Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Boulo, Chouard, Di Vizio : ces résistants qui craquent au premier choc

Résister, ce n’est pas juste dire ce qu’on pense, même si dans la France de 2021, cela peut valoir des ennuis. Depuis que le Net est Net, beaucoup de gens disent ce qu’ils pensent, c’est parfois très radical, ça parle de révolution, d’insurrection, de soulèvement, mais au premier choc, on voit qui reste sur le terrain, et qui détale comme un lapin.

 

 

Le choc, c’est le feu dans lequel se forgent les épées, et les volontés. Une volonté qui se fissure à la première résistance du Système, qui résiste évidemment à la résistance, quand il ne l’attaque pas d’emblée, il réagit comme un corps organique, il y a une résistance ou une agression ici, il envoie ses globules blancs, qui peuvent être les journalistes, les hommes politiques, les juges ou les flics, eh bien cette volonté n’en est pas une. C’est une envie de volonté. Une volonté n’accepte pas la concession, elle se brise ou tient le coup, il n’y a pas d’entre-deux.

 

 

Résister, c’est savoir qu’on est dans un vrai combat, qu’on ne doit pas être surpris en cas d’attaque, qu’on peut tout perdre, mais qu’on peut aussi tout gagner. Et on ne peut pas gagner si on n’accepte pas de tout perdre, même la vie. Or, aujourd’hui, pour ne parler que de la France, qui meurt pour quelque chose de plus grand que soi ? Nos 90 soldats en Afghanistan, probablement, et un certain Venner qui s’est suicidé devant l’autel de Notre-Dame, mais on les compte sur les 100 doigts de 10 mains. S’il faut mourir un jour, et ce sera le cas, pourquoi ne pas mourir pour quelque chose, pourquoi ne pas donner son bien le plus précieux à un combat, un espoir ?

Tous les insatisfaits, tous les révoltés, tous les assoiffés de justice veulent un changement, sinon la révolution. Mais c’est un long travail : Mao a guerroyé pendant 30 ans pour devenir le maître de la Chine. Et après, s’il a conservé le pouvoir pendant 25 ans, c’était parce qu’il avait toujours cette volonté de fer, forgée dans l’adversité, quoi qu’on pense des réalisations politico-économiques de l’empire du Milieu entre 1950 et 1976, date du changement de régime.

Toujours la même question...

Depuis l’instauration du régime néolibéral en France, soit les années Sarkozy, beaucoup d’intellectuels, connus ou inconnus, sont montés au créneau pour dénoncer cette « évolution » qui fait beaucoup de mal à notre pays, à notre culture, à notre vivre-ensemble, à la paix civile, pour tout dire.
Deux décennies plus tard, en pleine dictature sanitaire, d’autres voix s’élèvent encore plus fort pour dénoncer la destruction programmée de notre modèle social et national. Parmi ces voix, qui sont toutes sincères, nous l’admettrons, certaines ont fini par disparaître ou se taire au premier choc. Étienne Chouard et François Boulo, deux penseurs de la révolte des Gilets jaunes, en font partie. Il ne s’agit pas de dénoncer une prétendue lâcheté, mais de montrer que tout le monde n’a pas la volonté d’aller jusqu’au bout. Peut-être pas de mourir, mais de vivre très mal, de vivre plus durement, pour ses idées. La résistance ne s’accommode pas du confort, mental et physique.

Le 9 mai 2021, sur Sud Radio, l’avocat Gilet jaune François Boulo nous annonce qu’« il y aura une révolution en France ». Très vite, il se défend de toute attaque contre le pouvoir profond :

« Chuis pas raciste, chuis pas antisémite, chuis pas complotiste, chuis rien du tout, en tout cas on m’a jamais accusé de tout ça, fort heureusement, et pourtant chuis pas invité. »

Dans ce cas, sa révolution : contre qui ? Les méchants ?

 

 

Le vrai choc pour François Boulo, qui a été malgré tout très médiatisé, ça a été la soirée chez Simon Collin, qui réalise des interviews très people – façon Ardisson – dans ses Clochards célestes. Le choc a été rude, Collin a secoué Boulo, l’échange a été vif, et la vidéo complète a été supprimée (Boulo est avocat au barreau de Rouen). C’était pourtant un vrai test de résistance : Collin n’est pas le NKVD ni la Gestapo, et les interviews n’ont pas à être toutes complaisantes.

