Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Les liens sacrés de la Couronne d’Angleterre avec la loi juive

C’est la télé de Drahi qui le dit

Peu le savent, mais le schisme à l’origine de l’Eglise anglicane dont Charles III est le nouveau chef, repose sur une rocambolesque dispute talmudique et l’admiration du roi Henri VIII pour la loi juive.

 

Le Talmud, l’archevêque et l’abbaye

« Le Talmud de Babylone est le principal joyau de l’abbaye de Westminster », argua en 1956 l’archevêque Mgr Carpenter, pour justifier son refus de vendre les ouvrages au collectionneur juif de renom, Jack V. Lunzer. Un talmud, plus grand trésor de ce haut lieu de l’Église anglicane, lieu de sépulture et de couronnement des principaux souverains d’Angleterre, là où auront prochainement lieu les funérailles d’Elizabeth II ?

Pour comprendre ce cri du cœur de l’archevêque, il faut remonter quatre siècles plus tôt.

L’histoire commence en 1523. Cette année-là, le roi d’Angleterre Henri VIII, décide de se séparer de son épouse Catherine d’Aragon : après quatorze ans de mariage et des fausses couches à répétition, celle-ci ne lui a donné qu’une fille, Marie. Persuadé que son union est maudite et désireux d’avoir un héritier, le monarque se met en tête d’épouser sa maîtresse, Anne Boleyn. Seulement voilà : le divorce n’est pas autorisé par l’Église catholique, et la seule issue pour le souverain est d’obtenir l’annulation de son mariage par le pape Clément VII. Il fait alors valoir que son union avec Catherine d’Aragon n’est pas valide, et avance pour cela quelques solides arguments.

 

Duel talmudique entre le roi et le pape

En premières noces, Catherine avait épousé le frère aîné d’Henri, Arthur, mort prématurément. Pour assurer la pérennité du rapprochement entre l’Espagne et l’Angleterre, il avait été décidé qu’Henri, le nouveau roi, épouserait sa belle-sœur. Mais l’Église s’était opposée au mariage : selon la législation biblique reposant sur l’Ancien Testament alors en vigueur, un homme ne pouvait épouser la femme de son frère (Lévitique 18,16). À moins de prouver que l’union entre Catherine et Arthur n’avait pas été consommée. Sur l’insistance d’Isabelle de Castille, mère de Catherine, le pape d’alors, Jules II, avait toutefois dispensé la jeune fille de l’examen de virginité requis pour valider son union avec Henri, et les noces avaient été célébrées.

Henri VIII tient là son cheval de bataille. Il avance auprès du pape que la dispense ayant permis son union avec Catherine d’Aragon a été accordée abusivement, et que cette dernière n’était pas vierge lorsqu’il l’avait épousée. Peine perdue : Clément VII refuse d’annuler le mariage. Ainsi éclate ce que l’on a appelé The King’s Great Matter, la grande affaire du roi.

Henri VIII dénonce l’incompétence du pape, incapable de déduire ce qu’il convient du verset pourtant limpide du Lévitique, interdisant d’épouser la femme de son frère. Mais le souverain pontife ne se laisse pas démonter et va consulter des juifs érudits en Talmud. Sur les conseils de ces derniers, il invoque dès lors la loi du yibboum énoncée dans le Deutéronome : « Si des frères demeurent ensemble et que l’un deux vienne à mourir sans postérité, la veuve ne pourra se marier à un étranger ; c’est son beau-frère qui doit s’unir à elle ». L’argument, imparable, valide le mariage royal.

 

L’Église catholique face à ses contradictions

Acculé, Henri VIII décide de faire appel à ses propres rabbins. Il se heurte cependant à un écueil de taille : le royaume ne compte plus un seul juif depuis leur expulsion deux siècles auparavant… Qu’à cela ne tienne : le souverain presse ses émissaires demeurant en Italie de trouver des rabbins susceptibles de lui donner raison. Isaac Halfon est de ceux-là : ce rabbin vénitien souligne que sous l’impulsion de rabbénou Guershom de Mayence, autorité suprême parmi les juifs d’Europe au Moyen-Age, la loi du yibboum a cessé d’être appliquée et que les juifs, pour s’en dispenser, pratiquent systématiquement la cérémonie du « déchaussement » décrite dans le Deutéronome. Les jeux semblent faits en faveur du roi. Mais c’est sans compter la pugnacité du pape et de ses rabbins. Leur nouvel argument est que les décisions de rabbenou Guershom ne s’appliquent qu’aux juifs ashkénazes et que la reine Catherine, originaire d’Espagne, est séfarade ! Le mariage royal, disent-ils, est donc légitime.

[...]

C’est le schisme. Le souverain, dont l’annulation du mariage a été prononcée un an auparavant par le nouvel archevêque de Canterbury, se proclame chef de l’Église d’Angleterre le 17 novembre 1534. L’anglicanisme qui vient de voir le jour se veut basé sur la seule autorité de l’Écriture. Entre-temps, le roi, fasciné par la sagesse de la loi juive, a commandé une édition complète du Talmud, qui sera la première jamais imprimée, celle-là même que le collectionneur Jack Lunzer convoitait.

L’apprentissage de l’hébreu est désormais prescrit au sein de la famille royale afin de comprendre la loi originelle. Tandis que les chaires d’hébreu se multiplient dans les grandes universités du pays, la famille royale ne déroge pas à la règle. Marie Stuart a notamment laissé un livre de psaumes annoté de sa main en hébreu, et l’on sait que la reine Eiisabeth Ire, fille d’Henri VIII et d’Anne Boleyn, maîtrisait parfaitement cette langue.

[...]

Outre le fait que selon certaines sources étymologiques, le nom « british » signifie « homme de l’alliance » (brit-ish), certaines traditions de la Couronne sont directement issues du judaïsme.

Lire l’article entier sur i24news.tv

 

 

Tout à fait, Thierry

 






Alerter

46 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #3031481
    Le 17 septembre à 21:32 par Ignatius J. Reilly
    Les liens sacrés de la Couronne d’Angleterre avec la loi juive

    Il faut absolument écouter ou réécouter le numéro d’Eloquence du vulgaire de Lounès Darbois sur l’Angleterre. Je ne le répèterai jamais assez mais cette émission est d’un niveau, d’une finesse, d’une profondeur exceptionnelles et le numéro sur l’Angleterre est le meilleur de tous. Lounès Darbois y évoque notamment ces questions et l’idée d’une alliance spirituelle et historique entre la Synagogue et l’Angleterre.
    Merci encore à E&R pour tout ce que vous nous offrez d’intelligence et de maturité dans l’appréhension du monde et de l’Histoire, avec un H majuscule.

     

    Répondre à ce message

    • #3031517

      Il me souvient que la mystique allemande Anne Catherine Emmerich, stigmatisée, morte vers 1824, dans ses visions décrit l’Angleterre comme un pays ténébreux, envahi d’esprits démoniaques (pas de prières ni de messes pour les défunts, pas étonnant que les revenants y soient légion).
      Derrière le folklore et prétendu respect des "traditions" l’histoire anglaise est une véritable horreur.

       
  • #3031509

    "Ghislaine Maxwell et Jeffrey Epstein
    se prélassent dans la cabane en rondins
    de la reine, à Balmoral sur une superbe
    photo révélée lors d’un procès sexuel
    aux États-Unis."

    https://t.me/ah2020_org_canal/53062

     

    Répondre à ce message

  • #3031524

    « Le Talmud de Babylone est le principal joyau de l’abbaye de Westminster »
    En fait l’Angleterre est une énorme Chutzpah.
    On pourrait avoir une traduction du Talmud
    de Westminster.

     

    Répondre à ce message

  • #3031617

    Sans être comparable, cela fait penser à nos amis Khazars de Kiev...

     

    Répondre à ce message

  • #3031663

    Au regard de ce que nous dit notre bon Pierre Hillard, à propos de cette branche juive de la couronne britannique, on pourrait alors supposer que le prochain roi après Charles III sera non pas le fils William, mais le petit-fils, George.

     

    Répondre à ce message

    • #3031821

      Pourquoi ? Est-ce parce que Kate est juive ? Sinon, après avoir écouter Pierre Hillard cette nuit, j’ai pensé à Harry. Celui-ci pourrait être le fils de l’amant de Diana, un nommé Hewit de mémoire, très roux. Diana à découvert des choses sur la royauté et sur Charles. Donc, elle a voulu se libérer de ce merdier. Et Harry, sachant beaucoup de chose notamment sur la mort de sa mère, et ne supportant plus tous ces mensonges, est partit aux USA avec sa femme.
      Rappelez vous du scandale, lors d’une fête, Harry portait un brassard avec une croix gammée, j’ai bien l’impression qu’il n’est pas un vrai Windsor. Ceci, est un avis comme un autre.

       
    • #3031900
      Le 18 septembre à 18:33 par Jean Marc
      Les liens sacrés de la Couronne d’Angleterre avec la loi juive

      C’est de James Hewitt, dont je voulais parler et qui a été l’amant de Diana. J’ai regardé les photos, certaines sont stupéfiantes concernant leur ressemblance.
      Donc, j’en déduis donc que Harry n’est pas le fils de Charles et c’est pour cela qu’il a eu la force de partir avec sa femme.

       
  • #3031668

    Courant 2014 un midi j’mate le Zapping de Canal, un extrait d’Arte faisait mention d’la circoncision du prince Charles. Le soir c’était rediffusé, avec rarement des images en plus à part si gros événement mais jamais en moins, donc j’ai voulu réentendre le sujet. Tu parles, petit coup d’fil entre temps, l’extrait avait sauté. Depuis ce jour j’ai compris…

    PS : Diana la Princesse c’est comme Diana Prince, des puta*ns d’transformistes. Allez on y vient, on passe la seconde, bientôt en phase terminale.

    Force.

     

    Répondre à ce message

  • #3031788
    Le 18 septembre à 15:19 par Moi-même
    Les liens sacrés de la Couronne d’Angleterre avec la loi juive

    "l’un deux" ?! Ça se voit qu’il a été rédigé à 3h du matin

     

    Répondre à ce message

  • #3031809

    j’ai toujours trouvé que la reine Victoria était un peu typée.

    Y a du avoir des mélanges à un moment donné.

     

    Répondre à ce message

  • #3031853
    Le 18 septembre à 17:06 par OccitanoCatalan
    Les liens sacrés de la Couronne d’Angleterre avec la loi juive

    Au fond Henri VIII a été a la racine de cette orientation anglaise, Cromwell et le protestantisme ont confirmé la tendance et quelques temps plus tard la naissance de la Franc-maçonnerie a parachevé cette tendance anticatholique et véterotestamentaire (comme dit AS). Le problème au niveau mondial c’est que la franc-maçonnerie s’est diffusée comme le soft power de la Grande Bretagne dès le XVIII siècle d’abord en Europe puis dans le monde entier comme « religion » accompagnant le capitalisme et le libéralisme. Et maintenant nos « élites » baignent dans cet ésotérisme qui en plus d’être ridicule devient de plus en plus dangereux avec l’avènement du mondialisme. Mondialisme en plein « Great Reset » que certains poussent au maximum car ils pensent que cela précipitera l’arrivée de leur messie.

     

    Répondre à ce message

  • #3032632

    Je trouve ca sidérant : comment un roi chrétien peut-il faire appel à des rabbins, et non à des théologiens ? Pourquoi étudier le Talmud, alors que c’est un ramassis de conneries anti-chrétien ?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents