Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Christophe Izard, créateur de L’Île aux enfants et de Casimir, est mort

Christophe Izard, père de L’île aux enfants, émission phare pour la jeunesse des années 1970, est décédé dimanche 31 juillet, a indiqué à l’AFP Pierre-Alek Beddiar, responsable d’Osibo Productions, la dernière société de production de Christophe Izard.

 

Âgé de 85 ans, Christophe Izard est « parti paisiblement chez lui, ce matin en région parisienne ». Le personnage principal de LÎle aux enfants, le dinosaure orange Casimir, a marqué le petit écran, ce « monstre gentil » allant jusqu’à devenir une véritable icône inter-générationnelle.

Après des études de droit, Christophe Izard, fils d’un avocat renommé, avait entamé une carrière journalistique en chroniquant la vie musicale du tout-Paris. En 1968, il avait rejoint l’ORTF, la première chaîne de télévision publique, avant de créer, développer et produire L’île aux enfants en 1974. Il en écrira non seulement les premiers épisodes, mais signera également les textes des chansons, dont le célèbre Voici venu le temps, des rires et des chants...

 

 

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

 

Quarante ans après Casimir, sur E&R :

 






Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • L’île aux enfants.....
    Le concept à été repris par un certain Epstein je crois.......

     

    Répondre à ce message

  • Toute la génération des quadras et des quinquas, de Delarue à Arthur, nous a rabaché cette chanson horrible dans les oreilles. Même Monsieur K, si je ne m’abuse, l’a inscrite à son programme. Cette horreur atteint même les gens les plus érudits et dissidents !

     

    Répondre à ce message

    • Oui et même Arthur à l’époque. A voir le scketch vraiment hilarant du groupe nous c nous. Ils ont fait une parodie intitulée la fureur du samedi soir. Et dans cette parodie ils chantent la chanson : voici venu le temps, etc…
      Ça finit par voici venu le temps de foutre le camps.
      A voir.

       
  • Cet homme n’était peut être pas mal intentionné comme tous les idiots utiles...mais ces émissions débiles ont marqué le point de départ d’un processus d’asservissement et d’affaiblissement des enfants en leur faisant progressivement abandonner leurs activités ludiques autonomes traditionnelles au profit d’activités passives et sédentaires d’esclaves ayant les yeux rivés sur un écran de télévision. Je fais partie de la dernière génération de gosses qui jouaient régulièrement avec ces copains dans la rue, sur les terrains vagues, dans les bois et les champs...on construisait des cabanes, on essayait d’attraper des bestioles, on pêchait, on maraudait les fruits, on grimpait dans les arbres, on jouait à la guerre en s’attaquant à coups de pierre...le plus fou c’est qu’à l’époque on avait aucune notion de sécurité et personne n’est mort d’un accident ! A l’époque tu voyais un gosse de 7 ou 8 ans seul dans la rue cela n’étonnait personne, aujourd’hui c’est limite si tu n’appelles pas les flics !

     

    Répondre à ce message

    • Ouah ! A titre d’info. L’émission l’Ile aux Enfants n’était que pendant 1/2 heure le soir des lundis, mardis, jeudis et vendredis. Et les émissions hebdomadaires, seulement une partie du mercredi après-midi. Elles ne m’ont jamais empêché d’aller jouer dehors avec les copains et les copines......
      Après l’excellent Bal des Quenelles, il faudra penser à faire le "Bal des Grincheux" ! Ca devrait être tout aussi tordant un rassemblement de personnes incapables de faire de la distanciation et du discernement. Si c’est pour remplacer les Wokes par des Psychorigides, non merci !

       
    • Il me semble que ce n’était que le soir vers 6 h00, je restait à l’étude. Donc pas très longs. Et puis, nous aussi nous allions dehors, pleins de gamins étaient dehors, pour jouer, faire du vélo, etc..

       
    • Commentaire certes grincheux, mais on ne peut plus juste.
      C’est le début de la télé-garderie.
      Je pense parler en connaissance de cause, je suis né dans les années 70.
      Cette émission, comme les concurrentes n’ont pas contribuées à mon développement intellectuel. Et encore, j’ai pas mal été préservé de la télé par rapport à d’autres gosses de ma génération.

       
  • #3002572
    Le 2 août à 01:45 par Négationniste (Deluxe)
    Christophe Izard, créateur de L’Île aux enfants et de Casimir, est (...)

    C’est en visionnant (pour la première fois) des programmes comme LÎle aux enfants que je réalise combien la France est le paradis du Diable...

    Comprenez une fois pour toute qu’aucun détail n’est laissé au hasard. De la direction "artistique", des “thèmes” proposés, à la production, rien n’est gaulois.

    Il faut être complètement inconscient pour ne pas voir la réelle teneur du contenu sous l’embalage.

     

    Répondre à ce message

  • #3002610

    Quand je lit certain commentaire ici, je suis affligé de constater que certain relit l’île aux enfants à une ingénierie sociale. Tout est aujourd’hui ingénierie sociale. Le rêve, l’imagination, la douceur est une ingénierie sociale. Alors n’en déplaise à certains tristes sire, Casimir et son île me faisait rêver. M extirpait de ma banlieue triste et bétonné à en mourir. Il a ma illuminé mon cœur et mon âme et aujourd’hui à 56 ans, j’ai droit de pleurer sur une époque à jamais disparue.

     

    Répondre à ce message

    • #3002826

      Je regardais aussi l’île aux enfants. D’ailleurs je me souvenais de la noiraude qui téléphonait tout le temps au vétérinaire, elle était toujours malade ! Mais lu plus haut, je cherchais et oui il il avait Kimpi pou (la musique) et le docteur Corbiniou, c’est très juste, j’ai visionné une vidéo de celui-ci et franchement, c’est marrant !
      Alors les grincheux et psy à 2 balles, vous vous faites chiez ou quoi ?

       
  • Dans "les Aventures de Pinocchio" d’avant Walt Disney, par Collodi et d’autres, "l’île aux enfants" est un village de paradis pour gosses où on vit de loisirs et de crèmes glacées en n’en faisant qu’à sa tête. Cette vie de cocagne se révèle être un piège. Les enfants y sont menés de bout en bout par des esclavagistes. On les flatte et les traite comme des princes au départ. Ils finiront petits ânes bâtés, avec de longues oreilles, chargeant en file larmoyante de gros colis, bastonnés par les esclavagistes.
    Un enfant de cinq ans à qui vous lisez cette BD et montrez les images (de haute qualité) en sort très impressionné. Moralité : pour vivre libre, il ne faut pas hésiter à souffrir au début, faire des efforts et se priver. Sinon : esclavage et larmes.
    C’était une autre époque, mais "l’Île aux Enfants" avec ses "monstres gentils" finit en génération Z piquouzée par des méchants, réduite aux emplois de service ou inexistants, inculte à mourir etc.
    Les années 90 et 2000 se sont efforcées de présenter les sorcières et les ogres comme des "monstres gentils", avec leurs maisons en pain d’épices qui vous endettent pour quarante ans, et leurs déviants grimaçants en visite dans les maternelles. Les enfants ne comprennent pas que les méchants soient gentils, avec leur bon sens inné. Mais ils peuvent comprendre que, sous des apparences gentilles et sous sa peau de mouton, un gros loup gris se cache.
    "L’Île aux Enfants" n’était pas de haute qualité artistique. Les monstres gentils ont des formes de pomme de terre. Mais cette émission est liée aux souvenirs d’enfance, donc...

     

    Répondre à ce message

  • Moi c’est la musique que j’aime ....
    Pour le reste c’est trop compliqué, je comprends rien, j’ai pas le niveau
    j’ai pas fait d’études ....
    En tout cas c’est sympa et rigolo de tomber sur ça sur E.R. !!

     

    Répondre à ce message

  • 1) Les émissions pour les enfants de la TV française ont baissé en qualité quand la belle-fille de M. Drucker a pris les commandes.
    2) Au temps où la télé n’existait guère, on écoutait la radio. La qualité des émissions du jeudi après-midi était grande, tant pour le contenu que pour la forme. "Les beaux jeudis". https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_B...

    Epoque révolue.

    Et avant, on racontait des contes de fées, avec des monstres. Les enfants adoraient cela.

     

    Répondre à ce message

  • Et il y a aussi de nombreuses îles aux pédophiles qu’on aimerait voir disparaître

     

    Répondre à ce message

  • Ça me rend triste et plein de nostalgie

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents