Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Autodictature : les Français sous leur propre joug

Il y plus d’un demi-siècle, un jeune chercheur en psychologie sociale à l’université de Yale (États-Unis), hanté par les atrocités de l’holocauste, eut l’idée d’une expérience inédite pour tenter de comprendre les mécanismes psychologiques ayant conduit des milliers d’hommes à torturer et tuer des millions d’autres. Sous prétexte d’étudier l’efficacité de la punition sur l’apprentissage, il demanda à des participants d’administrer des décharges électriques (fictives) à un tiers. L’objectif réel est en fait de mesurer le niveau d’obéissance à un ordre contraire à la morale. Les résultats, publiés en 1963 dans le Journal of Abnormal and Social Psychology, ébranlent l’opinion publique : les deux-tiers des participants infligent cette torture, dès lors qu’une figure d’autorité le leur demande. Le nom de Stanley Milgram fait le tour du monde. (Le Figaro)

 

Le ministre du Big Pharma, Olivier Véran, annonce avec un plaisir non dissimulé que 80 % (une exagération toute publicitaire vu l’état des terrasses et le remplissage faiblard des restaurants, sans parler de la désaffection du cinéma) des Français sont désormais vaccinés, ou plutôt modifiés métaboliquement, voire génétiquement. Ce n’est pas exactement la même chose, mais c’est un autre débat. Le rapport 80/20 nous intéresse à plus d’un titre.

 

80/20, c’est un rapport qui parle à tous les professionnels du marketing. Quand une entreprise crée un marché, en général, elle prend la part du lion, et conserve parfois 80 % de ce marché, même quand la concurrence arrive. Traduction : il est difficile de désarçonner un leader. Par exemple, Coca-Cola détient 60 % du marché mondial des soft drinks (eh oui, le marketing est une « science » anglo-saxonne), tandis que PepsiCo rame toujours derrière, avec 25 % du total.

80/20, c’est aussi un rapport que connaissent toutes les grandes entreprises de biens de consommation qui lancent un produit déficient sur le marché. Au fait, pourquoi lancer un produit déficient, c’est suicidaire, non ? Pas du tout : on peut lancer un produit de qualité moyenne ou médiocre si on a besoin de s’installer rapidement sur un marché, surtout s’il est nouveau. Ce fut le cas de France Télécom avec la Livebox, qui n’était pas très au point. Mais il fallait contrer Free, qui lançait une bonne Freebox, dont le débit augmentait régulièrement et gratuitement pour ses clients. Dans ce cas, le marketing oblige d’occuper la part de marché la plus grande avec un produit pas encore au point, et on gère le merdier ensuite. C’est là qu’intervient le 80/20.

Quand le produit est défectueux, c’est la hotline, ou le SAV (service après-vente, par exemple celui de Darty, quand c’était encore une bonne maison) qui s’occupe des dommages collatéraux. Les hotliners sont briefés (houlala, tous ces anglicismes) pour rembarrer un maximum de clients mécontents, car on sait, en interne, qu’il y a trois sortes de mécontents :
- ceux qui râlent mais n’agissent pas,
- ceux qui râlent, menacent, et finissent par renoncer,
- ceux qui vont au bout du monde pour récupérer leur argent, ou leur honneur.

Eh bien la première catégorie représente grosso modo 80 % du total, la deuxième 10 % et la dernière 10 %. En vérité, ceux qui vont au bout du monde pour se voir rendre justice sont environ 5 %, mais on n’est pas ici pour pinailler.

Les hotliners auront donc à dégoûter les 80 % qui ne feront que râler, à entuber les 10 % qui sont plus menaçants, mais qui au bout ne feront rien. En revanche, ils rembourseront les derniers 10 %, car avec eux, c’est la guerre : image de l’entreprise qui morfle, témoignages à Que Choisir, bivouac devant le siège avec télés, grève de la faim, lettres d’avocats et compagnie. Injouable ! L’image de marque vaut plus que ces remboursements. Voici, quand le journal vendait encore beaucoup, pouvait se permettre de balancer sur les stars, le volume des ventes compensant largement les dépenses juridiques. Aujourd’hui, il n’y a plus rien à craindre pour Bruel, Elmaleh et Dubosc.

Conclusion : ceux qui ne se battent pas perdront tout, ça vaut pour les sèche-linges Miele, mais ça vaut aussi pour le vaccin à ARN, qui est un produit déficient balancé sur le marché avant d’être complètement au point, s’il le devient un jour. Les effets secondaires, les milliers de morts et les dizaines de milliers de malades, sans parler des vaccinés qui seront otages des vaccinations successives, ce sont les bugs que les services de « com » de Pfizer et Moderna doivent gérer, et ce, à travers les médias menteurs et les gouvernements corrompus qui sont leurs courroies naturelles de transmission. Mais tout finit par se savoir...

 

 
 

L’expérience de Milgram montre que l’on peut facilement exploiter la tendance à la soumission de chaque individu ou presque pour en faire un bourreau. On voit aujourd’hui des couillons de vaccinés souhaiter mille morts aux non-vaccinés, alors que ces derniers sont en meilleure santé ! Il y a des prisonniers qui balancent ceux qui veulent s’évader, ou qui souhaitent que les évadés se fassent choper...

On a même vu un masque mortuaire menacer de « prison » ceux qui n’obtempéreraient pas aux injonctions de l’axe sataniste Macron-Schwab :

 

 

Le plus étonnant, c’est que ce sont les premiers à hurler au nazisme ou à l’antisémitisme dès qu’on remet la dictature actuelle en question. Car on est bien en dictature, mais on y était déjà depuis longtemps. La seule différence, c’est que les murs de l’illusion se sont écroulés. Plus rien ne tient dans cette Ve République pourrie. Les 80 % ont cru en la démocratie, les voilà en dictature. la seule liberté qu’on leur accorde, c’est de chasser et dénoncer les résistants. On sait comment ça finit...

L’ignominie

 






Alerter

69 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2801591
    Le 4 septembre à 19:21 par rhesus negatif
    Autodictature : les Français sous leur propre joug

    « Quand les conquérants germains et francs qui, unis aux purs Gaulois et aux Celtes, constituèrent véritablement la France eurent perdu leur vigueur, l’élément gallo-romain l’emporta, la race latine reprit le dessus ; or, cette race est faite pour la tyrannie, puisqu’elle n’a aucun ressort de conscience ; elle adore une idole imbécile, une idole de marbre ou de plâtre qu’on appelle la Loi, et au nom de cette Loi, elle subit tout ».

    Ensuite Drumont l’explique cette ludique loi gallo-romaine :

    « La Loi, c’est le licteur qui vient de la part de César annoncer au citoyen romain qu’il est condamné à mourir, mais qu’on lui laisse le choix du supplice ; c’est le gendarme de la Révolution qui vient parfois tout seul arrêter cinq ou six personnes et qui les conduit au Luxembourg ou à la Conciergerie, où un autre gendarme vient les chercher pour les conduire à la guillotine. Jamais il n’est entré dans la cervelle de ceux qu’on arrêtait ainsi, l’idée de commencer par tuer le gendarme. C’est là un spectacle extraordinaire et il n’y a jamais qu’en France qu’un gouvernement ait pu s’appeler, comme par une désignation constitutionnelle : la Terreur ».

    L’autoritarisme et l’intolérance sont généraux chez toutes les catégories de foules, mais ils s’y présentent à des degrés fort divers ; et ici encore reparaît la notion fondamentale de la race, dominatrice des sentiments et des pensées des hommes. L’autoritarisme et l’intolérance sont surtout développés chez les foules latines. Ils le sont au point d’avoir détruit ce sentiment de l’indépendance individuelle si puissant chez l’Anglo-Saxon. Les foules latines ne sont sensibles qu’à l’indépendance collective de leur secte et la caractéristique de cette indépendance est le besoin d’asservir immédiatement et violemment à leurs croyances tous les dissidents. Chez les peuples latins, les Jacobins de tous les âges, depuis ceux de l’Inquisition, n’ont jamais pu s’élever à une autre conception de la liberté.

    extraits de
    Psychologie des foules
    Gustave Le Bon
    (1895)

     

    Répondre à ce message

  • #2801594
    Le 4 septembre à 19:25 par rhesus negatif
    Autodictature : les Français sous leur propre joug

    « Ils correspondent en réalité à des idées et des images tout à fait opposées dans les
    âmes latines et dans les âmes anglo-saxonnes. Chez les Latins le mot démocratie,
    signifie surtout effacement de la volonté et de l’initiative de l’individu devant celles de
    la communauté représentées par l’État. C’est l’État qui est chargé de plus en plus de
    diriger tout, de centraliser, de monopoliser et de fabriquer tout. C’est à lui que tous les
    partis sans exception, radicaux, socialistes ou monarchistes, font constamment appel.
    Chez l’Anglosaxon, celui d’Amérique notamment, le même mot démocratie signifie
    au contraire développement intense de la volonté et de l’individu, effacement aussi
    complet. que possible de l’État, auquel en dehors de la police, de l’armée et des rela-
    tions diplomatiques, on ne laisse rien diriger, pas même l’instruction. Donc le même
    mot qui signifie, chez un peuple, effacement de la volonté et de l’initiative individu-
    elle et prépondérance de l’État, signifie chez un autre développement excessif de cette
    volonté, de cette initiative, et effacement complet de l’État , c’est-à-dire possède un
    sens absolument contraire. »
    Gustave Le Bon en 1895

     

    Répondre à ce message

  • #2801604
    Le 4 septembre à 19:48 par SR.F
    Autodictature : les Français sous leur propre joug

    Le confinement et la vaccination a démontrer que les soumis peuvent aller beaucoup plus loin jusqu’à l’autodestruction
    Aucun autre être vivant s’afflige le crime des crimes
    Oui l’AUTODESTRUCTION va au delà du génocide.
    Il est possible d’assimiler l’avortement à l’autodestruction mais dans le cadre de la collectivité.

     

    Répondre à ce message

  • #2801614
    Le 4 septembre à 20:14 par Badaud
    Autodictature : les Français sous leur propre joug

    Cela fait 2000 ans que les Français croient qu’un rabbin est leur "sauveur", ce qui les a mis sous le joug des juifs .

     

    Répondre à ce message

    • #2801676
      Le 4 septembre à 22:45 par MaxleGirondin
      Autodictature : les Français sous leur propre joug

      Un peu de décence, tu parles là du premier à avoir dit QUI, lui n’a pas flanché, jusque sur la croix il est resté digne et n’a pas fait techouva, pas sur que ce soit le cas de beaucoup d’entre nous quand ils enverront des milices kashers pour nous intimider.

       
    • #2801727
      Le 5 septembre à 03:10 par Pèlerin
      Autodictature : les Français sous leur propre joug

      Et pourtant, il y a parmi ceux qui comprennent bien cette crise de nombreux disciples du Maître. Ceux-ci ont bien assimilé son enseignement.

       
  • #2801631
    Le 4 septembre à 20:47 par louise
    Autodictature : les Français sous leur propre joug

    Même la démocratie réelle ou le consensus sont des formes de "dictatures" pour celui qui ne veut point s’y soumettre.
    Dans une société du plus grand nombre, seule la dictature est une forme de gouvernement viable.

    A partir de là que peut-on opposer à la dictature ? Sinon une autre forme de dictature ?
    Le règne du bon sens ou de la morale, voir de l’éthique n’a jamais été.
    Et surtout pas pour les masses.

    Si vous avez des solutions éthiques et morales pour gérer une population mondiale de proportion inédite, hyperconnectée, et en croissance exponentielle, je serai bien curieux de les connaître.
    Le tout devant être mis en rapport avec les ressources disponibles et le progrès techniques attendu/ à venir.

     

    Répondre à ce message

  • #2801652
    Le 4 septembre à 21:34 par Aiguille sous roche
    Autodictature : les Français sous leur propre joug

    « Hospitalisée depuis plusieurs jours après avoir été testée positive, Roselyne Bachelot avait reçu une première dose de vaccin le 17 mars dernier.

    Le 20 mars, Roselyne Bachelot annonçait être testée positive au Covid-19, avant d’être hospitalisée quatre jours plus tard ».

    On attend avec impatience l’injection de votre deuxième dose Mme Bachelot...

     

    Répondre à ce message

  • #2801777
    Le 5 septembre à 07:25 par Anonyme
    Autodictature : les Français sous leur propre joug

    Ainsi, Madame veut emprisonner les récalcitrants. Va falloir en construire des prisons pour contenir tous ces si millions de récalcitrants !
    J’aurais plutôt suggéré d’investir dans des lits d’hôpitaux si, selon vos dires, les réanimations sont surchargées.
    Je proposerai également à votre chirurgien esthétique de vous administrer une troisième dose bien fournie de botox au niveau des lèvres, histoire de bien vous fermer le clapet.
    Pour protéger les autres.

     

    Répondre à ce message

    • #2803024
      Le 6 septembre à 22:27 par Kroutoy
      Autodictature : les Français sous leur propre joug

      Mais t’as pas encore compris l’interet du confinement ... accroche toi : ils n’ont même besoin de construire de prison... le confinement l’a démontré... notre propre domicile suffit à l’affaire !

       
  • #2802017
    Le 5 septembre à 13:37 par Paul82
    Autodictature : les Français sous leur propre joug

    Nous sommes d’accord. Peu importe ce virus (à la létalité à 0,5%, hors maison de retraite), peu importe ce gouvernement (qui finira par dégager). La chose que je crains le plus est le comportement de kapo de la part de certains de nos CONcitoyens, qui s’estiment investi d’une mission de dénoncer les "mauvais" citoyens...

     

    Répondre à ce message

  • #2802114
    Le 5 septembre à 16:26 par Europa Christiana
    Autodictature : les Français sous leur propre joug

    Extrait : « Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes.

    L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif.

    Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux.

    En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain ..
    L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutiennent devront ensuite être traités comme tels. »

    Günther QUI ("Anders" ) Siegmund Stern - “L’Obsolescence de l’homme“, 1956

     

    Répondre à ce message

    • #2802340
      Le 6 septembre à 03:02 par Crédible ou pas ?
      Autodictature : les Français sous leur propre joug

      Il est bien beau ce petit texte mais il n’est pas de Günther Anders (premier époux de Hannah Arendt), en tout cas il ne provient pas de son livre « L’obsolescence de l’homme » dont j’ai consulté une édition sur archive.org. Donc, pas de source vérifiable, pas de crédibilité.

      Je pense aussi l’avoir vu attribué à Huxley. Ce texte est donc pour moi un faux, mais c’est une belle synthèse qui permet d’ouvrir les yeux sur la perversité de l’époque.

       
  • #2803009
    Le 6 septembre à 22:05 par Kroutoy
    Autodictature : les Français sous leur propre joug

    "...des couillons de vaccinés souhaiter mille morgs aux non vaccinés..."
    C’est pas ça l’experience de Millgram.
    Le sujet de l’expérience ne souhaite rien en appuyant sur le boutton. Il execute, point.

    Dans notre cas de figure :
    - l’interrogé c’est nous (sauf que les décharges reçues ne sont pas factices)
    - l’interrogateur c’est Veran (et les autres exécutants... l’exécutif en gros)
    - le mec en blouse blanche représentant l’autorité transmettant les directives à l’interrogateur c’est...

    Bref, pas sûr que Veran souhaite la mort de qui que ce soit.... enfin regardez le... il a l’air vraiment convaincu de sa légitimité en appuyant sur le boutton.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents