Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Indiana : les décès ont augmenté de 40 % chez les 18-64 ans

Le directeur de la compagnie d’assurance OneAmerica, basée à Indianapolis, a déclaré que le taux de mortalité avait augmenté de 40 % par rapport aux niveaux d’avant la pandémie chez les personnes en âge de travailler.

« Nous observons, en ce moment même, les taux de mortalité les plus élevés que nous ayons vus dans l’histoire de cette activité – et pas seulement chez OneAmerica », a déclaré le PDG de la compagnie, Scott Davison, lors d’une conférence de presse en ligne cette semaine. « Les données sont cohérentes chez tous les acteurs de cette activité ».

 

OneAmerica est une compagnie d’assurance de 100 milliards de dollars dont le siège social se trouve à Indianapolis depuis 1877. La société compte environ 2 400 employés et vend des assurances-vie, y compris des assurances-vie collectives, à des employeurs dans tout le pays.

M. Davison a déclaré que l’augmentation du nombre de décès représente « un nombre énorme, énorme », et que ce ne sont pas des personnes âgées qui meurent, mais « principalement des personnes en âge de travailler, âgées de 18 à 64 ans », qui sont les employés d’entreprises qui ont des plans d’assurance-vie collective par le biais de OneAmerica.

« Et ce que nous avons vu au troisième trimestre, et que nous voyons se poursuivre au quatrième trimestre, c’est que les taux de mortalité ont augmenté de 40 % par rapport à ce qu’ils étaient avant la pandémie », a-t-il dit.

« Pour vous donner une idée de la gravité de la situation, selon les règles utilisées dans les assurances des « 68-95-99,7 » ou de « une-sur-200-ans » cela correspondrait à une augmentation de 10 % par rapport à la période pré-pandémique. Donc 40 %, c’est du jamais vu. »

M. Davison était l’un des nombreux chefs d’entreprise qui se sont exprimés lors de la conférence de presse virtuelle organisée le 30 décembre par la Chambre de commerce de l’Indiana.

Selon M. Davison, la plupart des demandes d’indemnisation déposées pour des décès ne sont pas classées dans la catégorie des décès dus à la maladie Covid-19.

« Ce que les données nous montrent, c’est que les décès qui sont déclarés comme des décès covid sous-estiment grandement les pertes réelles de décès parmi les personnes en âge de travailler à cause de la pandémie. Il se peut que tous les décès ne soient pas inscrits sous la rubrique covid sur leur certificat de décès, mais le nombre de décès est tout simplement énorme, énorme. »

Il a déclaré qu’en même temps, la société constate une « hausse » des demandes de remboursement de l’invalidité, disant qu’au début, il s’agissait de demandes d’invalidité à court terme, et maintenant l’augmentation est dans les demandes d’invalidité à long terme.

« Pour OneAmerica, nous nous attendons à ce que les coûts de cette situation dépassent largement les 100 millions de dollars, et il s’agit de notre plus petite entreprise. L’impact est donc énorme », a-t-il déclaré.

Selon la société, ces 100 millions de dollars correspondent à ce que OneAmerica aura versé aux assurés en assurance vie collective et en invalidité.

Selon M. Davison, les coûts seront répercutés sur les employeurs qui achètent des polices d’assurance-vie collective, qui devront payer des primes plus élevées.

Les chiffres hebdomadaires des CDC, qui reflètent les informations figurant sur les certificats de décès et ont donc un décalage de huit semaines ou plus, montrent que pour la semaine se terminant le 6 novembre, il y a eu beaucoup moins de décès dus au Covid-19 dans l’Indiana qu’il y a un an – 195 contre 336 – mais plus de décès dus à d’autres causes – 1 350 contre 1 319.

Ces décès concernaient toutefois des personnes de tous âges, alors que les informations auxquelles Davison fait référence concernaient des personnes en âge de travailler, employées par des entreprises ayant souscrit des polices d’assurance-vie collectives.

Lors de la même conférence de presse où s’est exprimé M. Davison, Brian Tabor, président de l’Association des hôpitaux de l’Indiana, a déclaré que les hôpitaux de l’État étaient submergés de patients « souffrant de nombreuses pathologies différentes », ajoutant que « malheureusement, la santé de l’habitant moyen de l’Indiana a décliné pendant la pandémie ».

Dans un appel de suivi, il a dit qu’il n’avait pas de ventilation montrant pourquoi tant de personnes dans l’État sont hospitalisées – pour quelles conditions ou affections. Mais il a ajouté que le taux de mortalité extraordinairement élevé cité par Davison correspondait à ce que les hôpitaux de l’État observent.

« Ce que cela a confirmé pour moi, c’est que cela confirme ce que nous voyons sur le terrain... », a-t-il dit.

Le nombre d’hospitalisations dans l’État est maintenant plus élevé qu’avant l’introduction du vaccin Covid-19 il y a un an, et en fait plus élevé qu’au cours des cinq dernières années, a déclaré le Dr Lindsay Weaver, médecin-chef de l’Indiana, lors d’une conférence de presse avec le gouverneur Eric Holcomb mercredi.

Seulement 8,9 % des lits d’unités de soins intensifs sont disponibles dans les hôpitaux de l’État, ce qui est le taux le plus bas de l’année et le plus faible jamais enregistré pendant la pandémie. Mais la majorité des lits de soins intensifs ne sont pas occupés par des patients atteints de la maladie Covid-19 – 37 % seulement le sont, tandis que 54 % des lits de soins intensifs sont occupés par des personnes souffrant d’autres maladies ou affections.

Le tableau de bord en ligne de l’État montre que la moyenne mobile des décès quotidiens dus au Covid-19 est inférieure de moitié à ce qu’elle était il y a un an. Au plus fort de la pandémie, il y a un an, 125 personnes sont mortes en une seule journée, le 29 décembre 2020. Au cours des trois derniers mois, le nombre le plus élevé de décès en une journée a été de 58, le 13 décembre.

Rien de neuf pour le lecteur d’E&R :

 






Alerter

39 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2880196

    Ah ! Mon médecin avait donc bien raison quand il me disait au printemps dernier : "A partir de cet automne les vaccinés vont commencer à tomber comme des mouches". Merci à lui de ne pas avoir incité ses patients à se faire piquer. Et il est malheureusement probable qu’on assiste là au début d’une spirale des décès. Achetez vite... des actions de société de pompes funèbres !

     

    Répondre à ce message

  • #2880260
    Le 8 janvier à 13:51 par rectificateur
    Indiana : les décès ont augmenté de 40 % chez les 18-64 ans

    Visiblement le gars n’a pas la lumière à tous les étages. Si son constat est juste (ce que je ne peux pas vérifier) par contre il suggère comme solution... d’augmenter les primes d’assurance dans les comtés à faible taux de vaccination !

    Donc il croit que les morts sont des morts Covid non déclarés comme tels et que c’est de la faute des "non-vaccinés"...

    à partir de 2 min :

    https://twitter.com/Mr_Mackei/statu...

     

    Répondre à ce message

  • #2880372

    Ils ont éliminé toute les possibilités car tout étaient impossible sauf les effets néfastes des vaccins.
    Tout amènent aux vaccins ,mais il ne veulent ni le voir ni l’admettre ni même l’envisager.

    Parce que ils assurent aussi Big Pharma.
    Tous sont pied et poing liés à Big Pharma ,pas un n’osera critiquer les vaccins

     

    Répondre à ce message

  • #2880391
    Le 8 janvier à 17:33 par Atos, Portos et Aramis...
    Indiana : les décès ont augmenté de 40 % chez les 18-64 ans

    Cela montre tout simplement que l’espérance de vie baisse aux États-unis.

     

    Répondre à ce message

  • #2880400
    Le 8 janvier à 17:53 par Sergio Garcia
    Indiana : les décès ont augmenté de 40 % chez les 18-64 ans

    40 % de décès en plus ne lui coûteraient que 100 millions de plus ? C’est incohérent !

     

    Répondre à ce message

  • #2880415

    Les assurance vie vont bientôt demander plus cher aux injectés ou bien refuser de les assurer ! Quand le pognon est en jeu, on ne rigole plus ! Les assurances doivent savoir se procurer les vrais chiffres, eux ! Ils n’écoutent pas Castex ou Veran ou BFMerde !

     

    Répondre à ce message

  • #2880824
    Le 9 janvier à 04:56 par L’Esprit Anal+
    Indiana : les décès ont augmenté de 40 % chez les 18-64 ans

    Le directeur de la compagnie d’assurance OneAmerica, basée à Indianapolis, a déclaré que le taux de mortalité avait augmenté de 40 % par rapport aux niveaux d’avant la pandémie chez les personnes en âge de travailler.
    A cause du saut à l’élastique certainement
    Rien à voir avec le vaccin

     

    Répondre à ce message

  • #2881337
    Le 9 janvier à 14:52 par La déconnade c’est plus ce que c’était
    Indiana : les décès ont augmenté de 40 % chez les 18-64 ans

    Certainement dû aux meurtres d’extrême droite, de l’église catholique, du patriarcat blanc et des hétérosexuels....à part ça je vois pas d’explication
    A si.. les féminicides, commis par des agriculteurs et des chasseurs alcooliques, qui roulent en 4x4
    Putain la haineee dans toute sa splendeur
    Aymeric Caron, Alice Coffin, Danielle Obono, Mounir Majoubi, L214, 169life , Greta Thunberg...au-secours !!
    La Frounse a besoin de vous

     

    Répondre à ce message

  • #2881508

    Si ce constat est valable non seulement pour l’Indiana mais pour l’ensemble des Etats Unis, ceci aura des conséquences majeures sur les banques par contrecoup. Si, les assureurs refusent de payer en arguant que la cause de cette mortalité excessive est la prise d’un médicament non-testé, pris en connaissance de cause par les victimes, on risque d’atteindre une masse critique. Et les conséquences politiques et financières seront majeures et de la même ampleur que la crise de 29. C’est peut-être bien ce qui est recherché, car cela conduirait inexorablement à une concentration accrue du capital, si la guerre civile est évitée.

     

    Répondre à ce message

  • #2882011
    Le 10 janvier à 14:47 par Désenculage intellectuel
    Indiana : les décès ont augmenté de 40 % chez les 18-64 ans

    C’est a cause du climat , le soleil nous tuent , il agit comme un radiateur, c’est Sandrine Ruisseau qui l’a dit avec Greta Thunberg

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents