Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Université E&R (saison 2022-2023) : les inscriptions sont ouvertes !

 


Égalité & Réconciliation présente :
les formations E&R (saison 2022-2023)


 

Pour l’année universitaire 2022-2023, dans le cadre des formations organisées par les sections E&R Île-de-France et E&R Rhône-Alpes, Égalité & Réconciliation vous propose pour la sixième année consécutive des cours exceptionnels dispensés à Paris, Lyon et en visioconférence.

 

Cliquez sur l’affiche pour télécharger le livret pratique des formations
et vous inscrire !

 

Les formateurs :

 

(Téléchargez le livret pratique des formations ou cliquez sur le formateur de votre choix pour obtenir les informations et vous inscrire)

 

Alain Soral – Sociologie profonde
Dérive du mondialisme : économie, géopolitique et eschatologie
(en visioconférence !)

 

Date limite d’inscription : 10 septembre 2022

 

Camille Mordelynch – Histoire de la philosophie
Initiation à la philosophie
(Paris)

Date limite d’inscription : 10 septembre 2022

 

François Roby – Comprendre l’information
De l’abstraction à l’émotion
(en visioconférence)

Date limite d’inscription : 10 septembre 2022

 

Damien Viguier – Histoire, droit, anthropologie
L’argent
(en visioconférence)

Date limite d’inscription : 10 septembre 2022

 

Lucien Cerise – Communication en situation conflictuelle
(Paris, Lyon)

Date limite d’inscription : 10 septembre 2022

 

Les précédentes formations, sur E&R !

 






Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Le risque de guerre, de pénurie, de chaos n’est pas perçu de la même façon pour certaines personnes /
    Comment peut on encore se projeter dans l’avenir ?

     

    Répondre à ce message

    • Oui on voit les choses d’où l’on est, ça dépend de sa condition sociale (conscience de classe).

      Pour ce qui est de se projeter, ça fait partie de l’élan naturel de la vie de chacun et chacune. Ne plus se projeter - par peur ou que sais-je - c’est donc avoir un problème psychologique. Primo.

      Secundo, que la société soit vertueuse ou chaotique, ça ne change rien aux déterminismes humains éternels qui sont par exemple que la femme doit avoir des enfants et que l’homme doit être là pour subvenir à leurs besoins. Et ça c’est un très beau projet, tout ce qu’il y a de plus sain !

      Le fait de refuser de se construire un avenir sous prétexte que la situation est merdique, reste une excuse pour ne rien tenter. Mais attention au retour de bâton, car à force de se morfondre on peut finir par cultiver une sorte de neurashénie suivie de démotivation en général.

      C’est juste qu’il y a des époques plus ou moins merdiques sans doute - ou des moments historiques plutôt - où accomplir son idéal (car il faut en avoir un !) est plus ou moins difficile.

      Reconnaître toutefois que notre époque précisément, cumule le maximum d’empêchements contre l’épanouissement des personnes - idéologiques, économiques, matériels... - donc savoir aussi relativiser (tout est fait pour nous culpabiliser) et ne pas croire que sa situation est pire qu’une autre.

      Hauts les coeurs ! Panache et convictions, la tête haute ! Ferme sur les valeurs !

       
    • moi c’est le couillonavirus qui m’a et qui continue de m’empêcher de me projeter dans l’avenir en ce qui concerne les voyages surtout. quand vont-ils recommencer leurs délires de vaxx de merde, de pass, de restriction etc...
      la question n’est que QUAND

       
    • Si tu attends de meilleures températures pour vivre alors tu vas attendre longtemps. De mon coté, mon 1er fils est né juste avant le covid, le deuxième en janvier de cette année et on essaye d’en faire un 3ème en ce moment.

      On ne se pose pas ce genre de question idiote qui stérilise l’action, nous faisons ce que nous avons à faire, un point c’est tout.

      Que pensaient nos aïeux qui faisaient des enfants même en temps de guerre ? Il se chiaient pas dans le froc et les darons assumaient leur conditions d’homme, de mâle, qui agit et qui assume sa condition d’Homme sans se stériliser par des questions existentielle.

      La vie c’est dur, c’est l’enfer en vérité, la guerre, nous la subirons si elle arrive, et si elle n’arrive pas, je ne regretterai pas ne pas avoir attendu éternellement de meilleures conditions. Je ne les regretteraient d’ailleurs jamais, guerre ou pas. La vie est ainsi faites.

      Comportez vous en homme et cessez de vous poser des questions de gauchiste, laissez leur ce genre de considération stérile.

       
    • @Conater
      Sans défendre les pleurnicheurs, ne pas se poser de " questions existentielles " pour continuer à faire des enfants est plus Animal que Homme.
      Ou plus femme que homme.

       
    • Et l’Homme n’est bien sûr pas un animal... Arrêtez de trouver des excuses et faites des gosses, c’est pour ça, entre autre chose, que vous êtes là.
      Les questions que l’on se pose en tant que futur parent, sont des question d’ordre organisationnelle ou d’intendance. C’est effectivement une qualité humaine que de prévoir.
      Quand ces questions deviennent des peurs qui empêche l’action, ça devient un truc de fiotte, de lâche qui se cherche des excuses.

      Pour en revenir au sujet de base du commentaire du camarade, si E&R avait adopté cette posture, aucun des deux précédents festivals n’auraient vu le jour, et on aurait arrêté le site, et le militantisme... Bref, on arrête pas de vivre sur la base de potentiels évènements à venir, au contraire d’ailleurs.