Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Face à la meute idéologique, le ministre Caroline Cayeux baisse sa culotte

C’était en 2013, il y a donc presque dix longues années. En plein débat – mais peut-on parler vraiment de débat là où il n’y a eu qu’un solo médiatique monocorde troublé par des manifestations aussi monstres qu’inutiles ? –, en plein débat, donc, sur le « mariage pour tous », l’actuel ministre des Collectivités territoriales Caroline Cayeux avait osé émettre un petit doute sur le bien fondé de ce mariage contre nature (ça, c’est de nous).

 

Quelle horreur avait donc proférée Caroline Cayeux ? En définitive, elle avait qualifié le mariage pour tous et l’adoption pour les couples de même sexe de « réformes de caprices et de desseins qui vont contre la nature ». Diantre !

C’en était trop pour une centaine de personnalités de tous horizons, de Philippe Besson à Jack Lang en passant par Boris Cyrulnik, Michèle Rubirola ou encore plusieurs élus issus de la majorité présidentielle, qui ont dénoncé les « propos homophobes » du ministre qui « meurtrissent personnellement » beaucoup desdits signataires de cette tribune (article payant !) parue dans Le Journal du dimanche – et on est vraiment priés de ne pas s’étouffer de rire !

Un premier rétropédalage avait été opéré, où le ministre s’était défendu, la main sur le cœur, de ne jamais, ô grand jamais, avoir fait partie de La Manif pour tous :

 

 

Ces précautions oratoires étaient bien sûr parfaitement vaines face à un tel déferlement de haine homophobe dont l’agenda dépasse cette pauvre dame qui s’est trouvée au mauvais endroit et au mauvais moment. Visiblement d’une autre époque et pas parfaitement au fait des campagnes de déstabilisation idéologique (forcément, car elle n’a toujours été qu’une bourgeoise dans le bon camp, celui du Bien), elle crut s’en sortir par cette petite facilité oratoire. Erreur.

La campagne diffamatoire à son endroit fut relancée de plus belle. Pensez-vous, elle invoqua des amis parmi ces « gens-là », un peu comme Jean-Marie Le Pen qui à l’époque excipait de sa femme de ménage noire pour nous dire qu’il n’était pas raciste !

La coupe était pleine, et c’est Manuel Valls (encore et toujours là), les députés de la majorité Joël Giraud, David Valence, Raphaël Gérard, Quentin Bataillon, ou encore les maires de Paris Centre Ariel Weil (PS), du Ve arrondissement Florence Berthout (DVD), du VIe arrondissement Jean-Pierre Lecoq (LR) et du IXe arrondissement Delphine Bürkli (Horizons), ou encore la première adjointe au maire de Marseille Michèle Rubirola (EELV) qui entonnèrent en chœur devant cette souffrance homophobe, seconde du nom : « Comment accepter les propos tenus par la ministre chargée des Collectivités territoriales à la veille de la fête nationale ? ».

Confiteor Deo omnipotenti
et vobis, fratres,
quia peccavi nimis cogitatione,
verbo, opere et omissione :
Mea culpa, mea culpa
Mea maxima culpa.
Ideo precor beatam Mariam semper Virginem,
omnes Angelos et Sanctos,
et vos, fratres,
orare pro me ad Dominum Deum nostrum.

C’est ici donc qu’intervint le second rétropédalage, celui relevant du déshabillage, où tout honneur disparu comme toute honte bue, notre ministre s’agenouilla devant le Sanhédrin LGBT et confessa avoir péché : « Les propos mentionnés remontent à dix ans. Et si je ne peux nier les avoir tenus, évidemment que je ne les utiliserai plus et les regrette. Je comprends que ces propos stupides et maladroits aient pu autant blesser. Je tiens ici à renouveler toutes mes excuses les plus sincères car ils ne reflètent pas du tout ma pensée. Je mesure combien cette expression a été choquante et douloureuse pour de nombreuses personnes. Cet émoi me touche d’autant plus personnellement que ce propos est à contre-courant de ma détermination totale à lutter contre toutes les formes de discrimination. »

Pire, alors que plusieurs associations anti-homophobie ont annoncé mercredi avoir déposé plainte à Paris contre Caroline Cayeux, le ministre a indiqué leur avoir « écrit un courrier d’excuses ».

En guise de conclusion de toute cette farce Grand Guignol, c’est le Premier ministre Borne qui clôtura le bal avec ces quelques mots : « Caroline Cayeux a tenu il y a plusieurs années des propos qui étaient naturellement choquants. Quand elle a voulu s’en expliquer, elle a manifestement tenu des propos maladroits. Je pense qu’elle a eu l’occasion de s’expliquer dans une interview pour présenter ses excuses aux personnes qui ont pu être choquées, pour réaffirmer qu’elle partageait totalement les valeurs progressistes que porte le Président, que je porte et que porte mon gouvernement, et qu’elle sera très vigilante à l’avenir au soutien qui peut être apporté à toutes les associations qui luttent contre les discriminations, et notamment contre l’homophobie. »

Ite, missa est !

Le début de l’affaire :

 






Alerter

65 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • "Caroline Cayeux baisse sa culotte"

    A cet âge là c’est déjà plutôt un parachute, non ?

     

    Répondre à ce message

  • #2994091

    J’ai des copains homos qui pensent que le " mariage gay " ... c’est n’importe quoi ...

    Du foutage de gueule ...

     

    Répondre à ce message

  • #2994150

    Étonnez-vous, après cette téchouva, Madame Cayeux, qu’on laisse les gens de votre âge, mourir en Ehpad ou ailleurs. C’est que les jeunots progressistes contemporains, ont les dents aussi longues que le cerveau embryonnaire. En baissant votre petite culotte, vous renoncez à l’autorité naturelle que confère l’âge, donc, l’expérience. C’est lamentable !

     

    Répondre à ce message

  • Caroline Cayeux baisse sa culotte mais sera quand même virée au prochain remaniement.

    Elle fera les frais du wokisme, un point commun entre le progressiste Macron et le trotskiste Melanchon.

    Coquerel est également sur la liste !

     

    Répondre à ce message


  • je n’ai jamais fait partie de la manif pour tous




    Finalement c’est exctement comme "l’islamophobie" , t’as le droit, tant que t’as jamais fait partie du FN.
    Ils ne sont pas dans un combat d’idées mais de boutiquiers.

     

    Répondre à ce message

  • #2994207

    Ces gens-là - chanson de Jacques Brel
    n’a jamais été une expression repoussoir.
    Aujourd’hui, le rejet de la formule est un rejet Haineux, sans pardon.
    Il faudrait rajouter un couplet parce que dans cette famille : il y en a qui aiment tout le monde, SAUF ceux qui émettent des doutes, des inimitiés, qui ne font pas consensus. Ces gens-là haïssent, et ne pardonneront jamais à ceux là qui n’ont pas les mêmes attirances, ni les mêmes pulsions qu’eux. Leur message est clair : Aimons ceux qui nous aiment et nous écoutent, Haïssons ceux qui émettent des réserves.
    oOo
    D’abord, d’abord il y a l’aîné
    Lui qui est comme un melon
    Lui qui a un gros nez
    Lui qui sait plus son nom
    Monsieur tellement qu’il boit
    Ou tellement qu’il a bu
    Qui fait rien de ses dix doigts
    Mais lui qui n’en peut plus
    Lui qui est complètement cuit
    Et qui se prend pour le roi
    Qui se saoule toutes les nuits
    Avec du mauvais vin
    Mais qu’on retrouve matin
    Dans l’église qui roupille
    Raide comme une saillie
    Blanc comme un cierge de Pâques
    Et puis qui balbutie
    Et qui a l’œil qui divague
    Faut vous dire Monsieur
    Que chez ces gens-là
    On ne pense pas Monsieur
    On ne pense pas, on prie

    Et puis, il y a l’autre
    Des carottes dans les cheveux
    Qu’a jamais vu un peigne
    Qui est méchant comme une teigne
    Même qu’il donnerait sa chemise
    À des pauvres gens heureux
    Qui a marié la Denise
    Une fille de la ville
    Enfin d’une autre ville
    Et que c’est pas fini
    Qui fait ses petites affaires
    Avec son petit chapeau
    Avec son petit manteau
    Avec sa petite auto
    Qu’aimerait bien avoir l’air
    Mais qui n’a pas l’air du tout
    Faut pas jouer les riches
    Quand on n’a pas le sou
    Faut vous dire Monsieur
    Que chez ces gens-là
    On ne vit pas Monsieur
    On ne vit pas, on triche

    Et puis, il y a les autres
    La mère qui ne dit rien
    Ou bien n’importe quoi
    Et du soir au matin
    Sous sa belle gueule d’apôtre
    Et dans son cadre en bois
    Il y a la moustache du père
    Qui est mort d’une glissade
    Et qui regarde son troupeau
    Bouffer la soupe froide
    Et ça fait des grands flchss
    Et ça fait des grands flchss

    Et puis il y a la toute vieille
    Qu’en finit pas de vibrer
    Et qu’on attend qu’elle crève
    Vu que c’est elle qu’a l’oseille
    Et qu’on écoute même pas
    Ce que ses pauvres mains racontent
    Faut vous dire Monsieur
    Que chez ces gens-là
    On ne cause pas Monsieur
    On ne cause pas, on compte
    ...

     

    Répondre à ce message

  • Faut jamais se mettre à dos un homosexuel !

     

    Répondre à ce message

  • #2994351

    Bientôt on sera traité d’homophobe quand on sera opposé à la GPA. À vomir

     

    Répondre à ce message

  • #2994377

    Entre des élu(e)s qui baissent leur froc et des médias prétendûment alternatifs, qui ont pour devise que la liberté guiderait leur pas, mais qui ferment les commentaires, quand ça les arrange et surtout pour ne pas que ça dérange, on n’est pas sortis de l’auberge. Ainsi, Boulevard Voltaire qui consacre quelques lignes au triple meurtre à l’arme blanche d’Angers, s’arrange comme par hasard, pour fermer les commentaires des lecteurs, pour... cause de mise à jour de la rubrique des commentaires. Rappelez-moi, qui est le fondateur de ce site épris de "liberté" absolue, mà... non troppo... ???

     

    Répondre à ce message

  • C’est très catho cette repentance en règle, ce baissage de froc et cette demande de pardon à un lobby sataniste !

     

    Répondre à ce message

    • #2995699

      A.. après les agriculteurs, les chasseurs, les abstentionnistes, les marchés locaux, tu insultes aussi les cathos.... punaise mais y’a que toi qui est une lumière, c’est génial, t’as pas demandé qu’on t’ érige une statue, qu’on donne ton nom à des avenues, des écoles, des gares ??
      Avé @anonyme
      Tu devrais passer aux GG de RMC
      Excellent

       
Afficher les commentaires précédents