Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

La "blanchité alimentaire" : jusqu’où Sciences Po va t-il descendre ?

Stéphane Édouard analyse les inepties de Mathilde Cohen, chercheur au CNRS, qui incarne pour le sociologue la synthèse des dérives de Sciences Po. Qui ? Mathilde Cohen.

 

Retrouvons Mathilde Cohen dans ses œuvres :

 






Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Ces gens là sont non seulement payés par vos impôts, mais ils parasitent les places d’autres chercheurs "utiles" ou compétents par dessus le marché.

    Combien d’intellectuels mis au placard pour mettre en avant ces escrocs ? Combien de fois la Raison et l’intelligence ont-elles été pietinées pour permettre de mettre en avant l’idéologie Stupide de ce siècle absurde ?

     

    Répondre à ce message

    • C’est effectivement cela. Le nivellement par le bas, la discrimination positive, la parité etc.
      Des incompétents sont mis à des postes clé. Leur point commun ? La soumission au "système".
      Qu’est-ce que le "système" ? : le pouvoir de l’oligarchie, par l’oligarchie et pour l’oligarchie !

       
  • Rien que l’expression de Stéphane Edouard sur la photo où il se tient le front dit tout de cette situation dégradée !

     

    Répondre à ce message

  • #2758435

    Ils descendront jusqu’au fond du fion, jusqu’à ce que mort s’ensuive (cf. leur ancien directeur, dont j’ai oublié le nom).

     

    Répondre à ce message

  • L’idéologie mondialiste a besoin d’effacer toutes les formes pour imposer son hégémonie. Et malheureusement, personne ne s’intéresse à ce que sont les formes.

    La langue, le vêtement, le mariage, le baptême, le prénom et le nom de famille, la liturgie, la chorégraphie, l’architecture, le style des meubles, la politesse, etc. sont des formes.

    Le repas aussi est une forme. Et malheureusement, il est de plus en plus méprisé. Comme pour les autres formes, il est perçu comme oppressif : les gens craignent de mettre les formes, de passer du temps à cuisiner de bons plats, à dresser de belles tables, avec les beaux objets que notre immense tradition culturelle française a élaboré et qui ne valent strictement plus rien sur ebay ou sur leboncoin (argenterie, porcelaine de Limoges, cristalleries françaises). On peut acquérir des services complet en porcelaine de Limoges, en cristal, en métal argenté, pour des bouchées de pain, des nappes brodées à la main en lin et damassé... pour quelques euros. Tout cela, qui fut le fruit d’immenses efforts à partir de Louis XIV et pendant tout le XVIIIe siècle, qui représente une somme de travail, de talent, de génie français, est en train de partir à la poubelle.

    La seule vraie résistance au mondialisme est la persévérance concrète dans les formes issues de traditions nationales, pour nous, refuser la facilité et l’informe des tendances actuelles : se remettre au fourneaux, dresser de belles tables dominicales françaises, s’y asseoir habillés en homme (en veste, en chemise) et en femme (en robe, avec une coiffure de cheveux longs), asseoir le maître et la maîtresse de maison au centre, et respirer la beauté de la civilisation française. Civilisation que la population française a goûté, jusque dans la classe populaire - il suffit de demander à ses parents ou grands-parents ce qu’était le “déjeuner” dominical dans leur enfance, et de s’intéresser aux trousseaux de nos mères et grand-mères...

    La pizza surgelée réchauffée au micro-onde et consommée en tee-shirt unisexe n’est pas une anecdote, c’est la réalité même du mondialisme. C’est très difficile à faire comprendre : tu as déjà cédé au mondialisme et sur l’essentiel (pas sur l’anecdote). Tu peux te plaindre, enrager, appeler à la rébellion, si tu “manges” en tee-shirt et baskets une pizza surgelée, le mondialisme est déjà satisfait, il a déjà obtenu tout ce qu’il souhaitait parce que tu as déjà renoncé aux formes qui te donnaient l’être et qu’il t’a déjà vaincu.

     

    Répondre à ce message

    • La majorité des êtres humains opte toujours pour la facilité, dans tous les domaines.
      Les temps difficiles amènent des hommes forts, les hommes forts amènent des sociétés prospères, les sociétés prospères amènent des hommes faibles, les hommes faibles amènent des temps difficiles.

       
  • 24:09. Sujet glissant amené avec beaucoup de douceur et de subtilité. Tellement doux et subtil qu’on comprend ! Ces "boutiquiers", c’est comme la "réunion de copropriétaire" de Bigard ; c’est... QUI ?!

     

    Répondre à ce message

  • Elle a exactement le même regard que celui des inconnus dans leur sketch sur la secte Skippy. C’est con mais je pense que ca veut tout dire.

     

    Répondre à ce message

  • Trop pédant S.E à mon goût. J’ai beaucoup de difficulté à l’écouter jusqu’au bout.
    Y a rien à faire, Tonton Soral est un des seuls qui accroche. S.E refoule une certaine frustration qui m’est très palpable. Navrée, je le (S.E) trouve imbuvable et indigeste. Sa condescendance est malaisante...avec Tonton Soral, on sent l’homme très épanoui sur tous les plans (et surtout avec les meufs). Avec ce S.E, je sens des manques d’occasions...

     

    Répondre à ce message

  • L’ art et la manière d’intégrer, de s’approprier une culture culinaire de tous les pays européens , la recycler, la faire sienne et la rejeter ensuite la mettre en accusation pour la promotion et le métissage et la discrimination positive orchestrée pour que la spécificité de chaque nation soit diluée ou disparue ..c’est voulu c’est
    dans le projet de diriger les nations, leur tutelle.

     

    Répondre à ce message

  • #2758990

    Ce qui me pose problème chez S E malgré ses vidéos interessantes,c’est que comme dans celle ci il fait semblant de ne pas savoir qui s’exprime en lui donnant un surnom,Virginie.Pour faire court et simple,je vais reprendre les propos de Soral sur zemmour pour résumer mon analyse,le problème avec S E,ça n’est pas ce qu’il dit mais ce qu’il ne dit pas

     

    Répondre à ce message

  • Bref, manger avec les mains c’est bien, mais pas le "jambon-beurre-cornichon" !
    J’attends la prochaine "étude" de la dame qui nous expliquera que parler français
    est raciste et que l’on se trompe en pensant qu’elle est blanche !
    [ une artiste ratée qui aurait du faire Bx-Arts plutôt que Science-Po ]

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents