Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

"Soral n’est pas un amuseur public monomaniaque et il le prouve"

Recension de "Comprendre l’Époque"

Note de la rédaction

Un article paru dans la revue québécoise "Le Harfang", vol 10, n°1 automne 2021, p. 53.

Alain Soral n’est pas, contrairement à ce que certains semblent penser, un amuseur public monomaniaque et il le prouve avec son dernier essai Comprendre l’Époque, qui n’est pas réellement une suite de Comprendre l’Empire, quoiqu’il en soit complémentaire.

 

Soral s’attèle ici à analyser l’idée forte du monde actuel : l’égalité, idée « qui se traduit le plus souvent dans la pratique en absurdité, voire en son contraire ». Au nom de ce dogme, érigé en véritablement religion, on justifie toutes les inégalités.

Pour démontrer l’évolution de ce concept et comment il est devenu l’alpha et l’oméga de la morale publique, il retrace son historique et plus généralement l’histoire des philosophies dominantes. Puisant à même la pensée de René Guénon, il exprime une vision à contresens de Darwin et des progressistes, de l’Hyperborée à notre décadence actuelle, plutôt que de la Lucy primordiale à un achèvement de l’histoire. Il ne s’agit pas d’une évolution du genre humain, mais au contraire d’« une lente dégradation » qui nous a amenés dans un premier temps à la Révolution française, victoire de la bourgeoisie et du mercantilisme sur les valeurs ancestrales aristocratiques et spirituelles. Par la suite, l’égalité toute théorique de l’ordre des bourgeois fut poussée plus loin par Marx qui voulait en faire une égalité réelle, avant que tout n’explose avec la post-modernité et aujourd’hui avec le Grand Reset, « un état d’urgence antiterroriste, écologique et sanitaire, reconductible à souhait sans consultation, qui a tout dans les faits du coup d’État tout court ! »

La constante au travers ce méandre intellectuel reste « l’égalité », concept assez vague et élastique pour tout englober.

Il note aussi que si les sociétés du passé étaient relativement aristocratiques, elles étaient ethnocentriques. Avant qu’on cherche à imposer l’égalité à tous les habitants du globe, les peuples vivaient avec leur propre système de valeurs et croyances, auquel ils adhéraient sans chercher à l’exporter. Seulement, la quête égalitaire va de pair avec une recherche d’universalisme transcendant le cadre de la nation. Dans cette double quête, « le christianisme inaugure, l’islam imite et s’oppose, les droits de l’homme révolutionnent, le Marché libéralise et le communisme prétend achever... »

Soral aurait pu ajouter qu’à l’égalité des chances promue par la Révolution française s’est substitué le concept d’égalité des résultats, base de la post-modernité. On ne tente plus d’offrir des chances de réussite égales, on s’attend à ce que chaque groupe réussisse de la même façon, base même du mouvement Black Lives Matter, qui a pour postulat que si les chances étaient réellement équitables, les Noirs et les Blancs obtiendraient les mêmes résultats. Ces deux groupes, pour ne mentionner qu’eux ayant des degrés de réussite différents, il ne peut s’agir que de la résultante d’un racisme systémique, minant les opportunités des Noirs.

Qu’a Soral contre l’égalité ? Pourquoi s’opposer à la vertu ? D’abord parce qu’il s’agit du culte de l’indifférencié, mais aussi de la substitution de la foi par la Raison, déesse laïque qui ne souffre d’aucune concurrence. Il explique que l’égalité est « parfaite sur le plan théorique, mais (…) se retrouve dans le monde humain face à une contradiction pratique : cette volonté de domination pour le partage et l’égalité exigeant une société de saints, et qui plus est désormais de saints laïcs ».

Dans les faits, cela nous a menés à une société « sous la domination du Marché triomphant, désormais système-monde hégémonique et planétaire... » Et osons le dire, inégalitaire comme pas un. Se draper de l’égalitarisme ne fait qu’occulter les inégalités bien réelles. Un George Soros qui assis sur un pactole évalué à des milliards de dollars se permet de faire la morale aux gens de la classe moyenne représente le comble de cette hypocrisie.

Bien que l’ensemble soit fort intéressant, je me permets une critique : si l’auteur fait un survol relativement exhaustif des différents courants de pensée et de ses manifestations pratiques, cela présuppose une certaine généralisation qui force à couper les coins ronds et parfois sauter du coq à l’âne. Bref, ce n’est pas une lecture qu’on peut effectuer en diagonale ou sans effort et elle nécessite certaines connaissances antérieures.

Rémi Tremblay pour Le Harfang

 

 

Ils parlent de Comprendre l’Époque, sur E&R !

 






Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2824468

    Superbe texte. Merci.

     

    Répondre à ce message

  • #2824528

    Je ne suis pas certain qu’AS soit « contre l’égalité », mais plutôt contre la dérive idéologique et absurde d’un principe noble (l’égalité devant Dieu) dans son application concrète.

    Mais peut-être ai-je mal compris ?
    C’est possible

     

    Répondre à ce message

  • #2824539
    Le 10 octobre à 19:40 par on@on-mali.ml
    "Soral n’est pas un amuseur public monomaniaque et il le prouve"

    Crise pine lagarde et j vouivre le drian a marakech , en famille .

     

    Répondre à ce message

  • #2824556

    Dire que Soral serait un "amuseur public" serait l’associer à un genre d’humoriste ou d’animateur or s’il n’est pas invité chez Hanouna, c’est qu’il n’est pas dans le frivole mais au contraire dans le sérieux le plus rigoureux !

    Quant à la nécessité de "certaines connaissances antérieures", ne pas oublier toutes les kartouches disponibles sur Kontre Kulture qui viendront étayer le propos en long et en large, ensuite ça n’est qu’une question d’effort pour se les approprier !

    Et je remercie encore M. Soral et toutes les équipes formant le seul réseau en France et sans doute dans le monde qui met à disposition de tous la possibilité de comprendre ce monde capitaliste de la manière la plus honnête et radicale, car la vérité EST radicale.

    En lisant Sombart par exemple, l’auteur retombe sur les mêmes constatations que d’autres ont fait avant lui.
    D’ailleurs il est déplorable pour l’Humanité en général que vis-à-vis de tous ces auteurs - censurés et classés antisémites, complotistes etc. - qui ayant voué parfois toute leur vie à expliquer le fond des choses scientifiquement, on en soit toujours au même point et avec le même problème - ou la même Question.

    Alors qu’il suffit juste de lire ! Croyez bien qu’un livre peut changer votre vie et vous ramener sur la bonne voie, sortez de l’ornière illusionniste et émotionnelle qui nous incite à ne pas regarder derrière le rideau... Au contraire : on avance en négation du Mal vers le Bien, alors libérons-nous, lisons, comprenons, c’est un long travail, mais c’est le prix (relatif) pour renouer avec le Vrai, le Réel.

    Cette insulte d’"amuseur public" veut masquer en fait le véritable élan de sincérité qui anime M. Soral qui par son travail nous pousse à nous élever et à nous libérer, derrière la provocation et les tacles, il y a une profonde honnêteté, prouvée par le dépassement de son propre intérêt.
    Hommage également à tous les autres auteurs passés et présents.

    Voilà désolé si c’est un peu confus, on fait ce qu’on peut, je ne sais plus comment réveiller mes proches... Ceux qui ne s’informent pas ou ne lisent pas ne comprendront jamais rien, comme mon frère qui compte se faire piquouser prochainement... Il y a bien deux types d’intention : ceux qui comptent comprendre et ceux qui préfèrent ne rien voir. Sans doute une question de "déclic", de "déblocage"...

     

    Répondre à ce message

    • #2824588

      Ha ouais, du monde carrément ! l’URSS, la Chine et Cuba en sont tombés à la renverse sous leurs millions d’ouvrages et d’articles

       
    • #2824628

      « Amuseur public » c pour ça que Alain Soral est l’un des 5 penseurs ,écrivains persécutés , censuré sans relâche pour sa liberté d’expression, ceux dont il est l’ennemi n’ont tellement pas d arguments solides face à lui a ses analyses de la société qu’ils deviennent ridicules voir obscènes et malhonnêtes !

       
  • #2827605

    Soral a raison !

     

    Répondre à ce message