Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Amazon : l’exploitation humaine robotisée et informatisée

Peut-on arrêter le Progrès ?

Bienvenue en dystopie : se faire virer de son emploi d’employé d’Amazon par une simple application.

Il s’agit de la suite de la série des Terminator la plus triste possible : les robots sont là pour vous envoyer un message sarcastique vous indiquant que vous n’aurez plus besoin de venir travailler.

 

Une traduction E&R

 

Au départ, nous étions inquiets de l’introduction des robots dans notre vie professionnelle en raison de la disparition potentielle des emplois manuels. Les robots prendraient le contrôle des usines, nous disait-on, ils conduiraient nos voitures et nos camions, et ils feraient tout le nettoyage pour lequel les concierges et les employés de maison sont actuellement engagés. Mais il s’avère que les pilotes automatiques conduisent les voitures aussi bien que mon chat lorsqu’il est ivre, et la façon dont l’aspirateur automatique de mon ami se perd toujours sous la table de la cuisine, tournant inutilement, incapable de trouver la sortie, suggère que nous aurons encore besoin de personnes avec des balais pendant un certain temps.

En fait, les robots ne sont pas là pour remplacer ce niveau inférieur de travail sous-payé et sous-évalué. Ils sont là pour s’asseoir confortablement au milieu, pour nous surveiller et nous contrôler, nous embaucher et nous licencier. Amazon a récemment remplacé ses cadres intermédiaires et ses travailleurs des ressources humaines par une intelligence artificielle qui détermine quand un travailleur a épuisé son utilité et doit être licencié. Il n’y a pas d’humain à qui faire appel, pas de négociation avec un robot. Il s’agit de la suite la plus triste possible de Terminator, où les robots ne sont pas là pour vous assassiner ou vous réduire en esclavage, mais plutôt pour vous envoyer un message sarcastique vous informant que vous n’aurez pas besoin de venir travailler demain, ni même plus jamais.

Selon un rapport de Bloomberg, les conducteurs Flex, qui sont des travailleurs contractuels d’Amazon et ne bénéficient pas des protections réservées aux employés à temps plein, sont embauchés et licenciés via une application. Un logiciel surveille chaque travailleur pour déterminer s’il travaille assez rapidement, s’il conduit de manière suffisamment sûre et s’il atteint efficacement ses quotas de livraison. Le fait que ce programme soit truffé d’erreurs et punisse les travailleurs pour des choses dont ils ne sont pas responsables, qu’il s’agisse de problèmes de circulation ou d’instructions de livraison incorrectes, ne semble pas préoccuper Amazon. Les travailleurs se sont souvent plaints du contrôle injuste et du manque de surveillance humaine, mais Amazon a maintenu son système.

Ce système fonctionne pour Amazon parce que les États-Unis conservent une grande population de travailleurs précaires et sous-payés. Il n’est même pas difficile de comprendre pourquoi. Jeff Bezos, qui ne cesse de nous promettre qu’il va quitter la Terre et aller dans l’espace mais qui est toujours là, semble croire que tous les travailleurs sont intrinsèquement paresseux. Et voyez, c’est toujours très utile quand nos maîtres milliardaires disent du mal tout haut de sorte que nous n’avons même pas à spéculer. L’homme qui a conçu les entrepôts d’Amazon a pratiquement dit que les systèmes d’Amazon sont conçus pour favoriser une rotation élevée des employés, parce que les travailleurs à long terme prennent leurs aises et sont moins inquiets de plaire à tout prix.

Le désespoir est la clé. Lorsque les êtres humains ne savent pas pourquoi les choses leur arrivent, ou ressentent une perte générale de contrôle sur les résultats de leurs propres actions (parce que, disons, ils font leur travail du mieux qu’ils peuvent, mais sont soudainement et mystérieusement licenciés), cela provoque anxiété et désespoir. Cela fait de nous tous des pigeons superstitieux, battant des ailes sauvagement dans l’espoir de recréer les conditions qui nous ont permis d’être récompensés.

Ce système fonctionne pour Amazon parce que les États-Unis maintiennent une large population de travailleurs précaires et sous-payés. Bezos et d’autres comme lui semblent penser qu’il existe une réserve inépuisable de personnes disponibles pour être broyées par leur système et recrachées au moment opportun. Et, jusqu’à récemment, ils n’avaient pas tort.

Les terribles conditions de travail des chauffeurs-livreurs d’Amazon font la une des journaux depuis des années, mais Amazon n’a pas eu de mal à pourvoir ces emplois – même si les camionnettes de livraison sont la cible de vols et de pillages, et que les chauffeurs-livreurs sont harcelés et suivis par les habitants dans les quartiers. Dans une lettre ouverte adressée à Jeff Bezos l’année dernière, Abe Collier a raconté son expérience en tant que chauffeur-livreur d’Amazon et les pressions qu’il subissait au cours d’une journée de travail : déshydratation en raison du manque de sanitaires, des attentes irréalistes quant à la rapidité des livraisons, l’hostilité des passants, l’effort physique. Mais Collier a également tenu à préciser qu’il était reconnaissant d’avoir pu être maltraité de la sorte. Il n’avait pas droit aux allocations de chômage et, écrit-il, « en raison de la pandémie, j’étais désespérément à la recherche d’un quelconque revenu ». Cette gratitude est également à l’origine du récent échec de la syndicalisation dans un entrepôt d’Amazon. De nombreux travailleurs ont dit être reconnaissants pour leur travail, car un mauvais salaire est mieux que pas de salaire du tout.

Mais grâce à la récente prolongation des allocations de chômage due à la pandémie, moins de travailleurs ressentent ce désespoir qui permet à Amazon de traiter ses employés de manière aussi cavalière, comme s’ils étaient des objets jetables. De nombreux employeurs qui avaient des travailleurs surchargés et sous-payés se retrouvent sans personnel à maltraiter, car les gens décident de donner la priorité à leur famille, à leur santé ou simplement au fait de ne pas se faire crier dessus sur la « dignité du travail » pour 8 dollars de l’heure.

Alors que les politiciens font la moue sur la possibilité de devoir augmenter le salaire minimum à 15 dollars, un niveau qui aurait permis de vivre décemment il y a 10 ans peut-être, il est probable que ces allocations de chômage seront amenées à expirer et que le filet de sécurité sera supprimé une fois de plus. Amazon ne changera pas d’elle-même à moins d’y être forcée, ce qui signifie de donner aux gens le pouvoir – et l’argent – de dire non à leur propre exploitation.

La vie rêvée d’Amazon :

 






Alerter

53 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2770790

    Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes.
    Il y a la sphere capitaliste, et il ya la sphere sociale.
    Ils ne sont pas compatible entre eux.
    L’un doit se nourrir de l’autre, je vous laisse deviner qui se nourrit de l’autre car la symbiose est structurellement impossible.
    Je vous resume en quelques mots ce que d’autres vous expliquent en plusieurs livres.

    Y a il une solution ? OUI (peut-être)
    Ca s’appelle, l’économie basée sur la ressource, et pour cela il faut supprimer l’argent physique ou virtuel.
    On n’a pas le choix, l’argent et le capitalisme ne conduiront à la destruction de notre Monde.

    Les grandes religions nous avaient averti déjà, le veau d’or, les marchands du temple, la riba chez les musulmans...etc

     

    Répondre à ce message

    • #2770967
      Le 22 juillet à 12:52 par bon sens
      Amazon : l’exploitation humaine robotisée et informatisée

      C’est plus une question de burnes que d’idées à présent : tant qu’on n’aura pas le pouvoir, on ne pourra appliquer aucune d’entre elles !

      Donc je rappellerais l’observation de M. Soral : "La révolution ou la mort".

      Arrêtons de tortiller et n’hésitons pas à déraper (étoile jaune...), car en face ça les rend fous et ils commettent ainsi des erreurs. La peur doit changer de camp.

       
    • #2771090
      Le 22 juillet à 16:02 par Huguenot
      Amazon : l’exploitation humaine robotisée et informatisée

      Je choisis le capitalisme libéral sans hésiter. Ton programme n’est pas crédible.

       
    • #2771323
      Le 23 juillet à 00:28 par VaeVictis80
      Amazon : l’exploitation humaine robotisée et informatisée

      Face à la monomanie totalitaire de Marx vis à vis de la monnaie et de la propriété, je préfère le bon sens de l’ancien régime....corporation et interdiction de l’usure.

       
  • #2770800

    Cette robotisation se généralise, le robot DRH chez Amazon, les I.A. journalistes créées par Microsoft, ça me rappelle le film Elysium ou le héros va voir une assistante sociale qui se trouve être un robot qui lui prescrit des médocs sans se soucier une seconde de sa personne, en fait, un peu comme le personnel que l’on trouve en France...
    Bientot le robot flic qui défoncera les manifestants avec aussi peu de scrupules que les CRS, mais avec beaucoup plus de force. Ce sera bien plus pratique que les humains, un robot flic se plaint jamais, obéit aux ordres et même pas besoin de le payer.
    A propos de Jeff Bezos, il escroque ces employés pour se payer une fusée pour rester 3 minutes au dessus de la stratosphère, si seulement il pouvait partir dans l’espace et ne jamais revenir !

     

    Répondre à ce message

  • #2770834

    Si Jeff Bezos est l’homme le plus riche du monde c’st tout simplement parce qu’il est le pire exploiteur du monde . " Il n’est de richesses que d’hommes " écrivait déjà Jean Bodin au 16ème siècle . Négriers pas morts .

     

    Répondre à ce message

    • #2770913
      Le 22 juillet à 11:31 par Eugénie
      Amazon : l’exploitation humaine robotisée et informatisée

      Pas du tout, la fortune de bezos vient en partie du cloud ( pas du commerce amazon) ,du service en ligne prime et pour finir il est l’homme le plus riche du monde grâce à LA CAPITALISATION BOURSIÈRE de ses entreprises, il n’a pas 100 milliards d’euros sur son livret A.

       
    • #2770945

      Je connais des gens qui travaillent chez LVMH : un enfer . L’escroc Arnault (il a volé LVMH à son légitime propriétaire) homme le plus riche d’Europe...

       
    • #2773813
      Le 26 juillet à 05:58 par SpiritusRector
      Amazon : l’exploitation humaine robotisée et informatisée

      Jeff et Ellon sont des guignols de seconde zone, ils ne sont que le reflet trompeur que les véritables tenants des leviers ont mis en place pour se dissimuler...

      Les banques centrales et les fonds de pension et d’investissements tiennent les banques commerciales et les multinationales.
      Qui tient les banques centrales et les plus gros fonds de pension et d’investissements ?

      Qui ?

      L’argent n’est pas la mesure. Les leviers sur le réel sont la mesure.

      Ellon et Jeff obéissent ou dégagent avec perte et fracas.

      Ce sont des leurres, tout comme Dorsey, Zuker et les quelques autres...

      Parfois en nettoyant un égout dans lequel vous ne pensiez trouver que des étrons mous, vous trouvez un alligator... Mr Trump avait sous estimé le niveau de merdier... Il a tout précipité avec Epstein.

      Dans un sens il était temps, les dés sont jetés maintenant.

       
  • #2770862

    "ce qui signifie de donner aux gens le pouvoir - et l’argent - de dire non à leur propre exploitation."

    Bah oui, c’est simple. Se barrer. Il manque de la main d’oeuvre dans bien d’autres secteurs encore un peu humains.

    Et puis, comme disait Coluche -" Quand on pense qu’il suffirait de ne pas les acheter pour que ça ne se vende plus".

     

    Répondre à ce message

  • #2770869

    avoir remplacé des métiers cons par des robots, tant mieux, cela replace l’humain à sa vraie place qui est de faire des choses plus créatives, plus humaines, et qui participent à l’évolution des civilisations en apportant des choses positives dans tous les domaines... Mais ce genre de robot, il faut les dégommer. Quand on voit l’évolution dans le monde informatisé, la vraie crainte c’est l’IA, car on en est à ce que certains robots arrivent à penser par eux-mêmes, ce qui amène à ce constat : est-ce que les films de science-fiction deviendront de la réalité, les robots prenant le pouvoir ?

     

    Répondre à ce message

    • #2771012

      Les robots prendraient le pouvoir pour quoi faire ? Baiser les plus belles filles ?... Aller dans des restaurants étoilés ?

       
    • #2771218
      Le 22 juillet à 19:22 par qu’elles se demmerdent
      Amazon : l’exploitation humaine robotisée et informatisée

      Les robots prenant le pouvoir pour prévoir toute les probabilités futures des destinées suivant la génétique et les pensées, afin que tout deviennent prévisible pour tous et que toute personne imprévisible ou potentiellement dangereuse pour le système soit éliminée avant même qu’elle le sache elle même.

       
    • #2772611

      Pépé : bah non, mais justement ce qui est décrit, vous avez lu l’article ? C’est le début de la suite possible.

       
  • #2770987
    Le 22 juillet à 13:11 par quenelle 67
    Amazon : l’exploitation humaine robotisée et informatisée

    Amazone c’est le résultat , mais nos petits chefs qui nous traitent commes des moins que rien et qui nous payent au lance pierre commencent a pleurer maintenant alors que cela fait 30 ans qu’on nous chie dessus .
    Cela se passe dans toutes les entreprises francaises ou c’est les gens creux qui sont au pouvoir .
    La plus part des grandes boites sont au moins le meme niveau qu’am
    azone .....
    Quand l’etat dit qu’il y a creation d’emplois il ne te dit pas lequel ...

     

    Répondre à ce message

  • #2771066
    Le 22 juillet à 15:05 par crachetonvenin2
    Amazon : l’exploitation humaine robotisée et informatisée

    Donc licenciés via une application ... avec "un chef" tout-puissant qui va aussi "dans l’espace" où il n’y a personne ... et pour cause car un "chef" décadent et pleutre.
    Le leadership mondial et aussi français et élyséen et assis uniquement sur son gros tas ... de fric a-t-il besoin de plus en plus d’intermédiaires pour échapper à la peur de la corde qui permet pourtant de ficeler des paquets à envoyer ensuite ?

     

    Répondre à ce message

  • #2771162

    Le piège fatal de la civilisation de la machine

    « On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l’on admet pas d’abord qu’elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure. » – Georges Bernanos

    « Je vais essayer de montrer dans cet article que la civilisation technique dans laquelle nous baignons n’est ni anodine, ni normale ni souhaitable parce qu’elle est le signe d’un formidable changement de paradigme pour l’homme qui lui sera fatal ; fatal parce que cette civilisation est un des signes les plus visibles du règne de la bête, autrement dit de l’Antéchrist.

    Il ne s’agit pas seulement d’améliorer nos conditions de vie par le progrès technique mais d’adopter un mode de vie et de pensée qui impacte la direction même de notre vie, personnelle et collective, par ses implications philosophiques, morales, sociales, familiales, économiques et spirituelles ; en réalité c’est "un crime organisé contre l’Esprit" selon la formule de Bernanos.

    En ressort un nouveau type d’homme, discipliné par la machine, qui pense et agit dans le cadre d’une société antichristique "où l’or sera Dieu" (Bernanos) qui s’est substituée en un temps record à notre civilisation chrétienne. Laissons Bernanos à nouveau nous le résumer de façon saisissante (dans son ouvrage « La France contre les robots » écrit en 1945) : "Nous n’assistons pas à la fin naturelle d’une grande civilisation humaine, mais à la naissance d’une civilisation inhumaine qui ne saurait s’établir que grâce à une vaste, à une immense, à une universelle stérilisation des hautes valeurs de la vie."

    Ils ont été plusieurs à entrevoir, à l’issue de la seconde guerre mondiale, le terrible avenir que désormais la société des vainqueurs concoctait pour l’humanité. Georges Bernanos en 1945, Virgil Gheorghiu en 1949, « La 25e Heure » entre autres, nous avertissaient des terrifiants développements qui paraissaient déjà inéluctables, tandis que Georges Orwell en 1947, dans l’autre sens, tentait de brosser les contours de cette civilisation de la machine, une fois à maturité 40 ans après.

    Les relire aujourd’hui en 2021 est d’une telle acuité qu’on en reste saisi de stupeur. »

    suite du texte de Louis d’Alencourt sur son site Le Grand Réveil.

     

    Répondre à ce message

  • #2771346

    Remplacer des zombies lobotomisés par des robots, pourquoi pas ?

     

    Répondre à ce message

  • #2771416

    On tourne en rond quand je lis les commentaires.
    Baissez la part des taxes et des impôts en France et automatiquement les prix pourront être revus à la baisse.
    Amazone ne paie aucun impôts comme nos petites PME.
    le problème est toujours le même : la malhonnêteté des gens qui dirigent le pays car eux sont les seules à instaurer un système où il sera possible de tous avoir un travail en ayant un salaire minimum convenable et sans finir le soir sur les rotules et casser en deux et crever à 70 ans.
    je parle pour les petits boulots mais qui sont finalement les plus utiles et les plus nombreux.
    je travail dans la livraison de colis et en 30 ans le volume de colis et de clients a livré à été multiplier par deux par chauffeurs et les moyens divisés par deux alors que le travail a littéralement explosé.
    bref nous travaillons plus pour gagner moins et nous payons de plus en plus d’impôts.

     

    Répondre à ce message

    • #2771631
      Le 23 juillet à 11:18 par Nabot la honte
      Amazon : l’exploitation humaine robotisée et informatisée

      "Baissez la part des taxes et des impôts en France et automatiquement les prix pourront être revus à la baisse.". Parfaitement exact ! Et ça personne n’en parle ! L’inflation c’est l’état ! 10 à 50 % d’augmentation des taxes et tarifs publics (edf, gaz, péages, tabac, essence, poste, etc ...) tous les ans, augmentations non prises en compte par l’insee pour le calcul de l’inflation !

       
Afficher les commentaires précédents