Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Quand l’humour frappe l’Amérique

Normalement, on ne se moque pas de son maître, on le respecte souvent, on le craint parfois. Mais de qui l’Amérique est-elle le maître, aujourd’hui ? Qui, à part la bande des corrompus de la Commission européenne, jamais élus par leurs peuples respectifs, respecte encore l’Amérique, la maison mère ? Patriotisme oblige, il n’y a pas d’humour anti-américain à proprement parler, comme il y a un humour antifrançais presque obligatoire. Il y a un humour, en Amérique, mais qui n’est jamais loin de la coupure Nord/Sud, riches/pauvres, ou pro-Trump/anti-Trump.

 

Ghislaine, 20 ans de prison pour avoir prostitué des enfants... à personne. On traduit un peu parce que certains Français, très remontés contre l’Empire, refusent de prononcer le moindre mot d’anglais.

 

On est désolés pour ceux qui parlent bien anglais, mais on traduit pour les autres : négatif pour la connaissance, positif pour le covid.

 

Temps, ou alors pas de traduction, à part l’homme de l’année. Une couverture que l’hebdo US va devoir bouffer jusqu’à la lie.

 

Quand on parle de Biden, Kamala n’est jamais loin, elle attend, tapie dans l’ombre, de prendre la place du mort. Là, c’est l’ambassade de Chine qui met la tête de Pelosi, la démocrate folle, dans son assiette de merde. On va commencer à lâcher les traducs parce que c’est pénible.

 

Emmenez-nous chez votre chef. Tant pis.

 

 

 

Là, c’est assez facile : un migrant me prend mon zob.

 

 

Hillary, la perdante de 2016, dans un grand sourire : fais-moi confiance, Amérique !

 

 

 

Une belle illustration des sacrifices sociaux imposés aux citoyens US par le lobby militaro-industriel, avec ce F-35 pourri qui coûte un bras à l’Amérique. Cuts, ce sont évidemment des économies, des coupes franches.

 

Plus vrai que drôle, ces 21 ans sans guerre dans l’histoire des USA...

 

On termine sur un feu d’artifices avec un retour sur cette grande année 2016, quand toute la presse mondialiste donnait Hillary gagnante devant Trump, qui n’était alors qu’un clown, pas encore un nazi.

 

Et une dernière touche de mal-pensance avec la variole du singe et les risques de l’attraper...

 

Sans oublier la tentative d’Elon Musk d’attraper l’oiseau bleu de la liberté...

Voilà pour cette fois, la prochaine fois vous apprenez l’anglais. Que ça ne se reproduise pas.

L’épisode précédent

 






Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #3010056
    Le 14 août à 21:09 par Tarraco
    Quand l’humour frappe l’Amérique

    F-16, pas F-35...svp, mais aloooors !

     

    Répondre à ce message

    • #3010131
      Le 15 août à 03:26 par Abdelaïde de Starfoully-sur-Dre
      Quand l’humour frappe l’Amérique

      Une belle illustration des sacrifices sociaux imposés aux citoyens US par le lobby militaro-industriel, avec ce F-35 pourri qui coûte un bras à l’Amérique. Cuts, ce sont évidemment des économies, des coupes franches.



      C’est un F-16 ... L’avion préféré de l’armée-la-plus-morale-du-cosmos...

      - Un peu de respect pour l’outillage des gardiens de la Paix ! Merde ! Quand-mèème !

       
  • #3010074
    Le 14 août à 21:44 par Snayche
    Quand l’humour frappe l’Amérique

    C’est vrai qu’avec la Russie orthodoxe, la Chine souveraine, les hommes politiques traîtres aux nations, les parlements soumis, la perte des valeurs, le projet du grand reset, la gestion tyrannique covidiste, l’effondrement du dollar, la guerre contre l’Arabie wahhabite, l’inflation et les pénuries, il y a dans l’air comme une agréable ambiance mondiale allègée de plus rien à foutre des States oligarchiques, mondialistes, wokistes, menteurs, voleurs, cupides, belliqueux, destructeurs, etc...

     

    Répondre à ce message

  • #3010148
    Le 15 août à 05:41 par L’Ange Vert
    Quand l’humour frappe l’Amérique

    Apprendre l’anglais, apprendre l’anglais !!! Vous êtes marrant vous !
    C’est depuis l’hexagone que la lumière jaillit sur le Monde !
    Ils ne peuvent pas apprendre le Français ???

    Attends un peu tu vas voir....je vais mettre les petites anglaises à la langue Françaises et tout le reste va suivre !

    L’Ange Vert

     

    Répondre à ce message

    • #3010374
      Le 15 août à 14:07 par Silence Radio
      Quand l’humour frappe l’Amérique

      L’empire absorde les langues et les mots des barbares, qu’il intègre alors dans son immense Oxford English Dictionnary. On y trouve par exemple, autopista en synonyme de highway (autoroute). La lettrée des Chiffres et des Lettres british affirme "It’s from spanish" et le comédien écossais avec son lourd accent ; "then why the fuck is it in there ?" Grands rires dans la foule mais pas de remise en question : l’Espagne est intégrée, soumise.

      Là où l’Académie Française façonne la langue pour universaliser les Hommes au détriment de leurs caractéristiques individuelles, les Anglais autorise tout vocabulaire puisque celui-ci vous marque comme le fer social ; il indique aux autres votre classe de manière plus subtile et discrète qu’un accent, qui n’est pas indicateur précis.

      Les deux méthodes sont discutables... C’est l’équivalent d’une soupe à un seul légume par rapport à une bouillie de 10 000 ingrédients. L’avantage du français c’est qu’il est plus digeste en quantité précise. L’anglais se prête à tout appétit mais gare aux indigestions.

       
    • #3010457
      Le 15 août à 16:58 par Henri
      Quand l’humour frappe l’Amérique

      Désolé mais la langue du monde c’est l’anglais. Il suffit de regarder dans les aéroports... A peu près où que tu ailles, si tu arrives à t’exprimer dans un anglais correct, tu pourras toujours te débrouiller. Essaye ça avec le français.

      C’est bien beau de défendre notre belle langue et le patrimoine culturel qu’elle véhicule, mais il faut être un peu réaliste aussi et intégrer la façon dont le monde fonctionne, même si ce n’est pas toujours celle qu’on voudrait.

      Alors quelques efforts pour apprendre l’anglais ne sont pas un travail en vain, loin de là...et ça ne t’oblige nullement à oublier le français par ailleurs. Le savoir c’est le pouvoir, et ajouter un savoir (comme la maîtrise d’une langue étrangère) à ceux qu’on possède est UNIQUEMENT un gain. JAMAIS une perte.

       
    • #3010608
      Le 16 août à 02:44 par fajs
      Quand l’humour frappe l’Amérique

      @Henri
      "la langue du monde c’est l’anglais. Il suffit de regarder dans les aéroports"
      Ouais, peut-être dans les aéroports mais certainement pas en littérature,
      ni en philosophie.

       
  • #3010423
    Le 15 août à 15:49 par Bayinnaung
    Quand l’humour frappe l’Amérique

    Ghislaine, 20 ans de prison pour avoir prostitué des enfants... à personne.



    Et pourtant, en France, on fait du client de prostituée (majeure, je précise) une sous-merde qui doit être le seul à souffrir...oui, parce que le macros, lui, comprenez, on ne peut pas le condamner...ça serait raciste, voir antisem...chut !

     

    Répondre à ce message

  • #3010452
    Le 15 août à 16:52 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Quand l’humour frappe l’Amérique

    dans l’article, à propos de bidène : "négatif pour la connaissance"

    je traduis plutôt ça par négatif pour la cognitivité
    - les capacités de notre cerveau qui nous permettent d’être en interaction avec notre environnement : elles permettent de percevoir, se concentrer, acquérir des connaissances, raisonner, s’adapter et interagir avec les autres

     

    Répondre à ce message

  • #3010468
    Le 15 août à 17:26 par Pouet
    Quand l’humour frappe l’Amérique

    Vous me faites découvrir la caricature bouchère.

    Quel site !

    Bravo et merci.

     

    Répondre à ce message

  • #3010479
    Le 15 août à 17:43 par Nadj
    Quand l’humour frappe l’Amérique

    Tous ceux sur le groupe Memes, memes, and more memes. de GAB reconnaîtront

     

    Répondre à ce message

  • #3010499
    Le 15 août à 18:26 par Boljemoï de boljemoï
    Quand l’humour frappe l’Amérique

    Hé oui, c’est un bon vieux F 16 qui pourrait faire le même travail ou presque, pour 10 fois moins cher... c’est qu’il a de beaux restes, l’ancien de General Dynamics !

    Je n’en reviens pas que tant de pays européens se soient laissés refourguer le ruineux et fragile F 35... comme l’a déjà dit quelqu’un ici dans les commentaires sur la guerre en Ukraine, les armes américaines sont faites pour être vendues, et de plus en plus cher...

    Sinon j’ai bien la vampire Clinton ! Cette gauchiasse qui n’a toujours pas compris sa défaite de 2016...

     

    Répondre à ce message

  • #3010581
    Le 15 août à 22:47 par goy pride
    Quand l’humour frappe l’Amérique

    "Cognitive negative" devrait plutôt être traduit par "fonctions cognitives négatives".

     

    Répondre à ce message

  • #3010714
    Le 16 août à 09:26 par personne
    Quand l’humour frappe l’Amérique

    — Test de Q.I . : négatif
    — Test COVID : positif

    — Menez-nous à votre chef.
    — ...
    — Laissez tomber, on trouvera quelqu’un d’autre.

    Musk respecterait les lois iniques muselant la liberté d’expression. Y’a que Mortal Combaz pour voir en lui un héros.

     

    Répondre à ce message