 

 

Revenons un instant sur l’affaire Chouard : l’homme qui a mené très intelligemment la lutte contre le référendum de 2005 s’est carapaté devant le duo Denis Robert & Mathias Enthoven sur la question « antisémite ». Il a ensuite, alors que c’est un homme brillant et sensible, été démoli par les médias mainstream, qu’on en juge par ce papier de Guillaume Erner, le commissaire politique de France Culture, qui ne fait ni dans la France ni dans la culture...

Pour être franc, de grandes intelligences ont été, sont ou seront antisémites, de Voltaire à Karl Marx, en passant par Roger Garaudy, et puis… Et puis il y a Étienne Chouard, ce prof qui s’est fait connaître au moment du référendum sur l’Europe, en 2005, devenu, à la faveur de la crise des Gilets jaunes, l’un des théoriciens du RIC, le Référendum d’initiative citoyen. Et lorsqu’il est question d’Étienne Chouard, on songe au mot de Bebel, ce social-démocrate allemand du XIXe, lequel estimait : « l’antisémitisme est le socialisme des imbéciles ». Or donc, Étienne Chouard, interrogé sur Le Média sur l’existence des chambres à gaz, a estimé qu’il ne pouvait pas se prononcer puisqu’il n’avait pas travaillé la question.

D’où le problème suivant : Étienne Chouard est-il un antisémite, un imbécile, ou bien les deux à la fois ? Car, cette forme de révisionnisme — sur le mode je ne sais pas ce qui s’est passé à Auschwitz, je n’y étais pas — arbore le chic radical du doute scientifique. Pour autant, ces Descartes au petit pied défendent une position impossible à tenir, car chaque page de chaque livre d’histoire est pleine d’histoires rapportées pour des gens qui n’y étaient pas. Je n’étais pas à Alésia, à Valmy ou au mur des Fédérés, et c’est d’ailleurs pour cela que ces événements relèvent de l’Histoire. Je ne suis pas plus capable de corroborer les théories d’Einstein ou de Darwin, et c’est la raison pour laquelle il existe une division du travail entre les spécialistes et ceux qui ne le sont pas. Je ne peux pas être spécialiste en tout, sauf à vouloir être ignorant en tout. Du reste, Descartes n’a jamais invité au doute radical, il a surtout incité à douter de nos sens, lesquels peuvent nous tromper.

 

Pour Chouard, il s’agit d’un choc, un vrai choc, un premier choc. Il s’est alors fait tout petit, comme dans la chanson de Brassens, devant la toute-puissante Élisabeth Lévy, qui jouit de son statut d’intouchable dans les médias.

 

 

Chouard n’est pas un lâche, puisqu’il a été au combat, mais quand les globules blancs du Système sont venus l’attaquer, il a reculé. Or, vaincre sans combattre, par le simple fait de la peur infligée, c’est ce que cherchent les globules blancs du Système. Il suffit de ne pas avoir peur, de ne pas craindre ses foudres, pour se sortir de ce piège. Quand on accepte d’être trempé jusqu’aux os, on ne craint plus la pluie.

Plus près de nous, l’avocat Di Vizio, qui a fait beaucoup pour les antivax et les anti-pass, s’est retiré in extremis, au moment où ses soutiens avaient le plus besoin de lui et de son action juridique. Il s’en explique sans vraiment s’expliquer sur Twitter. Nous reproduisons ici ses raisons, avec deux commentaires.

@adspe va accompagner les personnes soumises à obligation vaccinale et qui seraient suspendues en déposant des référés symboliques devant les juges Locaux en cas de suspension. Il n’est plus possible de télécharger de plainte 1/6 9:51 PM • 14 sept. 2021•Twitter for iPhone

Parce que le système ne le permet plus et réactualiser le site nous coûte trop cher ! Nous avons fait ce que nous pouvions ! L’association sera dissoute la semaine prochaine, ses locaux ayant d’ores et déjà fait l’objet d’un préavis abrégé. Je n’ai aucun intérêt à maintenir 2/6

Une structure qui nous coûte autant d’argent. Des bénévoles prendront le relais dans d’autres associations existantes. J’ai écrit à @Cyrilhanouna pour lui dire que je déclinai son offre de chroniqueur. Je serai présent pour la dernière fois samedi à la manif et ensuite 3/6

Je retournerai faire ce que j’aime + que tout : m’occuper de ma fille et de ses chevaux ! Dans quelques semaines je céderai mes parts détenues dans mon cabinet et je pendrai le large tant désiré ! Merci à mes détracteurs de m’avoir permis de précipiter un projet qui 4/6

Me tenait tellement à coeur. A mes soutiens je dis que le salut ne viendra de personne mais de votre capacité à résister ! Je continuerai à donner des confs. Les salariés de l’association seront probablement transférés à ce qui est transitoirement encore mon cab 5/6

MUNOZ Marie-France@MUNOZMarieFran4

J’ai participé au recours pour l’obligation vaccinale mais si vous lâcher l’affaire serais-je rembourser. Pour moi c’est une grosse somme car je suis seule avec 2 enfants et je suis suspendu sa salaire. Je comptais sur vous...

Clem Alysse @Clemalysse

Marie France ce recours n’aboutira jamais ça n’a jamais été le but. Ne le laissez pas prendre vos moyens de subsistance en plus de votre argent, faites vous vacciner demain et retournez travailler, vos enfants ont besoin de vous. Courage.

Naturellement, tous les trollages sont possibles, mais Di Vizio, après avoir ferraillé sur tous les plateaux mainstream et dans les médias alternatifs, s’en va s’occuper de ses chevaux. A-t-il reçu des menaces sur sa famille ?

« Il met aussi en avant ses craintes pour sa sécurité, et surtout celle de ses enfants. "Je n’ai aucune envie d’alimenter un débat de haine, je reçois des menaces à longueur de journée, je me balade avec des gardes du corps, mes enfants vont à l’école, c’est prévu pour bientôt, avec un service de protection rapprochée… On va où là  ? Il faut que ça s’arrête à un moment  !", assure le futur ex-chroniqueur de Cyril Hanouna. Avant d’évoquer le climat qu’il ressent  : "Les conditions d’un débat serein, apaisé, ne sont plus réunies. Je ne veux pas alimenter de violence dans cette histoire, et donc à un moment donné… Je suis un peu épuisé par tout ce que j’entends depuis un moment. Ce déferlement de violence, de part et d’autre, je ne suis pas sûr de bien comprendre ce qu’il se passe  !" » (Télé-Loisirs)

 

Après ces trois exemples, sur lesquels on ne jette pas la pierre, on comprend que le combat n’est pas facile : tous les assoiffés de justice, et ces trois hommes le sont, ne mesurent pas toujours la violence du Système quand on l’égratigne. C’est pourquoi il faut louer ceux qui sont toujours debout.

 

Bégaudeau et Rochedy, sur E&R :

 






Alerter

123 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2810701
    Le 18 septembre à 08:48 par Robert le Pieux
    Boulo, Chouard, Di Vizio : ces résistants qui craquent au premier (...)

    Réponse à Seb : "Me Brusa moins intéressé par l’argent ? Je ne sais pas, mais d’après DiVizio il a 70.000 adhérents et l’adhésion est à 10 euros minimum. Je ne dis rien, mais on peut le suspecter au moins autant (voire plus) que Di Vizio."
    Votre réaction est très fielleuse.
    Vous tombez dans le piège de la division, à moins que vous ne soyez un troll ?
    C’est bien di Vizio qui attaque son confrère en lançant ce chiffre de 70 000 adhérents, et alors ça le dérange ?
    Allez sur le site Réaction 19, et vous constaterez qu’avec 10 € par an, vous avez droit à toutes les informations juridiques et que vous pouvez vous constituer partie civile...
    Combien di Vizio demande t-il à ses clients ?
    Son cabinet prestigieux ne défend que les bons clients dans sa spécialité de droit de la Santé !
    Il n’est pas "calibré" pour les autres causes , il découvre l’ampleur de la situation avec stupeur.
    Non Maitre, la vie de vos concitoyens n’est pas un long fleuve tranquille...

     

    Répondre à ce message

  • Di Vizio bof. Au niveau juridique, nul, j’ai perdu 240 euros. Les conseils ?
    Les mêmes que donne Véran et c’est pas une blague.

     

    Répondre à ce message

  • Di Vizio n’est pas un soldat...Faut arrêter, allez au fight total c’est évidement pas pour lui...Di Vizio a toujours dit que c’était au peuple d’agir...Lui, il a mis en place des recours à deux EUROs pour attaquer le gouvernement....Résultat, 16000 plaintes...Pas 160000, pas 1600000, non, 16000....Voilà, les gens n’étaient pas au rendez-vous.Si vous devez blâmer quelqu’un,blâmez le peuple de veaux que sont les français !!!! Et, après le boulot incroyable qu’il a réalisé a TPMP l’ année dernière,
    un peu de respect les ER...Merci.

     

    Répondre à ce message

  • #2811040

    .... Ce déferlement de violence, de part et d’autre, je ne suis pas sûr de bien comprendre ce qu’il se passe  !" » .... il se passe que di vizio , comme beaucoup d’autres, a répondu à un appel venu du fond des âges .... est-ce celui de la peur des conséquences ou celui l’amour de ses proches ?
    disons qu’il aime trop ses proches pour pouvoir exprimer tout entier son courage

    pouvoir de nouveau aller pisser en paix contre un arbre de la foret bordant le près ou paissent les chevaux de sa fille ... enfin de nouveau comprendre ce qui se passe

    pour mémoire :
    CHARLES GUINANT, 18 MARS 1916, VERDUN
    S’il te plaît, ne pleure pas, sois forte. Le dernier assaut m’a coûté mon pied gauche et ma blessure s’est infectée. Les médecins disent qu’il ne me reste que quelques jours à vivre. Quand cette lettre te parviendra, je serai peut-être déjà mort
    saluons au passage la grande délicatesse des soignants de l’époque qui manifestement s’est transmise a ceux d’aujourd’hui

     

    Répondre à ce message

  • #2811396

    Rien de tout ceci ne serait arrivé si les français avaient soutenu Dieudo et donc Soral il y a 10 ans...

     

    Répondre à ce message

  • #2811397

    Pour les autres nous ne savons pas, mais Di Vizo, c’est de la lachete pure et simple et un beau couteau dans le dos a tous ceux a qui il a donne de l’espoir pour rien.

    De plus, les plaintes en questions n’ont jamais ete gratuitres, mais payantes... il est ou le benevolat ?

    Le type se barre au moment ou le pass rentre en vigueur pour les soignants et dans les hoiptaux. De qui se moque t’il !

    OPPOSITION CONTROLEE. Le terme est connu, voila ou on en est.

    Qu’il ai recu des menaces pour sa famille, c’est possible mais ce n’est pas une raison. Ils ont peut-etre des ’dossiers" sur lui comme c’est le cas pour beaucoup d’autres.

    Pas d’excuse, on ne lache pas les gens maintenant !

     

    Répondre à ce message

  • #2811408
    Le 19 septembre à 00:22 par ProtégeonslaPalestine
    Boulo, Chouard, Di Vizio : ces résistants qui craquent au premier (...)

    J’ignore quel ayatollah du jusqu’auboutisme militant et de la radicalité sacrificielle nous a pondu ce soliloque unidimensionnel dans lequel il / elle évalue la qualité de l’engagement des uns et des autres. La posture qui consiste à dire : "Lui-là, il a fondu comme une biscotte au premier contact avec le lait des représailles" fait très institutrice moustachue et souffrant d’halitose. Si l’on suit le fil directeur de cet article, qui s’assied sur le sens de la nuance, le moment est donc venu de traiter Hervé Ryssen de pleutre un peu fragile puisqu’il reste silencieux depuis sa sortie de prison, ou Vincent Raynouard de veule parce qu’il s’est taillé à Londres, ou Louis Fouché de roseau qui ploie pour avoir accepté, le cœur serré, la proposition de mise en disponibilité qui lui a été imposée !?!

    De quel mauvais roman de cape et d’épée pour amateurs de reconstitutions historiques, sort l’idée saugrenue de faire rimer résistance et radicalité ? Je pense que résister, c’est faire montre de rationalité, ne pas se laisser entraîner dans les extrémités où les adversaires cherchent à vous amener.

    J’aurais apprécié que l’héroïsme de Maître Di Vizio soit reconnu, que le jugement de valeur exalté le cède au principe de réalité : il me suffit de savoir qu’il est le seul avocat de France a avoir osé instruire plus de 1500 plaintes ayant mené à la mise en examen de Agnès Buzyn. Je ne me sens pas le droit d’exiger de lui qu’il pousse le panache jusqu’à attendre que ses confrères le radient du barreau ou que ses gosses se prennent les mêmes menaces à peine voilées que celles formulées par l’avocat d’un pédocriminel à l’encontre des enfants de Dieudonné.

    La satisfaction de l’auteur serait-elle plus intense si Di Vizio ou un autre résistant répondait aux menaces en misant leur gagne-pain, leur liberté, leur vie ? Cela s’appelle mourir pour la gloire, et c’est une posture poétique. Dans une posture politique, se sacrifier au combat consiste paradoxalement à rester vivant. Je suis de ceux qui pensent, par exemple, qu’Alain Soral a raison de ne pas pousser la radicalité sacrificielle jusqu’à s’attabler en terrasse à Saint-Germain-des-prés en attendant la prochaine patrouille, et de s’éloigner du coeur de cible pour mieux tirer. Cet article ne fait guère le distinguo entre mourir pour une idée (soldat du Hezbollah) et agir pour une idée (dissident occidental).

     

    Répondre à ce message

    • #2813270

      @ProtégeonslaPalestine Je trouve, au contraire, cet article plutôt tempéré et nuancé. Si je peux te rejoindre sur l’intention globale de ton commentaire - éviter de tomber dans le jugement de valeur stérile - je trouve justement qu’il la retranscrit mal et peut prêter à confusion.

      Il n’y a pas d’héroïsme chez Di Vizio parce qu’il aurait fait son travail d’avocat en étant le seul avocat en France à avoir instruit 1500 plaintes. On peut le reconnaître sans pour autant l’honorer (aussi pudique voudrait être cet honneur). C’est que le combat a pris une nouvelle forme et ceux qui pensent encore « agir pour une idée » en allant manifester dans la rue le Samedi ou souhaitant simplement incarner un peu les voix discordantes au discours dominant dans les médias traditionnels en sont encore à l’échauffement, à combattre encore avec un sparring-partner (qui aime se cacher en tant que tel). Alors, on peut apprécier les talents ou les qualités d’un combattant lors d’un échauffement mais personne ne lui demande pour autant qu’il les fasse valoir entièrement à ce moment-là. Car au moment du combat c’est autre chose : il y a l’enjeu et la pression à prendre en compte. Di Vizio s’est cramé à l’échauffement avant un combat tout comme ces militants idéalistes et parfois radicaux dans les manifs.

      D’ailleurs à propos de « radicalité », il faut bien s’entendre sur les termes. Qu’entendez-vous par là ? D’entêtement aveugle ou de fermeté d’esprit ? parce que les deux sont une radicalité et les deux peuvent être sacrificielle. Pour autant, la fermeté d’esprit d’un Dieudonné devant les attaques du système n’a jamais sombré dans l’entêtement aveugle du militant gauchiste.
      Les images sont belles (soldat du Hezbollah), les bons mots aussi (agir pour une idée) mais ils peuvent ne pas toujours convenir à cette nouvelle forme que prend la résistance aujourd’hui. La figure du soldat, du militant ou de l’intellectuel a parfaitement été intégrée par le système aujourd’hui (comme vous le savez sans doute). C’est pour cela qu’elle exploite tout le pouvoir de séduction que peut lui octroyer désormais le système. Alors, aussi étonnant que cela puisse paraître à certains aujourd’hui, l’essentiel combat ne se passe plus dans la rue, dans les médias ou dans l’hémicycle (même s’il n’est pas interdit de s’échauffer - ménagère à la manif - ou de continuer - Philippot - de s’entraîner dans la perspective d’un combat) mais... sur internet et dans la trivialité du quotidien.

       
  • #2811799
    Le 19 septembre à 15:23 par Monde en péril
    Boulo, Chouard, Di Vizio : ces résistants qui craquent au premier (...)

    N’oublions pas que le camp adverse (celui des tenants du pouvoir et donc des persécuteurs) a les moyens de détourner un adversaire de ses objectifs initiaux, de lui proposer un poste pour calmer sa rage, arrêter son combat, d’acheter son amour, oui oui l’amour, même par intérêt, tant que ça permet d’asseoir sa domination c’est tout benef.
    On appelle ce phénomène : l’achat des consciences.

     

    Répondre à ce message

  • #2812161

    J’ai eu la même impression quand Hervé Ryssen a baissé pavillon après son incarcération. La résistance n’est pas que conceptuelle, elle est aussi physique avec des larmes et du sang.
    N’est pas résistant, qui veut.

     

    Répondre à ce message

    • #2812331

      Enfermé depuis 100 jours à la prison de Fleury Merogis, l’écrivain Hervé Ryssen s’exprime
      30/12/2020 04:18

      Enfermé depuis 100 jours à la prison de Fleury Merogis en raison de ses écrits – dans un pays qui prétend pourtant garantir la liberté d’opinion et d’expression – l’écrivain Hervé Ryssen s’est exprimé via son avocat, le 27 décembre, sur les réseaux sociaux. Nous reproduisons ce texte ci-dessous :

      MESSAGE D’HERVÉ RYSSEN, DE SA CELLULE DE FLEURY-MÉROGIS : 26 décembre 2020

      Voilà, ça fait 100 jours que je suis incarcéré à la prison de Fleury-Mérogis. Quand je pense à tout ce que l’on m’a fait subir, tout bien pesé, c’est quand même le sentiment d’injustice qui domine.

      En 2003, dans l’affaire de l’occupation de la basilique Saint Denis par des immigrés clandestins venus d’Afrique, j’ai été condamné à de la prison avec sursis pour « violence ». Dans son procès-verbal, le curé Bernard Berger – la victime – le reconnaît pourtant : « Je n’ai été ni frappé, ni bousculé, entre eux et moi, il n’y a pas eu de contact physique… Je n’ai pas eu l’impression que les 3 hommes auraient pu être violents. » Mais j’ai quand même été condamné à une peine de prison.

      En 2013, j’ai été condamné pour « port d’arme ». C’est ce que les présidents de tribunaux rappellent publiquement à chacun de mes procès. Il s’agissait d’une bombe lacrymogène dans la voiture, alors que je collais des affiches annonçant une prochaine conférence à Paris, sur le thème « Quel avenir pour l’homme blanc ? ».

      En 2014, j’ai été condamné à de la prison ferme pour une simple blague. Parce que quand j’écris que je prévoyais d’arrêter la voiture présidentielle avec un pistolet à plomb, c’est évidemment une blague. Alors certes, l’ancien maire de Paris Bertrand Delanoë y était traité de « sac à sperme » qui devait exploser ou quelque chose dans le genre. 3 mois ferme pour « menace de mort en raison de l’orientation sexuelle » ; mais il est vrai qu’ils auraient pu me coller « apologie de terrorisme ». Ils m’ont fait un cadeau, en quelque sorte.
      Donc : homme violent, armé, et prêt à tuer. Voilà le portrait que l’on fait de moi au début d’un procès.

      Ensuite, c’est une pluie de condamnations pour provocation à la haine, à la « violence ou à la discrimination raciale », « injure publique à caractère raciste », toujours sur des petites phrases de conclusion.

       
  • #2816315

    Di Vizio semble s’être ressaisi après un coup de mou.
    Il est aussi beaucoup plus radical dans ses propos quand il n’est pas diffusé...
    Je crois qu’il va faire un peu comme ce que préconisait Louis Fouché sur Radio Courtoisie : Il y a ce que l’on dit avec la conscience de ce que cela peut générer et ce que l’on fait et qui ne fait pas de publicité et qui est plus radical.

    Après, je n’ai jamais cru en Boulo ou Chouard, depuis bien longtemps comme la plupart des "leaders" qui ont émergé des gilets jaunes.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents