Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

 

ERTV et Kontre Kulture vous présente
les conseils de lecture de Camille Mordelynch !

 

Les Lectures de Camille #1 – Le Nouveau Testament :

Soutenez E&R avec odysee.com

 

Suivez les conseils de lecture de Camille Mordelynch et procurez-vous
Le Nouveau Testament traduit par l’abbé Augustin Crampon
chez Kontre Kulture :

 

Retrouvez Camille Mordelynch sur ERFM :

 






Alerter

26 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2840458
    Le 8 novembre à 17:07 par Luc
    Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

    Merci à Camille pour cette présentation, et d’avoir dit au sujet du Nouveau Testament qu’il s’agissait du "plus grand livre de tous les temps", ce à quoi je ne peux que souscrire.

    Par contre je vais me permettre une rectification à propos de la Parabole des Mines, qui apparemment n’a été comprise ni par Charles Gave, ni par Camille, ce qui me surprend un peu.
    Dans toutes les paraboles, le Christ parle de lui, de Dieu ou du royaume de Dieu (comme dans celle du Semeur, par exemple). Cette parabole ne fait pas exception et il est inutile de chercher en elle un quelconque lien avec l’économie, le capital ou le libéralisme. En l’occurrence, celle-ci parle de la fin des temps et est purement eschatologique.
    Explications à partir de Luc 19-12 : "Un homme de haute naissance (le Christ) s’en alla dans un pays lointain (le Royaume de Dieu après sa mort et sa résurrection), pour se faire investir de l’autorité royale (il est assis à la droite du Père et est le Roi des Rois), et revenir ensuite (son retour à la fin des Temps, la Parousie) . Il appela dix de ses serviteurs (nous), leur donna dix mines, et leur dit : Faites-les valoir jusqu’à ce que je revienne (il nous transmet la bonne parole et nous demande de la mettre en pratique et de la faire fructifier). Mais ses concitoyens (les juifs) le haïssaient, et ils envoyèrent une ambassade (le Sanhédrin) après lui, pour dire : Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous. Lorsqu’il fut de retour, après avoir été investi de l’autorité royale, il fit appeler auprès de lui les serviteurs auxquels il avait donné l’argent, afin de connaître comment chacun l’avait fait valoir (c’est le Jour du Jugement Dernier et le moment où nous rendons des comptes).
    Le premier vint, et dit : Seigneur, ta mine a rapporté dix mines. Il lui dit : C’est bien, bon serviteur ; parce que tu as été fidèle en peu de chose, reçois le gouvernement de dix villes (le Christ récompense celui qui aura fait fructifier la parole divine ici bas en le faisant régner dans le Royaume des Cieux)."

    1/2

     

    Répondre à ce message

    • #2840490
      Le 8 novembre à 18:04 par Luc
      Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

      Suite, à partir de Luc 19-20 : "Un autre vint, et dit : Seigneur, voici ta mine, que j’ai gardée dans un linge (il s’agit de celui qui n’a pas fait fructifier les dons de Dieu) ; car j’avais peur de toi, parce que tu es un homme sévère ; tu prends ce que tu n’as pas déposé, et tu moissonnes ce que tu n’as pas semé (il s’agit ici de la rébellion envers Dieu que l’on peut rapprocher du "Non Serviam", le "Je ne servirai pas" attribué à Lucifer, l’ange déchu). Il lui dit : Je te juge sur tes paroles, méchant serviteur ; tu savais que je suis un homme sévère, prenant ce que je n’ai pas déposé, et moissonnant ce que je n’ai pas semé (on sera donc jugés sur nos actes mais aussi sur nos paroles à la fin des Temps, et cette sévérité présumée montre les aspects inflexible et imparable du jugement au jour du Jugement Dernier).[…] Puis il dit à ceux qui étaient là : Otez-lui la mine (au passage "une mine" est une unité monétaire équivalente à 50 shekels), et donnez-la à celui qui a les dix mines. Ils lui dirent : Seigneur, il a dix mines. - Je vous le dis, on donnera à celui qui a (la foi), mais à celui qui n’a pas (la foi) on ôtera même ce qu’il a (celui qui aura fait le plus fructifier les dons de Dieu recevra davantage dans le Royaume des Cieux, celui qui n’en a rien fait perdra tout, voire même pire). Au reste, amenez ici mes ennemis, qui n’ont pas voulu que je régnasse sur eux (c’est à dire tous ceux qui n’ont pas accepté le Christ comme Roi, sauveur et rédempteur…), et tuez-les en ma présence (…seront envoyés en Enfer)."

      Cette parabole est donc un moyen pour le Christ d’évoquer à la fois son retour à la fin des Temps, le Jugement Dernier, le triomphe de ceux qui l’auront suivi et accepté comme Roi, et le sort douloureux réservé à ceux qui lui auront tourné le dos.

      À l’évidence, ceux qui ont entendu la parabole à l’époque n’ont pas dû comprendre grand chose, puisque seul le Christ savait qu’il allait être crucifié, pour ressusciter et revenir en gloire. Et c’est ça qui est le plus incroyable et le plus vertigineux, c’est qu’il sait qu’il ne s’adresse pas à la foule présente à ce moment là devant lui, mais qu’en réalité, il s’adresse à nous…

      À bon entendeur, "’que celui qui a des oreilles pour entendre, entende !".

      2/2

       
    • #2841879
      Le 11 novembre à 17:23 par elba
      Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

      Merci à vous, Luc, de m’avoir éclairée à propos de cette parabole. J’avais pris les talents au premier degré, et la version que j’ai chez moi parle de banque :

      "Son maître lui répliqua : ’Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne là où je n’ai pas semé, que je ramasse le grain là où je ne l’ai pas répandu. Alors, il fallait placer mon argent à la banque ; et, à mon retour, je l’aurais retrouvé avec les intérêts."

      Le mot "banque" m’interpellait. Je me demandais pourquoi Jésus pouvait conseiller de placer de l’argent à la banque, alors qu’il n’appréciait pas les usuriers.

      A présent, c’est clair pour moi, grâce à votre explication.

       
    • #2841893
      Le 11 novembre à 17:56 par amulius
      Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

      Bravo, c’est exactement cela.
      Et quelle chance pour nous de voir arriver enfin tous ces évènements annoncés par Jésus à l’époque. En revanche, il faudra tenir bon !

       
    • #2842051
      Le 11 novembre à 23:09 par Luc
      Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

      @Elba : Je vous en prie, je suis ravi d’avoir pu vous éclairer.
      En toute transparence, concernant le terme "banque", il apparaît bien dans ma version, qui est la Bible Louis Segond (à laquelle je suis très attaché, mais qui serait plutôt à éviter selon les dires de catholiques traditionnalistes rencontrés récemment car ce serait une bible protestante ; je me procurerai donc la version des Evangiles traduits par l’Abbé Crampon publié chez KK pour pouvoir comparer les traductions) mais je n’ai pas intégré le passage incluant ce terme dans l’explication par souci de concision. Ce qui ne change pas grand chose, puisque l’idée de "banque" n’est pas à prendre au sens littéral (car en effet le Christ ne devait que très peu goûter les principes de banque, d’intérêts ou d’usure). Car si les "talents" ou "les mines" sont une allégorie des dons de Dieu et de la parole divine, la "banque" n’est que le processus qui les conserve et qui les fait fructifier.
      Et comme l’a dit @Roland dans un commentaire plus bas "n’oublions pas que Jésus s’adressait à des juifs. Il leur parle de ce qu’ils connaissent bien…".

      @Amulius : Tout à fait, il faudra tenir bon. Je viens de finir une vidéo du docteur Zelenko (un genre de Raoult juif orthodoxe dont une vidéo avait été partagée sur ER) et dans un échange avec Bugnolo, un moine franciscain, il dit que "c’est la période la plus incroyable à vivre dans toute l’Histoire de l’humanité car nous allons être les témoins du basculement d’un monde de mensonges, de paganisme, de sacrifices d’enfants et d’idolâtrie vers un monde divin. Mais la route sera dure…"

      D’ailleurs le Christ nous l’a clairement annoncé : "Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde ; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde." (Jean 16-33)

       
  • #2840478
    Le 8 novembre à 17:46 par Jesus
    Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

    Magnifique Camille que l’Éternel te bénisse et te garde

     

    Répondre à ce message

  • #2840514
    Le 8 novembre à 18:51 par petithous
    Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

    Pourquoi se laisser enfermer dans les évangiles canoniques, dont on sait qu’ils ont été choisi sont Constantin premier, pour des raisons politiques.
    Ils existent de nombreux évangiles tout autant, voir plus, intéressants, comme celui de Thomas.
    D’ailleurs dans celui ci, concernant l’argent, Jésus se montre très clair .
    Logion 95




    Si vous avez de l’argent, ne le prêtez pas avec intérêt,
    mais donnez-le à celui dont vous ne recevrez rien en retour.




    il y a deux façons d’aborder le témoignage des évangiles :
    1) La façon religieuse ou paresseuse .
    2) la façon spirituelle ou courageuse .
    Jésus porte témoignage que pour être libre il faut du courage .. mais que ceci est à la portée de l’homme ... car jamais dans aucun des évangiles canoniques , Jésus ne revendique d’être le fils de Dieu .. il se disait simplement "Fils de l’homme" .
    Jésus nous a montré le chemin, et nous pouvons soit nous mettre en route en suivant la direction qu’il nous a indiqué, soit nous mettre à genoux en dévotion devant le panneau indicateur, en espérant qu’il nous téléporte par magie à destination .
    A chacun son choix !

     

    Répondre à ce message

    • #2840745
      Le 9 novembre à 09:46 par JL29
      Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

      Vous avez probablement raison concernant l’Evangile de Thomas, cependant je préfère les synoptiques pour leur qualité narrative et littéraire, l’esthétique ça compte aussi.

       
    • #2840972
      Le 9 novembre à 17:45 par Mise au poing
      Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

      A petithous,

      Je comprends votre propos mais vous faites une erreur et vous vous trompez d adversaire :

      - dans la bible et les evangiles canoniques, il est bien ecrit, comme dans l evangile de Thomas, qu il faut faire une ascese severe pour aller a Dieu. "vous serez jugés selon vos oeuvres" est il ecrit dans l AT, sans parler des nombreux conseils pratiques de Jesus.
      Ainsi, l evangile de thomas n est pas plus "pratique" que les canoniques. C est juste l Eglise, papes et cardinaux, qui a dit que suivre des rites suffisait a l elevation de l ame. Ce qui est un peu court, mais comprehensible : c etait pour mobiliser tout le peuple dans la religion, afin de construire la civilisation.

      - ensuite, pratiquer une ascese ne suffit pas pour obtenir la Sainteté, il faut aussi la Grace de Dieu. C est la querelle des jansenistes.
      La Grace est une descente de Fluide vital Divin sur l individu. La Lumiere.

       
    • #2841724
      Le 11 novembre à 11:14 par Tetar 1er
      Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

      C est juste l Eglise, papes et cardinaux, qui a dit que suivre des rites suffisait a l elevation de l ame.



      Personne n’a jamais dit ça, ou êtes-vous allé le pêcher ???

       
    • #2841823
      Le 11 novembre à 14:57 par Roland
      Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

      Je partage avec vous une prédilection pour l’évangile de Thomas.
      J’ai lu que la plupart des exégètes et des historiens pensaient que les quatre évangiles avaient été élaborés à partir d’une source originelle (source Q, du mot allemand "Quelle", qui signifie "source"). Selon eux, la source perdue était probablement un recueil de brefs récits et de paroles du Christ. C’est précisément la forme que présente l’évangile de Thomas. Mais le contenu parfois trop différent (ou trop "gnostique") des textes reconnus par l’Église a sans doute retenu les experts de l’identifier à Q ou à une de ses premières formes dérivées.
      Quoi qu’il en soit, le logion 95 est parfaitement clair. Mais il existe très probablement des textes à peu près équivalents, tant dans l’Ancien que dans le Nouveau Testament. Le temps me manque pour faire une recherche. Du reste, dans cette parabole, il n’est pas directement question d’usure. Il s’agit en l’occurrence d’un dépôt d’argent dans une banque, qui pourrait le faire fructifier.. mais le troisième serviteur n’a pas déposé l’argent à la banque...
      La parabole peut être lue de plusieurs manières. Voyez mon autre commentaire sur cette page.

       
    • #2843727
      Le 14 novembre à 21:39 par Joarc
      Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

      Constantin n’a rien choisi et rien décidé religieusement. Absolument rien... Aucun canon biblique, aucun dogme..
      Il serait bon d’arrêter avec cette stupidité née dans les milieu protestants pour délégitimer l’Église Catholique.

      Les 4 Évangiles étaient déjà considéré comme les seuls authentiques bien avant Constantin.

      Irénée de Lyon disciple de Polycarpe de Smyrne, lui même disciple de l’Apotre St Jean, sur les 4 Évangiles canoniques, disait ceci des siècles avant ;

      « Matthieu d’abord, qui prêchait aux juifs dans leur propre langue, édita une version écrite de son Évangile, dans les années où Pierre et Paul annonçaient l’Évangile à Rome et fondaient l’Église. Après leur mort, Marc, disciple et interprète de Pierre, nous transmit aussi par écrit la prédication de Pierre. Quant à Luc, le compagnon de Paul, il consigna aussi dans un livre l’Évangile que celui-ci prêchait. Jean enfin, le disciple du Seigneur, celui également qui a reposé sur sa poitrine, a lui aussi donné l’évangile, à l’époque où il séjournait à Éphèse en Asie » .

      Et tous ceux-là nous ont transmis l’enseignement suivant : un seul Dieu, Créateur du ciel et de la terre, qui fut prêché par la Loi et les prophètes, et un seul Christ, Fils de Dieu. Si donc quelqu’un leur refuse son assentiment, il méprise ceux qui ont eu part au Seigneur, méprise aussi le Seigneur lui-même, méprise enfin le Père ; il se condamne lui-même, parce qu’il résiste et s’oppose à son salut, — ce que font précisément tous les hérétiques.

      (plus loin)

      L’Évangile tétramorphe

      ...Par ailleurs, il ne peut y avoir ni un plus grand ni un plus petit nombre d’Évangiles (4) . En effet, puisqu’il existe quatre régions du monde dans lequel nous sommes et quatre vents principaux, et puisque, d’autre part, l’Église est répandue sur toute la terre et qu’elle a pour colonne et pour soutien l’Évangile et l’Esprit de vie, il est naturel qu’elle ait quatre colonnes qui soufflent de toutes parts l’incorruptibilité et rendent la vie aux hommes.
      D’où il appert que le Verbe, Artisan de l’univers, qui siège sur les Chérubins et maintient toutes choses, lorsqu’il s’est manifesté aux hommes, nous a donné un Évangile à quadruple forme, encore que maintenu par un unique Esprit.

      (Irénée, Contre les hérésies, Livre III).

      Quand à Jésus Fils de Dieu, c’était compris très tot, c’est le coeur même, et c’est absolument partout dans les Évangiles...

       
  • #2840635
    Le 8 novembre à 23:31 par LiliDesBellons
    Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

    "Je n’étais pas grand théologien et je ne voulais pas l’être : l’Évangile n’était-il pas bon pour les uns comme pour les autres ? L’Évangile était pour moi le seul appui : c’était le seul livre que je connusse, auquel je pusse appuyer mon idée fixe, mon interrogation fixe. L’Évangile parlait des hommes et il parlait des pauvres et il mettait la question de l’homme au cœur du pauvre." P. Drieu La Rochelle, Mémoires de Dirk Raspe, 1966.
    Merci Camille.

     

    Répondre à ce message

  • #2840743
    Le 9 novembre à 09:42 par Aristide
    Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

    Excellent conseil de lecture.
    Décidément, ER regorge de talents. La relève du patron est assurée !

     

    Répondre à ce message

  • #2840750
    Le 9 novembre à 09:52 par JL29
    Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

    J’achèterais bien ce livre mais j’ai besoin de savoir s’il pourra rentrer dans ma boîte aux lettres en cas d’absence, donc si vous avez les dimensions...

     

    Répondre à ce message

  • #2840809
    Le 9 novembre à 11:55 par Nicolas de Mairieux
    Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

    Magnifique ouvrage que le Nouveau Testament de l’abbé CRAMPON aux éditions Kontre Kulture ; la page de garde est sublime, la reliure parfaite et le papier est de très bonne qualité, avec des lettrines très soignées pour séparer les évangiles et les chapitres. Je cherchais une belle bible depuis des années ; je l’ai trouvé avec cette édition.

     

    Répondre à ce message

  • #2841110
    Le 10 novembre à 04:17 par René F.
    Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

    Très bonne idée d’avoir fait cette édition. Merci à vous.

    Dans la vidéo, Camille fait une erreur sur la définition de la "bonne nouvelle" selon le sens chrétien. Il ne s’agit pas de l’existence d’un Dieu aimant, mais d’une seconde vie après la mort.

     

    Répondre à ce message

  • #2841806
    Le 11 novembre à 14:11 par Roland
    Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

    Remarque annexe au sujet de la parabole des talents (Matthieu 25,14-30) : au temps de Jésus, l’argent déposé dans une banque générait des intérêts. Ce n’est plus le cas aujourd’hui...
    D’autre part, n’oublions pas que Jésus s’adressait à des juifs. Il leur parle de ce qu’ils connaissent bien...
    Quant à Charles Gave, sa lecture de la parabole des talents est littérale. Pourquoi pas ? Mais de là à voir un libéral en la personne de Jésus... Charles, va donc relire dans le même évangile de Matthieu (6, 19-21) :
    Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent ; mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur.
    Camille s’est tellement laissée déstabiliser par l’interprétation de Charles Gave, qu’elle propose une lecture forcée et à vrai dire tout à fait fausse de la parabole. Certes, une lecture morale et non littérale est possible, mais l’homme noble de la parabole n’est pas un mauvais maître, bien au contraire, c’est une allégorie du Christ lui-même, détesté dans son propre pays. Il faut entendre ici que si Dieu n’a pas crée les hommes égaux, en bonne justice, ses exigences seront différentes pour chacun. À chaque arbre, sa grandeur, sa couleur et son fruit. Le mauvais serviteur est celui qui a refusé de croître et de donner du fruit... Ce qui nous renvoie à d’autres paraboles...
    Enfin, la lecture eschatologique détaillée dans un long commentaire (@Luc) est une troisième interprétation de la parabole, reprise et résumée dans la version française de la Pléiade, dont une note de bas de page renvoie également à Luc 19, 12-27 et précise : L’avènement du règne de Dieu, sanctionné par le retour en gloire du fils de l’homme ne va pas sans un jugement. Cette parabole (versets 14-30) et la suivante (versets 31-46) donnent le schéma du procès.
    La théorie des quatre sens de l’Écriture sainte a été élaborée dès le Haut Moyen-âge par les pères de l’Église :
    I. Sens littéral (ici lecture de Charles Gave)
    II. Sens allégorique
    III.Sens moral (en l’occurrence, ma proposition comprend les points II et III)
    IV.Sens eschatologique ou anagogique (donné par @Luc et la note de l’édition de la Pléiade)

     

    Répondre à ce message

    • #2842060
      Le 11 novembre à 23:32 par anonyme
      Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

      @Roland : J’ignorais la théorie des quatre sens de l’Écriture sainte. Ça rappelle tout de suite les contes initiatiques médiévaux aux sens cachés comme le Conte du Graal de Chrétien de Troyes (qui est le thème de "La lance qui saigne" de Guyénot), ou encore les textes relatifs à l’alchimie. Merci pour la piste, je vais approfondir la question.

      Dans tous les cas, je pense qu’on sera d’accords pour dire que le sens le plus important des paraboles, celui qui est le plus vital pour notre temps, c’est le sens profond, le sens anagogique.

       
    • #2842186
      Le 12 novembre à 07:05 par Roland
      Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

      @anonyme, vous avez parfaitement raison. La littérature du Moyen-âge, dont le beau cycle du Graal, est imprégnée de ce mode de lecture du monde. La vérité est voilée (integumentum) mais elle nous fait signe et nous invite à chercher l’esprit (sens II, III, IV) sous le voile de la lettre (sens I).
      L’allégorie de la Vérité est une jeune femme nue... d’où l’expression encore en usage : La vérité toute nue. Elle est parfois représentée en couple avec le vieillard Temps, trop heureux et réjoui d’avoir pour unique mission de la dépouiller de ses vêtements...
      L’allégorie traduit avec force un concept abstrait par une image concrète...
      Bonne quête à vous.

       
    • #2844215
      Le 15 novembre à 16:57 par Fenrir
      Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

      Merci pour la correction. La lecture était effectivement forcée et l’interprétation incorrecte.

       
  • #2842701
    Le 12 novembre à 20:35 par Maria Comak
    Les Lectures de Camille – Le Nouveau Testament

    Merci beaucoup, Camille, pour cette belle présentation.

     

    Répondre à ce message