Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Les différentes étapes de la "contre-initiation" selon René Guénon

Une présentation de l’ouvrage Le Règne de la Quantité et les Signes des Temps par Slimane Rezki, l’un des spécialistes de René Guénon.

 

 

Nouveau : procurez-vous
Le Règne de la Quantité et les Signes des Temps de René Guénon
chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

31 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • Il existe de nombreux "spécialistes" autoproclamés de RG. Nous ne citerons que Vivenza de la Franc Maçonnerie. Monsieur Rezki, fait parti des rares personnes ayant une connaissance approfondie de sa vie, de son œuvre et surtout de la mise en application dans la vie de tous les jours, de la doctrine de la Tradition Primordiale au travers le cœur de l’Islam qu’est le soufisme. Le but n’étant, ni le soufisme, ni l’érudition mais bien Dieu.

     

    Répondre à ce message

  • #2826096

    Très intéressant, donne envie de lire ou relire René Guenon et surtout aide à comprendre pourquoi on en est là aujourd’hui et que ce qui se passe n’est pas récent du tout mais est une évolution depuis la Révolution française, question, derrière l âge de fer, où nous sommes qu’y aura t-il ?

     

    Répondre à ce message

    • #2826123

      Comme l’a bien fait remarquer Guénon le problème de l’Occident commence vraiment avec Philippe Le Bel détruisant l’ordre des Templiers et s’opposant au Pape . Le pouvoir temporel s’attaquant au pouvoir spirituel ..Ensuite l’Humanisme de la Rennaissance qui met l’homme au centre de tout ; ensuite la Réforme avec Luther qui finit par saper l’Eglise ; ensuite le siècle des "Lumières" qui poussera à la Révolution, pour ne citer que quelques uns des faits majeurs qui de l’âge d’or de la Chrétienté à mener au monde moderne sans Dieu...
      Après L’âge sombre c’est le retour à un autre cycle ( le hutième Manvantara selon la doctrine hindou ) . Ce passage à un autre cycle sera instantané . Mais avant ce nouveau cycle ’c’est la Parousie ( le retour du Christ qui mettra fin au règne de l’Antichrist . Pour approfondir la question je vous conseille ’’Formes traditionnelles et cycles cosmiques’’ de Guénon.

       
    • d’après la tradition, l’âge d’or.
      Cela correspondrait à l’âge du Verseau, cycle de 24 000 ans (precession des équinoxes) ainsi qu’à la traversée du nuage (ou ceinture) photonique ( cycle 25 000 ans , durée de la traversée 2000 ans à peu près, cela a commencé au 5ème soleil le 21-12-2012.
      "L’Apocalypse de Jean" est aujourd’hui selon Jovanovic. le vrai nom de ce livre est "le dévoilement de Jesus Christ".

       
    • #2826225

      @ adile11



      ensuite la Réforme avec Luther qui finit par saper l’Eglise




      Un chrétien évangélique comme moi se permet de s’étonner : Luther a posé des questions fondamentales à l’Eglise de Rome de son temps. Celle-ci n’a pas voulu entendre, et ce jusqu’à présent. Luther, Calvin et les autres réformateurs, avec l’aide du Saint-Esprit, ont déclenché un prodigieux mouvement de réveil et de retour à ce que dit vraiment la Bible. Quand je pense à tous ces clercs catholiques, qui ont une audience formidable (comme le Pape) mais qui ne disent pas l’Evangile (= Jésus est mort et ressuscité pour vous sauver de vos péchés, qui vous mènent droit aux peines éternelles) , je suis sans voix.

       
    • Tout le monde il complote contre les catholiques. Faut-il rappeler que Guénon s’en était éloigné pour adopter l’islam et même la maçonnerie.

      Les Templiers, leur procès leur attribue le même rituel du baiser à l’anus du grand-maître que dans les initiations au culte de Mithra. Rituel de Mithra (celui-là ou un autre) qu’on retrouve dans la franc-maçonnerie. L’Eglise romaine a repris énormément de choses du culte de Mithra, les chaussons rouges, la crosse, la mitre, et le titre de pape. Les Templiers modernes qui disent suivre l’Evangile de Jean sont des usurpateurs.

      Quant à Luther, il faut le lire dans le texte avant de poser l’équation désormais classique protestants = juifs. Luther attaquait violemment la tendance du Saint-Siège à judaïser et à ne pas adhérer aux critiques de Paul sur les judéo-chrétiens.

       
    • #2826368

      @Brouette
      Quelques extraits du livre " La crise du monde moderne " de Guénon, chapitres "L’Age sombre" et " l’Individualisme " :

      " Le vrai moyen âge, pour nous, s’étend du règne de Charlemagne au début du
      XIVe siècle ; à cette dernière date commence une nouvelle décadence qui, à travers des étapes diverses, ira en s’accentuant jusqu’à nous. C’est là qu’est le véritable point de départ de la crise moderne : c’est le commencement de la désagrégation de la « Chrétienté », à laquelle s’identifiait essentiellement la civilisation occidentale du moyen âge ; c’est, en même temps que la fin du régime féodal, assez étroitement solidaire de cette même « Chrétienté », l’origine de la constitution des « nationalités ». Il faut donc faire remonter l’époque moderne près de deux siècles plutôt qu’on ne le fait d’ordinaire ; la Renaissance et la Réforme sont surtout des résultantes, et elles n’ont été rendues possibles que par la décadence préalable ; mais, bien loin d’être un redressement, elles marquèrent une chute beaucoup plus profonde, parce qu’elles consommèrent la rupture définitive avec l’esprit traditionnel, l’une dans le domaine des sciences et des arts, l’autre dans le domaine religieux luimême, qui était pourtant celui où une telle rupture eût pu sembler le plus difficilement concevable."....

      " De même, la Renaissance et la Réforme, qu’on regarde le plus souvent comme les premières grandes manifestations de l’esprit moderne, achevèrent la rupture avec la tradition beaucoup plus qu’elles ne la provoquèrent ; pour nous, le début de cette rupture date du XIVe siècle, et c’est là, et non pas un ou deux siècles plus tard, qu’il faut, en réalité, faire commencer les temps modernes."....

      " D’un autre côté, la morale protestante, éliminant de plus en plus toute base doctrinale, finit par dégénérer en ce qu’on appelle la « morale laïque », qui compte parmi ses partisans les représentants de toutes les variétés du « Protestantisme libéral », aussi bien que les adversaires déclarés de toute idée religieuse ; au fond, chez les uns et les autres, ce sont les mêmes tendances qui prédominent, et la seule différence est que tous ne vont pas aussi loin dans le développement logique de tout ce qui s’y trouve impliqué."

       
    • #2826391

      @Mike : Vous n’en savez rien.

      Selon Evola, le fameux triple baiser des Templiers (bas de l’épine dorsale, nombril, bouche) est un rituel de transmission d’influx spirituel qui reproduit l’ascension de la Kundalini le long de la colonne vertébrale, comme le décrit le Yoga hindou. L’Apocalypse de Jean elle-même serait liée à ce phénomène.

      Possible qu’ils aient pratiqué, pour certains d’entre eux, la voie de la main gauche (tantrisme), ce qui leur a valu la réputation de sorcellerie et de magie sexuelle.

      Mais Guénon les considère comme les stricts représentants de la Tradition, comme le montre leurs contacts fraternels avec ces hauts initiés que furent les ismaéliens (chiites) d’Alamut. Ils n’ont d’ailleurs jamais désobéi au Pape.

       
    • #2827100

      Philippe Le Bel détruisant l’ordre des Templiers et s’opposant au Pape . Le pouvoir temporel s’attaquant au pouvoir spirituel




      non, faux, philippe le bel s’attaque à un pouvoir temporel que le pape peut prétendre détenir,
      l’ordre du temple était un empire financier, rien à voir avec le spirituel. Philippe le bel s’attaque au pouvoir de l’argent son action est purement politique.
      De plus le pape excommunie les templiers pour hérésie et donc lui donne en plus la caution religieuse. le vrai problème ce n’était pas les templiers, faciles à éliminer mais le parlement, les parlements aux mains de la bourgeoisie et qui finiront par accoucher de la révolution française (le roi sera remplacé par le parlement républicain. et sur ce point précis l’Eglise n’a jamais trahi le roi.

       
  • #2826136

    Slimane Rezki est-il chiite ou sunnite ?

     

    Répondre à ce message

  • #2826204

    Le meilleur connaisseur de la contre-initiation est sans conteste Jean Robin qui va sortir fin octobre un livre ultra-sulfureux aux éditions Dervy : "Par la Main gauche & grâce à la puissance noire". Il rejoint notre ouvrage paru en mars 2019 intitulé Le chemin d’Esaû (Aperçus sur l’Initiation sacerdotale) Ed.Edilivre-Aparis. Nous y développons le concept de Parvrrti ou "renversement des Pôles"

     

    Répondre à ce message

    • #2826300
      Le 13 octobre à 22:24 par sataniqué malgrés moi
      Les différentes étapes de la "contre-initiation" selon René Guénon

      Le meilleur connaisseur de la contre initiation n’étant pas Jean Robin, mais Satan lui même...un peu d’humilité...
      Celle qu’il faut impérativement avoir trouvé , ou retrouver...afin de ne pas suivre le même chemin que ce plus grand trompeur des maîtres des connaissances métaphysiques.
      Si il y a un seul défault qui interdit toute initiation véritable, c’est bien l’orgueil de penser la mériter, ou bien en être digne .
      La seule dignité qui puisse exister aujourd’hui, c’est de prendre conscience de notre ignorance quant aux desseins divins, autant pour soi même que pour l’être collectif.
      Si tout le monde aujourd’hui est contre initié, il y a forcément un bien à cela explicabble par pour tout initié véritable, tout disciple véritable de la Vérité, ou bien du Seigneur. Si on ne doit jamais , en tant que disciple , en être totalement certain pour garder l’humilité nécessaire à cette profession de foi, ou profession d’initié, il faut pas contre avoir la certitude la plus absolue possible de la veridicité du maître qui nous a initié, afin d’avoir une petite chance de terrasser un jour pour de bon tout les mensonges en soi même.
      Tout les disciples du Christ avaient cette certitude, tous ou presque.
      Ce "ou presque", c’est justement le mauvais disciple qu’il faut entreprendre de terrasser en soi , et donc de connaître véritablement.
      Histoire de ne surtout jamais risquer de se prendre pour Dieu, lorsque les connaissances auxquelles on se trouve confronté nous dépassent et nous subjugent.
      C’est le rôle du maître en qui l’on a placé toute sa confiance, de nous avertir avant tout lorsque l’on fait fausse route, ou de nous prévenir avant afin de ne pas l’empreinter lorsqu’elle se présente avec tout ses aspects paradisiaques , lumineux, et pourtant trompeurs de l’âme affaiblie par ses vices cachés.
      S’adorer soi même étant le pire d’autre eux.
      D’où l’utilité du groupe pour les cheminants vers la vérité, afin de ne pas se retrouver dans le rôle de la brebis égarée dévorée par les loups de sa propre ignorance d’elle même.

       
    • #2826308
      Le 13 octobre à 23:11 par sataniqué malgrés moi
      Les différentes étapes de la "contre-initiation" selon René Guénon

      le Christ a dit "aimez vous les uns les autres"

      Mais avant d’y parvenir, il faut réaliser que nous ne sommes la plupart du temps pas prêt à en supporter le sens véritable.
      il n’a pas dit aimez vous les uns et les autres à condition que , ou aimez simplement ceux qui vous font du bien, ou ceux qui vous renvoient une bonne image de vous même, ou ceux qui vous aiment même quand ils vous connaissent , ou ceux qui sont aimables avec vous.
      Aime ton prochain comme toi même, donc aime les defaults que tu vois en ton prochain , car si tu n’avais que des qualités tu ne verrais plus aucun défaults en celui que tu dis aimer .
      Seulement de l’amour de Dieu à son égard. Tel que Dieu a voulu qu’il soit pour toi, ton prochain.

      Donc quand nous disons je t’aime, nous mentons presque toujours. Nous aimons la plupart du temps que le meilleur reflet de nous même en l’autre. Et puis quand l’autre nous renvoie une moins belle image de nous même, nous haissons ce reflet de nous même en accusant l’autre d’en être le seul porteur...de ténèbres.
      Alors que par ces ténèbres reflètés, nous avons la possibilité de les voir , et donc de remercier celui qui nous a tous amené à la Lumière quand nous n’étions pas encore sortis des ténèbres de la non existance.
      Dans ce sens et a notre époque de contre initiation généralisée, c’est peut-être le sens du terme porteur de Lumière.
      Même par les ténèbres, et même peut être grâce aux ténèbres des autres qui sont aussi une part des notres, nous pouvons retrouver la lumière dans l’amour du prochain , même quand il est très pénible , car très lourd des ténèbres de notre époque.

       
  • #2826254

    Très heureux de voir Slimane Rezki sur E&R. Ses vidéos sur Guénon sont remarquables. Il est le guide idéal pour entrer dans son œuvre. On a toujours envie d’en entendre plus tant il est clair et passionnant.

     

    Répondre à ce message

  • De l’intérêt de lire

    Je ne suis pas convaincu par le support vidéo pour parler de sujets aussi complexes que ceux abordés dans un livre comme « Le règne de la quantité et les signes des temps », car le rythme de la démonstration se calque sur la pensée du narrateur contrairement à la lecture, qui suit exactement (c’est évident) la capacité du lecteur. De plus, « l’improvisation », liée au style interview de la vidéo, implique de paraphraser le texte original, ce qui ne sert pas de façon claire à améliorer la compréhension du texte original (R. G.).

    Le développement des notions de « contre-initiation » et « pseudo-initiation » mériterait plusieurs pages de texte pour une définition correcte. Au début de son chapitre : La pseudo-initiation », René Guénon insiste bien sur la grande différence entre « contre-initiation » et « pseudo-initiation » en associant « contre-initiation » au contrefacteur, et « pseudo-initiation » à la contrefaçon. Le titre de la vidéo (les étapes de la contre-initiation), apporte une confusion supplémentaire, car si étapes il y a, elles sont dans les différentes phases de transformation de l’initiation authentique vers la pseudo-initiation, et non pas dans la contre-initiation (le contrefacteur) que sont les forces sataniques invariables. L’adaptation des forces sataniques aux époques n’étant qu’un problème de contingence et non une évolution de nature.

    Remarquons que, dans la notion de cycle, que nous pouvons comparer par analogie à une onde électromagnétique (déplacement dans l’espace, décalage dans le temps), il n’y a pas véritablement d’ordre entre dissolution et solidification. Tout dépend de la position de l’observateur. Les périodes s’enchainent comme pour l’onde, avec des points "maximum" hauts et bas pour tous les cycles, ainsi que des périodes d’accélération ou de ralentissement.

    De son point de vue, le narrateur situe la solidification du monde dans une époque très contemporaine, mais nous pourrions avantageusement la placer à la renaissance (Fin du moyen âge féodal, mort de Philippe le Bel : Roi de fer cf. G. Bordonove), ce changement d’optique permet de comprendre le retour dévoyé au standard grec, le développement du protestantisme, les « lumières », pour finir par la trahison contrôlée de la France avec la décapitation du Roi : ultime symbole de la séparation du corps et des principes.
    La suite n’étant alors que lente dissolution dans le mondialisme et l’huile moteur.

    Libre selon l’esprit

     

    Répondre à ce message

  • #2826388

    Il y a deux Jean Robin.....le deuxième étant un personnage assez grotesque.

     

    Répondre à ce message

  • Je connaissais de nom René Guénon mais quand je vois ne serait-ce que sa page Wikipédia... un personnage super complexe surtout pour un "non-initié" comme moi. Des conseils de lecture pour débuter ?

     

    Répondre à ce message

    • #2826455

      "René Guénon témoin de la tradition" de jean Robin ( c’et le seul livre d’ailleurs de Jean Robin qui vaut la peine d’être lu avec peut-être " veilleur où en est la nuit" sur la fraude des extraterrestres que nos gouvernants nous préparent ).

       
    • Bonjour,

      René Guénon est un auteur difficile, et bien que le Règne de la quantité et les signes des temps soit un livre ardu, il reste de mon point de vue la meilleure porte d’entrée. C’est un livre que l’on peut lire toute sa vie, et duquel il est possible de tirer des connaissances quel que soit son niveau initial. Vous pouvez commencer avec les chapitres 7 ou 8, puis après un temps d’adaptation à « l’écriture de Guénon » lire les premiers chapitres.

      (Il n’est pas nécessaire de lire la crise du monde moderne si vous débutez avec Le règne de la quantité)

      Après ce premier livre, vous pouvez lire un second livre « généraliste » : Autorité spirituelle et pouvoir temporel.

      Les autres livres sont pratiquement tous plus ciblés.

      « Symboles de la science sacrée » est un recueil d’articles qui permet de découvrir, comme son nom l’indique, le symbolisme. Vous pouvez compléter avec : Formes traditionnelles et cycles cosmiques.

      Si vous êtes à l’aise avec les mathématiques : « Les principes du calcul infinitésimal » propose une approche de la spiritualité par la logique des nombres et des analogies avec des « fonctions » et des « opérations ».

      Si vous êtes « Chrétien » : les deux petits fascicules, Saint Bernard et Le symbolisme de la croix, peut-être aussi, L’ésotérisme de Dante.

      Si vous vous intéressez aux métiers anciens, à l’art : Etudes sur la franc-maçonnerie et le compagnonnage

      Vous pouvez éviter dans un premier temps L’erreur spirite, et, Le théosophisme qui, bien qu’intéressants, plongent le lecteur dans des querelles anciennes.

      Le dernier, mais nous rentrons là dans le dur : Les états multiples de l’être.

      Quand vous aurez lu tout ça, vous pourrez choisir ses autres livres seul.

      René Guénon, utilisait beaucoup les notes de bas de page, elles contiennent des informations aussi importantes que le texte principal et des références à d’autres auteurs.

      Cordialement

      Libre selon l’esprit

       
    • @ bob > Merci beaucoup impeccable !
      Je pars sur vos conseils, notamment :
      « Règne de la quantité et les signes des temps »
      et :
      « Les Principes du calcul infinitésimal »
      Ça me parle au niveau du titre et je pense que ce sera un bon début.

       
    • #2827003

      @bob
      Quand vous dites : "Si vous êtes « Chrétien » : les deux petits fascicules, Saint Bernard et Le symbolisme de la croix, peut-être aussi, L’ésotérisme de Dante."

      Il me semble qu’il n’est nul besoin d’être chrétien pour lire ces ouvrages ; et vous le savez autant que moi puisque vous avez lu Guénon . Guénon parle toujours d’un point de vue métaphysique et s’adresse donc à toute spiritualité authentique possédant un ésotérisme exprimant des réalités communes aux différentes traditions . Au fil des pages de son oeuvre on passe très souvent d’un terme latin par exemple exprimant une idée qu’on retrouve exprimée dans le soufisme, la Kabbale ou l’hindouisme ..
      Quant à "l’erreur spirite" il apporte beaucoup dans le sens qu’il dévoile les supercheries des pseudo-spiritualités qui égarent tant de personnes en mal être ; et ça reste une base de savoir intéressante pour qui veut discerner les séductions diaboliques de notre temps.
      Salutations

       
    • Il remet en question le bouddisme, (La constitution de l’être humain selon les bouddhistes) en montrant son insuffisance par rapport à la doctrine du vedanta et en disant que les bouddhistes ne reconnaissent pas l’éther
      Apres le dalaï-lama décourage les occidentaux à se convertir..

       
    • @ adile 11

      Bonjour,

      Vous avez raison, mon intention était simplement d’indiquer que, par rapport aux autres ouvrages « de début », ces fascicules utilisaient une base de référence du symbolisme « chrétien », alors que : Les principes du calcul infinitésimal, exploite les mathématiques pour diriger le propos, où Etudes sur la franc-maçonnerie et le compagnonnage utilise les métiers.

      En ce qui concerne : L’erreur spirite, je ne crois pas que ce soit un livre de « débutant ».

      Je suis également en accord avec vous si vous voulez dire que, ce qui prévaut (dans l’œuvre de Guénon) est la transmission des connaissances de la métaphysique, mais le point de vue pour atteindre ces connaissances est variable, considéré comme point de départ, nous pouvons même dire, les points de vue :
      Etudes sur l’hindouisme, Aperçus sur l’ésotérisme islamique, La métaphysique orientale, Aperçus sur l’ésotérisme chrétien, montrent que R. Guénon a pris soin de varier les approches. Elitiste dans son texte, Guénon a tout de même ouvert la porte de la métaphysique à un certain nombre de personnes d’horizons divers en permettant une identification (dans le sens de s’identifier à, se reconnaitre dans).

      Je pense que R. Guénon est un des rares auteurs de ce niveau, à avoir tenté une réconciliation par le haut des « religions », en montrant les convergences possibles. Sur le chemin qui mène à cette unité transcendante, nous venons tous de quelque part et nous devons constater que, pour atteindre cette réconciliation, il est nécessaire d’abandonner notre point de vue, ce qui implique de le connaitre et de le comprendre. Alors, il sera possible de trouver le dénominateur commun qui se situe « au-delà ». La métaphysique n’est que l’outil intellectuel ultime pour ceux qui choisissent cette voie. En cela, la métaphysique ne s’oppose pas aux religions, c’est un autre chemin.

      70 ans après sa mort, à la fin de l’âge de fer, les querelles de boutiques, attisées par les forces les plus noires que notre manvantara ait reçues (cf. Formes traditionnelles et cycles cosmiques), ne rendent pas la tâche facile.

      L’humanité est bien loin de la métaphysique, elle est même à l’exact opposé.

      Cordialement

      Libre selon l’esprit

       
    • #2827506

      @bob
      Bien d’accord avec vous ( vous prêchez un "converti" ).
      Pour parler de Guénon je citerai de mémoire ce qu’en disaient deux célèbres écrivains français, Gide et Claudel . Le premier : "Je n’ai rien à objecter de ce que dit Guénon, son oeuvre est irréfutable" . Le second : " Guénon est le plus grand écrivain du vingtième siècle" ( "écrivain n’est pas très approprié mais passons ) .
      Quant à moi ( comme beaucoup d’autres ) il est la Boussole infaillible » et la « Cuirasse impénétrable »comme disait Michel Valsan, ou le great sufi comme le qualifiait Ramana Maharshi...
      C’était pour l’anecdote, mais que peut-être vous connaissiez déjà.

      Salutations

       
  • #2826460

    L’humanité doit comprendre l’évidence qu’en une seule vie, Dieu nous apporte plusieurs enseignements essentiels dont la connaissance de Son Identité, la proposition de la la meilleure valeur qu’est l’ennoblissement personnel maximal puisque similaire à Lui, la valorisation du Paradis, une partie de la science divine, la dignité des valeur familiales et sociales, et la préparation de notre âme dans les qualités morales pour Le rencontrer plus joliment dans l’au-delà.

     

    Répondre à ce message