Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Joe Biden désormais perçu comme un boulet par le progressisme états-unien

Le président Joe Biden est très apprécié des médias français, certes. Mais dans son pays, c’est de moins en moins le cas. Le site conservateur Breitbart News a recensé 6 articles très critiques du président démocrate en un mois dans le New York Times, un journal qui a pourtant surfé sur la vague anti-Trump et contribué à l’élection de Joe Biden. Il a en effet clairement mené campagne pour ce dernier en 2020. Par ailleurs, ainsi que le remarque l’auteur de Breitbart, le NYT aura attendu jusqu’à largement plus d’un an après l’élection présidentielle pour confirmer l’authenticité des mails compromettant trouvés sur l’ordinateur de Hunter Biden, le fils du candidat démocrate de l’époque.

 

C’est donc à un véritable changement de ligne éditoriale que l’on assiste au NYT, sans doute dans le but d’obliger l’actuel président à laisser la place à un autre candidat démocrate en 2024. Car Joe Biden est une catastrophe non seulement pour son pays, mais pour le camp démocrate lui-même, même si les grands médias français l’apprécient toujours autant. […]

Joe Biden est en effet aujourd’hui le président le plus impopulaire au cours de son premier mandat de toute l’histoire des États-Unis. Et c’est même un sondage du New York Times qui nous l’apprend !

[…]

[…] Même au NYT on le remarque enfin : « Il traîne souvent les pieds lorsqu’il marche, et ses assistants craignent qu’il ne trébuche sur un fil. Il bute sur les mots lors d’événements publics, et les gens retiennent leur souffle pour voir s’il arrivera à la fin sans commettre de gaffe. » […]

Selon le Washington Post, « de l’avis de nombreux démocrates désemparés, le pays est confronté à une véritable crise sur toute une série de fronts, et Biden semble incapable ou peu désireux de réagir avec la force appropriée. La démocratie est directement attaquée, disent-ils, alors que les républicains modifient les règles électorales et que la Cour suprême réécrit rapidement le droit américain. Les fusillades sont monnaie courante, le droit constitutionnel à l’avortement a pris fin et les démocrates pourraient subir de lourdes pertes lors des prochaines élections ».

Et c’est bien là le cœur du problème pour les grands médias américains de gauche, apparemment : l’impopularité du Président et son manque trop visible d’acuité intellectuelle – sans parler des soupçons de corruption concernant les affaires de son fils Hunter en Chine et en Ukraine et des problèmes d’addiction de ce dernier au crack et aux prostitués, que les médias comme CNN, le New York Times et le Washington Post préfèrent encore passer autant que possible sous silence – font courir au pays le risque d’un recul du progressisme aux États-Unis !

« La semaine dernière, les décisions consécutives de la Cour suprême sur les armes à feu et l’avortement – liant les mains des États démocrates en matière de réglementation des armes à feu tout en permettant aux États républicains d’interdire les avortements – ont montré à quel point la solide majorité conservatrice de la Cour est prête à remodeler la vie américaine, en faisant pencher le pendule politique vers la droite sur des questions fondamentales. Aujourd’hui, une cohorte de démocrates de plus en plus bruyants appelle les dirigeants du parti, à commencer par M. Biden, à élargir ce qui est considéré comme politiquement possible, avant que les priorités libérales ne soient contrecarrées ou inversées par la haute cour pour les années à venir. Mais ceux qui veulent élargir la Cour suprême ou mettre en accusation des juges qui avaient parlé en leur temps de Roe v. Wade comme d’une loi établie sont confrontés à un président institutionnaliste qui s’est longtemps opposé à des changements radicaux dans le système judiciaire. »

C’est ce qu’écrivait le New York Times dans un article publié le 28 juin sous le titre « Les démocrates font pression sur la Maison-Blanche pour une réponse plus ferme à la chute de Roe » (Roe v. Wade, c’est-à-dire la sentence de la Cour suprême de 1973 qui attribuer à l’avortement un statut de droit constitutionnel aux États-Unis), regrettant donc que le président Biden refuse de renverser les principes constitutionnels américains et de piétiner les règles démocratiques et l’indépendance de la justice à un moment où l’heure est grave pour les libéraux-progressistes.

Lire l’intégralité de l’article sur ojm.fr

 

Le progrès selon la gauche américaine, sur E&R :

La Cour suprême réagit, sur E&R :

 






Alerter

30 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #3002578

    Joe se refait une beauté avec l’élimination d’Ayman al-Zawahri façon Hillary-Obama, une urgence prioritaire dans ce monde en déliquescence. Trop fort Joe !

     

    Répondre à ce message

  • Si c’est pour le remplacer par l’incompétente vice présidente, je ne vois pas où serait le progrès..,

     

    Répondre à ce message

  • Ils ne pourront rien en tirer de cette vieille fiente moribonde qu’ils ont assis su le trône ,pas plus qu’ils ne pourront en tirer de la communarde Kamala Harris .

     

    Répondre à ce message

  • La Chine soutenait sa candidature, souvenez-vous, contre celle de Trump. il leur fallait quelqu’un que tout le monde puisse détester et/ou mépriser.
    Il n’a pas spécialement été mis là par un électorat "démocrate".
    Il n’a aucun pouvoir, vit comme un prisonnier malade.
    Il sert de couverture et n’est probablement pas très bien traité. Peut-être injecté au poison lent.
    Sa Kamala de même.
    Que fait un Oriental, proche ou non, quand il vise le pouvoir occulte et veut renverser le pouvoir en place ? Il s’abrite derrière un personnage falot, un écran bien usé, quelqu’un très tenu par sa vie privée ou ses corruptions.
    Comme Biden, Macron etc.
    Je ne sais de quelle Chine il s’agit (un ensemble d’actionnaires des BRICS, de Tel Aviv ou le PCC) mais elle n’y est pas allée avec le dos de la cuiller. Elle aurait pu choisir un écran plus présentable, ce n’est pas difficile.
    Il faut dire qu’avec Obama ou les Clinton, nous étions déjà pas mal servis en présidents invraisemblables, pas respectables pour un liard.

     

    Répondre à ce message

  • C’est trop rigolo de voir sa tête de clown... Excellent acteur...

    Qui pense encore que c’est Biden qui préside les États-Unis !? ...

    Donc si je comprends bien ce Monsieur nous parle du Bureau ovale complètement inaccessible puisque la maison Blanche est entourée de murs et de barbelés...

    Il aurait en sa possession la valise avec un bouton rouge que quand on appuie dessus tout explose !?

    Je ne l’ai pas vu "emprunter" l’Air Force One pour ses déplacements !? Je ne parle pas du air force one de hollywood...
    Et qu’en est il du staff présidentiel !?

    Pendant ce temps le deep state malgré tout ses cerveaux augmentés à l’adrénochrome n’arrive pas à mettre en PLS les Patriots et leur "Patron"...

    L’argent et les réseaux ne font pas tout messieurs les sionistes : ils faut aussi d’authentiques cerveaux, pas du genre de ceux que l’on galvanise et crédite de médailles en chocolat suédois ou norvégien...

     

    Répondre à ce message

  • Eh oui, même les Démocrates commencent à percevoir que Biden est un boulet....

    Les Américains ont l’habitude lors des élections de mid-term (à mi mandat présidentiel) de changer de couleur politique leur parlement ; une façon d’équilibrer les institutions. Mais là l’impopularité et avec les Républicains en embuscade (sans oublier le Donald), les Bleus (non les Démocrates, pas les autres) vont morfler !

     

    Répondre à ce message

  • #3003086

    Au demeurant, si toutes les parties ( jcpa, e3, iran, et l’administration Biden) reviennent à l’accord de 2015, perso...Je dis BRAVO ! sans tortiller du fion.

     

    Répondre à ce message

  • Cette Amérique-là analyse toujours son rapport à l’étranger, sous l’angle de son pouvoir de nuisance, puisque ses intérêts spécifiques impliquent toujours la suprématie par tous les moyens sur des ’’sociétés’’ vassalisées dont les populations doivent être prises en otages afin d’être soumises à l’inacceptable. L’égalité globale de productivité machinique implique des excédents qui tuent les marges, il faut donc tarir toutes les concurrences par toutes les nuisances imaginables. La torture intégrale généralisée fait, par essence, partie de l’arsenal des psychopathes à la manoeuvre. Cela va de la suggestion, au massacre de masse, en passant par tous les degrés de la montée aux extrêmes. La naïveté ouvre des champs immenses à la malfaisance ; il n’est pas une brique manquante à la construction individuelle qui ne soit remplacée par celle d’un adversaire. Il n’y a pas de meilleur bulletin de vote qu’un billet de banque.

     

    Répondre à ce message

  • Biden n’arrive plus a lire le prompteur il faut lui trouver un remplaçant

     

    Répondre à ce message

  • J’ai de la peine pour Robinette. Le pauvre il ne se souvient même plus que son fils est mort.
    On dirait une grand mère qui a Alzheimer et à qui tu rends visite en EHPAD, qui t’appelle par le nom de ton oncle et tu oses pas la contredire.
    Ce qui me choque le plus, ce sont les personnes qui pensent qu’il a vraiment le pouvoir. Genre le mec rentre en réunion, s’assoit, analyse une carte, prend une décision cohérente. Il ne sait même plus comment s’appelle sa femme...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents