Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Un soignant en colère, un hosto sans urgences, et un père contre le masque sur son fils

Nous avons réuni trois informations sur l’état réel des soignants et de l’hôpital. Il n’y a pas eu de révolte globale des soignants depuis le début du covidisme, ce qui a laissé un boulevard au gang néolibéral qui occupe l’État, et dont le programme consiste à le déconstruire.

 

Tous les services publics, ce patrimoine des Français qui n’en ont pas (et qui en auront de moins en moins), vont morfler. Cela passe par une réduction des services et des effectifs. Les fous, les drogués, les SDF, ces personnes en souffrance sont virés des asiles qui ferment des lits à tours de bras, et on retrouve ces malheureux dans les rues, formant un nouveau sous-prolétariat, même pas exploitable par le Système. Ce sont les déchets du Système, qui laisse les Français gérer le merdier.

Nous reviendrons sur ce phénomène qui n’est pas nouveau mais qui prend de l’ampleur avec la crise économique, que le gouvernement ne cache même plus. Le temps des mensonges est passé. Maintenant vient celui de la répression.

Aujourd’hui, nous attaquons donc ce gros dossier, qui nous concerne tous, par trois sujets emblématiques de la destruction lente mais sûre du service public de la santé à la française, qui faisait notre fierté dans le monde, une destruction couplée à une répression, puisque la grogne ne peut que monter.

Commençons par Brice, qui a manifesté en octobre 2021 contre le pass sanitaire et l’obligation de vaccination des soignants qui en a mis des dizaines de milliers à la rue. Il a été relaxé le 2 juin 2022. Voici son aventure.

 

 

On reste dans le domaine de la justice avec ce père qui risque de perdre son autorité parentale pour avoir protégé son fils des injonctions de la bande à Bourla, Gates, Bancel et Leyen :

 

 

Pendant ce temps, l’État macronien poursuit sa destruction du service public hospitalier. Exemple avec la ville de Chinon, une parmi tant d’autres, qui n’a momentanément plus d’urgences ni de maternité : les soignants sont HS !

 

 

Voici maintenant un second thread, qui illustre le danger grandissant pour les patients (un paradoxe à peine croyable) du délitement profond de l’hôpital, délitement qui, on le rappelle, fait saliver les grands groupes privés d’assurances (et de mutuelles), ces grands copains de la Macronie...

 

 

Nous sommes tous, qu’on le veuille ou non, sur les rails d’un système hospitalier à la britannique, avec 5 000 morts par an faute de soins dans les urgences. La guerre entre l’élite et le peuple n’est pas nouvelle, mais elle est ouverte, et on peut en compter les victimes. Déjà, le nombre de morts en France provoqués par le chômage et le désœuvrement dépasse les 10 000.

 

 

L’effondrement du niveau de la santé publique, doublé du chômage massif et d’une précarisation voulue, cela va donner quoi, selon vous ?

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

55 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Je ne regrette pas de m’être tiré de France. Ce pays est absurde et invivable. Et ce n’est pas la faute de l’élite corrompue (qui est par nature corrompue dans un système profondément malsain). Ce sont les Français les coupables. Vous avez vu comment ils votent ?! Depuis 50 ans, ces tarés votent de travers. Même si, ce qui est assez vraisemblable, les élections sont actuellement truquées, il n’en a pas toujours été ainsi. C’est donc bien les Français les coupables. Les Français ne méritent pas la France ! C’est la conclusion définitive à la quelle je suis arrivé.

     

    Répondre à ce message

    • Tout çà serait possible avec une population homogène, mais c’est plus le cas

       
    • Je te rejoins...comme dit le dicton : "on a les dirigeants qu’on mérite"... De Gaulle disait que les Français étaient des veaux...et on parle là de ceux des années 60, qui étaient encore d’un tout autre niveau que maintenant !

      Moi aussi je me suis tiré, pour des raisons pro...aucune envie de retourner y vivre ! Mais ça fait quand même mal de voir ce qu’elle est devenue quand on sait ce qu’elle a pu être...et que rien ni personne n’oppose une résistance significative !

       
    • Les responsables sont ceux qui ont quitté le pays pour se mettre à l’abri, afin d’éviter d’avoir à se battre quand le signal sera donné. Car inévitablement ce moment arrivera, mais il faut du temps pour le mettre en place et des "têtes bien faites" pour l’organiser. C’est incroyable de lire en permanence des commentaires s’en prenant aux Français qui sont des veaux, ont mal voté, quand on ne tire pas à boulets rouges sur les "boomers". Au lieu de critiquer et de se rabattre sur le passé, qu’on propose des solutions pour le présent et l’avenir ! Tout le monde n’a pas la science infuse ni le QI d’Einstein.

       
    • Florence, tu dis vraiment n’importe quoi...ceux qui ont quitté le pays (le plus souvent en ayant une très bonne raison de le faire d’ailleurs !) ne sont qu’une infime minorité, qui de plus n’a aucune prise sur ce qui se passe en France ! Tu te rends compte de l’énormité que tu profères là ??

      Les responsables sont plus à chercher parmi ceux qui y sont restés, qui pourraient faire quelque chose mais qui ne font rien et préfèrent blâmer autrui à la place...suivez mon regard !

       
  • Ayant hélas du souvent fréquenter des services d’urgence pour moi même ou des proches, je peux témoigner que cette situation n’est pas nouvelle et que la macronie ne fait qu’achever une destruction en route depuis de longues années. Mais il faut reconnaître que certains usagers y on contribué : Venus là car c’était "gratuit" pour des cas non urgents, certains avaient en plus le culot de gueuler car cela n’allait pas assez vite à leur goût ou que certains patients plus graves étaient pris en charge plus vite qu’eux. Souvent d’ailleurs, je l’ai constaté, des personnes issues des mêmes communautés agressives qui sont majoritaires dans les files d’attente des caf.

    De même certains employés de services plus ou moins publics et administrations ( je ne parle pas de l’hôpital ) ont contribué par leur égoïsme, leur attachement à des privilèges ( congés, retraites, horaires, comité d’entreprise trés généreux...) à une certaine impopularité dans le grand public.
    La queue a un guichet pendant que ça ricane et boit le café dans un bureau derrière, une mentalité bien gauchiste, des gréves fréquentes soit disant pour " défendre le service public", une amabilité et une efficacité toute relative, etc... Le système ultra libéral a pu jouer sur du velours en exploitant ces abus et le mécontentement qu’elle suscitait. Comme dans bien des cas, les dirigeants ont simplement profité de la connerie de certains...

    Ainsi un bon nombre d’injectés l’ont été juste pour continuer a prendre leur petit café, leur petit restaurant, leurs petites vacances. Je n’aime pas être méprisant mais sans la bêtise d’un bon nombre, nous n’en serions pas la. On pourrait me rétorquer que le "système" par les médias, le divertissement de masse, le titty entertainment des ingénieurs sociaux, une éducation nationale en dégringolade, les propagandes grossières entretient à dessein cet abrutissement mais hélas dans bien des cas il n’a plus besoin de trop se forcer. ...
    On ne peut pas en vouloir à des " petites" gens peu éduqués et cultivés de tomber dans les panneaux mais pour certaines catégories plus favorisés en théorie comment l’expliquer ? Surtout depuis ces longues années où le web permet de se reinformer et se cultiver facilement même si l’on a pas les moyens de voyager ou d’acheter beaucoup de livres. L’intelligence’et la volonté, l’Esprit Saint pour les catholiques, semble avoir bien déserté ce bas monde ?

     

    Répondre à ce message

  • Et dire qu’on foutrait ces connards à genoux rien qu’avec une seule grève générale...et que dans le passé on en a fait pour beaucoup, beaucoup moins que ça !!

    Ce que ce pays est devenu me désespère...

     

    Répondre à ce message

    • En 1 mois , " ils " seraient aux abois !
      Mais vous savez autant que moi que les syndicats , d’une part ne représentent plus grand chose , et d’autre part, ils furent achetés et perfusés financièrement annuellement par les gouvernements qui se succèdent, pour donner l’illusion d’un contre pouvoir à la population : du vent !!!!
      Ont ils aidé les GJ dans leurs manifestations ? Ont ils décrété une grève générale pour les soutenir ? Les "camionneurs" ont ils bloqués les sites ?.... NAN ! Au lieu d’un soutien et accompagnement massif de ces révolutionnaires ,on a assisté aux pires exactions contre eux , et entr’autres des malheureux qui se sont retrouvés hospitalisés car des gens du peuple comme eux les ont écrasé avec leur voiture , sans parler des policiers , etc ...
      donc , on ne peut qu’être sceptique quant à la future révolution populaire à venir selon des excellents penseurs comme P. Hillard , p. Jovanovic, M. Cousin , et bien d’autres ...

       
  • Que pas à pas la démocratie allait nous amener vers toujours plus de justice sociale était un leurre. On compter tous pour du beurre. Sur le volet de la santé, déjà avec le Docteur Gernez et ses avancées considérables, la médecine aurait pu faire un bon prodigieux en avant, mais ce Monsieur est mort il y a peu, dans le plus strict anonymat. Ses travaux pouvait prévenir au maximum la maladie, et pour pas cher (Cf l’hydroxy), et c’était il y a cinquante ans. Ainsi lorsque l’on voit comment sont traités les élites, les vrais, l’illusion ne tient plus, et là, on voit enfin. On voit leur petit manège, leurs sarcasmes, leurs bêtises, leurs incohérences....et surtout leurs intérêts. Ces satanés intérêts...

     

    Répondre à ce message

  • Des personnels de l’hôpital public, quand ils ont un problème, avouent se rendre, dès maintenant, aux urgences privées, afin de ne pas saturer leurs propres services...

     

    Répondre à ce message

  • Des gens voient leur santé se dégrader parce qu’ils sont au chômage ? Sérieusement ?
    A cause du matraquage de pôle emploi et le stress que ça génère ou parce qu’ils ne savent pas comment occuper leur temps quand on ne leur dit pas quoi en faire ?

     

    Répondre à ce message

  • #2972193

    la dernière fois que je suis allé à l’hôpital,
    sous escorte policière

    même les flics, ils disaient "’tain, c’est dégueulasse, ici !"

    personne n’en avait rien à foutre de rien :
    c’était comme à l’abandon

    comme l’éducation nationale, comme toutes les institutions

    je me suis dis : ’vaut mieux pas mourir ici

    y’avait juste la p’tite infirmière maghrébine qui faisait vivre sa blouse
    on garde un peu d’espoir

     

    Répondre à ce message

  • #2972207

    "Il refuse que son fils porte le masque à l’école : perte de l’autorité parentale et prison avec sursis requises à Béziers"

    ’tain, je revois ma p’tite cour d’école, et je me rends compte que j’ai vécu une belle époque :
    y’avait encore les crayons de couleurs, la maîtresse (premier éveil)

    je me souviens toujours de ma première cours de récré
    les gens étaient bienveillants
    ça semble être une époque lointaine

     

    Répondre à ce message

  • Les soignants, après avoir abandonné leurs collègues suspendus, vont brailler avec la CGT que les urgences et l’hôpital sont en détresse !

     

    Répondre à ce message

  • #2972765
    Le 9 juin à 04:50 par Si on a plus le droit de deconner
    Un soignant en colère, un hosto sans urgences, et un père contre le masque (...)

    Macron envoie du fric en pagaille en Ukraine, mais n’a pas d’argent pour l’hôpital public
    Va comprendre
    C’est toujours rigolo de voir comme l’argent (le notre bien entendu) apparaît et disparaît
    Sacré Bruno Le Maire
    C’est plus de l’économie, c’est de la magie

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents