Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

BHL, Saviano et Naulleau sacrent Salman Rushdie, symbole de la "liberté poignardée"

Pendant qu’un jeune homme de 23 ans décapitait son père de 60 ans sur un parking à Saint-Priest, dans le Rhône (le département, pas le fleuve), en se baladant ensuite avec la tête à la main, l’écrivain controversé qui a écrit un livre blasphématoire sur le Prophète et l’Islam en 1988, se faisait poignarder au cou par un inconnu vêtu de noir, pendant une conférence à New York. Il a survécu à ses blessures, mais l’émotion est mondiale, surtout parmi les élites : les peuples, eux, s’en foutent complètement. Surtout ceux qui ont perdu leur liberté d’expression sous la pression des mêmes élites, qui ont tout confisqué.

 

 

La petite agression de New York, au regard de la décapitation de Saint-Priest, est la conséquence de la « fatwa » lancée par l’imam Khomeiny après la publication des très controversés Versets sataniques en 1989. Une fatwa, c’est une condamnation à mort par contumace.

Cette condamnation sans limite de temps a choqué les Anglo-Américains qui pourtant ont bombardé l’armée irakienne et ses civils entre 1990 et 2011, détruisant un pays penta-millénaire, et occasionnant des dégâts que les Américains avaient promis en clamant : « On va les ramener à l’âge de pierre ».

Cette expression fleurit dans la bouche des humanistes du camp occidental : en 2014, le ministre israélien des Transports, Yisrael Katz, avertit qu’Israël ramènera le Liban à l’âge de pierre si le Hezbollah attaque l’État hébreu : « Si un tel scénario a lieu, nous raserons le Liban ! Nous le ramènerons à l’âge de pierre et enterrerons Nasrallah sous les pierres ». En 2012, le ministre de l’Intérieur israélien Eli Yishai déclare à propos de Gaza : « Le but de cette opération est de renvoyer Gaza au Moyen Âge. Alors seulement, nous serons tranquilles pour quarante ans. » Plus récemment, l’ancien champion du monde d’échecs Garry Kasparov, gagné à la cause de l’Empire, expliquait que pour faire plier Poutine, « il faut renvoyer la Russie à l’âge de pierre ».

 

 

Les Irakiens verront effectivement leur pays moderne ramené très en arrière, avec au moins 500 000 enfants morts à cause de l’embargo, étranglement économique que Madeleine Albright a justifié. Wikipédia nous rafraîchit la mémoire :

Le 12 mai 1996, alors qu’elle est ambassadrice des États-Unis auprès des Nations unies, Madeleine Albright accorde une interview à l’émission de CBS Sixty Minutes. Lors de l’interview, la journaliste Lesley Stahl lui pose une question à propos des sanctions contre l’Irak : « Nous avons entendu dire qu’un demi-million d’enfants sont morts. C’est plus d’enfants morts qu’à Hiroshima. Cela en valait-il ce prix ? ». En réponse Madeleine Albright affirme : « Je pense que c’est un choix très dur, mais le prix – nous pensons que cela en valait le prix. »

Voilà pour l’humanisme occidental, dont la presse cherche depuis 34 ans à faire pleurer les foules sur la vie inconfortable de Rushdie, ce Charlie avant l’heure qui passe d’hôtel en hôtel avec des gardes du corps, comme tout oligarque qui se respecte. D’ailleurs, le JDD, ce perroquet apprivoisé du pouvoir visible et relais sans fausse note du pouvoir profond, a consacré sa une et 5 pages intérieures au drame survenu à New York. Il fallait ça pour le symbole de notre liberté d’expression, ne riez pas.

 

 

Naturellement, BHL prend toute la place, mais nous n’avons pas de temps à perdre à lire ses élucubrations. Sachez seulement qu’il réclame, lui le jury du Nobel à lui tout seul, le Nobel de Littérature pour Rushdie, l’écrivain préféré de la CIA, du Mossad et du MI6. C’est logique, quelque part. Il y a aussi Roberto Saviano, le journaliste et réalisateur italien qui vit sous protection depuis son livre-balance sur la Camorra, Gomorra, et qui se sent très Rushdie, forcément. En descendant dans la hiérarchie people, on trouve Mylène Farmer, qui raconte son amitié avec Salman, et enfin Naulleau, qui essaye de se placer dans le groupe des échappés.

On a choisi de vous montrer la vie de cet oligarque, protégé par les forces du bien comme un trésor national. C’est Gilles Paris, son ancien attaché de presse chez Plon, qui témoigne :

La chance ! Toute cette protection, ces hôtels chics au cœur des grandes capitales, cette agitation médiatique, ces limousines blindées, nous aussi on veut bien une fatwa, parce qu’on sait qu’on va mourir de toute façon un jour ! Rushdie vit comme un oligarque russe ayant pillé la Russie après 1991 mais avant 1999 – date de l’arrivée de Poutine, le tsar qui a sifflé la fin de la récrée, c’est-à-dire le pillage la Sainte Russie – réfugié à Londres, ou un escroc international choyé par les services secrets. Après Gilles Paris, passons à Mylène Farmer.

Eh oui, comme tout oligarque ou escroc international (c’est pareil), Salman s’est marié avec un mannequin, habituée elle aussi aux hôtels, avions et autres protections rapprochées. La vie rêvée des anges... Avec quand même la menace d’un Morlock qui surgit et vous fait passer, en un instant, du paradis à l’enfer. Un peu comme l’enfer qu’ont vécu les 500 000 enfants irakiens, n’est-ce pas ?

Et Naulleau ? Merde, on allait l’oublier celui-là, merci de nous le rappeler, le fond de la classe. Finalement, les cancres sont ceux qui écoutent le mieux, puisqu’ils sont à l’affût de la moindre faute, faiblesse, imprécision du prof. C’est sur Europe 1 que le bichon maltais racheté par Hanouna a réagi avec un magnifique et émouvant « l’obscurantisme religieux nous a frappé ».

 

 

Sur Twitter, Riton continue sur sa lancée : plus rien n’arrête ce chevalier du Bien (l’axe américano-sioniste).

 

 

Le chroniqueur people en profite pour en remettre une couche sur l’Islamabado-gauchisme de Mélenchon, qu’il déteste personnellement, un Mélenchon qui a évidemment tenu la main de l’assassin, pardon, de l’agresseur (on parle bien de l’oligarque blessé, pas du pauvre père de 60 ans décapité) au moment du geste non fatal :

 

 

Avec cette information capitale, Riton-les-bons-tuyaux est mûr pour bosser à la CIA, au Mossad ou au MI6. Pas dans le service Action ni à l’Intelligence proprement dite, faut pas déconner, mais au service Courrier, c’est-à-dire à la délation.

 

 

Les soutiens people de Salman sont légion : on n’a pas eu la place ici de parler d’Isabelle (Adjani) ou de Bono, dans tous les bons coups dès qu’il faut dénoncer quelque chose et faire de la promo. En tout cas, tout en bas de l’échelle, les pauvres du monde entier pleurent sur la vie inconfortable de ce milliardaire de Salman. Pas facile de déménager dans des hôtels chics chaque jour ! Heureusement, il y a des porteurs de valises...

Bonus « Salman » : la vie rêvée des oligarques et des milliardaires

 

Dans la liste des écrivains collabos

 






Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Il y a un autre truc que vous auriez aussi pu souligner : le fait que ça faisait depuis des décennies déjà que Rushdie ne faisait plus la une. Je vous dis franchement que je ne savais même pas qu’il vivait encore. Qu’on lui ait fait reprendre vie à travers les médias m’intrigue et c’est plutôt ça qu’il faudrait creuser ainsi que pourquoi Khomeiny avait lancé cette fatwa ? Khomeiny était un homme intelligent en dépit des apparences. On se demande bien qui ait pu lui susurrer à l’oreille de lancer cette fatwa qui allait apporter le discrédit sur son pays.

     

    Répondre à ce message

  • Il y a un autre truc que vous auriez aussi pu souligner : le fait que ça faisait depuis des décennies déjà que Rushdie ne faisait plus la une. Je vous dis franchement que je ne savais même pas qu’il vivait encore. Qu’on lui ait fait reprendre vie à travers les médias m’intrigue et c’est plutôt ça qu’il faudrait creuser ainsi que pourquoi Khomeiny avait lancé cette fatwa ? Khomeiny était un homme intelligent en dépit des apparences. On se demande bien qui ait pu lui susurrer à l’oreille de lancer cette fatwa qui allait apporter le discrédit sur son pays.

     

    Répondre à ce message

  • Poignardé le Salman par un ... américain !

     

    Répondre à ce message

  • Et voilà ! L’empire remercie les simplistes à la lame aussi légère que l’intelligence. Bravo, l’empire vous remercie !

     

    Répondre à ce message

    • T’as raison, d’autres ont l’intelligence très lourde par contre ! Comme croire que l’Iran aurait quelque chose à voir dans ce fait divers, hélas, courant en Occident ! Et croire que l’individu "dessert une cause" (islamique, suivez mon regard ...) sans connaître ni l’individu, ni ses motivations, ni les résultats de l’enquête ! Ou se demander si ce dingo n’est pas manipulé par quelques services ou pays à qui profite le crime !

       
    • @ anonyme

      T’as raison, d’autres ont l’intelligence très lourde par contre !

      Hé ! Oui, un QI à 3 chiffre pèse plus lourd qu’un QI à 2. (humour)

      Mais merci du compliment. ^^

      Comme croire que l’Iran aurait quelque chose à voir dans ce fait divers, hélas,

      Pas directement, mais indirectement, à cause de cette Fatwa, ça sera utilisé par des fanatiques, liés ou non à des services secrets occidentaux pour discréditer l’Iran sur la scène internationale.

      courant en Occident !

      Sympa de cautionner les violences.

      Et croire que l’individu "dessert une cause" (islamique, suivez mon regard ...) sans connaître ni l’individu, ni ses motivations, ni les résultats de l’enquête !

      En effet, tu ne connais ni cet individu, ni ses motivations...et donc tu sautes immédiatement sur la thèse qu’il ne serait pas lié à l’Iran, réellement ou virtuellement.
      C’est aussi approximatif que précipité comme argument, anonyme.

      Ou se demander si ce dingo n’est pas manipulé par quelques services ou pays à qui profite le crime !

      Et justement, c’est peut-être parce que ces services secrets ont repéré une faille dans l’armure la fatwa contre quelqu’un avec qui l’on est pas d’accord, qu’elle peut être exploitée, raison pour laquelle il serait bon de suspendre cette fatwa, pour le bien de l’Iran, justement.

       
    • @bayinnaung. "Sympa de cautionner les violences."
      Alors pour toi, déplorer les attaques au couteau "hélas, courantes" c’est "cautionner les violences " !
      Je crois que tu as des problèmes avec la compréhension à l’écrit ! Ce qui explique tes réponses sans queue ni tête et complètement incohérentes !

       
  • Et Patrick Pelloux à la radio ce matin qui souhaite que le "Prix Nobel de littérature soit décerné à Salman Rushdie"...

     

    Répondre à ce message

  • Le traitement d’une information s’effectue selon ou d’après les intérêts qu’elle suscite ou qu’elle engendre. L’effroi, la compassion, l’origine de l’horreur perpétrée, une vie portée plus haute qu’une autre : il y a toujours une hiérarchie, toujours un poids, toujours une mesure, lorsque l’on nous informe, il y a toujours un biais, un angle, une interprétation sous-jacente, rien n’est dit de façon neutre, et on nous parle sans cesse d’égalité...La neutralité ne réside pas dans l’absence d’un positionnement, elle fait plutôt le tour de la question, et en dégage une conclusion ouverte, pour reprendre la.methodologie thèse antithèse questionnement et prospective. Le médian bon sang...

     

    Répondre à ce message

  • #3010345
    Le 15 août à 13:11 par ProtégeonslaPalestine
    BHL, Saviano et Naulleau sacrent Salman Rushdie, symbole de la "liberté (...)

    J’ai lu la recette du clafoutis aux cerises. Les mots donnent envie.

     

    Répondre à ce message

  • Mon pote BHL ! Oui, je le connais très bien. Ça fait des années qu’il attend qu’on vienne lui planter un couteau. Mais il ne reçoit que des tartes à la crème.

    Il ne comprend toujours pas que ça n’ira pas plus loin avec les "œuvres" qu’il fait écrire.

     

    Répondre à ce message

  • Rushdi c’est la littérature show bizz otanesque. Ses équivalents : Bhl en " philosophie" ( ne pas rire svp) ,Hollande en politique....ces mecs grotesques,même physiquement, aux-quels on accole des actrices ,manequins "glamour" pour faire passer le suppositoire chez des gogos.
    Pour Rushdi : Padma Lakshmi s’est sacrifiée, la pauvre...

     

    Répondre à ce message

  • 18 coups de couteaux et même pas mort. Vous prenez les américains, avec une fiole de jus de pomme, ils te font 1 million de morts en Irak.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents