Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Dans quel monde vit-on ?

Ben, dans le monde d’après

Attention : si votre moral est au plus bas, si par exemple vous avez été vacciné plus ou moins contre votre gré, pour garder votre boulot ou faire plaisir à votre conjoint, alors ne lisez pas ce qui suit. Cela pourrait achever ce qui vous reste de résistance mentale.
En même temps, comme dirait le petit prince de la Banque R, ça peut servir de purge totale pour que le peu de moral déprimant qui vous reste soit éradiqué et qu’un moral nouveau en béton russe se reforme. C’est le principe de l’homéopathie, ou du vaccin : on envoie une petite dose de mal pour stimuler les défenses de l’organisme, pour réveiller le bien.
On vous aura prévenus. On appuie sur le bouton.

 

Le titre reprend l’antienne populaire « dans quel monde vit-on », qui sonne comme une espèce de fatalité devant la dégradation (apparente) des choses, et dans les choses il y a les traditions, les rapports humains, la politique, bref, tout ce qui compte et qui joue sur le moral.

En réalité, chaque génération précédente pense que les choses se dégradent, alors que la nouvelle génération vit dedans et trouve ça naturel : c’est logique, la dernière venue est plus adaptée. C’est affaire de point de vue, et tout est relatif. Mais au-delà de cette relativité naturelle, il peut y avoir un vrai délabrement, disons un délabrement artificiel en plus du délabrement naturel qui touche chaque génération : un surdélabrement.
C’est ce que nous allons nous attacher à montrer. On n’a pas dit démontrer parce que personne ne peut rien démontrer, en matière sociétale. Vous pouvez maintenant attacher vos ceintures de sécurité mentale.

On va commencer la tournée du délabrement par Bilal : le mec, on l’accepte en France (pas nous, mais les autorités socialo-sionistes), et il nous crache à la gueule. Une fois qu’il s’est fait gauler, il pleurniche. Erreur fatale : on n’aime ni les anti-France ni les pleurnichards.

 

 

La conséquence de la bilalisation de la France (c’était ça ou la lepénisation), c’est le réarmement :

 

 

Du coup, en face, le danger « fasciste » réveille les antifas, cette milice bénévole pour la Banque, mais qui ne le sait pas.

 

 

Pour échapper à la violence sociale (ou horizontale) qui monte, et qui est entretenue par les larbins médiatico-politiques de la Banque, certains se réfugient dans la drogue. À gauche, c’est toléré.

 

 

Le problème, qui est peut-être le problème de fond, dans le délabrement actuel, c’est l’exemple donné par les élites. Chez les individus les plus fragiles, les plus amoraux, ou les moins structurés mentalement, cela sonne comme un véritable permis de délabrer.

 

 

Le véritable extrémiste, qui fustige les extrêmes, occupe aujourd’hui le palais de l’Élysée. Il ne représente pas l’extrême centre, selon la nouvelle expression consacrée, mais bien l’extrême violence de la Banque, qui s’enrichit au détriment des Français et qui laisse le pays exsangue.

 

 

Une langue fourchue permet de tenir deux discours tout à fait contradictoires : ici, l’homme qui a été en charge sous Attali et sous Hollande de la désindustrialisation de notre pays, est capable d’en promettre la réindustrialisation !

 

 

Le droit de mentir, défendu par Me Jakubowicz pendant le procès de l’assassin d’enfant Nordhal Lelandais, contamine toute la société, dont le socle moral est en train de basculer de quelques degrés. Quelques degrés, cela ne paraît pas grand-chose, mais c’est le même principe que le tsunami : quelques centimètres d’une plaque continentale qui bouge, et vous avez des milliers de kilomètres de côtes dévastées, avec des centaines de milliers de morts.

Après cette démoralisation (au sens propre et au sens figuré) tous azimuts, tout devient possible. Par exemple, visiter la Finlande, qui est désormais le 55e pays africain :

 

 

Ou faire découvrir l’art érotique aux enfants :

 

 

Ou changer de genre comme de chemise, tout en changeant l’histoire...

 

 

On vous avait dit que ça allait faire mal !

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

41 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2974171
    Le 11 juin à 20:22 par Delcroix_SPB
    Dans quel monde vit-on ?

    Content d’avoir fait le bon choix en partant vivre en Russie, ça fait 17 ans, pas toujours facile mais heureux d’y avoir fondé une famile loin de la déliquescence du monde occidental.

     

    Répondre à ce message

    • #2974245
      Le 12 juin à 04:33 par Daniel
      Dans quel monde vit-on ?

      Je pense de plus en plus suivre votre exemple !

       
    • #2974265
      Le 12 juin à 05:45 par Yankee98
      Dans quel monde vit-on ?

      Fuis, fuis, tu ne t’enfuiras pas de toi-même.

       
  • #2974229
    Le 12 juin à 00:24 par Neenja
    Dans quel monde vit-on ?

    La connaissance est un puzzle. Plus vous avez de pièces, plus vous comprenez l’images d’ensemble de cette pièce de théâtre et êtes moins affecté (émotionnellement) par cette même pièce. Ce qu’ils appellent le diable 666, pour vous donnez une pièce, n’est juste que l’aspect physique de cette réalité, 6 étant le numéro atomique du carbone, dont notre corps physique est composé. 6 protons, 6 électrons, 6 neutrons. Rien a voir avec de la numérologie. S’ils laissent cette information filtrer, c’est pour que vous vous ancriez dans cette réalité un peu plus longtemps car quoi qu’il arrive vous en sortirez.

     

    Répondre à ce message

  • #2974230
    Le 12 juin à 00:41 par Jérômeproudhon
    Dans quel monde vit-on ?

    Un chiffre, un seul qui pourrait être meilleur que les 80 dernières années passé , hors santé physique ?
    Trouvez en un ? Ce monde est une destruction, et sans réaction, aucune.

     

    Répondre à ce message

  • #2974264
    Le 12 juin à 05:45 par Adolfo Stalini
    Dans quel monde vit-on ?

    Tout ceci ne prouve qu’une chose : l’être humain est intellectuellement limité et cette limite ne lui permet pas de réfléchir longtemps. Le cerveau humain se fatigue vite... D’ailleurs, la plupart des gens attrapent mal à la tête quand on les force à réfléchir. Ils se plaignent alors en proférant des phrases toute faites du genre "ça me prend la tête !".

     

    Répondre à ce message

    • #2974789
      Le 13 juin à 10:44 par Optimiste
      Dans quel monde vit-on ?

      L’être humain a des capacités limités...à sa volonté.
      Tous ses désirs se réalisent...mais pas de la manière à laquelle il s’attend.

       
  • #2974284
    Le 12 juin à 07:08 par Dream 13
    Dans quel monde vit-on ?

    Je suis entrain de me replonger dans Tristan et Iseult, certes on ne le relit pas à 50 ans comme à 15 ans, mais quel émerveillement toujours intact, le Moyen Age apparaît alors comme la Civilisation, la Beauté, les sentiments les plus nobles, le courage, l’amour, le respect, la beauté du langage, et des gestes, on est dans un autre monde, et c’est effrayant quand je regarde mon monde, aujourd’hui, humanité 21 ème siècle, c’est l’exact contraire, barbarie , betise et laideur sont le quotidien, comme s’il s’agissait d’aller toujours plus bas... , au lieu d’elever les Hommes pour faire appel justement à ce que pourrait être leur humanité , le modernisme les a défait et rabaissé même pas au niveau de l’animal qui lui a gardé son authenticité originelle, mais en une sorte de monstre infâme, et malheureusement le fond n’est pas encore atteint...c’est ainsi que vivent les Hommes au 21ème siècle, et c’est impossible et intenable, comment vivre, créer, réfléchir et s’épanouir, peut-être en se retiant du monde, précisément,

     

    Répondre à ce message

  • #2974294
    Le 12 juin à 07:53 par L’abbesse du Thaud de Profy
    Dans quel monde vit-on ?

    A propos de la ré-industrialisation….
    Sur ce sujet comme sur tant d’autres, la loi de Bordolini (loi sur les baratins) s’applique : Il faut 6 fois plus d’énergie pour démolir ou réfuter un baratin ou une connerie que pour l’énoncer.
    Macron : « Pour réindustrialiser il faut créer d’avantage de richesses et aller vers le plein emploi » ( !)
    Autrement dit pour guérir il faut recouvrer la santé.
    La raison aurait voulu cependant qu’avant de réindustrialiser on arrêtât immédiatement de désindustrialiser (voir les cas d’Alstom et de Vallourec , racheté par les américains, évoqués dans des récents articles d’E&R)
    Qu’ensuite, ils analysassent les causes de la désindustrialisation même si cela doit conduire nos zélites zélotes à se faire hara kiri en place de grève. Car,
    • Qui a prôné « les usines sans ouvriers » (ah, ah !)
    • Qui nous a fait tout un pataquès pour nous chanter qu’avec l’ »économie de la connaissance » (Hi !, Hi !), la surprise allait nous surprendre
    • Qui a dit « on n’a pas de pétrole mais on a des idées » …que les chinois n’ont pas.
    • Qui a organisé le carrousel consistant à recycler des hauts fonctionnaires ou des ministres déchus à la tète d’entreprises industrielles ?
    • Qui va nous créer des observatoires et haute autorités de pilotage de la reindustrialisation, composés de fonctionnaires, au niveau, local, régional, national et européen. ? (Note : Non ce n’est pas une question !!!)
    • Etc.

