Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Lettre à mes frères catholiques sur les événements de Gaza, par Édouard Husson

Je m’adresse à mes frères catholiques français ; notre silence face au sort des Gazaouis – et des Palestiniens de Cisjordanie dans la terrible guerre qui se déroule au Proche-Orient – devient de plus en plus difficile à défendre. Il était d’ailleurs dès le mois d’octobre indéfendable ! Il serait temps que nous élevions la voix !

 

26 900 morts et 66 000 blessés parmi les civils Gazaouis depuis qu’Israël a lancé une guerre non pas « contre le Hamas » mais contre la population de Gaza, faute d’arriver à vaincre la résistance palestinienne ! Ce que nous donnons, ce sont les chiffres du ministère de la Santé du territoire de Gaza.

Même si l’assaillant fait en sorte que le moins possible d’informations filtrent – plus de 100 journalistes ont été délibérément tués par Tsahal – le terrible bilan de l’actuelle guerre commence à être établi. La Cour internationale de justice, dans le jugement en urgence qu’elle a rendu suite à la requête sud-africaine, a pris au sérieux le terrible bilan dressé par la République sud-africaine.

[...]

Cet accablant silence des catholiques français

Je m’adresse à mes frères catholiques, dont je comprends de moins en moins le silence. Je pense bien entendu, pour commencer à nos évêques. En actionnant le moteur de recherche du site de la Conférence des évêques de France, je vois bien une lettre de soutien du président de la CEF, Monseigneur de Moulins-Beaufort, adressée au patriarche de Jérusalem, après l’assassinat de deux chrétiennes par l’armée israélienne dans l’enceinte de la paroisse catholique de Gaza. C’est important mais un peu court.

Ici, au Courrier [des stratèges, NDLR], nous avons, dès les premiers jours de la guerre, attiré l’attention sur les souffrances des chrétiens de Gaza. Mais nous n’éprouvons pas moins de compassion pour les souffrances des autres habitants de Terre Sainte depuis le 7 octobre. Avant de parler de juifs ou de musulmans, ce sont des êtres humains que nous voyons.

Chez les autorités catholiques françaises, il y a eu un peu d’émotion à la nouvelle des victimes juives de la guerre déclenchée par la résistance palestinienne le 7 octobre. Mais je n’ai rien entendu de significatif concernant le sort de nos autres frères dans la foi d’Abraham, les musulmans de Palestine. Je peux avoir manqué tel texte ou telle prise de position. Mais avouons que cela veut dire qu’il n’y a rien eu de très audible.

[...]

Les mauvaises raisons possibles de ce silence

Comment expliquer ce silence ? À vrai dire, je ne vois que de mauvaises.

- L’attaque du 7 octobre ? Je laisse de côté les rectifications documentées dans la presse israélienne elle-même, des événements du 7 octobre. En admettant même qu’il se soit agi d’une attaque terroriste pour massacrer des civils (il s’agissait en fait d’une attaque d’abord militaire pour déstabiliser Tsahal et prendre des otages afin de négocier la libération de prisonniers palestiniens), où a-t-on vu qu’un massacre puisse en légitimer un autre ? A fortiori quand les pertes deviennent asymétriques au point que nous connaissons aujourd’hui !

- Le risque pour le dialogue avec nos « frères aînés dans la foi », pour reprendre la belle formule de saint Jean-Paul II ? Mais où a-t-on vu que la vérité doive être sacrifiée sur l’autel du dialogue entre frères ? D’abord, le soutien au gouvernement Netanyahu est loin d’être unanime parmi les juifs du monde. Ensuite, il serait étonnant que des catholiques férus de dialogue avec ceux sont nous partageons une grande partie des Écritures saintes oublient l’essence même du prophétisme hébreu, la défense des faibles, des pauvres et des opprimés. Dans le Premier Testament, ils sont les protégés de Dieu. Pour nous chrétiens, ils sont même l’image par excellence du Christ !

- La peur de l’Islam ? Mais qui est le fort et qui est le faible dans le (pseudo-)choc des civilisations depuis vingt ans ? Qui n’a cessé de bombarder des populations musulmanes depuis des décennies, sinon les États-Unis et leurs alliés – dont Israël ? À vrai dire, quand je pense aux souffrances qu’ont subies nos frères musulmans, fils d’Abraham d’une autre manière que nous, mais incontestable (on lira sur ce point le grand Louis Massignon) en Irak, en Syrie, en Afghanistan, en Libye, je suis surpris que la réaction de l’Islam n’ait pas été plus violente. La violence des islamistes, indéniable, est pourtant très asymétrique avec celle de cette machine à tuer des civils qu’est devenue l’armée américaine – Israël copiant de plus en plus son protecteur.

Il n’y a pas d’argument qui tienne pour excuser notre silence, comme catholiques français, face aux souffrances des Gazaouis. Il est temps d’élever la voix.

Des religions, d’amour et de haine, sur E&R

Husson, sur E&R

 






Alerter

68 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Je ne comprendrai jamais pourquoi les chrétiens s’allient avec les sionistes descendants des pharisiens qui ont (rappelons-le quand-même hein) crucifié Jésus .
    Quel masochisme.

     

    Répondre à ce message

  • #3317355

    encore de la culpabilisation anti-catho et anti-français... c’est quoi l’intérêt ? Il y a 57 états islamiques dans le monde, richissimes pour la plupart d’entre-eux, et 1,5 milliards de moudjahidines porteurs des valeurs conservatrices antisionistes... je ne comprends pas bien ce que les catholiques français ont à voir avec ça...

    en outre, le rapprochement de la Vierge et du Fils Verbe incarné avec une pauvre femme de Gaza tient, techniquement parlant, du blasphème... c’est du tiersmondisme vatican 2... le christianisme n’est pas de l’humanitarisme... en outre, les Musulmans ne croient ni à l’Incarnation, ni à la Crucifixion ni à la Résurrection...

    on peut exprimer des opinions géopolitiques de manière audible et claire, et un soutien à Gaza, sans recourir à cette démagogie lacrymale qui ne va certainement pas séduire les "frères catholiques" déjà rétifs... on en a déjà marre du victimaire kiki, c’est pas pour se farcir le victimaire barbu... enfin bon, chacun pense ce qu’il veut.

     

    Répondre à ce message

    • Bien d’accord.
      Plusieurs sont encore gauchiste dans leurs approche et ne s’en rendent même pas compte. Comme je le dit souvent, la République a bien travaillée.

      J’en prend pour preuve la publication d’articles de cette teneur, " à des fins de debats", alors que c’est précisément cette attitude qui a mis le vers dans la pomme, et le doute dans les esprits. Il n’y a pas de midi à quatorze heures : la France, la vraie, et non cette République de merde, est blanche et catholique, un point c’est tout.

      Tout ce qui est extérieur a cela, et je dit bien TOUT, ne peut qu’être facteur de dissensions, sur le long terme.
      C’est la un fait INDUBITABLE, et qui défie toutes tentatives de démonstration du contraire, alors, épargnez vous cette peine, les gauchistes, car...

      "L’histoire a ses droits"

       
    • "je ne comprends pas bien ce que les catholiques français ont à voir avec ça...".
      Parcequ’ il il y eu 200 ans de croisades des "catholiques français " pour libérer la Palestine !

       
    • Tu comprends pas bien que l’avenir du monde se joue à Gaza comme il se joue en Ukraine ! Le catholique français ferait mieux d’en prendre conscience au lieu de jouer les Ponce-Pilate !

       
    •  «  je ne comprends pas bien ce que les catholiques français ont à voir avec ça... »

      Oui.. et c’est bien ça le drame.. c’est pour ça que vous êtes perdus.

      Tu comprends pas ce que les cathos français ont a voir avec la mère des batailles contre le diable.. ?

      Les sionistes et le monde moderne vous ont vraiment détruit l’esprit.

      C’est terrifiant.

       
    • #3317825

      @Globalistan inclusif, @dubitatif : Vous lire me permet de visualiser le plafond de verre argumentatif et empathique de l’identitaire prototypique, quelle douleur.

      - Réponse à votre paragraphe 1 : Les Bédouins corrompus ne font rien, donc la France n’a rien à faire, selon vous. En indexant le sens français du devoir à l’indifférence criminelle des pétro-monarchies du Golfe, c’est vous qui projetez une image dégradante de la France. Le catholicisme est né dans une crèche de Bethléhem, l’actuelle Palestine. Donc défendre le catholicisme tout en conchiant la Palestine, relève du funambulisme de l’absurde.

      - Réponse à votre paragraphe 2 : La Madone à l’enfant et la martyre gazaouie à l’enfant (sans doute morts à l’heure où nous parlons), ont en commun le dolorisme sacrificiel, la géographie et l’ADN. La mère et le poupon de la photographie incarnent la vierge à l’enfant, ce qui n’est pas blasphématoire, puisque le catholicisme est une religion de l’incarnation.

      L’humanitaire est précisément la version dévoyée et sécularisée de la charité chrétienne, qui en est la matrice historique.

      Il faut croire à la crucifixion pour éveiller votre compassion ? Pas très chrétien, comme réflexe, pour quelqu’un qui prétend réhabiliter le catholicisme. Soit vous êtes ce que vous dites, ce qui vous oblige à un devoir de charité universelle, soit vous êtes un Tartuffe de la pire espèce. Faites un choix.

      - Réponse à votre paragraphe 3 : « Soutien à Gaza sans cette démagogie lacrymale » !? Parce que soutenir la Palestine est une niche rentable, maintenant ? On se demande bien pourquoi nous ne sommes pas plus nombreux à exploiter le segment de marché.

      « Les frères catholiques déjà rétifs » !? Vous voulez dire craintifs. Leur opposition à un soutien ouvert n’est pas de principe, mais purement politique. Cela s’appelle claquer du fessier et faire abdiquer son amour du prochain. Edouard Husson ne fait que rappeler le catholicisme à sa vocation première. On attend votre contribution, incessamment.

       
    • Tu aimeras ton prochain.

       
  • Attention ne vous divisez pas et ne laissez pas vos coeurs s eloigner de la justice pour tous ... soyez purs comme des colombes méfiants comme des serpents...ils est tant de s entraider ..

     

    Répondre à ce message

  • Lors des funérailles nationale d’un grand sportif ( Jean beliveau, hérosnational au Québec), l’église à publier un communiqué avisant les juifs de ne pas se présenter dans l’église .

    Ce n’est pas une blague. Les problèmes dont parle ce monsieur concerne l’église de franc- maçon, pardon, de France.

    Il faut savoir que jusqu’à la fin des années 60, bon nombre de villes et villages de la rive nord de Montréal affichaient sans complexes des pancartes à l’entrée de la ville " à propos du même sujet "... Saint-Hyacinthe, Saint-Jérôme, saint-Sauveur, Joliette (haut lieu du catholicisme) , Les Trois-Rivières, lieu béni... la liste est longue. On parle d’à peine 3 ou quatre ans avant ma naissance, quand même, ce qui est flippant.

    Bien sûr, l’avenir a passé la dessus ,ici comme en France, mais ici... y ’en reste encore "un ti-brin".

     

    Répondre à ce message

  • Ce genre de lettre me navre vraiment :

    Que proposez vous ? Une manifestation de soutien ? Un don à une association comme chrétiens d’Orient ? Écrire au président ?

    L’on voit que ces moyens ne porteront pas effet (hormis les dons à de vrais associations comme chrétiens d’Orient)

    C’est toujours la même chose : condamnation de l’inaction de la part de tel ou tel groupe mais pour ce qui est des solutions concrètes : elles n’arrivent jamais dans ce type de publication.
    Et pour cause : que faire qui est du poids dans ce conflit à plusieurs milliers de kilomètres alors que nous sommes dépossédés un peu plus chaque jour de la liberté d’agir dans notre propre pays ? Que faire quand des pays ( et pas des moindres) condamnent les atrocités à Gaza et que cela ne fait en rien dévier Netanyahou ? Êtes vous plus puissant pour faire pression ?

    Il est peut être temps d’arrêter de se plaindre de l’inaction et de proposer des champs d’actions concrets et surtout réalisable à notre petit niveau.

    Je suis silencieux parce qu’élever la voix ne servira à rien : personne n’écoute.
    Mais mon silence n’est pas inaction : je prie monsieur pour tous ceux qui vivent, souffrent et meurent à Gaza.
    Impuissant que je suis à leur porter secours, je prie pour que Dieu leur viennent en aide.
    Faite de même et vous aurez fait beaucoup pour eux.

    Discourir dans le vide un désir d’action qui ne se fonde sur rien de concret, c’est un moyen minable de se donner bonne conscience et de ne jamais rien faire, ni les grandes ni les petites choses.

     

    Répondre à ce message

  • "Comment expliquer ce silence " ? La lâcheté, la connivence biblique (lire Laurent Guyénot), la haine de l’islam, l’esprit moutonnier et obéissant .... bref rien de bien glorieux !

     

    Répondre à ce message

  • @anonyme,
    Manifester c’est bien mais combien d’entre eux sont -ils prets à mourir les armes à la main pour la Palestine martyre ? L’entité sioniste connait très bien la rue arabe depuis 76 ans ! Toutes ces manifs bruyantes ne feront pas reculer d’un pouce le talon de fer du ranger sioniste pour la gorge de la malheureuse bande de Gaza !
    La fanfaronnade, les parlotes, ça suffit ! Des actes maintenant !

     

    Répondre à ce message

    • Il s’agit pas de "mourir les armes à la main" mais au moins d’ouvrir sa gueule et condamner le génocide ! Le silence assourdissant des cathos et de l’épiscopat est le même que pour l’incendie de notre-dame, le covid, l’avortement et les destructions de nos traditions chrétiennes (statues et croix déboulonnées, crèches interdites, cimetières et églises profanés, etc) !

       
    • Vous ne connaissez rien à la résistance palestinienne.
      Quant aux pays arabes qui ont appuyé les Palestiniens, ils ont vécu l écrasement. Ce qui n’a pas été dissuasif, pour la Syrie par exemple, ou le Yémen. Si les populations n avaient fait que manifester...que ne faut il pas lire !

       
  • @ Surnom

    Comment peut-on se définir musulman tout en professant grâce et louange à un monarque à la vie dissolue, partageant sa couche avec des mâles et pactisant avec le pire ennemi que la terre ait pu engendrer, entendant sans frémir engloutir l’islam et la chrétienté dans un puits sans fond ?

    Peu importe les dissensions nées récemment dans le voisinage et qui finiront par s’estomper, puis s’éteindre au détour d’un accord probable faisant office de compromis satisfaisant et qui aboutira naturellement au raffermissement des liens de fraternité.
    Il y a aussi des limites qui ne peuvent être franchies sans conséquences funestes.

    Votre allégeance à un monarque devenu la risée du monde de la raison a non seulement chuté dans la disgrâce et le reniement, mais il a choisi son camp en pactisant avec l’ennemi mortel des nations sans tenir le moindre compte de l’opinion de la population marocaine et, pire encore, reniant la religion de l’état, du pays, de la nation et en provoquant une situation inconcevable à tous les points de vue de la transcendance morale, vertueuse, spirituelle et humaine.

    Je vous invite avec humilité à vous projeter au plus loin en considérant la vue d’ensemble et en sous-pesant les éléments réunies et les effets que ces derniers produiront dans les temps prochains tout en y incluant les générations qui viennent.
    La position du sage, Youssef Hindi, est celle qui est imbibée par la lumière de la connaissance, de la mesure et du salut.

    Je tiens cet homme en haute estime ainsi que quelques rares autres qui ont témoigné d’un courage salutaire et d’une abnégation à toutes épreuves.

    Alain Soral et Laurent Guyenot sont de ceux qui sont pétris de qualités fécondes.

    Qu’ils soient bénis et que Dieu les aide à se débarrasser une fois pour toutes des petits calculs un tant soit peu mesquins et qui ne s’accordent pas à leur état d’esprit comme à leur probité intellectuelle, étant entendu que l’état de sainteté n’est pas dans l’homme mouvant et pensant.

     

    Répondre à ce message

  • Je me souviens qu’un certain grand archevêque de France s’appelait monseigneur Lustiger
    . Il était juif. Il s’est converti au catholicisme et a gravi tous les échelons de l’église catholique jusqu’à en devenir le boss. Il a exercé la fonction suprême jusqu’à la ’retraite". A la fin, il a réintégré sa religion d’origine comme c’est écrit sur sa plaque commémorative : "je suis demeuré juif comme le demeuraient les apôtres"

     

    Répondre à ce message

  • Vatican II est un création juive aux mains des juifs au service du judaïsme talmudique, pourquoi voulez-vous que leur "évèques" ou autres clowns disent quoi que ce soit contraire au judaïsme et aux sionistes ? Bergoglio s’est même excusé pour Jésus d’avoir maudit les pharisiens... Que voulez-vous de plus ?

    Ce qui m’étonne n’est pas la réaction de toute cette chienlit moderniste mais plutôt que des gens supposément éclairés continuent d’accorder la moindre importance à ce qu’ils continuent de présenter comme "l’église catholique". L’Eglise est éclipsée, elle a vécu sa passion et a été mise au tombeau, et elle ne demeure en germes que dans un minuscule reste de prêtres et fidèles plus ou moins déboussolés.

    Je rappelle la position de l’Eglise catholique concernant l’État hébreux : les juifs n’ayant pas reconnu le Messie, qui était leur raison d’être, nous ne pouvons pas reconnaître le peuple juif, et encore moins une quelconque légitimité en Terre Sainte (voir notamment la réponse du Pape St Pie X à Théodore Herzel). Ils sont en outre déicides et maudits ("que son sang retombe sur nous et nos enfants") et cette malédiction ne peut être levée que par le baptême et la conversion, que nous leur souhaitons et que nous savons devoir se produire à la fin des temps, quand tous les autres peuples seront auparavant rentrés dans l’Eglise.

    Pour ce qui est des élucubrations de l’auteur, les musulmans ne sont pas à proprement parler "les descendants d’Abraham". Certes les Arabes (tous les musulmans ne sont pas arabes et tous les Arabes ne sont pas musulmans) descendent d’Abraham, mais par son union avec Abgar, fruit de l’incrédulité. Ils n’ont pas été inclus dans la promesse faite à Abraham et n’ont pas été fidèles à la foi d’Abraham, qui était l’espérance en Jésus-Christ, comme nous le rappelle celui-ci dans les Évangiles.

    L’Ancien Testament étant la préfiguration du Nouveau, la vraie Terre Promise est le Paradis, et les vrais héritiers d’Abraham sont les chrétiens, véritable Israël

    Les Arabes ont d’ailleurs été chrétiens avant d’être musulmans.

    La Terre Sainte, qui n’est pas du tout arabe à l’origine, a été conquise par les musulmans (arabes puis turcs) sur les chrétiens, avec la complicité des juifs.

    A noter que si l’ont fait le procès des chrétiens sous influence juive, c’est historiquement le monde musulman qui est en symbiose avec le judaïsme talmudique, ce que semblent oublier certains commentateurs exaltés...

     

    Répondre à ce message

    • #3318239

      @Sedevac : Vous êtes une vipère à la langue bifide qui, après avoir exposé des éléments de vérité bienvenus (vos 3 premiers paragraphes), colporte des contre-vérités et des travestissements historiques qui font froid dans le dos. Détestez qui vous voulez, c’est votre droit, mais de grâce, ne mentez pas. Pas ici. Pas à nous. Nous avons une connaissance aiguisée des textes et une solide culture générale, qui nous permet de voir clair dans votre verve désinformatrice.

      - « les Arabes n’ont pas été inclus dans la promesse faite à Abraham et n’ont pas été fidèles à la foi d’Abraham, qui était l’espérance en Jésus-Christ » : Sans blague, donc vos Arabes imaginaires exclus de la promesse abrahamique fêteraient chaque année l’Aïd, censé honorer la soumission monothéiste d’Abraham, pour le plaisir de rendre hommage à leur propre exclusion ? Et les 26 mentions de Jésus dans le Coran, c’est ornemental ? Un petit graffiti sur papyrus, pour passer le temps, tellement les journées sont longues dans le désert, quoi.

      - « Les Arabes ont d’ailleurs été chrétiens avant d’être musulmans » : C’est clair qu’on peut difficilement avoir été musulman avant d’avoir été chrétien, puisque chronologiquement, l’islam est postérieur de 6 siècles au catholicisme. Vous avez d’autres portes ouvertes à enfoncer ?

      - « La Terre Sainte, qui n’est pas du tout arabe à l’origine, a été conquise par les musulmans (arabes puis turcs) sur les chrétiens, avec la complicité des juifs » : Ah bon, sans déconner. La Terre Sainte située au Moyen-Orient, en Arabie, ne serait pas arabe ? On vous laisse la propriété de ce non-sens.

      - « c’est historiquement le monde musulman qui est en symbiose avec le judaïsme talmudique » : Oh oui, leur symbiose culturelle et religieuse crève les yeux et leur lune de miel est tellement fusionnelle qu’ils cohabitent dans une douceur de vivre qui nous rendrait presque jaloux. Faudrait voir à cesser de raconter des cracks, ça en devient pénible.

      Votre propos est mensonger, quand il n’est pas hors sujet. Vos affabulations ne sauveront pas le catholicisme du bourbier vaticandaire. Un catholique authentique a autre chose à faire que déverser sa vindicte sur l’islam qui, selon les textes, ne lui voue aucune hostilité particulière. Votre mauvaise foi m’assomme.

       
    • Merci pour les compliments... La contradiction ou les corrections sont les bienvenues, pour les insultes c’est un peu superflu et ne réhausse pas vos propos ni votre personne. Je n’ai certainement pas la prétention de "sauver le catholicisme", Dieu n’ayant pas besoin de moi pour le faire, ne vous inquiétez pas ! Mon commentaire se veut l’expression du modeste point de vue d’un catholique de base et de la pluralité des lecteurs d’ER. Je ne déteste personne, certainement pas les Arabes ni les musulmans, puisqu’il se trouve que je vis actuellement dans un pays arabo-musulman.

      Je me suis peut-être mal exprimé, mais quand je parle de la promesse faite à Abraham, je parle de la promesse faite à ses descendants d’acquérir un jour la Terre Sainte, image de la promesse du Paradis pour les chrétiens, et sur laquelle se basent les juifs pour justifier leur annexion actuelle. Dans les Saintes Écritures nous lisons que Dieu a dit que le fils d’Abgar n’était pas l’héritier de la promesse, mais que pour la consoler elle reçu une autre promesse, qui s’est réalisée, à savoir que ses descendants deviendraient un peuple nombreux (et belliqueux). Les Arabes sont ensuite tombés dans l’idolâtrie. Plus tard, l’islam entretiendra effectivement la mémoire d’Abraham, même si c’est un peu déformé (les fils sont inversés notamment), mais le fait même de perpétuer le sacrifice du mouton après la venue du Christ est par le fait même une négation du Christ, le véritable agneau du véritable sacrifice salvateur, dont ce n’était que la préfiguration en l’attente de sa réalisation. Pour la même raison les rites juifs sont complètement impies.

      Les Arabes ont initialement peuplé le Désert Arabique, au Sud de la péninsule de même nom, qui est certes voisin de la Terre Sainte tant géographiquement que culturellement, mais ils n’ont conquis celle-ci que bien plus tard le semble-t-il - ce qui est à l’origine des Croisades...

      Pour la symbiose, je précise bien que je parle de la situation historique, avant la création de l’État hébreux qui a pas mal changé la donne. C’est une manière de relativiser un peu, au vu de certains commentaires qui essentialisent exagérément l’opposition musulmane au judaïsme. L’opposition doctrinale entre judaïsme et islam est plus ténue et moins inconciliable qu’avec le christianisme.

       
    • PS, si le modérateur me fait l’amabilité de publier ma première réponse et celle-ci, je vous ferez remarquer une petite chose : il y a une inversion, une impiété, une idolâtrie et une forme de blasphème dans le fait de suggérer qu’un catholique puisse songer à "sauver le catholicisme". C’est plutôt l’inverse, le catholique songeant à être sauvé par le catholicisme ! C’est Dieu qui sauve l’homme et non l’inverse... Votre formule maladroite dénote un état d’esprit finalement peu éloigné des chrétiens identitaires, hélas bien loin de la Grâce.

       
    • #3318876

      « Le fait même de perpétuer le sacrifice du mouton après la venue du Christ est par le fait même une négation du Christ » : Excessif, trop radical, donc faux. Le sacrifice du mouton célèbre, à ce que j’en sais, l’acte d’abnégation du Prophète Abraham, prêt à sacrifier son fils unique à la demande de Dieu, qui testait ainsi la profondeur de sa foi. Abraham est, par ce sacrifice, devenu le père fondateur et patriarche incontesté des 3 monothéismes. Sans la déclaration de foi monothéiste d’Abraham, l’avènement de Jésus n’aurait pas été possible.

      Or, en suggérant qu’honorer le patriarche du monothéisme revient à trahir Jésus, vous allez chercher un peu loin une rivalité, une compétition nominative, et une incompatibilité qui n’existent que dans votre tête, et pas dans le catholicisme. Votre posture est rendue fondamentaliste par le fait qu’elle nie la filiation entre le point de départ de l’humanité en tant qu’être spirituel (Adam), la révolution monothéiste (Abraham), le grandiose couperet de la Loi (Moïse), le rayonnement de la royauté de Dieu sur terre (Salomon), la réhabilitation de l’Autre comme prochain et égal en dignité (Jésus), la codification ultime et indépassable de toutes ces notions comme patrimoine universel (Mahomet).

      L’acte d’allégeance d’Abraham à Dieu est l’acte fondateur, la pierre angulaire et le balbutiement du catholicisme, et Jésus se revendique de cette tradition : dans Jean, 8-37, Jésus dit : Je « sais que vous êtes la postérité d’Abraham ; mais vous cherchez à me faire mourir, parce que ma parole ne pénètre pas en vous. » « Si vous étiez enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’Abraham » = adorer Dieu et ne pas me crucifier, conformément à ce qu’aurait voulu Abraham.

      Hélas, pour vous, le catholicisme a poussé de terre avec Jésus, un jour entre l’âne et le boeuf. Avant lui, ce ne sont que borborygmes de barbares et après lui, perversions d’hérétiques. Je ne partage pas cette vision étriquée qui ressemble à un improbable arrêt sur image de l’histoire, alors que Jésus lui-même revendique son inscription dans un continuum historique, qui oblige tout chrétien à se prononcer contre le génocide des semblables en Abraham.

       
    • Ce qui sépare le christianisme du judaïsme talmudique ou de l’islam c’est d’abord l’Incarnation et la Croix, principe de Rédemption. Jésus (Iassou en arabe) est avant tout le Fils de Dieu, mort sur la Croix pour notre Salut. Ce n’est pas un "arrêt sur image de l’histoire" mais le cœur de l’histoire, le sommet de la création. Abraham n’a pas été sauvé avant la Croix, mais il a attendu l’avènement du Christ dans les Limbes.

      Tout l’enseignement catholique condamne tant la persistance du judaïsme et de ses rites que l’islam. Que ce ne soit pas votre vision je comprends, mais ce n’est pas "dans ma tête".
      On peut citer par exemple le Pape Eugène IV, Concile de Florence : "La Sainte Église romaine croit fermement, professe et enseigne que les prescriptions légales de l’Ancien Testament qui se divisent en cérémonies, saints sacrifices, sacrements, parce qu’ils avaient été institués pour signifier quelque chose de futur, bien qu’en ce temps-là ils aient été adaptés au culte divin, une fois venu notre Seigneur Jésus Christ qui était signifié par eux, ont pris fin et qu’ont commencé les sacrements du Nouveau Testament. (...) Donc elle dénonce comme étrangers à la foi du Christ tous ceux qui depuis ce temps-là observent la circoncision, le sabbat et les autres prescriptions légales, et affirme qu’ils ne peuvent pas du tout avoir part au salut éternel, sauf si un jour ils reviennent de ces erreurs."
      Benoît XIV, Ex quo primum : "La première considération est que les cérémonies de la loi mosaïque ont été abrogées par la venue du Christ et qu’elles ne peuvent plus être observées sans péché après la promulgation de l’Évangile."
      Pie XII, Mystici Corporis Christi : "au moment où le Seigneur rendit l’esprit, le voile mystique qui fermait aux regards le fond du temple et son sanctuaire secret, se déchira violemment et brusquement du haut en bas. Sur la croix, par conséquent, la Loi Ancienne est morte ; bientôt elle sera ensevelie et elle deviendra cause de mort."

      Par contre, le judaïsme antique est vénéré, tout comme la foi des Patriarches depuis Adam. Ce ne sont pas des "barbares faisant des borborygmes" mais des Saints.

      Nul besoin d’être "semblables en Abraham" pour condamner le génocide de Gaza, qui par ailleurs concerne également des chrétiens. A ce propos, les autorités musulmanes condamnent-elles les persécutions contre les chrétiens dans le monde ?

       
Afficher les commentaires précédents