Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Werner Sombart et l’esprit du capitalisme

Au sommaire de cet entretien avec Guillaume Travers, spécialiste de l’œuvre de Werner Sombart :

- 05:16 - La vie de Werner Sombart et la genèse de sa pensée
- 11:00 - La Methodenstreit
- 29:47 - Le capitalisme et l’influence de Karl Marx
- 43:50 - Le bourgeois
- 56:00 - Les origines religieuses du capitalisme
- 01h12:50 - Dépasser le capitalisme ?
- 01h19:00 - Héros et Marchands
- 01h27:47 - Le Socialisme allemand et Vom Menschen
- 01h41:35 - La postérité de Werner Sombart

 

 

Revenir aux fondamentaux avec Kontre Kulture

 

Les Juifs et la vie économique,
un maître-livre à découvrir chez Kontre Kulture :

 

2012 : Alain Soral présente Les Juifs et la vie économique

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #3004775
    Le 5 août à 19:04 par spike
    Werner Sombart et l’esprit du capitalisme

    merci ER, j’ai apprécié cette découverte.

     

    Répondre à ce message

  • #3004849
    Le 5 août à 21:43 par Luthor
    Werner Sombart et l’esprit du capitalisme

    Le meilleur et plus efficace système économique jamais inventé.

     

    Répondre à ce message

    • #3005048
      Le 6 août à 09:18 par à chier
      Werner Sombart et l’esprit du capitalisme

      Ah bon... Va dire ça à ceux qui touchent le RSA, aux Gilets jaunes, aux SDF, aux "familles monoparentales", ils seront sûrement d’accord avec toi Luther.

       
    • #3005129
      Le 6 août à 11:35 par Jeremy
      Werner Sombart et l’esprit du capitalisme

      Euh oui . Les familles monop sont responsables de leur merde ,pas mon problème si vous faites des enfants hors mariage, mère célibataire etc , soyez responsable de vous . De base vous N’AVEZ PAS à être dans une famille non nucléaire et le rsa c’est un problème français, en Suisse on n’a pas ce problème quand on est en plein emploi. Oui c’est le meilleur système pour le gens responsable qui font pas plus d’enfants que leur moyens,sont qualifiés, et innovant.

       
  • #3004882
    Le 5 août à 22:58 par fuck
    Werner Sombart et l’esprit du capitalisme

    Sombart > Marx. Interview très intéressante.

    C’est bizarre que quasiment tout le monde reconnait le nom et les idées de bases de Marx tandis que Sombart, qui dépasse Marx de loin, est resté relativement inconnu.

     

    Répondre à ce message

  • #3004989
    Le 6 août à 07:22 par Pamfli
    Werner Sombart et l’esprit du capitalisme

    Nickel je suis en train de le lire page 212 : "IV. La commercialisation de l’industrie"
    Les banques de spéculation représentent provisoirement la phase la plus élevée de l’évolution du capitalisme - Les juifs et la vie économique.
    Me Eloïse Benhammou utilise le terme de "banque commerciale" il me semble dans Kleptocratie “française, en analysant les bilans comptables des caisses qu’elle a auditées, elle démontre comment via des montages financiers délirants les caisses comme le RSI ou la magique CADES sont dans les mains de Wall Street qui siphonne un "pognon de dingue" aux Français.

    "Banque d’affaire, banque commerciale, banque de spéculation..." c’est toujours par les mots, et dans ce cas, les appelations multiples qu’ils cachent leur parasitisme, l’enculerie de l’usure.

    Le bouquin de Sombart Werner est très clair, facile à lire malgré le rythme très soutenu d’E&R qu’il faut suivre quotidiennement : vidéos, audios, articles... Sombart versus Marx maintenant ça bosse avec Alain Soral, la vache cette richesse ! Merci !

     

    Répondre à ce message

  • #3005315
    Le 6 août à 18:06 par le sith rouge
    Werner Sombart et l’esprit du capitalisme

    La critique de Marx est plutôt fausse. L’homme abstrait du capital (le bobo, le gogochon intéressé que par l’auge) se rapporte à son "animal générique", non instancié par une culture. La Question juive en parle de long en large...
    .
    Marx est un philosophe "ontologiste" avant d’être économiste.
    .
    Et le marxisme n’est pas un "mécanicisme", la révolution n’arrive pas en se tournant les pouces.
    .
    Et le juif cosmopolite du temps de Sombart, Heidegger, Marx etc. s’appelle dorénavant bobo nowhere.
    Le juif moderne est plutôt un hoplite de Tsahal enraciné ds un kibboutz de souchien, juste un blanc comme les autres dirait Whoopy Goldberg, sauf BHL, Cohn et le Crif...
    .
    « Le cosmopolite représente le dernier degré de l’inhumanité capitaliste. Pour le cosmopolite l’homme est un personnage schématique, “citoyen du monde” sans famille et sans peuple, sans traditions ni particularités nationales. Pour le marxiste, au contraire, l’homme est le produit d’un développement social déterminé, d’un certain nombre de conditions précises qui lui confèrent une formation psychique définie, un caractère national. »
    Réalité de la nation. L’attrape-nigaud du cosmopolitisme.
    Georges Cogniot, éditions sociales (philosophe communiste)

     

    Répondre à ce message

  • #3006796
    Le 9 août à 08:23 par Pamfli
    Werner Sombart et l’esprit du capitalisme

    Appliquer les principes de la science dure dite de la Nature comme la thermodynamique entropie et enthalpie des 1ere et 2ème lois, au corps social considéré comme un fluide, une molécule, une imprimante recevant et renvoyant des informations, n’est qu’un énième baratin, une violence utilisée par le bourgeois (ordo ab chaos) pour engendrer du mouvement et en tirer de juteux profits. C’est aussi ça le Great Reset, un gigantesque coup de pied dans la fourmilière : pour rappel l’économie était à l’arrêt de septembre 2019 (deux arrêts de Wall Street pour ré injection massive de fausses monnaies) à janvier 2020 (arrêt des contrats militaires, plus de travail dans ce domaine porteur de grosses affaires) et donc cette économie devait être remise En Marche rapidement ! Merci le Coiillonavirus !

    Nb : - le gros bourgeois adore faire parler la Nature : la pandémie, le climat... de Voltaire le faisait à merveille pour discréditer Rousseau dans ses correspondances ;
    - le coup de la moutarde en rupture n’est qu’un test d’ingénierie sociale (va-t-elle leur monter au nez ?) pour faire consentir les gogos du pouwardacha aux privations à venir orchestrées et notamment par le dérèglement volontaire des chaînes d’approvisionnement engendrant des super profits pour les entreprises du CAC40 mondialisées : transport, énergie... banques, finances internationales. Merci Zelensky ! C’est d’la faute de Poutine !
    Le pouwardacha n’est qu’un baratin pour faire passer la pilule en détruisant les 35h, énième régression sociale du néolibéralisme.

     

    Répondre à ce message

  • #3007937
    Le 10 août à 19:44 par Enki
    Werner Sombart et l’esprit du capitalisme

    Le téléfilm (1973) de Jean Kerchbron « Président Faust » illustre les propos de Guillaume Travers à ’introduction de l’œuvre de Werner Sombart, car il y est question de l’Esprit ... dans son ouvrage « Le bourgeois »

    Henri Faust (interprété par l’excellent acteur de La Comédie française, François Chaumette), un homme très influent à la tête d’un gigantesque empire financier lié à la pétrochimie.

    Un jour, le Diable en personne lui rend visite. Le Malin lui propose un éventail de félicités, jeunesse, amour, fortune, puissance ; mais Faust a tout ce qu’il désire et il refuse le pacte qui lui est proposé. Cependant une faille existe et le Diable saura la découvrir.S’adressant à un être à l’intelligence supérieure jamais encombrée par les scrupules, Méphistophélès va avoir cette fois-ci fort à faire, au point que les tenants du pacte vont prendre une tournure déroutante.

    Les joutes oratoires à tonalité métaphysique entre les deux hommes sont dès lors beaucoup plus équilibrées, les aspirations du Président Faust étant guidées par l’amour (France Dougnac) qui avait été tendu comme un piège pour accélérer la cession de son âme au diable, enjeu central traditionnel du pacte. Le revirement de Faust est l’occasion pour Louis Pauwels (le scénariste) et Kerchbron d’inviter le spectateur à s’interroger sur le progrès qui en plus d’asservir l’homme détruit son environnement et sur la manière dont fonctionne nos élites coupés de leur âme ...

    Le personnage du Président Faust et du Diable, l’esprit réuni de Satan&Lucifer, anges déchus, nous montre qu’il lla projection de ce qui se passe à l’intérieur de l’homo economicus extrême, schizé de son Etre véritable.

    L’évolution du personnage va précisément nous montrer comment s’opère le revirement de la conscience pour enfin trouver la zone de paix intérieure à laquelle nous aspirons, celle que Jésus à créé dans le Christ par sa lutte intérieure avec son Satan à savoir son Ombre.

    Pour en revenir à ce téléfilm fantastique, rappeler que nous étions en 1973. Ce téléfilm prémonitoire nous décrit le parcours d’un scientifique (interprété par Mauurice Chevit) ayant découvert la manière d’obtenir une énergie bon marché et comment il sera presque éliminé par les financiers et les syndicats compromis au profit du maintien du pétrole.

     

    Répondre à ce message

    • #3008067
      Le 11 août à 07:13 par Enki
      Werner Sombart et l’esprit du capitalisme

      addendum à mon commentaire ci-dessus :

      La mort brutale de Pier Paolo Pasolini, cet épouvantable 2 novembre 1975 par son assassinat ! Serait-il lié à la fin tragique d’Enrico Mattei ?

      Dans son roman « Pétrole » (Petrolio) inachevé, paru posthume en 1992, Pier Paolo Pasolini dévoile les coulisses de la mort de l’industriel Enrico Mattei. L’industriel croyait à l’indépendance énergétique de l’Italie.

      Qui menaçait Enrico Mattei, fonctionnaire dévoué et patron de la Société Nationale des Hydrocarbures (ENI, Ente Nazionale Idrocarburi), mort dans le crash de son avion en 1962 ? Dans le téléfilm, on voyage en avions. Sans dévoiler la fin, une personnage meurt écrasé dans son avion.

      Enrico Mattéi aurait pu être assassiné sur l’ordre de son successeur Eugenio Cefis, dans le contexte de la stratégie de la tension, pouvant favoriser par les affrontements entre extrême-gauche et extrême-droite, l’avènement d’une dictature (ce que Pasolini aurait raconté dans le chapitre « Lumières sur l’ENI » du roman, que s’il a été écrit, il n’a jamais été retrouvé.

      Bien sûr, ce téléfilm n’évoque pas cette affaire puisqu’il a été réalisé en 1973 et diffusé le 12 janvier 1974.

      Cependant, en filigrane « la question sociale » et l’accès à une énergie libre, bon marché voire gratuite est au cœur de ce téléfilm prémonitoire de la situation que nous vivons aujourd’hui à savoir le maintien de l’humanité dans une dictature et une guerre sciemment entretenue entre la Russie et l’Ukraine pour le contrôle de l’énergie.

      Le personnage qu’interprète François Chaumette, le « Président Faust (nous avons un ! » suggère comment le Mal s’insinue dans la condition humaine, dans ses profondeurs, notamment pour les personnalités dont l’âme à signé un pacte avec le Diable ... au point qu’ils sont décrits par la psychiatrie comme psychopathes, pervers narcissiques, narcotiques :)

      L’occultisme va bien au-delà de l’examen clinique effectué par la psychiatrie. Celle-ci a néanmoins le souci et le mérite de nommer les symptômes.

      L’Esprit du Capitalisme étudié par Werner Sombart, n’est-ce pas l’ombre occultée du Mal et pourtant présente dans toutes les sphères ? Ces personnalités, occupant des fonction prestigieuses sont en lien vivant, charnel avec ces démons qui les « travaillent » de l’intérieur. Toute la dite culture actuelle contamine les populations. Le poisson pourrissant par la tête, il contamine par effet de gangrène tout le corps social. Mais l’ère du Poisson s’achève ...