     

    Répondre à ce message

  • #2974313
    Le 12 juin à 08:42 par goy pride
    Dans quel monde vit-on ?

    Un des chantiers fondamental dans le monde de demain sera l’abolition progressive de la police administrative, seul la police judiciaire chargée des investigations devra être maintenue voire renforcée. La sécurité et le maintien de l’ordre est avant tout de la responsabilité directe de l’individu et des groupes d’individus. Chaque individu et groupes d’individus ont pour devoir de se protéger et de protéger ceux en danger qui sont à proximité immédiate. D’ailleurs qui peut le faire à leur place ? A moins qu’un flic soit sur place lors de la commission d’un crime ou d’un délit il faut au minimum 5 minutes dans le meilleur des cas pour que des flics interviennent ! Et bien souvent les victimes ne sont pas en mesure d’appeler les secours. Quand une femme se fait démonter à coup de savate dans la tête avant d’être violée il est difficile de sortir son portable pour faire le 17 ! Ensuite d’un point de vue politico-philosophique et psychologique, les gens qui abandonnent leur droit naturel à la défense sont des esclaves infantilisés.

     

    Répondre à ce message

  • #2974368
    Le 12 juin à 11:10 par Buleh GILA
    Dans quel monde vit-on ?

    Quand en Ukraine la Junte de Kiev distribue des armes au public, la presse se réjouit de ces nouveaux résistants pour la Liberté.
    Quand en France un citoyen s’arme pour sa défense, la presse hurle au fascisme.

     

    Répondre à ce message

  • #2974386
    Le 12 juin à 12:54 par MaxL
    Dans quel monde vit-on ?

    Certes que cela peut faire mal aux amoureux de la France, mais ce qui fait mal avant tout ce n’est pas cette élite minoritaire qui nous balance sont art dégueulasse et qui nous perverti.
    Le pire dans toute cette crasse c’est le laisser-faire français. Personne n’est préoccupé de rien à part protéger ses petites miettes restantes qui vont finir par être volées elles aussi par nos dirigeants. Et ce sera tant mieux. Ce n’est qu’avec cette misère que les aveugles vont se réveiller.

    Actuellement il reste du boulot. Dans les écoles personne ne réagit à rien, qu’on pique ou qu’on masque les gosses, ça n’affole pas la populace. En général on est même seul à gueuler et on se sent con.

    Idem avec les retraités de 60 ans qui ont pourtant connu la France d’antan, la belle France. Quand on leur parle des merdes qui arrivent.. bah rien ne les affolent, ils répondent : "que veux-tu c’est comme ça, faut s’y faire"... Ils ont déjà capitulés. De toute façon ils sont piqués, donc on ne fera rien avec eux. Ni avec les plus jeunes qui sont ultra soumis et crétins.

    Donc qui reste t’il ? Les 30/40/50 ans, ouvriers, travailleurs, artisans, agriculteurs, commerçants...etc tout se joue avec ces générations, donc il va falloir se bouger le cul parce qu’on n’est pas nombreux.

     

    Répondre à ce message

  • #2974887
    Le 13 juin à 13:31 par Anno
    Dans quel monde vit-on ?

    Dans quel monde vit-on ?
    Dans un monde de dégénéré, amputé de culture, de pensée. Tout est prémâché à dessein, l’art n’est plus subversif mais bien un produit de consommation, les medias, les chiens de garde tenu en laisse par les maîtres, les politiciens, des marionnettes de Guignol agitée par les maîtres. Qui donne le fric ? Who’s your dad ?
    Mais le point de détail qui fait déprimer, c’est la masse ... Incapable de penser rentrant dans la case de l’individu moyen, ciment des régimes, armée de la constance et de l’inconstance, manipulée à gré, des zombies hargneux.
    Orwell avait tout compris.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents