Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Louis le Dernier, dit Céline #3 – Correspondance Élie Faure-Céline (1932-1936)

Louis le Dernier, dit Céline est une nouvelle émission produite par ERFM. Présentée par Lapine, cette émission est consacrée à Louis-Ferdinand Céline et à son œuvre.

 

La présentation de ce troisième épisode :

Depuis la parution de Voyage au bout de la nuit le 15 octobre 1932, et ce jusqu’en 1936, le poète engagera une correspondance d’une importance capitale avec l’autrefois célèbre historien de l’art Élie Faure (1873-1937).

Correspondance capitale, pour un certain nombre de raisons, mais essentiellement parce qu’elle montre au plus près l’évolution des idées politiques de Céline.

 

Bibliographie des ouvrages consultés :

- 1. Édition de texte :
Louis-Ferdinand Céline, Lettres. Choix de lettres de Céline et de quelques correspondants (1907-1961), édition de H. Godard et J.-P. Louis. Préface d’Henri Godard, La Pléiade, 2009.

- 2. Ouvrages généraux :
H. Godard, Céline et Cie, Essai sur le roman français de l’entre-deux-guerres. Malraux, Guilloux, Cocteau, Genet, Queneau, Gallimard, 2020
J.-P. Louis & L. Simon, La Bibliothèque de Louis-Ferdinand Céline, Dictionnaire des écrivains et des oeuvres cités par Céline dans ses écrits et ses entretiens, Du Lérot éditeur, 2020
G. Richard, E. Mazet et J.-P. Louis, Dictionnaire de la correspondance de Louis-Ferdinand Céline suivi d’une Chronologie épistolaire, Du Lérot éditeur, 2013

- 3. Émissions TV, YouTube et Radio :
https://youtu.be/koZVMaxWtK8
https://youtu.be/VgyrQLieBa0

- 4. Musique :
Gabriel Fauré, Requiem, sous la direction de Philippe Herreweghe
Antonín Dvořák, Quartet N.12 en Fa majeur, op. 96 (Cleveland Quartet) - Lento

- Pour revoir les précédentes émissions, avec des illustrations, photos et documents d’époque, voir ici :
https://youtu.be/00BD4EejxzU
https://youtu.be/dsexPoAlJh4

 

Écouter l’émission

Soutenez E&R avec odysee.com

 

Pour écouter et télécharger l’émission en podcast,
rendez-vous sur le site d’ERFM !

 

Un bonus de 5min48
est disponible pour les contributeurs au financement associatif du site E&R :
« Mort à crédit vu par Élie Faure »

 

Rejoignez le fil Telegram d’ERFM pour vous tenir informé des nouveautés

 

 






Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Je connais Villon et Rabelais, mais quel est ce "Bruguel" ? S’il s’agit du peintre je connais aussi, mais je crois qu’il parle d’un poète...

     

    Répondre à ce message

  • " Je suis anarchiste, jusqu’aux poils " (lettre à Elie Faure, 18 mars 1934) .

     

    Répondre à ce message

    • petit clin d’oeil à Bloy ?
      "il ne voulait pas cependant qu’on l’ imaginât protestant, s’affirmait catholique jusqu’à la pointe des cheveux"
      je résiste pas à mettre la suite
      "son fonds, c’était d’être chaste, et surtout de le paraître. Chaste comme un clou, comme un sécateur, comme un hareng saur ! ses acolytes le proclamaient immarcescible et ineffeuillable, non moins albe et lactescent que le nitide manteaun des anges "

       
  • Les 2 premiers épisodes étaient top et m’ont fait découvrir Céline au-delà du peu que j’en connaissais. Merci pour votre travail

     

    Répondre à ce message

  • Cette émission vaut 10 ans de mièvrerie de France Culture (au moins)…merci !!!

     

    Répondre à ce message

  • Passionnantes ces émissions sur Céline !
    Je viens de terminer sa thèse La Vie et l’Œuvre de Philippe Ignace Semmelweis, qu’il a écrit à 30 ans pour devenir médecin (donc bien avant d’être officiellement écrivain), c’est encore une fois totalement visionnaire et incroyable, tant sur le fond que la forme... Céline ne cessera donc jamais de m’étonner ! Sa thèse mériterait un épisode de Céline le dernier.
    Il rend hommage à ce médecin hongrois qui a trouvé la solution pour réduire les cas de fièvres puerpérales, qui faisaient des ravages à l’époque : se laver les mains avant de faire un accouchement (souvent après une dissection en plus...) : ce qui parait être la moindre des choses aujourd’hui était inconcevable à l’époque, et pour ça il a était lourdement critiqué et combattu, alors qu’ils a permis de sauver des dizaines de milliers de vies. Ça fait évidement penser au couillonavirus et à Raoult avec la chloroquine... C’est quand même fou, et à la fois tellement logique, que Céline ait choisi ce sujet de thèse !

     

    Répondre à ce message

  • Admirable émission, continuez, j’attends la prochaine pour en apprendre encore un peu plus sur L.F Céline.

     

    Répondre à ce message

  • Touché au corps.
    Déjà 3 écoutes...
    J’y reviendrai en corps...
    Moments musicaux forts :
    Requiem de Fauré,
    quasi-homonyme de Faure...
    Gabriel annoncé par Elie...
    En écho : "Dès l’ovule, le jouet de la mort."
    et pour clore :
    le deuxième mouvement du quatuor
    américain de Dvorak :
    "Je suis un infirme émotif"

     

    Répondre à ce message

  • Oui le prolétaire est un bourgeois qui n’a pas réussi et qui a colonisé et ruiné la fonction publique et les grande entreprises pour y exercer son seul talent : le premier qui b***e en***e l’autre. Le prolétaire LFI est un sous-homme nitzscheen, une loque de prolétaire. Ce celine que je ne connais pas je le comprend car je suis toujours le 1er au boulot pour le boulot et je hais de toute mon âme ce qui se prennent pour des révolutionnaire en me traitant d’esclave, ils ne vivent que pour haïr le beau. Terrible mais vrai, le peuple ça n’existe pas.

     

    Répondre à ce message

  • Céline écrit ce qu’il a vu et analysé sans contorsion : il n’est pas pessimiste, comme Bruegel, il dépeint cette masse grouillante telle qu’elle est. C’est magnifiquement écrit, avec sincérité et précision (de médecin de famille) donc ostracisé. Merci E&R.

     

    Répondre à ce message

  • #2980296

    Petite pub KK, avec un extrait génial de Guerre :
    "Top, que j’ai dit, le vent souffle Ferdinand, pare ta galère, laisse les cons dans la merde, laisse-toi pousser, croye plus rien. T’es cassé plus qu’au deux tiers mais avec le bout qui reste tu vas encore bien te marrer, laisse-toi souffler debout par l’aquilon favorable. Dors ou dors pas, titube, trombone, chancelle, dégueule, écume, pustule, fébrile, écrase, trahis, ne te gêne guère, c’est une question de vent qui souffle, tu ne seras jamais aussi atroce et déconneur que le monde entier. Avance, c’est tout ce qu’on te demande, t’as la médaille, t’es beau. Dans la bataille des cons de la gueule t’es enfin en train de gagner très haut, t’as ta fanfare particulière dans la tête, t’as la gangrène qu’à moitié, t’es pourri c’est entendu, mais t’as vu les champs de bataille où qu’on décore pas la charogne et toi t’es décoré, ne l’oublie pas ou t’es que l’ingrat, le vomi déconfit, la raclure de cul baveux, tu vaux plus le papier qu’on te torche.”
    Indispensable pour tous les céliniens. Mais du Ferdine de “premier jet” à ne peut-être pas conseiller à ceux qui ne l’ont jamais lu… Du pur bonheur quand même !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents