Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Dans le 93 : "Pour la première fois, j’ai entendu des personnes dire qu’elles avaient faim"

La pauvreté, voire la misère dans le 93, est un serpent de mer qui ressort chaque année, quand les deux grandes associations anti-pauvreté, le Secours populaire et le Secours catholique, sortent leurs stats, toujours plus inquiétantes.

 

Cliquez ici pour écouter Fati, médiatrice sociale

 

En face, on trouve Zemmour, qui dénonce l’attention portée par les pouvoirs publics depuis des décennies sur la banlieue plutôt que sur la France dite périphérique, les oubliés de l’État-Providence.

 

 

En 2020, les conséquences de la précarité sur la mortalité en Seine-Saint-Denis seront dramatiques. Les pauvres payent un plus lourd tribu dans tous les domaines.

 

 

– La Rédaction d’E&R –

 


 

Un avant et un après. Le confinement de deux mois, au printemps 2020, au début de la crise sanitaire du Covid-19, a eu un effet de bascule pour les ménages les plus fragiles. « Pour la première fois, l’an dernier, j’ai entendu des personnes dire qu’elles avaient faim, confie Camille Hugues, déléguée du Secours catholique en Seine-Saint-Denis. Des parents nous ont dit qu’ils se privaient de repas pour que leurs enfants qu’ils avaient toute la journée à la maison puissent manger. »

 

À l’occasion de la publication ce jeudi du rapport annuel de l’association sur l’état de la pauvreté en France, Camille Hugues détaille les conséquences durables sur la population du département en termes d’isolement social et économique.

[...]

« Il y a eu un isolement très important, avec la fermeture de très nombreuses associations, l’arrêt des activités, des distributions et des ateliers où les gens avaient l’habitude de venir aussi pour se rencontrer », souligne Camille Hugues, dont l’antenne mobilise treize salariés dans le 93. « On a observé une grande détresse morale, reprend-elle. On a mis en place une grosse cellule d’écoute composée de dix bénévoles et on s’est rendu compte que des entretiens qui auraient dû prendre 15 ou 30 minutes pouvaient dépasser une heure et quart. Les gens avaient besoin de parler. »

Une détresse qui a été la porte d’entrée pour les premières demandes d’aide alimentaire. En Seine-Saint-Denis, 64 % des personnes sont venues à l’association pour trouver des solutions pour se nourrir, bien au-dessus de la moyenne en France.

« Au Secours catholique, nous avons opté pour les chèques-services qui permettent de faire ses courses de façon digne, précise la déléguée départementale. On préfère cette solution moins visible de l’extérieur pour les familles, plutôt que les colis, pas toujours adaptés. »

[...]

En moyenne, chaque année, 45 000 personnes sont accompagnées par l’association sur l’ensemble du 93. La pandémie a eu une autre conséquence durable sur le territoire : la baisse du nombre de volontaires. « Nous sommes passés de 600 bénévoles avant le confinement à 450 actuellement, pour 1,6 million d’habitants qui vivent dans le département le plus pauvre de France », souligne la déléguée. Une population très jeune à l’image de bénéficiaires qui fréquentent le Secours catholique : 74 % des personnes reçues ont entre 25 et 49 ans (60 % seulement à l’échelle du pays).

Lire l’article entier sur leparisien.fr

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

66 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Je m’en fais pas pour le "93", je crèverai de faim avant eux... étant de souche c’est normal.

     

    Répondre à ce message

  • C’est le bon moment de remigrer et demander à manger à vos pays de cœur !

     

    Répondre à ce message

  • Il faudrait leur expliquer que nous sommes dans un pays ou on dit « dans le cochon...tout est bon... ! »

     

    Répondre à ce message

  • La question politique est celle de la domination sociale.

    Des milliards d’Euros sont injectés chaque année dans le 9-3 : notre pognon, nos impôts.
    Subventions qui aident à créer une tête de pont d’invasion migratoire.
    Seuls une poignée de gens raflent la thune : élus, associations, caïds... les collabos-relais.

    La question est qui organise tout ca ?
    QUI ?!!

     

    Répondre à ce message

  • Je suis sidéré par le manque de considération dans les commentaires. Ce n’est pas en crachant sur Mamadou, ado de 13 ans né et (mal ?)élevé à Aubervilliers qu’on résoudra le problème du Grand Remplacement en France. Lui demander de"rentrer" en RDC n’aidera pas (en bon occidental il risque de se faire violer en deux deux).
    Le petit noir de quartier qui essaie de s’en sortir par les études ou en apprenant un métier inspirent infiniment plus de respect que les chevaliers blancs du clavier (style le "neo Nietschien" / Conversanito). Ce n’est pas parce que le bobo du Marais à échangé sa virilité d’homme contre un poste dans les services et une addiction au porno et à la consommation, ou que le Français moyen de province (de gauche car substrat de culture Catholique) pense qu’il faut accueillir toute la misère du monde qu’il faut être fondamentalement mauvais envers les de branche et autres joyeusetés génétiques que l’on croise dans notre quotidien.
    Réveillez vous les mecs ! Je suis sur que vous vous chiez dessus dès que vous croisez un basané.
    Vous avez le nombre de votre coté et vous passez votre vie à vous lamenter et vous palucher alors que les hordes de migrants arrivent de partout.
    Le problème est là et maintenant, et Mamadou est Français que vous l’acceptiez ou pas (en tout cas plus Français que Congolais).
    J’utilise volontiers le pronom Vous car je suis Françai ET Marocain et je ne nie pas ma part de Marocanité en m’adressant à des de souche.
    Bref, dans cent ans encore, les blancs (dont je suis, car moins bronzé et que 50% des espagnols) seront encore là derrière ce qui leur servira de clavier à se lamenter.
    Le racisme n’est pas un mal en soi, c’est un reflexe sain (va demander à un Marocain ce qu il pense des migrants subsahariens), mais il n est pas sur que ça permette d’identifier l’ennemi et de mener les vrais combats.
    Allez je vais supposer que la moyenne d’age dans ce fil de commentaires est autour de 16 ans et que vous avez encore le temps de pousser des couilles et de vous poser les vraies questions.

    Amicalement

     

    Répondre à ce message

    • Chaque personne sur ER a identifié l’ennemi je te rassure, si on parle bien de celui qui les fait rentrer contre la volonté des Français. Par contre ta moraline de merde tu peux te la garder.
      Mamadou né de 2 clandestins est aussi une partie du problème puisque sa présence en France ne relève que d’un abus du droit du sol. Prédation d’en haut et d’en bas, et il faut s’en débarrasser.

      Concernant les Français qui rasent les murs en voyant des basanés ca démontre à quel point t’es ravagé. Va donc finir de raconter tes conneries aux Marocains qui bavent à la vue d’un visa français et dont les étudiants ne repartent plus de France après leurs études.

       
    • Les racistes anti blanc ne se cachent plus , cocasse .

       
    • Je fais le même constat que toi mais je n’en tire pas forcément les mêmes conclusions.

      La pauvreté endémique qui ravage le 93 est voulue, planifiée et sciemment entretenue par les pouvoirs publics en dépit de politiques généreuses qui servent d’abord des logiques électoralistes et ne profitent qu’aux réseaux de pouvoirs locaux formels (associations) ou informels (caïdat) sur lesquels elles reposent.

      Le 93 est devenu un narco-état tenu par des cartels ethniques et des associations communautaires qui servent des logiques centrifuges ; une enclaves autonome au coeur de la République et un Kosovo en devenir qui illustre concrètement la balkanisation du pays, sous l’effet conjugué des politiques migratoires et des politiques économiques misent en oeuvrent depuis 40 ans. Ça, c’est la réalité du terrain.

      Si l’horizontalité des luttes que tu constates et que tu déplores entrave la réconciliation nationale promue depuis toujours par AS et E&R on ne peut pas non plus reprocher aux indigènes européens de voir dans les populations allogènes du 93 des cohortes de supplétifs au service d’une entreprise de prédation nationale mis en oeuvre de longue date par une certaine minorité invisible, intouchable et innommable. Le manque de compassion de certains commentaires n’est que le reflet de cette situation et de la manière dont elle est appréhendée par leurs auteurs. Conséquence de ce qui est dit plus haut, les aides sociales, les trafics, la fraude systémique aux prestations, aux indemnités et aux offres de soins, le travail au noir et la délinquance servent d’amortisseurs sociaux à ceux qui passent à côté des milliards de la politique de la Ville.

      Si le lumpen prolétariat africain a les faveurs du pouvoir visible et du pouvoir profond, c’est avant tout parce qu’il sert au quotidien les logiques antinationales (séparatisme, métissage, terrorisme, effondrement et affrontement) dont les marchés ont besoin pour tuer l’Etat-nation ; ultime rempart politique dressé face à la dictature libérale et à la guerre du tous contre tous qu’elle contient en germe.

      Plus que jamais, et je te rejoins sur ce point, de part et d’autres, il convient d’être dans le discernement pour séparer le bon grain de l’ivraie. Mais le déni victimaire ne peut pas non plus constituer une alternative acceptable au ressentiment xénophobe légitime exprimé par les Français de souche. C’est à cet exercice d’équilibriste périlleux et constant auquel il faut nous astreindre désormais.

       
    • Trabando 26:je suis d accord sur le fond et sidéré par votre manque de confrontation au réel.voici celui d un gaulois de France depuis au moins le 17 ème siecle : Un"céfranc", un babtout qui se ballade dans le 93 est très vite repéré. ET le cefranc que je suis à vécu aussi la peur et l incompréhension-sans avoir à chercher plus loin-de la part de la famille d origine algero marocaine de la demoiselle. Ou quand traditions et schémas priment sur l Amour...Pour moi la fracture est faite depuis bien longtemps quand la goooche, humaniste de façade et libérale dans ses actes s est trouvée des victimes tout en laminant la fierté d appartenance à une longue et riche histoire.Que des êtres crèvent de faim alors que la nature est par essence si généreuse et que l humain dispose de tout pour du partage reste une preuve de son avidité de pouvoir. Que des artistes se mettent à chanter pour lancer une logistique de distribution alors que C est le rôle du politique, alors là il y a de quoi se poser des questions sur les limites-et volontes-d actions des uns et des autres."on ne raisonne pas un estomac" proverbe africain. ou sont donc les socialistes des années 80 ?les "ténors", désormais croûtons, vont ils venir servir la soupe et des pâtes , concrètement, après avoir serré des mains et bien "débattu" dans des "permanences" du temps de leurs campagnes ? Salutations

       
  • Le département le plus pauvre ? Je croyais que c’était la Creuse. Ils vivent à côté du poumon économique du pays sans avoir besoin de véhicules,avec des loyers dérisoires,bénéficiaires principaux des "politiques de la ville", accueillent et protègent des délinquants et des clandestins et ils se plaignent ? Mais qu’ils travaillent au lieu de faire des mômes au RSA. Vu de Bretagne,c’est hallucinant de voir les conditions de vies offertes à ces populations,tant en salaires,aides que qualité d’habitat (qu’ils dégueulassent eux mêmes en plus...),avec des transports en commun quasi gratuit par rapport au prix d’une voiture et de son entretien qui sont indispensables en campagne, où les boulots sont très souvent mal payés et qui en plus devront payés pour des gens qui n’ont rien à faire là ?! Si ils ne sont pas contents qu’ils dégagent,personne ne les regrettera.

     

    Répondre à ce message

  • #2846944

    Avec tout ce qu’on leur distribue grâcieusement en allocs, ça parait étonnant que ça y crève de faim. Ils ont l’air plutot grassouillets dans le neuf trois. En plus tous équipés de smartphones dernier cri.
    En revanche, on en parle de nos paysans qui crèvent en silence dans nos campagnes ?

     

    Répondre à ce message

  • #2847008
    Le 20 novembre à 05:23 par Département de la propagande
    Dans le 93 : "Pour la première fois, j’ai entendu des personnes dire qu’elles (...)

    Merci à Fati qui a tout compris, puisque elle vote LR
    Vaste blague

     

    Répondre à ce message

  • Qu’ils se débrouillent,on les a assez aider comme cela arrêtons de loger,nourrir et blanchir tous ces clandestins et autres migrants qui ne nous aiment guère et recentrons-nous sur nos compratriotes qui souffrent.
    De toutes façons le 9-3 depuis longtemps n’est plus la France et en plus ce département est une publicité informelle pour le vote Zemmour...

     

    Répondre à ce message

  • il ne faut pas opposer les pauvretés (française et immigrée), car elles se complètent parfaitement pour l’oligarchie... si en plus on se met à se haïr les uns les autres... cette crise peut être une opportunité pour la conscience national-populaire... une partie des immigrés va enfin comprendre qu’elle est dans le même bateau que nous autres français, et qu’elle doit se tourner vers les gilets-jaunes plutôt que vers les zélites communautaristes et bobos cosmopolites en tous genres...

    comme disaient les communistes (les vrais, les vieux de la vieille), c’est dans la situation concrète que la conscience avance... et beaucoup vont se rendre compte que le "nique la France" de Obono et Cohn-Bendit est une impasse qui se referme sur eux... soyons forts, soyons fermes ! Et, sans nous renier, ne nous laissons pas non plus abuser par Zemmour et son "nique les zimmigrés" qui est manichéen (bien qu’on en ait ras-le-bol) et aussi une impasse qui se refermera sur nous... Prenons au contraire la vague, et articulons son énergie.

     

    Répondre à ce message

    • Tu crois que nos remplaceurs ne sont pas réveillés ? Au contraire, ils le sont tous.
      La France pour eux c’est juste une banque et un endroit où s’implanter en famille pour faire plus d’argent qu’au bled de leurs ailleux, même sans travailler, juste en pondant un maximum de gosses possible et en les confiant à la France haineuse d’elle même pour faire leur éducation.
      Les émigrés s’en cognent d’E&R, ils se voient pas en guerre contre nous, pour eux on est l’ancienne France. Celle qui crèvera, celle qui doit crever pour leur permettre de nous remplacer à 100 pourcent.
      Zemmour existe pour eux. Rien que ça devrait te permettre de le respecter un peu plus, de comprendre que grâce à lui ils puissent penser que peut-être , ça sera pas aussi facile de faire disparaitre totalement l’autochtone qui leur a permis gentilment de le remplacer pendant 50 ans.

       
Afficher les commentaires précédents