Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

En bref – Samedi 8 janvier de l’an de grâce 2022

Les mots sont importants, mais le contexte l’est tout autant. On ne dit pas la même chose dans un contexte et dans un autre. Par exemple, on ne crie pas « mort à Daech » en plein milieu de l’avenue marchande de Raqqa, un samedi de juillet 2015. Il y a ce qu’on dit, et le milieu qui l’entend. Si en revanche on crie « mort à Daech » dans la manif du 11 janvier 2015, derrière le commanditaire Netanyahou et son poisson-pilote Hollande qui se fait chier dessus par un piaf, là ça passe crème.

 

 

De la même façon, un « salope ! » lancé à une inconnue dans la rue c’est à bannir totalement, alors qu’un « salope ! » lancé à celle qui nous aime, en plein réchauffement climaxique, c’est plus qu’acceptable. Ça, c’est le genre de truc qu’on devrait enseigner aux lycéens ou aux collégiens, qui n’ont que le misérable CLEMI à se mettre sous la dent. Le CLEMI, c’est quoi ? Oh, de la propagande de merde sous l’étiquette fallacieuse « centre pour l’éducation aux médias et à l’information ».

 

 

Là aussi, on voit que les mots sont importants, mais l’essentiel, c’est celui qui parle. Et quand il s’agit de têtes creuses, les mots ne sont plus très importants, ils n’ont au contraire aucune importance. Imaginez, les Ouïghours comme préoccupation principale de ces pauvres lycéens... L’effet Glucksmann !

 

Les fils de attaquent

Mais il y a pire que Glux, dans la famille Fils De, c’est notre ami Rapha, le crématoire de l’intelligence qui, après sa sortie haineuse contre les antivax, a été invité par Le Figaro pour dégueuler, en moins pire, sur les mêmes, histoire de rafistoler son image de merde (on dit merde parce qu’il est scato, eh oui). Il faut dire que ce scato-philosophe déteste tout le monde, y compris BHL, du coup Bébert remonte dans notre estime...
On commence par BHL :

 

 
 

Rapha, malgré sa haine ruisselante et sa philo de café du commerce de gros, demi-gros et détail, surtout détail, ose nous la jouer orwellien qui a tout compris :

L’engouement pour Orwell vient d’un malentendu sur son œuvre, savamment entretenu par ceux qui en recommandent la lecture sans l’avoir eux-mêmes lue. On croit retrouver Orwell chaque fois qu’en démocratie, l’État produit une loi que certains vivent comme une contrainte. Loi sanitaire ? Orwell ! Loi sur les fake news ? Orwell ! État d’urgence ? 1984 ! C’est trop facile. Et c’est faux. Il n’y a aucune commune mesure entre les lois sanitaires, les dispositions de l’état d’urgence ou la loi sur les fake news et la tyrannie soviétique que décrit Orwell dans 1984 et ailleurs.

« C’est trop facile »... Bonjour l’escroquerie. Mais on a trouvé mieux, et après on arrête :

Devecchio  : Dans le monde réel, vous avez défendu toutes les restrictions de liberté décidées au nom de l’urgence sanitaire. Ne sous-estimez-vous pas le risque de dérive autoritaire de nos démocraties par temps de pandémie ? La civilisation des Lumières, de laquelle vous vous réclamez, est pourtant fondée sur le primat de l’individu…

Raphaël  : Je n’ai défendu aucune restriction de liberté. J’ai défendu des dispositions légales qui me paraissaient, à tort ou à raison, des conditions de la liberté en période de pandémie. Il m’est apparu que nous sommes nettement moins libres dans un monde où chacun est « libre » de contaminer son voisin, que dans un monde où la loi nous interdit de le faire. Si la nature humaine n’avait pas tendance à interpréter comme une entrave (voire une fiction) tout ce qui contrarie son désir, de telles lois eussent été inutiles. Ce n’est pas le cas. Je ne vois aucune dérive autoritaire dans l’obligation de porter le masque, de se confiner à l’occasion ou de s’abstenir de pop-corn, mais des inconvénients temporaires dictés par l’urgence de sauver des vies. De la même manière, et pour les mêmes raisons, je ne verrais aucun autoritarisme dans l’obligation de se vacciner.

Même pas du niveau de la prof nunuche du CLEMI. Même Aphatie nous paraît honnête à côté. Et pourtant, il en sort de graves chaque jour que Dieu fait. Mais on lui pardonne, car on l’a placé dans la catégorie des clowns, et tout devient harmonieux.

 

 

On peut imaginer que beaucoup de soldats iront pisser sur la tombe à Jean-Mi. Tiens, à propos de Jean-Mi, la polémique semble éteinte, le Château a l’air de se calmer. C’est bien, c’est ce que voulait Macron, il y a 5 ans, une France apaisée. C’est vraiment réussi. Le type, il commence en démocrate coolos, et finit en fis de Satan.

 

 
 

Le petit neveu de Satan s’en sort pas mal aussi, question haine dégoulinante :

 

 

Les humiliants et les humiliés

Quelle équipe que le FC Fiottass ! On n’a jamais vu ça ! Planqués derrière les hauts murs bien gardés du Château, avec de lourdes forces de police entre eux et le peuple, ils pérorent, méprisent, haïssent du bout de leurs ongles nacrés. Louis XIV se cultivait la vanité, mais il n’était pas con, lui.
Là, la tristesse, c’est de devoir obéir – nous, on n’obéit pas, mais on est hors concours, on a le droit – à ces eunuques de corps et d’esprit. On voit tellement de malheureux dans les rues, qui marchent la tête basse, la muselière sur la gueule, comme des chiens errants...
Imaginez-vous le petit Attal qui se déshabille pour sauter dans la Seine sauver un enfant qui se noie ? Nous, on le fait, lui il piaille sur la berge, ou alors il téléphone à ses amis en leur disant qu’il a une super vidéo à mettre sur Insta...

Vous l’aurez compris, à la contre-haine, on préfère la moquerie. C’est plus sain, plus chrétien, et ça nous place dans le camp des bons.

 

 

Dieu, curieusement, redevient à la mode. C’est pas une histoire de fringues, mais de foi. On écoute ici le grand Djoko, qui se fait emmerder par les Australiens car il refuse le shoot Bourla :

 

 

De l’autre côté de la barrière de l’intelligence, on trouve ce gros con de Nadal, qui ose faire la promo du poison :

 

 

Bon, faut dire que Nadal est depuis perpette chargé comme une mule de chercheur d’or dans le Colorado en 1858 (on sait que des petits malins vont chercher, eh bien il y a vraiment eu une ruée vers l’or dans le Colorado en 58), donc une piquouze de plus ou de moins dans son cul de collabo...

 

Les deux camps

Il y a vraiment deux camps, nous disent les gens qui commencent à penser, les vax et les antivax. Mais il y a toujours eu deux camps, les audacieux et les autres, ceux qui ont le goût de la liberté et ceux qui préfèrent la sécurité. Il y a 40 000 ans, c’étaient les chasseurs et les cueilleurs. Ensuite, les seigneurs et les paysans. Et ce n’est pas une raison, quand on vit plus dangereusement, pour jeter la pierre sur ceux qui aiment le confort. Le courage est un muscle, qu’il faut entretenir chaque jour.
Ne croyez pas non plus qu’on va se laisser jeter des pierres sans rien dire par les partisans de la sécurité, de la soumission. Si vous croyez qu’il faut vous vacciner, faites-le, mais n’attaquez pas ceux qui jugent qu’ils n’en ont pas besoin. C’est tout bête, et ça devrait mettre par terre l’ingénierie grossière de la présidente. Par exemple, il ne nous viendrait pas à l’idée de traiter Guillebon d’inculte ou de collabo, c’est inutile.

 

 

Pourquoi qu’il se laisse pas shooter et re-shooter dans son coin et qu’il nous laisse pas tranquilles, nous les antivax ? On fait rien de mal, on dé-pique pas les vax de force, on les laisse libres de modifier leur carte génétique et devenir, peut-être, un jour, des mutants. Ou des monstres.
Remarquez, certains vax sont déjà des monstres, avant même les effets secondaires. Ils ont tellement les chocottes de s’être fait injecter de la merde – coucou Rapha – dans le corps qu’il déversent leur peur, changée en agressivité, contre les pur-sang. C’est comme ça que les antivax se nomment, et c’est assez joli.

 

 

Celui qui trouve le film d’où cette photo est tirée gagne un abonnement à vie au canard de Guillebon, L’Incorrect (c’est pas plutôt Le Correct ?). Et puisqu’il faut finir en beauté, après tant de laideur, on a trouvé ça :

 

 

Merde, c’est quoi ça, Samuel ? Léa Seydoux ? Mais c’est c’est une vraie quiche, en plus une fille de ! Bon, ça passe. Elle est aguichante. Il y a du mépris en elle, mais elle est autrement plus bonne que la Attal. Allez file, c’est l’heure de ta syna. Tu nous ramènes des infos, hein. Et pas de la daube comme la dernière fois, on veut du lourd. Genre qui touche et combien sur les vax Bourla au gouv, pigé ? Si y a de la rétrocom sur les achats Pfizer... Et pense à la souffrance de Christophe Girard et Pascale Clark dans le métro, devant des gens qui ont le masque sous le nez ou sous le menton...

 

Ne manquez pas l’épisode précédent sur E&R :

 






Alerter

51 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2880544
    Le 8 janvier à 21:17 par Turican
    En bref – Samedi 8 janvier de l’an de grâce 2022

    Bien sûr "les septs mercenaires" remake avec Denzel. Film fort appréciable .

     

    Répondre à ce message

  • #2880561
    Le 8 janvier à 21:33 par philippe
    En bref – Samedi 8 janvier de l’an de grâce 2022

    Tellement ça se voit pour Nadal, ce percheron des fonds de court, et jamais pris.
    Même Armstrong a été chopé par la patrouille, c’est dire l’armada de médecins, de pharmacologistes, d’appuis cliniques et institutionnels dont bénéficie le gazier.

    Si le dopage est "institutionnalisé" en Russie, faudrait voir à aller vérifier de l’autre côté des Pyrénées. Ça touche à toute les disciplines, notamment l’équipe du FC Barcelone, où ils ont fait d’un nain le meilleur joueur du monde à coups de piquouzes ou des joueurs comme Xavi ou Iniesta des mecs de moins d’1m70 et de 61 kilos des marathoniens à 17 km par match et qui résistaient à des contacts de gonzes de 85 kilos.

    En moto GP, il y a 50% de pilotes espagnols, dont Marc Marquez qui, nonobstant son talent, présente une agressivité de cocaïné ou sous amphétamine sur la piste. C’est d’ailleurs "grâce" à lui que l’on a installé des gardes freins sur le demi-guidon droit tellement il frottait et a envoyé des pilotes au tas.

     

    Répondre à ce message

    • #2881287
      Le 9 janvier à 13:51 par Trabando26
      En bref – Samedi 8 janvier de l’an de grâce 2022

      Hahaha vous nous faites un Maroc - Algérie façon Europe du Sud. Manquerait plus que ça !

       
    • #2881644
      Le 9 janvier à 22:29 par pan0z
      En bref – Samedi 8 janvier de l’an de grâce 2022

      Nadal c’est évident qu’il était chargé... et France tv qui se touchait sur lui avec son jeu chiant à mourir et ses balles topées de mèrde. D’ailleurs il a pris un sacré coup de vieux... il joue le gentil mais c’est un vrai con.Je me rappelle de la raclée que lui avait infligé Soderling, quel régal.

      En ce qui concerne le sport espagnol, il y a eu un essort soudain pour plusieurs sports comme le hand, basket, moto, foot (ils étaient déjà bon mais là c’était increvable).

       
  • #2880563
    Le 8 janvier à 21:34 par louise
    En bref – Samedi 8 janvier de l’an de grâce 2022

    Donc il ne se passe rien, l’heure est à la bouffonnerie .
    C’est fantastique .

    Même la contre culture s’amuse, fin de siècle.

    Aucune nouvelles économique, rien de nouveau sur le plan géopolitique,
    Politique, un léger voile nord-est... et mince, pourquoi on écrit ?! Allons mater des gonzesses.

     

    Répondre à ce message

    • #2881266
      Le 9 janvier à 13:31 par Geoffrey
      En bref – Samedi 8 janvier de l’an de grâce 2022

      ça claque avec Louise !!

      effectivement, même les dissidents jouent à se faire peur, en mode roulette russe mais non-chargée

      Geof’Rey, neo-communiste gaulois belge

       
  • #2880596
    Le 8 janvier à 21:58 par Gerbert d’Aurillac
    En bref – Samedi 8 janvier de l’an de grâce 2022

    L’image est tirée du remake des Sept mercenaires...

     

    Répondre à ce message

  • #2880654
    Le 8 janvier à 22:47 par Jean-Mi’ Tropnœud
    En bref – Samedi 8 janvier de l’an de grâce 2022

    Lorsque furent choisis les cadavres parmi lesquels devait être choisi le futur soldat inconnu, les critères retenus étaient que son identité devait être inconnue (oui, je sais bien que vous vous en doutiez…) et que sa nationalité devait avoir été établie.

    Et devinez quoi ? Il devait être français (ça vous en bouche un coin… si vous êtes journaliste).

    Pour être admis à entrer à Versailles, et éventuellement voir passer ou rencontrer le roi, il fallait porter une épée (du moins si on était de sexe masculin). Il y avait des loueurs d’épée qui permettaient de satisfaire à cette formalité.

     

    Répondre à ce message

    • #2881104
      Le 9 janvier à 11:35 par enfin
      En bref – Samedi 8 janvier de l’an de grâce 2022

      Un Français, c’est pas difficile à reconnaître d’un côté, surtout à cette époque. Et si on suit le hasard, t’avais bien 90% de chance de tomber sur un français de souche juste en choisissant au pif.
      Maintenant, ça dépendrai sacrément du champ de bataille en question ...

       
    • #2881848
      Le 10 janvier à 11:20 par anonyme
      En bref – Samedi 8 janvier de l’an de grâce 2022

      Si on se base sur la définition "inconnu" ça pourrait être un soldat allemand ! Et je vois pas ce que ça change ! Au contraire ! une vraie volonté de paix et de réconciliation ne ferait pas la différence !

       
    • #2881855
      Le 10 janvier à 11:28 par anonyme
      En bref – Samedi 8 janvier de l’an de grâce 2022

      Qu’est-ce qu’on en a à foutre de sa nationalité ! Tous deux sont victime d’un génocide européen décidés par les puissances mondialistes ! Car les vraies causes et les vrais responsables de cette boucherie européenne ne sont jamais évoquées, ni jamais mis en accusation ! A commencer par l’ignoble Clémenceau !

       
  • #2880714
    Le 9 janvier à 00:04 par Thémistoclès
    En bref – Samedi 8 janvier de l’an de grâce 2022

    Le fils Glucksman a tout faux sur Orwell.
    S’il l’a lu, il l’a mal compris. En fait il a seulement dû regarder le film d’Hollywood totalement édulcoré.
    En fait Big Brother, ce n’est pas Staline, c’est avant tout le ^président des Tas-unis, et les autres.
    En effet le monde orwellien, c’est plusieurs entités (3) qui se font constamment la guerre, mais ayant adopté le principe de ne jamais occuper le territoire d’un vaincu. C’est bon pour la Banque ces guerres sans fin.

     

    Répondre à ce message

    • #2880930
      Le 9 janvier à 08:59 par Etienne
      En bref – Samedi 8 janvier de l’an de grâce 2022

      Oui, il a jamais lu hommage à la Catalogne ou la ferme des animaux. Ce dernier est, à mon humble avis, bien plus important que 1984. La ferme des animaux c’est la version macroscopique de 1984, on y voit comment un idéal né d’une révolution se transforme, petit à petit, en tyrannie.

       
    • #2881142
      Le 9 janvier à 11:54 par New French philosophus new new
      En bref – Samedi 8 janvier de l’an de grâce 2022

      1984 dénonce un monde divisé en tout et pour tout en trois blocs qui se combattent. Le bloc occidental dans lequel vit le narrateur est totalitaire, et, pour autant qu’on puisse le savoir par le peu que la propagande en laisse connaître au protagoniste, les deux autres blocs semblent ne pas valoir mieux.

      1984 est une dénonciation du monde moderne, et Orwell s’y sert d’allusions au stalinisme pour nous montrer que nos sociétés se dirigent vers une oppression qui égale ou surpasse ce qui s’est fait de plus écrasant. D’autres allusions permettent de voir que l’empire du dollar et de l’O.T.A.N. sont bien visés.

      Et l’on peut constater que les moyens techniques modernes permettent une surveillance plus complète et plus sournoise que tout ce que pouvait imaginer Orwell. La tyrannie qui existait déjà mais n’écrasait qu’une poignée de dissidents commence à se faire sentir à des foules, et 1984 sera dans la génération à venir largement dépassé par la réalité si rien ne change. De bons « républicains » ou « démocrates » dénoncent l’évolution actuelle, par exemple la limitation de la liberté de recherche et de parole des universitaires, et en appellent aux mythes fondateurs de notre présent totalitaire contre notre présent totalitaire. Gageons qu’ils connaissent pourtant la jurisprudence Gollnisch. Qui tacet consentire videtur. Et quand le vin est tiré…

      Je crains, hélas, que le « philosophe » ait sincèrement décrit tout ce qu’il a vu dans ce livre.

      « M’enfin ! »
      – Gaston Lagaffe (célèbre bédéphilosophe, période fin Sartre – début Finkielkraut)

       
  • #2880835

    Le langage corporel de Nadal contredit son discours. Il ne cesse de hausser les épaules. On dirait un gamin dûment chapitré obligé de répéter quelque chose devant tout le monde pour l’humilier après une incartade.
    Il a juste l’air idiot de soumission.
    Et vive Djokovic, interrogé durant huit heures et emprisonné en Australie pour vouloir garder sa santé sous son propre contrôle !

     

    Répondre à ce message

  • #2880979
    Le 9 janvier à 10:12 par Snayche
    En bref – Samedi 8 janvier de l’an de grâce 2022

    Un excellent "En bref" dans le contexte actuel qui avec certains commentaires ont dit le noblement essentiel.

     

    Répondre à ce message

  • #2881040
    Le 9 janvier à 10:47 par GraineGermée
    En bref – Samedi 8 janvier de l’an de grâce 2022

    Emmanuel Macron "les devoirs valent avant les droits"

    Lutter, au péril de nos vies, contre les dealers d’injection affamés de nos âmes, est un devoir divin.

     

    Répondre à ce message

  • #2881661
    Le 9 janvier à 23:11 par Rouge et rond
    En bref – Samedi 8 janvier de l’an de grâce 2022

    Comme une chronique est intemporelle, je propose l’article ci-dessous qui parle de l’approvisionnement en uranium aujourd’hui (bouffon+) mais aussi d’un naufrage ayant eu lieu en 1982 en face de la Belgique (2e paragraphe). Un cargo qui coule par beau temps dans les eaux européennes, c’est une chance sur 1000 milliards.

    Du coup, je comprends mieux la phrase de François Mitterrand : "nous sommes en guerre, une guerre à mort quoique appartement sans mort ..."

    Je suis bien curieux de savoir les coûts directs et indirects de cette affaire. Plus ou moins que la mise en rançon du bras droit d’Alstom ou non ?

    https://fr.sputniknews.com/20220109...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents