Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le PDG de Dassault Aviation dénonce une « pseudo annonce politique » allemande au sujet du SCAF

L’annonce faite le 18 novembre par le ministère allemand de la Défense au sujet d’un accord trouvé entre Dassault Aviation et Airbus au sujet de l’avion de combat de nouvelle génération [NGF – New Generation Fighter], c’est à dire le pilier n° 1 du Système de combat aérien du futur [SCAF], n’en était pas une... Et l’emballement médiatique qu’elle a suscité n’avait pas lieu d’être.

 

Pour rappel, Dassault Aviation et Airbus, qui défend les intérêts de ses filiales allemande et espagnole, négocie la répartition de la charge de travail relative au NGF, dans le cadre de la phase 1B du programme SCAF, mené dans le cadre d’une coopération dirigée par la France et associant l’Allemagne et l’Espagne.

L’un des blocages tient au faut que Dassault Aviation entend garder les leviers lui permettant d’assurer la maîtrise d’oeuvre pour laquelle il été désigné, ce qui lui conteste Airbus, notamment pour ce qui concerne le domaine des commandes de vol.

L’annonce faite par Berlin au sujet de cet accord présumé a été saluée par Airbus et le ministère espagnol de la Défense. En France, seule la présidence de la République y a réagi en diffusant un communiqué auprès des agences de presse pour saluer « un grand pas en avant » tout en rappelant le « rôle » de chef de file de la France dans ce programme. Sauf que, durant ces trois derniers jours, Dassault Aviation est resté silencieux… Et pour cause.

Invité de la matinale de RTL, ce 21 novembre, son PDG, Éric Trappier, a remis les pendules à l’heure. C’est une « pseudo annonce politique qui a été faite. Je pense que les autorisations allemandes qui étaient difficiles à obtenir sont sorties. Ça a donné lieu à des fuites », a-t-il lancé. Quant à l’accord, « il n’est pas encore tout à fait » finalisé et « rien n’a été signé entre Dassault et Airbus » a-t-il poursuivi.

Interrogé pour savoir si cet accord serait finalisé cette semaine, c’est à dire à l’occasion de la visite que doit faire Élisabeth Borne, la chef du gouvernement, à Berlin, le 25 novembre, M. Trappier a lâché un laconique « on verra ».

Lire l’intégralité de l’article sur opex360.com

À voir aussi :

 






Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #3068105

    on imagine le nombre d’agents américains présents en Allemagne, cherchant à faire capoter le projet ......on peut s’attendre à des retournements, comme on en a vu avec les sous marins australiens.

     

    Répondre à ce message

    • Situations difficilement comparables.
      Dans le cas australien on est beaucoup plus proche d’un investissement capitalistique lourd et à long terme du capitalisme français, ou ce qu’il en reste, dans un pays en assez gros déficit de capacités industrielles. Et il y avait partage du gâteau avec les Ricains qui ne produisent plus de sous-marins classiques mais qui avaient le système de combat qui représente une très grosse part de la valeur. La France a perdu dans le sabotage du contrat.

      Dans le cas allemand, on est probablement dans la fabrication d’une usine à gaz (sans faire de méchant jeu de mot se rapportant à l’Allemagne...) européenne qui va piller les savoir-faire français qui sont véritablement des savoir-faire de pointe au niveau mondial (le Rafale est le top du top). Les Ricains peuvent d’ailleurs très bien favoriser ce machin pour abattre la filière française en la dissolvant dans le merdier européen, et où l’Allemagne se satisfait par le pillage sur les Français. Dans ce cas, le sabotage de ce micmac serait favorable à la France...

       
    • #3068316

      Ton message est naïf...l’intérêt américain est au contraire que ce projet aboutisse (l’Allemagne étant leur cheval de Troie en Europe), que les compétences s’étiolent et se diffusent dans de grands ensembles qui leur seront, d’une manière ou d’une autre, soumis ..

       
  • Il faut abandonner ce projet, qui selon moi, n’a ni queue ni tête, il sert juste à créer encore plus de tensions entre les pays européens, toujours les mêmes aux manettes qui doivent jouir en voyant la zizanie qu’ils provoquent.

     

    Répondre à ce message

  • #3068115
    Le 23 novembre à 09:52 par Caligula imperator
    Le PDG de Dassault Aviation dénonce une « pseudo annonce politique » (...)

    dans le cadre de l’intégration euro-atlantiste, la concentration des capitaux dans tous les secteurs condamne à moyen-terme Dassault... Il y aura des restructurations d’industries de défense à l’échelon supérieur (Europe, USA).

    D’ailleurs, objectivement, une industrie de défense autonome est utile à un état qui a une géopolitique (car une économie) autonome. Sinon cela ne sert en soi à rien ; ça coûte cher et c’est compliqué. Si on a une économie totalement intégrée à l’UE-USA, donc une géopolitique UE-OTAN, on n’a aucun besoin de maintenir les bases industrielles de défense autonmes. A tous points-de-vue (économies d’échelle, interopérabilité technique, etc.) ça coûtera moins cher de s’approvisionner chez nos "partenaires euro-atlanistes". L’état français finira par lâcher Dassault (cette fois-ci ou la prochaine fois), qui sera contraint de se vendre à un gros groupe américain, et de refiler ses brevets.

     

    Répondre à ce message

  • Zemmour, plutôt bien informé, a répété que ce qui interesse les Allemands dans le projet "scaf" c’est de pirater les avancées technologiques de Dassault Aviation . Une fois qu’ils les auront ils trouveront un prétexte pour laisser tomber "scaf" et se tourneront vers les US pour leur acheter des avions probablement moins chers car construits par milliers . Du reste ils viennent de leur acheter des F35 . Les 100 milliards d’euros qu’ils vont dépenser pour augmenter la puissance de leur armée profitera surtout aux US .

     

    Répondre à ce message

  • Marcel dassault doit se retourner dans sa tombe, il a fait des mirage, rafale tout seul et aujourd’hui ils font les fonds de tiroir pour un avion qui ne verra jamais le jour.

     

    Répondre à ce message

  • #3068363
    Le 23 novembre à 16:19 par Une courgette dans l’fion pour Thanksgiving
    Le PDG de Dassault Aviation dénonce une « pseudo annonce politique » (...)

    A oui Dassault, celui qui vend des armes pour qu’on bombarde des peuples un peu partout, oui oui, c’est pas lui qui s’est converti au catholicisme ?
    Putain comme Bolloré qui est l’actionnaire majoritaire du groupe Bolloré et actionnaire d’Universal Music Group, ainsi que l’ancien président du conseil de surveillance de Vivendi et du groupe Canal+. Canal+ qui produit

    film Benedetta du réalisateur gai Paul Verhoeven raconte l’histoire d’une bonne sœur lesbienne
    Et Universal music c’est SCH rappeur très catholique
    Et Vivendi Veolia qui privatisent l’eau un peu partout, le traitement des déchets et Vinci qui nous fait payer une autoroute que nos grands parents, nos parents, nous et nos enfants on continue a payer
    C’est génial j’espère que les natios vont le défendre et qu’hanouna sera de la partie, paraît qu’il s’est bien tenu pour le Covid 19,. C’est Delavier qui le dit
    Allez tchao !

     

    Répondre à ce message

  • @ Rimkus Marcel Dassault, de son vrai nom Marcel Bloch, a, de mémoire, "beaucoup souffert" en Allemagne dans les camps et à changé son nom en rentrant en France. Ce fameux Marcel, considéré par certains comme moi comme un génie, par d’autre comme un entrepreneur cupide qui a racheté et pillé tous ses concurrents pour faire sa fortune, a permis dans la mesure de ses moyens, à la France d’avoir une BITD de pointe (base industrielle technique de défense) et de rester dans le top 10 des nations qui peuvent en découdre (oui je sais on aurait pu se contenter des nos missiles balistiques m51 et M41 pour assurer notre force de dissuasion stratégique, mais nos mirage et notre rafale font quand même partie du top de l’aviation).
    N’en déplaise à certains la génération des mirages (particulièrement le 3, le 2000 ayant été trop peu développé au profit du rafale qui a pompé une grande partie de nos budgets) fait honneur à nos ingénieurs. Allez voir sur internet, même le peuple élu n’a pas pu les assembler lui même (via leur version israélienne IAI KFIR) et leurs performances supportent la comparaison avec les meilleurs appareils américains de l’époque, et ce malgré des budget R et D sans comparaison....Seuls le réacteur pêchait par manque de puissance (Bon là il faut rendre à césar ce qui est à lui : on a beaucoup piqué aux allemands pour motoriser nos avions et on a eu du mal à avoir des réacteurs aussi puissants que ceux des américains ou des russes, là encore et sans dénigrer nos ingénieurs les russes nous ont devancer si on considère uniquement la puissance, si on parle de longévité par contre ils sont à l’ouest)
    L’accord prévoyait de donner le leadership à l’Allemagne pour les blindés et de nous laisser notre leadership dans l’aviation : ca semble peine perdu (MTU le motoriste teuton qui à beaucoup de retard sur notre Safran national veut garder une place de choix dans le programme, les Bundestag Bundesrat veulent garder la bombe nucléaire américaine et donc des f35 US... ça sent le roussi). Pour en revenir au sujet, Dassault peu encore réussir son projet d’un avion performant de 5ème génération comparable à ce que font les américains (là encore je rigole car les yankees sont juge et parties dans ce classement) à condition de rester ce qu’ils sont : une entreprise "sans usine" avec de multiples sous traitants.

     

    Répondre à ce message

  • Par ailleurs je critiquerai volontiers l’Europe mais pas forcément les allemands : ils ont financé avec leur argent nombre de projets européens comme l’hélicoptère tigre ou le nh 90, deux programmes formidables sur le papier, catastrophiques en termes de fiabilité et de couts. Les Hollandais ont commencé à exprimer leur désapprobation face aux premières traces de... rouilles sur leurs hélico, puis les norvégiens, puis les australiens...Ces programmes ont été réalisés grâce aux ingénieurs Français et grâce aux euros allemands. c’est bien là ou je rejoins les euro sceptiques. L’europe avait un sens dans la mesure ou une monnaie commune (forte) nous permettait d’assurer des taux bas, un pétrole peu cher et une inflation maitrisée, force est de constater que les temps changent et quelle cout de notre Europe "inclusive et boboïsée" commence à être supérieur aux bénéfices attendus...

     

    Répondre à ce message

  • #3068550

    Putain ! A l’annonce de cette fake news j’avais immédiatement annoncé que cela serait un flop, voire que c’était une arnaque industrielle...boom ! 3 jours plus tard il y a confirmation ! On est vraiment à la fin des temps ! Tout se révèle à une vitesse !

     

    Répondre à ce message

  • Est qu au moins, il y a une certitude de la version militaire de la constellation Galileo ? Car au début du projet, c etait que pour un usage civil.

     

    Répondre à ce message