Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La propagande de guerre change de forme

Si l’armée russe a gagné la guerre contre les bandéristes en Ukraine, l’OTAN a gagné la guerre cognitive contre ses propres concitoyens en Occident. L’Alliance atlantique a mis au point une nouvelle forme de propagande basée sur ce qu’elle dénonçait il y a peu : les fake news, c’est-à-dire non pas les fausses informations, mais les informations biaisées. Comment s’en protéger ?

 

 

Le dispositif de l’OTAN

« Soumettre l’ennemi par la force n’est pas le summum de l’art de la guerre, le summum de cet art est de soumettre l’ennemi sans verser une seule goutte de sang. » (Sun Tzu, L’art de la guerre)

Le général français Philippe Lavigne du « Commandement allié Transformation » (Allied Command Transformation — ACT) de l’OTAN supervise les recherches sur les nouvelles méthodes de propagande.

Son commandement dispose de 21 centres d’excellence dont un pour la propagande, le Centre d’excellence des communications stratégiques (STRATCOM) à Riga en Lettonie [1]. Il a créé le Carrefour d’innovation de l’OTAN (iHub) sous la direction du Français, Francois du Cluzel, ancien professeur au Collège militaire interarmes de Coëtquidan. Il finance des recherches de la John Hopkins University et de l’Imperial College of London sur les capacités cognitives. Celles-ci portent sur l’ensemble du domaine cognitif avec des applications variées allant des soldats bioniques à la propagande de guerre.

 

JPEG - 121.1 ko
Rapport de l’OTAN présentant la guerre cognitive (Novembre 2020). Télécharger le document

 

L’idée générale de l’OTAN est d’ajouter aux cinq domaines d’intervention habituels (air, terre, mer, espace et cybernétique), un sixième : le cerveau humain. « Alors que les actions menées dans les cinq domaines sont exécutées afin d’avoir un effet sur le domaine humain, l’objectif de la guerre cognitive est de faire de chacun une arme », écrit François du Cluzel.

Si la propagande de guerre était fondée, durant la Première Guerre mondiale, sur de fausses informations popularisées par de grandes plumes ; puis sur la répétition de messages choisis durant la Seconde Guerre mondiale ; elle est aujourd’hui conçue comme un numéro d’illusionniste [2]. Il s’agit d’émouvoir les gens pour distraire leur attention et leur masquer ce qu’ils ne doivent pas voir. Ils jugent ce qu’ils voient avec les informations sans intérêt dont on les abreuve. De la sorte, on parvient, sans leur mentir, à leur faire prendre des vessies pour des lanternes.

Nous vivons en direct la première application de cette technique, à l’occasion de la guerre en Ukraine.

Pour me faire comprendre, je vais d’abord présenter quelques informations à ignorer, puis revenir sur le traitement de la guerre par la télévision d’État française. J’aurais obtenu le même résultat si j’avais utilisé un exemple allemand, britannique ou états-unien.

 

JPEG - 40.5 ko
Vous pouvez télécharger les rapports quotidiens des observateurs de l’OSCE à l’adresse : https://www.osce.org/ukraine-smm/reports

 

La responsabilité des dirigeants occidentaux dans la guerre en Ukraine

En Occident, la narration de la guerre en Ukraine fait peser toute la responsabilité sur le seul président russe, Vladimir Poutine, et subsidiairement sur les personnalités politiques et financières de son régime. Cependant, cette version est manifestement fausse si l’on considère les rapports quotidiens des observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Ceux-ci attestent avoir entendu une attaque du Donbass (encore ukrainien) par les forces de Kiev, le 17 février après-midi. Toutes les agences de presse ont alors rapporté la fuite d’au moins 100 000 civils, vers l’intérieur du Donbass ou vers la Russie. En outre, les principaux dirigeants politiques de l’OTAN ont entendu le président ukrainien Volodymyr Zelensky leur dire, lors de la réunion de la Conférence pour la sécurité de Munich, qu’il entendait se doter de l’arme nucléaire contre la Russie. Force est de constater que ce n’est pas Moscou, mais Kiev qui a déclenché les hostilités.

Nul ne peut envisager que Kiev ait déclenché cette guerre contre un ennemi bien supérieur sans avoir reçu au préalable des assurances d’alliés apparemment capables de défendre le pays face à la Russie. Il ne peut s’agir que de l’OTAN ou des États-Unis et, éventuellement, des deux autres puissances nucléaires, la France et le Royaume-Uni.

La première réunion où cette guerre a été présentée comme souhaitable s’est tenue à notre connaissance à la Chambre des représentants le 5 septembre 2019. Elle était organisée par la Rand Corporation, le think tank du lobby militaro-industriel états-unien. Il s’agissait de présenter aux parlementaires deux rapports, « Excéder et déséquilibrer la Russie » (Overextending and Unbalancing Russia) et « Étendre la Russie : rivaliser sur un terrain avantageux » (Extending Russia : Competing from Advantageous Ground) [3]. L’idée principale est d’utiliser contre elle, la particularité sur laquelle la Russie fonde sa défense. Puisqu’il s’agit d’un territoire gigantesque que les Russes défendent en s’y déplaçant et en pratiquant la « stratégie de la terre brûlée », il suffit de les contraindre à se déplacer à l’étranger pour les épuiser.

L’importance de cet événement nous est montrée par l’incident qui a touché notre collaborateur, le géographe italien Manlio Dinucci. Son article sur le sujet a été censuré par son journal, Il Manifesto, qu’il a dû quitter [4].

Trois événements attestent de l’implication des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France dans la préparation secrète de la guerre.

 

 

- Le 24 mars 2022, une vidéo d’une conversation téléphonique de 22 minutes entre le ministre britannique de la Défense, Ben Wallace, et les humoristes russes Vladimir (Vovan) Kuznetsov et Alexei (Lexus) Stolyarov était publiée. Un des russes se faisait passer pour le Premier ministre ukrainien, Denys Shmyhal, que Wallace n’a jamais rencontré.
• À la question de l’aide que le Royaume-Uni apporterait à Kiev pour se doter de l’arme nucléaire, le très honorable Wallace répondait qu’il devait consulter le Premier ministre Boris Johnson et que « le principe est que nous soutiendrons l’Ukraine en tant qu’ami dans n’importe quel choix que vous ferez ». En une phrase, il balayait donc le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires.
• À propos des missiles antichars Next generation Light Anti-tank Weapon (NLAW) que le Royaume-Uni vient d’envoyer à l’armée ukrainienne, Ben Wallace admettait qu’ils ne fonctionnaient pas bien et que des pièces de rechange avaient été également envoyées.
• Mais c’est surtout à propos de l’OTAN que la langue de Ben Wallace s’est montrée trop prolixe. Le ministre britannique a en effet invité encore une fois l’Ukraine à adhérer à l’Alliance atlantique. Au passage, il a involontairement révélé que le Royaume-Uni avait envoyé, pendant plusieurs années, des instructeurs militaires pour préparer l’armée ukrainienne.
Le gouvernement de Boris Johnson a déployé tous les moyens en sa possession pour occulter, ou plutôt minimiser, ces déclarations. Il a prétendu que l’entretien n’avait duré que 10 minutes et a interdit à YouTube/Google de diffuser l’intégralité du sketch. Les médias occidentaux ont été sollicités pour parler de sa bourde sur la bombe atomique et pour occulter les deux autres points. C’est toujours ainsi que les Britanniques procèdent : non pas nier en bloc, mais faire disparaître les points les plus dangereux.

 

 

- Le 25 mars 2022, le président Joe Biden se rendait au Palais des Congrès de Rzeszów (Pologne). Il était accompagné de la directrice de l’USAID, Samantha Power (ancienne ambassadrice à l’ONU), et du président polonais, Andrej Duda. Notons au passage qu’Andrej Duda a fait adopter par son Parlement une loi niant le rôle de l’État polonais dans les crimes nazis et autorisant des poursuites judiciaires contre toute personne les évoquant. Joe Biden a discuté avec diverses ONG pour saluer leur aide aux réfugiés ukrainiens. Ceci fait, il prononça un discours devant ses soldats de la 82e division aéroportée, stationnés sur place [5]. En outre, il allait leur rendre visite au réfectoire et leur parlait sans prompteur, ni caméras. Comme toujours à ces moments-là, le vieil homme (79 ans) révélait des secrets d’État. Selon les témoins, il les remercia pour leur engagement en Ukraine depuis longtemps alors qu’officiellement il n’y a jamais eu de soldats US dans ce pays.

 

 

- Le 29 mars 2022, le général Éric Vidaud, directeur du Renseignement militaire français, a été mis à pied. Aucune explication officielle n’a été donnée. Il semble qu’en réalité, le général Viaud avait déployé des hommes sur instruction directe de l’état-major particulier du président Macron, en 2021 lorsqu’il était commandant des opérations spéciales, pour encadrer le régiment bandériste Azov. Immédiatement, cinq hélicoptères ukrainiens ont tenté de fuir Marioupol, le fief du régiment Azov. Deux ont été abattus le 30 mars. Les survivants ont été faits prisonniers par l’armée russe. Ils ont immédiatement parlé. Les soldats du Commandement des opérations spéciales sont placés pour toutes les questions logistiques sous les ordres du chef d’état-major des armées, le général Thierry Burkhard, mais ils tiennent leurs ordres directement du chef des armées, le président Emmanuel Macron.

Les relations entre les présidents Macron et Poutine se sont brutalement refroidies.

 

Comment la propagande de guerre masque la réalité

En France l’État dispose de France Télévisions pour sa propre population, France 2 étant la chaîne la plus regardée, et de France Médias Monde pour l’étranger. Ce dernier groupe dépend directement du ministère des Affaires étrangères et diffuse France 24 en plusieurs langues.

 

PNG - 284.7 ko
Anne-Sophie Lapix interviewant Andriy Sadovy pour France 2 sans remarquer que c’est un oligarque bandériste, c’est un peu comme si elle avait interrogé le ministre de la Propagande du IIIe Reich, Joseph Goebbels, sans remarquer qu’il était nazi.

 

Pour commencer, France 2 proposa un journal en direct depuis Lviv (Ukraine) présenté par sa star, Anne-Sophie Lapix, le 14 mars 2022 [6]. Ce journal réunit chaque jour un peu plus de 20 % du public. Le jeune femme montra quantité de destructions et de réfugiés traumatisés. Elle se promena dans la ville, mais ne remarqua pas l’imposant monument élevé à la mémoire de Stepan Bandera, le chef des collaborateurs ukrainiens des nazis. Elle interrogea aussi le maire de Lviv, Andriy Sadovy, sans expliquer que c’est un des principaux oligarques du pays. Elle ne lui posa pas de questions sur son groupe de médias, dont sa femme est la directrice. Elle ne l’interrogea donc pas sur les propos tenus la vielle sur sa chaîne, 24 Канал, appelant à tuer tous les Russes, femmes et enfants compris selon la méthode préconisée par le SS Adolf Eichman [7]. À aucun moment, il n’était précisé que cette émission était une initiative de l’oligarque bandériste Andriy Sadovy et de sa femme, tous deux anciens clients le l’agence Publicis d’Arthur Sadoun, l’époux d’Anne-Sophie Lapix.

 

 

Le téléspectateur qui ignore les hommages ukrainiens aux nazis et les exhortations à suivre leur exemple ne peut que pleurer devant l’accumulation de souffrances qui lui était montrée. Il ne peut douter que les Russes soient des menteurs et des criminels et que les Ukrainiens en général soient des victimes innocentes.

 

PNG - 315.5 ko
Le journaliste tatar Fakhrudin Sharafmal s’adresse aux Russes, le 13 mars 2022, sur la chaîne du maire de Lviv : « Vous êtes des détritus qui doivent être balayés de la surface de la planète. Si un Ukrainien a la chance de broyer vos os, de fendre vos gorges, d’étouffer des Ruskofs, j’espère qu’il saisira sa chance de poser sa contribution à la cause et tuera au moins l’un d’entre vous. »

 

Le 25 mars, France 24 en anglais, dans sa rubrique Truth or Fake (« Vérité ou Mensonge »), rendait compte de l’interview du ministre britannique de la Défense Ben Wallace par des humoristes russes. Suivant les instructions du cabinet de Boris Johnson, la chaîne de télévision du ministère français des Affaires étrangères brocardait ses déclarations sur la bombe atomique pour mieux occulter celles sur l’inefficacité de ses armes antichars et surtout celles sur la présence d’instructeurs militaires britanniques en Ukraine depuis plusieurs années. La journaliste présentait les humoristes comme des youtubeurs, alors qu’ils travaillent pour la chaîne NTV ce qui lui permettait de ne pas relater qu’ils sont censurés sur YouTube au pays du 1er amendement et de la liberté d’expression. Cette rubrique était réalisée par le journaliste Catalina Marchant de Abreu, spécialiste de la démystification des informations biaisées (debunking of fake news) (sic).

 

 

Le sommet a été atteint le 31 mars avec le journal de France 2 [8]. France Télévisions, qui jusqu’à présent niait le caractère idéologique du régiment Azov, diffusait un reportage sur cette formation. La télévision publique a admis qu’il avait été, en 2014, infiltré par des éléments néo-nazis, citant un de ses fondateurs, Andriy Biletsky, mais a assuré qu’il avait changé depuis pour devenir une respectable force de Défense. France 2 ne citait pas un de ses autres fondateurs, Dmytro Yarosh, agent de l’OTAN et ancien coordinateur des néo-nazis européens et des djihadistes moyens orientaux contre la Russie [9], devenu conseiller spécial du commandant en chef des armées ukrainiennes [10].

 

JPEG - 86.9 ko
France 2 cite le néo-nazi Andriy Biletsky comme chef du bataillon Azov en 2014. Le journaliste, Arnaud Comte, rédacteur-en-chef adjoint de la chaîne, n’a pas le temps de préciser que Biletsky, alias le « Führer blanc », a été élevé au grade de lieutenant colonel et décoré par le président Pedro Porochenko, puis qu’il a fondé un parti politique (le « Corps national ») prêchant le nettoyage ethnique de l’Europe centrale et a été élu député néo-nazi à la Verkhovna Rada (Assemblée nationale).

 

France 2 évoquait un ancien rapport des Nations unies faisant état de tortures, mais ni la découverte de ses prisons spéciales par l’armée russe [11], ni les déclarations récentes de l’ONU à ce sujet. Le reportage n’expliquait pas non plus ce que sont les bandéristes dans l’histoire ukrainienne et réduisait l’importance des néo-nazis au port de la croix gammée. Ayant ainsi escamoté le problème, la chaîne estimait le danger entre 3 000 et 5 000 hommes, tandis que l’agence Reuters assure que les paramilitaires bandéristes représentent aujourd’hui 102 000 hommes répartis en de nombreuses milices incorporées au sein de la défense territoriale [12].

Thierry Meyssan

 

Notes

[1] « La campagne de l’Otan contre la liberté d’expression », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 5 décembre 2016.

[2] « Les techniques de la propagande militaire moderne », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 16 mai 2016.

[3] Overextending and Unbalancing Russia, James Dobbins, Raphael S. Cohen, Nathan Chandler, Bryan Frederick, Edward Geist, Paul DeLuca, Forrest E. Morgan, Howard J. Shatz & Brent Williams, Rand Corporation, April 2019. Voir aussi les détails du plan dans Extending Russia : Competing from Advantageous Ground, Raphael S. Cohen, Nathan Chandler, Bryan Frederick, Edward Geist, Paul DeLuca, Forrest E. Morgan, Howard J. Shatz & Brent Williams, Rand Corporation, May 25, 2019.

[4] « Ukraine : tout était écrit dans le plan de la Rand Corp. », par Manlio Dinucci, Traduction Marie-Ange Patrizio, Réseau Voltaire, 8 mars 2022,

[5] « Remarks by President Biden During Visit with Service Members of the 82nd Airborne Division », Joe Biden, White House, March 25, 2020.

[6] Video disponible sur https://www.france.tv/france-2/jour....

[7] « Le Canal 24 (Ukraine) appelle à tuer tous les Russes, femmes et enfants compris », Réseau Voltaire, 17 mars 2022.

[8] Vidéo disponible sur https://www.france.tv/france-2/jour...

[9] « La CIA coordonne nazis et jihadistes », par Thierry Meyssan, Al-Watan (Syrie) , Réseau Voltaire, 19 mai 2014.

[10] « Dmitry Yarosh, conseiller du commandant en chef des armées ukrainiennes », Réseau Voltaire, 21 février 2022.

[11] « Découverte d’une prison secrète ukrainienne », Réseau Voltaire, 21 mars 2022.

[12] L’article a été modifié sur le site de Reuters. On peut néanmoins consulter « On the edge of war », Prasanta Kumar Dutta, Samuel Granados & Michael Ovaska, January 26, 2022. On peut y lire que les « paramilitaires » sont 102 000, soit 40 % des forces armées ukrainiennes.

Retrouvez Thierry Meyssan, sur E&R :

 
 






Alerter

28 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2937821
    Le 6 avril à 13:11 par toto
    La propagande de guerre change de forme

    Des dizaines d’officiers actifs de l’OTAN encerclés à Marioupol.

    On est bel et bien en guerre contre la Russie sans que ni le parlement ni le peuple n’ait été consulté alors même que la Russie est une puissance nucléaire de premier ordre ! Et ces inconscients qui nous dirigent prétendent incarner les valeurs démocratiques...

     

    Répondre à ce message

    • #2938072
      Le 6 avril à 22:22 par Clemens
      La propagande de guerre change de forme

      J’espère qu’ils n’en reviendront pas et qu’ils finiront tous leur vie là-bas avec leurs élèves nazis du régiment Azov, sous les fusées des TOS1A russes... les imaginer revenir sains et saufs et dépenser leurs primes chez Darty et Ikéa, après tout le mal qu’ils ont fait, me fait vraiment de la peine.

       
  • #2937825
    Le 6 avril à 13:16 par VIVACHAVEZ
    La propagande de guerre change de forme

    Lapix mérite quand même de passer une soirée avec les hommes de Kadirov. Avec eux, pas de saluts nazis ni de LGBT à l’horizon, et elle en redemanderait. Pauvre sadoun....

     

    Répondre à ce message

    • #2938075
      Le 6 avril à 22:33 par Gilbert le Concierge
      La propagande de guerre change de forme

      Lapix a un fetish sur les très grands hommes comme Sadoun ( ± 1,95 m), Alain Soral aurait ses chances, oui... mais pas Kadyrov, trop petit de taille.

       
  • #2937832
    Le 6 avril à 13:43 par Benêt de service (seconde classe)
    La propagande de guerre change de forme

    Il n’est pas question de propagande, dans ce qui suit, mais plutôt d’une information insolite, franchement surprenante : l’Armée de l’Air aurait perdu au cours de la dernière décennie une centaine d’avions Rafale, sur divers théâtres d’opérations (jusque là, rien de surprenant, on enrichit le constructeur et on paupérise le contribuable, comme d’hab...) : Syrie, Lybie, Yémen, mais aussi à la périphérie de l’Europe (rappelons au passage que le mot Ukraine signifie "périphérie").
    C’est le Chef d’état major de l’Armée de l’air et de l’espace qui s’exprime en livrant l’information qui suit (en italiques) sur un site qu’on n’a pas l’habitude de voir qualifié de complotiste : Capital.
    "Une centaine d’avions de chasse ont été abattus ou détruits au cours de la dernière décennie, dont une partie non négligeable à la périphérie de l’Europe", en Syrie, en Libye, au Donbass ou encore au Yémen, constate-t-il.

    Comment a-t-on pu perdre des Rafale au Donbass dans les dix dernières années ? Il faut nous expliquer, puisque l’Ukraine n’est pas membre de l’OTAN. Et ce serait d’ailleurs au chef des armées (un civil) de le faire.

    https://www.capital.fr/entreprises-...

     

    Répondre à ce message

    • #2937975
      Le 6 avril à 18:58 par Grz
      La propagande de guerre change de forme

      Des rafales ?
      La France n’a pas plutôt perdu de vieux jaguar ou quelques tornado qui tenaient encore debout ?

       
    • #2937986
      Le 6 avril à 19:14 par Rb
      La propagande de guerre change de forme

      C’est une erreur de l’article... 100 rafale perdus, ça signifierait qu’on a aurait plus d’aviation de combat... les types dans ce genre d’articles de se relisent même plus.

       
    • #2938136
      Le 7 avril à 04:05 par anonyme
      La propagande de guerre change de forme

      Rb ta remarque m’a interpellé. J’ai vérifié et il apparait que la France disposait en 2020 de 215 avions de chasse. Soit plus du double du chiffre avancé dans ton post, ce qui reste toutefois une dotation famélique pour un pays qui serait désireux de maintenir son leadership en Europe et son influence dans le monde.

       
  • #2937928
    Le 6 avril à 17:24 par savoyen
    La propagande de guerre change de forme

    pour revenir au massacre de boutcha
    410 civils exécutés à la kalash’, voire en se faisant rouler dessus par un char
    et pas une goutte de sang ?

     

    Répondre à ce message

    • #2938186
      Le 7 avril à 07:48 par Riton
      La propagande de guerre change de forme

      De 1943 à 1990 on a imputé aux nazis le massacre de Katyn . C’est seulement en 1990 que Gorbatchev en visite en Pologne a reconnu la responsabilité de l’URSS : 47 ans de mensonge !

       
    • #2938375
      Le 7 avril à 13:02 par jean
      La propagande de guerre change de forme

      Gorbatchev ne ment pas lui ? Sa côte de popularité en Russie ( personnage le plus haï de l’histoire avec Eltsine par le peuple russe) le montre : il est considéré comme un traître vendu à l’Occident, destructeur de l’Empire des Tsars/URSS. Faire des concessions à l’Occident, sur Katyn et tout le reste, c’était sa spécialité....il s’est exilé ensuite pour cela.
      La vérité existe d’après toi ? ( sujet de philosophie au bac récemment). Sur ces sujets elle fluctue au gré de la nature politique du pouvoir, la preuve Katyn etc...et maintenant Boutcha, la version du vainqueur sera " la vérité ".

       
  • #2938144
    Le 7 avril à 04:53 par jc
    La propagande de guerre change de forme

    On comprend la réponse du Général Flynn (patriote), et de son appellation de Digital Soldiers pour contrer ceux-là.

     

    Répondre à ce message

  • #2938195
    Le 7 avril à 08:04 par Titi
    La propagande de guerre change de forme

    Je crois qu’il faut arrêter de se compliquer la vie, plutôt que de tenter de trier le bon grain de l’ivraie, la bonne ou fausse info. Il suffit de se dire, systématiquement : "C’est de l’info officielle = C’EST FAUX, C’EST DE LA MERDE". Point. On est toujours moins cocu par trop de méfiance que pas assez.

     

    Répondre à ce message

  • #2938239
    Le 7 avril à 09:35 par miles davis
    La propagande de guerre change de forme

    C’est les 52 % de "non croyants" à la propagande de l’axe du bien, qu’ils n’ont pas aimé. Du coup ils montent d’un niveau, "charnières", "massacres" et....."génocide", sont les nouveaux mots qui apparaissent depuis un petit moment. Quelques images chocs, pour illustrer et contrôler les émotions du mouton, et hop le tour est joué... ah la la, souvenons nous de la petite fille du Koweit (war in the golf 1), de la fiole "d’arme de destruction massive" (war in the golf 2) etc, etc etc. Hollywood, les rois de la mise en scène.

     

    Répondre à ce message

  • #2938314
    Le 7 avril à 11:43 par jean
    La propagande de guerre change de forme

    La milice Safari semble être le véritable coupable. Les médias ukrainiens ont relaté le nettoyage qu’elle a réalisé à Boutcha après le départ de l’armée russe. Cible : " les traîtres et espions des russes "....les images montrent des cadavres avec brassards blancs, signe des groupes pro russes.
    Clip très complet de M.Collon " Boutcha, que s’est il vraiment passé ?"

     

    Répondre à ce message

  • #2938365
    Le 7 avril à 12:53 par Toton
    La propagande de guerre change de forme

    Est-ce que Monsieur Meyssan pourrait faire le même travail d’analyse des méthodes de communication russes, pour un exposé complet ?

     

    Répondre à ce message

  • #2938511
    Le 7 avril à 16:55 par Bachar
    La propagande de guerre change de forme

    Très bon papier de Meyssan. Les gens en occident sont complètement lobotomies par la propagande de guerre otanienne et ils n’en ont même pas conscience. Par contre petite correction sur Sharafmal c’est un journaliste d’origine afghane et non pas un Tatar.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents