Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Gauche du travail et droite des valeurs en force à l’Assemblée

Panique chez Robert Ménard et BFM TV

Il y a des moments, même en pleine dystopie, même en pleine canicule, même en peine guerre contre la Russie (que notre Président est le seul à vouloir), où l’on ne doit pas bouder son plaisir. Les hommes ont toujours ri sous les bombes, c’est con, mais c’est humain. Partout et toujours, la survie s’impose.

 

Matthieucroissandeauisation des esprits

Vous savez qu’on aime bien sortir des gens de l’anonymat, pour les rendre célèbres, surtout ceux qui le méritent. On a fait nôtre la maxime d’Andy Warhol sur le quart d’heure de célébrité. Ce 15 juillet 2022, c’est au tour de Matthieu Croissandeau de devenir une star.
Matthieu, c’est L’OJIM qui en parle le mieux, donc on va commencer par là. Nous sommes en avril 2014, date à laquelle Matthieu est nommé directeur de la rédaction du Nouvel Observateur. Déjà, on va voir que quand le Système le place à un trop haut niveau, il dégringole.

En premier lieu, l’intéressé, journaliste au Nouvel Observateur de 1997 à 2011, était lui demandeur car « placardisé » au Parisien depuis juin 2013. Recruté comme rédacteur en chef politique par le quotidien d’Amaury, il avait été promu patron du grand pôle « actualité-économie-politique » mis sur pieds en juin 2012. Croissandeau a payé l’échec de cette nouvelle organisation rédactionnelle, qualifiée d’usine à gaz en interne. Un an plus tard, il a été rétrogradé rédacteur en chef éditorial, chargé également d’assurer également les plateaux de télévision et les émissions radio.

Et on va comprendre rapidement pourquoi cette rétrogradation.

Secondo, la candidature de Matthieu Croissandeau faisait du sens du côté du futur nouvel actionnaire du Nouvel Observateur, Le Monde. Son père, Jean-Michel Croissandeau, a créé Le Monde de l’éducation en 1974, dont il a été le rédacteur en chef de 1982 à 1989. Le journaliste, passé par la communication du ministère de l’Éducation nationale sous Lionel Jospin, a terminé sa carrière en 2000 en tant que directeur commercial du Monde. Surtout, Matthieu Croissandeau, à 42 ans, incarne à la fois les valeurs de L’Obs (la gauche, le côté exclusif) et le renouveau (il a travaillé ailleurs, au Parisien). Sa mission lui a été clairement fixée par le président du directoire du Monde, Louis Dreyfus, quadragénaire comme lui. Il s’agit de relancer (voire de réinventer) Le Nouvel Observateur, leader vieillissant et déclinant des newsmagazines français.

Ah ben voilà, tout devient clair : un gros pistonné, le Matthieu ! Tout de suite placé sur les bons rails, et ce à peine sorti de l’œuf ! C’est sûr que c’est pas l’esprit E&R, qui applique la méritocratie républicaine : t’es bon, tu bosses, tu restes ; t’es pas bon ou tu bosses pas, tu dégages. Le piston permet à un tas de médiocres de s’accrocher à des places pour lesquelles ils sont en surclassement.

Pour vous dire la vérité, Matthieu n’a rien réinventé du tout, le Nouvel Obs a continue à couler doucement, et un jour Matt a été mis en minorité, quelle surprise, puis il a été éjecté, pour atterrir chez Fogiel, c’est-à-dire BFM TV, disons ce qui se fait de pire en matière déontologique, quelques journalistes mis à part, dont Maxime Zwitek.

Après cette longue introduction sur le bonhomme, voici la masterpiece (ça doit vouloir dire pièce maîtresse en anglais) qui prouve, s’il le fallait, que Matt est professionnellement obsolète.

Petit chien de garde du Système en sueur

Matthieu  : Ce premier échec de la majorité relative est riche d’enseignements. Mais d’abord je voudrais vous montrer une image, celle des cris de joie, des applaudissements qui ont salué le détricotage du texte hier. (…) On y voit, vous l’avez vu, l’extrême droite applaudir et la gauche debout ensemble. Alors je suis sans doute un peu vieux jeu d’une autre génération mais je me souviens d’un temps où lorsque l’extrême droite faisait quelque chose, ben la gauche y voyait rarement une occasion de se réjouir (...), ce temps-là est manifestement révolu. (...) Dans cette Assemblée à nulle autre pareille, nous sommes en train d‘assister à des convergences de vues dans des alliances de circonstances qui dépassent parfois l’entendement.

Notez que cela dépasse l’entendement de Matthieu, ce qui n’est pas très compliqué.

Matthieu  : « Alors c’est une bonne chose d’un point de vue démocratique que de voir que les textes peuvent évoluer lors de leur passage à l’Assemblée nationole, nationale pardon, après tout le Parlement joue son rôle, on l’avait un peu oublié, mais cela risque de sérieusement compliquer la donne pour le gouvernement. »

Mais attend, Matt, si ça complique la donne pour le gouv, en quoi ça t’embête ? Tu bosses pour lui ?

Matthieu  : « On a assisté hier à une genre de francislalannisation des esprits, oui, tous les antivax, tous les antipax, tous les antipass, tous ceux qui nous rebattent les oreilles sur la dictature sanitaire depuis deux ans, tous les Philippot, les Nicolas Dupont-Aignan, étaient aux anges et ça, ce n’était pas forcément très rassurant. »

Et là, l’animateur principal lance : « Fais attention, on va te casser la gueule ! »

 

On comprend mieux pourquoi ce gros poussin a atterri chez BFM. Pendant qu’il chouine sur le réveil de la démocratie, sans comprendre que les députés LFI et RN défendent leurs électeurs, donc une bonne partie des Français, même les sénateurs se réveillent. On dirait que le pays entier sort de deux ans de torpeur. Sauf Matthieu, qui ne comprend plus rien.

 

 

Un peu plus et ceux qui font vivre démocratiquement l’Assemblée passaient pour des platistes. On comprend qu’avec de tels concepts, le petit Croissandeau ait terminé sa carrière chez Fogiel, qui est quand même, malgré ou grâce à ses énormes lacunes politiques, directeur général de BFM TV.

Pour qui connaît le bonhomme, ce grand défenseur de la GPA en France, c’est comme si le fritier du Macdo de Jaurès (la station de métro, pas le socialiste) était bombardé second de cuisine chez Bocuse. On appelle ça la discrimination positive.

 

 

 

La France politique redécouvre les vertus de l’alliance entre la gauche du travail et la droite des valeurs.
La recimentation du populisme de droite et du populisme de gauche – adios le cordon sanitaire – est en train de ringardiser un par un les agents du Système, qui ne cachent pas leur panique.

 

 

 

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

35 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2993067
    Le 15 juillet à 18:25 par réconciliation
    Gauche du travail et droite des valeurs en force à l’Assemblée

    Macron a toujours eu le cul entre deux chaises : entre l’oligarchie à moitié satisfaite de ses services (échec de la vaccination, échec du pass, échec en Ukraine) et entre un peuple maintenant aux 4/5ème réfractaire !

     

    Répondre à ce message

  • #2993137

    Garrido, Corbière et compagnie s’allier au RN ? Après le beurrage de raie du 2eme tour ? Trop cons, trop corrompus, trop ambitieux.

     

    Répondre à ce message

    • #2993684

      Avant même de parler "d’alliance" RN/LFI encore faudrait-il qu’il y ait unité dans la maison Melenchon. Ce n’est pas le cas. On est sur une grosse bagarre à venir entre un courant "LGBT/wokiste" et un courant "social-économique". L’affaire Coquerel n’est pas un "complot d’extrême droite" comme le dit Mélenchon mais le début de la bagarre entre les deux courants. Je tiens pour acquis que cette offensive contre Coquerel vient de la clique sociétale de LFI (Autain, Simonet, Caron etc...)

      Donc alliance RN/LFI je ne vois pas comment cette division à l’intérieur de LFI la permet.
      Sans parler du fait que les électeurs des deux camps, dans leur écrasante majorité, n’en veulent pas.

      De manière générale il faut considérer, à mon sens, qu’il existe un National Populisme (ou Nationalisme bien compris) et une extrême gauche (le populisme de gauche n’existant pas. En tous cas en France.)

       
  • #2993150

    Décidément Ménard est le traitre à la Cause nationale (j’allais écrire autre chose, mais je ne veux pas surcharger les administrateurs du site).

     

    Répondre à ce message

    • #2993395

      J’ai toujours vu Ménard et Collard comme des traîtres absolus au RN. Ils n’ont jamais été là que pour le couler de l’intérieur.

      Avec l’autre avocat marron qui n’a jamais eu sa carte car il aurait perdu son statut dans les loges, mais de qui se moque-t’on ? Il est donc envoyé par des gens qui sont ennemis déclarés du RN !

      Ce genre de manoeuvre politique occulte devrait être lourdement punie par la loi, on est en plein dans une trahison du systême envers les électeurs. "Vous aimez bien le RN ? On va y envoyer des enculés avec des têtes à claques, juste pour rendre plus détestable un parti qui ne l’est pas !"

      Et pour que moi je l’aie vu, c’est que ça se voit à 20 bornes ! Je comprends que Marine ne pouvait pas déclarer officiellement "aucun maçon au RN", mais elle aurait pu le pratiquer sans le dire, merde, quand même !!!

      Et maintenant, le ver est dans le fruit ! Le nombre de gens que j’ai tenté de convaincre de la légitimité du RN qui m’ont répondu : "oui, mais y a quand même des gens détestables, comme Collard et Ménard, ils sont vraiment racistes, gna gna gna !"
      Ils sont MAÇONS, tes racistes du RN ! Donc par définition, ils sont le contraire du RN !

       
    • #2993852

      Ménard (comme Collard) ne sont pas, du point de vue de la philosophie politique, bien construits.
      Dès lors ce sont des feuilles mortes que le premier vent venu emporte. Je ne crois pas à une infiltration du mouvement national par ces deux personnages (politiquement insignifiants et sans épaisseur).
      Sous le coup d’une émotion ils adhèrent. En vient une autre, ils quittent.

      Du vent sans plus et donc adieu et "buona fortuna" dans leur zigzagant voyage dont ils ne connaissent même pas le port d’arrivée.

       
  • #2993170

    BFM tout comme ce Robert MÉNARD
    sont de véritables à claques.
    Quant aux huées adressées au Président,
    il faut pas y attacher plus d’importance que ça.

    Ce qui importe véritablement est le résultat des élections.
    - Taux d’abstention
    - Taux de suffrages exprimés
    - Score pro-Macron
    - Score anti-Macron

    Au total le fait est que tous ceux qui expriment véritablement leur antagonisme contre ce dangereux énergumène restent malheureusement une minorité.

    Son entourage et lui-même l’ont bien intégré
    ce qui conforte leur positionnement
    dans l’arrogance et la vulgarité à l’encontre de tous leurs opposants.

     

    Répondre à ce message

  • #2993179
    Le 15 juillet à 21:24 par Jean-Marc (un belge)
    Gauche du travail et droite des valeurs en force à l’Assemblée

    Francislalannisation des esprits !
    Trop juteux comme expression !
    Merci Monsieur Lalanne ... moi aussi j’aurais voulu que mon patronime passe à la postérité.
    Votre revirement de cap vous aura bien été salutaire.
    Comme quoi ... con un jour ... mais pas pour toujours !

     

    Répondre à ce message

  • #2993223

    Dans cette Assemblée à nulle autre pareille, nous sommes en train d‘assister à des convergences de vues dans des alliances de circonstances qui dépassent parfois l’entendement.



    Il n’y a aucune alliance*, Neuneu de démocrate à deux balles, c’est juste le résultat de points de vue de représentants du peuple qui s’additionnent pour former, sur un sujet, une majorité de voix sans qu’il ne soit besoin de concertation entre eux, juste avec leurs bases réciproques. Et entendons bien que le résultat n’est même pas à sa juste proportion puisque les sièges ne sont pas attribués de manière proportionnelle.

    * Et au pire, quitte à choisir l’exactitude, ce serait une coalition.

     

    Répondre à ce message

  • #2993232

    Cela fait bien longtemps que Robert Ménard travaille pour les intérêts des USA.
    Je me demande d’ailleurs s’il y a quelqu’un à pardonner
    pour avoir créé/dirigé une ONG dans ce monde de merde ?

     

    Répondre à ce message

  • #2993243

    Depuis que l’image macron n’est plus la propriété de BFM mais celle de l’adversaire, BFM le met à 12 pour cent.
    Il était à 66,6% quand BFM lui faisait vendre des injections et des masques.
    Manu n’était qu’un produit publicitaire. Il sert à d’autres.
    Alors maintenant, c’est : eh Manu, tu descends !!!
    Mais encore faut-il qu’il soit là.

     

    Répondre à ce message

  • #2993275

    FranceLalalala... euh non FranceLalalalalanisaSion euh... presque FranceLalanisaSion des esprits ben voilà !

     

    Répondre à ce message

  • #2993304
    Le 16 juillet à 08:31 par miles davis
    Gauche du travail et droite des valeurs en force à l’Assemblée

    "tous antivaccin, anti-passe sanitaire, antiaméricains, poutinolâtres, tout en qualifiant Macron de… dictateur." Eh oui mon gars, c’est la vie. Nous autres, vos pouvez nous appeler les "éveillés", ça sera plus simple et plus juste. Mais pourquoi personne re rajoute jamais, mais alors jamais, que nous soutenons la Palestine ? Serions nous entrain de voir émerger la bhlinisation de la France ?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents