age ont été rajoutés.

      "cela implique alors des articulations et un complot de toutes les élites du monde occidental dans un but qui est, de plus, loin d’être crédible puisque l’arnaque se serait déroulée entre le quatorzième et le quinzième siècle sans que personne n’y trouve à redire jusqu’à aujourd’hui ?"
      c’est un peu comme l’argument du 11 septembre, ou du covid. Certains rétorquent que ce n’est pas possible de contester la version officielle parce qu’ils faudrait que des milliers de personnes soient complices. Or ce n’est pas le cas, les infos sont cloisonnées, les gens jouent le rôle qu’on leur demande sans trop se poser de question. Par exemple un historien ou un archéologue peut trouver des éléments bizarres, mais son boulot consiste à faire coller ce qu’il trouve sur l’échelle du temps établi, pas de changer cette échelle.
      Une fois qu’un truc aussi énorme a été établi c’est quasiment impossible pour quelqu’un à l’intérieur du monde des historiens de tout remettre en cause.

       

    • c’est un peu comme l’argument du 11 septembre, ou du covid




      et bien non justement pour ces deux évènements des voix se sont élevées aussitôt et cela n’a fait que grossir avec le temps.
      la manipulation en histoire a toujours existé, pour embellir , pour salir ou bien carrément occulter, mais jamais pour inventer. ce serait donc une première dans l’histoire et en plus dans des sociétés culturelles qui ne vivaient pas encore dans le temps de l’Histoire. dans ces époques sans véritable calendrier ce qui s’est passé quelques générations avant est déjà mythique ; alors quel intérêt de vouloir rallonger la sauce ?
      Justement les biais cognitifs c’est çà : croire que les gens pensaient et réagissaient comme nous.

       
    • Non mais si la théorie est vraie, ils n’ont pas inventé juste pour le plaisir. Il y avait des buts de domination politique bien sûr. Ca paraît tiré par les cheveux et on peut le rejeter d’instinct mais c’est quand même très convainquant après avoir lu le livre entier. C’est pour ca que je parlais du 11 septembre comme d’autres événements (par exemple au début des années 40) parce qu’on en accepte d’abord la version officielle (on n’a aucune raison de ne pas le faire). Mais si on s’y intéresse de manière critique on se rend compte que plein d’éléments clochent et qu’on le sentait inconsciemment. Et avec la version "revisioniste" tout devient plus logique, fait sens. Et bien c’est un peu la même chose pour le recentisme. Plein de trucs sont bizarres dans la chronologie officielle mais s’emboîtent quand même.. Et tout à coup tout se remet en ordre, même si on pensait que tout était déjà en place. Un peu comme un puzzle sur lequel on a forcé des pièces qui ne sont pas a leur bonne place, quand on remet tout dans l’ordre l’image est plus claire.
      Bon le sujet est très vaste et complexe, il remet meme en cause toute l’histoire des religions, je ne suis pas assez calé dans le domaine, et il est encore en recherche. Il faudrait un débat entre gueynnot et un contradicteur honnête pour y voir plus clair et voir d’autres arguments. Parce que son raisonnement tient bien la route tout de même.

       
  • Bonjour à tous. Un petit message de réconfort à tous ceux que ce travail chagrine. Tout d’abord : j’ai pas mal tâtonné sur ce dossier depuis quelques années, et je l’ai toujours considéré comme parfaitement accessoire, d’une part, et comme devant rester relativement confidentiel, d’autre part (j’ai même regretté d’avoir relevé le défi d’une conférence-débat avec Claire Colombi il y a quelques années, d’autant que je ne maîtrisais pas ce dossier). Je ne cherche pas à priver quiconque des repères dont il estime avoir besoin. C’est un chantier intéressant, même passionnant, mais assez déstabilisant pour quiconque ressent son histoire nationale comme une "planche de salut" dans la tempête actuelle.
    Deuxièmement, bien que j’accepte l’étiquette "récentiste" par commodité, je me suis éloigné de l’école russe, et surtout du sensationnalisme amateur de type "Top Secret". Je n’aurais jamais écrit ce livre si je n’étais pas tombé un jour sur les travaux de Gunnar Heinsohn. Ce livre est en partie un effort de vulgariser son travail.
    Troisièmement, tout cela est encore à l’étape du questionnement, et les réponses ne sont que des hypothèses de travail. Il m’apparaît certain que l’histoire du premier millénaire (jusqu’au 11ème siècle en gros) est pour l’essentiel une fabrication médiévale (sur ce point, les arguments sont très solides), mais il est encore (et sans doute pour toujours) difficile de savoir sur quels faits se fonde cette fabrication. Je continue, à mes heures perdues, de tâtonner, et je suis toujours prêt à reconnaître mes erreurs. En voici une par exemple : je pense que je me suis un peu fourvoyer au sujet de Jules César dans le premier chapitre téléchargeable gratuitement. Ce personnage est assez mystérieux, mais je pense maintenant qu’il a bel et bien existé (même s’il n’a pas écrit La Guerre des Gaules).
    J’aurais bien d’autres choses à dire, et peut-être qu’après tout il serait utile que je fasse un jour une petite vidéo-conférence pour tenter de répondre aux questions.

     

    Répondre à ce message

  • Quelques précisions encore : quand je dis que l’histoire du premier millénaire AD est une "fabrication médiévale", je veux dire qu’elle s’ébauche à partir du 11ème siècle mais continue de s’élaborer jusqu’au 17ème siècle.
    Et je signale que le livre a été augmenté d’un long chapitre sur l’Arabie et l’islam, un domaine où, dès que l’on sort du discours canonique, on se retrouve dans une grande confusion. C’est sans doute le domaine le plus probant d’une anomalie majeure dans la chronologie.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents