Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le parti de Bolsonaro au Brésil dépose une plainte légale pour contester le vol des élections de Lula

Le parti politique du président brésilien Jair Bolsonaro a déposé une plainte auprès des autorités concernant les résultats de la récente élection dans le pays.

 

Les médias mainstream d’extrême gauche aux États-Unis rapportent les résultats des élections au Brésil comme s’ils avaient un enjeu pour le parti socialiste. Le socialiste Lula, a été présenté comme le vainqueur de l’élection du pays, mais le peuple ne laissera pas faire.

Des millions de personnes dans le pays sont sorties pour protester contre l’élection volée là-bas. L’armée est du côté du peuple ainsi que la police.

France 24 rapporte :

Le président brésilien Jair Bolsonaro a contesté l’élection qu’il a perdue le mois dernier face à son rival de gauche Luiz Inacio Lula da Silva, selon une plainte déposée auprès des autorités électorales qui prétend que les votes de certaines machines à voter devraient être « invalidés. »

…Alexandre de Moraes, le juge de la Cour suprême qui dirige actuellement le TSE, a déclaré dans une décision vue par Reuters que la coalition électorale de droite de Bolsonaro, qui a déposé la plainte, doit présenter son audit complet pour les deux tours du vote du mois dernier dans les 24 heures, ou il le rejettera.

La coalition de Bolsonaro a déclaré que son audit du second tour du 30 octobre entre Bolsonaro et Lula avait trouvé des « signes de dysfonctionnement irréparable » dans certaines machines à voter électroniques.

« Il y avait des signes de défaillances graves qui génèrent des incertitudes et rendent impossible la validation des résultats générés » dans les anciens modèles de machines à voter, ont déclaré les alliés de Bolsonaro dans leur plainte. En conséquence, ils ont demandé que les votes provenant de ces modèles soient « invalidés ».

Les protestations massives auxquelles participent des millions de Brésiliens se poursuivent dans tout le pays. Le peuple brésilien ne tolérera pas le contrôle socialiste de son pays.

Les élections au Brésil rappellent à de nombreux Américains les élections volées de 2020 et 2022 aux États-Unis. En 2020, le président Trump a pulvérisé le record du plus grand nombre de voix pour un président et pourtant les politiciens d’extrême gauche et les RINO du Parti Républicain ont revendiqué la victoire de Joe Biden, un homme qui pouvait à peine sortir de son sous-sol.

Lors de l’élection de 2022, les résultats ont été similaires avec des candidats liés au président Trump qui ont perdu des courses qui étaient presque assurées. Les médias aux États-Unis ont fait ce qu’ils font avec le Brésil, en minimisant la majorité qui a voté contre les socialistes.

Ces vols électoraux ne pourraient pas se produire sans des médias corrompus. Heureusement, les gens aux États-Unis et au Brésil contournent les médias malhonnêtes pour obtenir la vérité.

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Ah , ces « machines à voter «  : un moyen supplémentaire pour conserver , ou faire élire celui qui est dans la « norme » mondialiste ! …mais , au fait , ici , elles n’existent pas , et pourtant … ?!

     

    Répondre à ce message

  • #3068388

    Ouais, mais quand les preuves sont dématérialisées comme le cas des bulletins de vote électronique, et donc quasi intraçables car tout est affaire de logs (registres numériques) qui peuvent être facilement bidouillés. Donc à moins de refaire les élections à l’ancienne, ils risquent de se retrouver la bite à la main.

     

    Répondre à ce message

  • Donc Lula sera définitivement le président. On subit ce pourquoi on ne se bat pas et non, recourir au judiciaire n’est pas se battre, c’est une mise en scène, comme manifester.

     

    Répondre à ce message

    • C’est assez juste malheureusement... Bolso n’a pas dénoncé l’élection le jour même, il est trop tard maintenant...d’une manière générale, les cocus des élections truquées se retrouvent toujours dans une impasse, et il leur est impossible de remettre en cause un résultat officiel, même quand ils ont le peuple de leur coté...au mieux, ils passent pour de mauvais perdants, au pire pour des fomenteurs de guerre civile...le seul moyen reste donc de ne plus participer aux votes...

       
  • J’habite au Brésil depuis plus de dix ans, donc laissez-moi vous expliquer ce qui se passe.

    Bolsonaro à voulu être président, mais n’en point assumer les responsabilités. Il a refusé d’assommer ses ennemis politiques au moment de son élection, et a prétendu, en jouant le mec sympa, celui qui paie les vaccins, gagner un second mandat. Il a prétendu réussir la où Trump avait échoué.

    Il est, comme beaucoup de brésiliens, ce qu’Olavo de Carvalho appelle des " analphabètes fonctionnels". Son vice président, Mourao, est encore pire.

    Les bolsonaristes- qui ne sont certainement pas des millions - car beaucoup ont déjà compris que Bolsonaro est un imbécile - tiennent beaucoup des Gilets Jaunes en France, qui sont manipulés par la clique maçonnique parce qu’ils mélangent tous les concepts, et ne connaissent pas l’histoire.

     

    Répondre à ce message

    • Tous cela ne nous dit pas si il y a plus de gens qui ont voté pour lui ou pour son concurrent.
      De plus vous m’avez l’air trés méprisant vis a vis des Gilets jaunes .
      Cela n’a jamais été grace aux intelligeants ou aux éveillés qu on gagne des élections mais soit grace aux imbéciles ou aux gens très fachés ..Ou ici en l’occurrance grace a la triche, qui est la toute nouvelle marque de qualité des plus grandes démocraties.

       
    • Je ne pense pas que macron soit un "analphabète fonctionnel" au sens où l’entend Carvalho. Le cas macron relève à mon avis de la pure psychopathie, causée soit par une initiation de type MK Ultra, soit par une psyché absolument incontrôlable.

      Ce qui est tragique dans le cas Bolsonaro, c’est qu’il a trahi ouvertement les Brésiliens en pensant qu’ils comprendraient son double langage. Or ce n’est pas aux peuples de faire dans la métaphysique. Les gens normaux travaillent et élèvent leurs enfants, ils n’ont généralement pas le temps de faire autre chose.

      Au final, le résultat est pire, parce que Bolsonaro laisse aux marxistes les clés de la barraque.

      C’est impardonnable.

       
    • @ Nico.
      Vous dites que "tout cela ne nous dit pas si il y a plus de gens qui ont voté pour lui ou pour son concurrent."

      Ce qu’il faut tirer des élections ici ou la, c’est que le système politique "démocratique" à déjà opéré sa mutation sans que les citoyens aient été avertis. C’est à mon avis l’enseignement des bolsonaristes, trumpistes et Gilets Jaunes.

      Il y a une formidable dissonance cognitive entre ce que les gens pensent de la "démocratie" et ce qu’elle est véritablement.

      Au Brésil, après les scandales de corruption qui éclaboussaient toute la classe politique, le "Centrao" à dû abolir le système semi-presidentiel dans les faits, parce que sa corruption intrinsèque était devenue trop visible. Trop de poussière sous le tapis.

      La société civile n’est plus capable de se gouverner, puisqu’au fond elle n’est plus constituée que d’analphabetes fonctionnels. C’est çà la vérité.

       
    • @ Guillaume : je suis à peu près du même avis que vous, c’est exact que Bolsonaro n’a pas fait grand chose (en bien comme en mal) sur le plan exécutif. Il a été entravé par les institutions (parlement et haut commandement militaire compris) mais ses propres faiblesses (le fait d’être un tribun bien plus qu’un dirigeant) ont en quelque sorte facilité le travail de ses adversaires.

      En somme, les postures anti-confinement et pro-chloroquine de Bolsonaro l’ont rendu sympathique, mais le camp "populiste de droite" au Brésil doit vraiment gagner en maturité, faute de quoi il continuera à perdre face à une gauche sponsorisée par l’oligarchie mondialiste.

      PS : vous êtes dans quel coin au Brésil ? Ma femme est de Minas (j’y ai vécu quelques années il y a déjà une décennie)

       
    • @ Jean
      Entièrement d’accord avec vous.

      Vous dites par ailleurs que "le camp "populiste de droite" au Brésil doit vraiment gagner en maturité. "

      Olavo de Carvalho à des mots très justes sur ce sujet. Ce qui est assez incroyable, c’est que c’est la junte militaire qui a supprimé toute la littérature de droite, foisonnante dans les années 60, et paradoxalement, encouragé la diffusion des idées marxistes dans la société civile.

      Peu de gens savent combien la junte militaire a été néfaste pour les droitards brésiliens. Plus un de leur livre n’est publié à partir des années 70. Tolérance totale pour les marxistes. C’est d’ailleurs à ce moment là que Carvalho s’exile aux États-Unis.

      Et c’est Figueiredo, le dernier de ces généraux, qui s’est vu imposer la transformation du syndicat des Travailleurs en parti politique. Il a laissé faire, même s’il savait comment cela se finirait.

       
  • Et c’est à ce moment précis que nous pouvions enfin savoir
    à quel point le Parti Républicain est de la foutaise, puisque
    le parti en question n’a jamais déposé plainte et dans la nuit
    du 6 janvier 2020, nous avons même entendu plusieurs
    sénateurs républicains précisant qu’ils ne déposaient pas
    plainte et avaient pleinement confiance envers leur système électoral.
    C’est la fin des ’’u.s ’’ ce pays de la merde royale !!
    Nous roulons autrement dit, sur les dernières
    vapeurs de cette dinguerie, la foutaise n’étant jamais pris au
    sérieux !!

     

    Répondre à ce message

    • Pour terminer, je regardais l’autre jour un discours de Geisel, un des généraux de la fameuse "dictature militaire" dans les années 70.

      Ce qui m’a frappé, c’est l’emploi du mot "démocratie", repete plusieurs fois. Comme s’il était complexé d’être un militaire, que ça le gênait de faire son devoir, qu’il se sentait montré du doigt...

      Vous voyez, même ces généraux étaient des "analphabètes fonctionnels", et ceux d’aujourd’hui sont encore pires....

      Vous imaginez la taille du problème : comme en France, ce n’est certainement pas une solution de demander l’aide des militaires. Ils se retourneront contre vous car, au fond, la "démocratie" est leur œuvre. Il ne faut jamais l’oublier.

       
    • C’est d’ailleurs pour cela que Hitler a dû créer ses propres milices avant de prendre le pouvoir. Sinon, l’armée l’aurait dégagé, ce qu’elle n’eut d’ailleurs de cesse de faire jusqu’en avril 45.

      Un droitard sérieux qui prend le pouvoir sans une garde rapprochée, une vraie milice, c’est impossible.

      L’armée est l’ultime gardien du Temple Maçonnique, le bras armé de la Bourgeoisie : elle vous ejectera, physiquement ou non.

      C’est d’ailleurs pour cela que Lula est actuellement très occupé à purger l’état-major de ses bolsonaristes.

       
    • Pour lutter contre le marxisme culturel, il faut une doctrine de fer et une police loyale. Il faut purger les administrations et les états-majors.

      Bolsonaro n’a aucune doctrine. Il n’a probablement rien lu à part la Bible. Il s’est rapproché de Carvalho pour probablement lui prendre des bribes d’un programme. Il n’en a gardé que des éléments de liberalisme économique qui n’ont aucun sens sans étalon monétaire international.

      Je pense que s’il avait été vraiment honnête, il aurait dû demissionner des le début de la pandemie, au lieu de mentir par omission comme Trump. Il aurait dû expliquer aux gens ce qui se passait, comme Loukachenko l’a fait.

      Son bilan ? De la division sociale, ce que ses ennemis voulaient.

       
  • ça , c’ était hautement prévisible..
    mais au delà de la précarité des comptages , le problème (et on a le même chez nous) ç’ est l’ écart idéologique qui sépare dorénavant les 2 bords politiques !
    comment , lorsque plus grand chose ne nous rassemble , accepter que l’ autre camp qui ne fait guère plus de voix , nous impose ses lubies , son économie , ses trahisons ?

     

    Répondre à ce message

  • Incroyable tous ces gens qui croient réellement, que ca triche comme des porcs d’un coté, mais que de l’autre ils sont blancs comme neige.
    La logique a l’état pure, ca me fait de la peine quand je vois tous le travail qu’AS a fait en 18 ans pour restaurer la Logique, a commencer par ici.

     

    Répondre à ce message

  • Il est évidemment que des politicards corrompus jusqu’à l’os trichent. Pourquoi deviendraient-ils subitement honnêtes aux élections ?...

     

    Répondre à ce message

  • Bolsonaro a eu 4 ans pour éradiquer de la société civile le problème de l’infiltration marxiste, opérée par le Forum de Sao Paulo, une association permanente et dont nul ne sait qui la finance.

    C’est çà que les gens attendaient de lui, mais il n’a pas voulu s’en occuper sérieusement. Il a laissé toute latitude au complexe mediatico-judiciaire d’exprimer son agressivité publiquement et même au plus haut niveau instutionnel (STF), alors qu’il aurait pu le mater au cas par cas, juge par juge, député par député, journaliste par journaliste.

    Il a certes interdit ce groupe occulte qui infiltre l’intérieur des administrations gouvernementales, mais n’a pas compris sa nature marxiste, qui est la mutation permanente, le chaos déguisé en "progrès".

    Ce groupe est un hydre comparable au Grand Orient en France, avec lequel on ne sait s’il "travaille" ( terme maçon) ou est en opposition.

    Probablement les deux mon capitaine.

     

    Répondre à ce message

  • Le parti politique du président sortant Jair Bolsonaro a écopé mercredi 23 novembre d’une amende d’environ 4,2 millions de dollars de l’autorité électorale du Brésil pour avoir demandé avec « mauvaise foi  » la révision du résultat de la présidentielle, remportée par Lula.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents