Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

L’Homme de la cave, un film avec des gentils et avec un méchant

On caricature à peine

Nous nous réjouissions par avance de visionner la vidéo que notre correspondant venait de nous transmettre. En effet, dès les premières images nous avions reconnu le ton sarcastique, fin et intelligent du grand artiste Mozinor. Jouer sur le second degré par l’intermédiaire d’une histoire très premier degré et très caricaturale, proposer une histoire si grotesque qu’elle offre à l’artiste la possibilité de pointer du doigt les égarements de notre temps et la petitesse des hommes... Bref, nous nous en frottions les mains dès les premières images.

 

Las, ce n’était pas du Mozinor !

 

Ainsi donc c’était du cinéma français. Tout ce qu’il y a de plus sérieux. Et subventionné. Par qui ? Ne riez pas, c’est avec vos impôts, nous rappelle Coluche.

Le film ne sortant que le 13 octobre 2021, nous n’avons pas eu encore la chance de le voir. Mais nous le ferons, comme un devoir (mais pas de mémoire). Nous avons été en effet fascinés – et vous le serez aussi – par la bande-annonce. Ramassis de lieux communs, de caricatures, de clichés, de personnages manichéens, tout est mauvais au point d’en faire un chef-d’œuvre.

En plus d’être révisionniste, donc, notre vieux monsieur est raciste : « D’un coup il hurle, il me traite de sale bougnoule ! ». Quand on sait que les révisionnistes ont plutôt été davantage pro-palestiniens et défenseurs de la cause arabe, on s’amuse des amalgames du film qui démontrent la méconnaissance parfaite du sujet par le réalisateur et surtout sa volonté de tourner en ridicule le vieux monsieur révisionniste.

D’ailleurs, l’inculture est totale puisqu’on nous dit : « Ce type est un négationniste qui nie les camps de la mort nazis ». Pourtant, aucun révisionniste n’a jamais nié les camps de concentration nazis. Encore un raccourci destiné à manipuler le spectateur par l’indignation et l’émotion.

Au demeurant les coïncidences sont incroyables (ou les ficelles, grosses) puisque l’actrice principale s’étonne : « tu ne m’as jamais dit qu’on habitait l’appartement de ton oncle déporté ».

Le salaud de révisionniste essaye d’embrouiller tout le monde : « Moi, je ne me contente pas de rabâcher la vérité officielle, moi je suis un chercheur ! », mais heureusement le spectateur éduqué n’est pas dupe, ouf. Seule la petite Justine a l’air de s’interroger, tançant ses parents : « Vous avez peur de quoi ? De la vérité ! » ; et avec pour seule réponse une jolie claque (toujours plus pratique et moins risqué que le débat).

Tiens, ça t’apprendra à penser par toi-même !

 

Il faut dire que l’horrible monsieur lui avait enseigné un truc dingue : « La seule chose qui compte, Justine, c’est que tu apprennes à penser par toi-même ». Dangereux !

Mais la conclusion de cette petite bande-annonce sauve la morale et élève les cœurs et les esprits : « Il est seul, il n’a que sa haine. Nous on est ensemble, et on s’aime ». CQFD.

 

Film de Philippe Le Guay avec François Cluzet, Bérénice Bejo, Jérémie Renier et Jonathan Zaccaï, coscénarisé par Philippe Le Guay et Gilles Taurand, L’Homme de la cave est produit par Anne-Dominique Toussaint.

François Cluzet, acteur principal du film, avait pourtant fait une petite sortie courageuse en soutenant le franco-palestinien Salah Hamouri incarcéré en Israël. Mais c’était en 2009. Depuis, probablement rappelé à l’ordre par la patrouille, il s’était largement rattrapé. On l’avait même vu en mai 2019 au dîner fastueux – et controversé – organisé par Carlos Ghosn dans le château de Versailles, au côté de Jeff Bezos, entre autres. Lors de la crise sanitaire il s’était fait remarquer pour avoir qualifié Jean-Marie Bigard de « roi des beaufs » et s’en être pris à Fabrice Luchini sur le même sujet.

Montrant toute sa servilité au système et sa bêtise crasse, il signe en septembre 2018 avec 200 personnalités la tribune contre le réchauffement climatique parue en une du journal Le Monde.

En matière d’acteur, le pitre Cluzet fait souffrir le spectateur. Et c’est encore davantage criant lorsqu’on le compare. Ce fut fait en 2015 lorsqu’il joua dans la reprise du très grand film de 1977 Un moment d’égarement, avec l’immense Jean-Pierre Marielle, l’excellent Victor Lanoux et la fraîche et talentueuse Agnès Soral. En moins de 40 ans tout a dégringolé : les dialogues subtils étaient devenus des échanges d’une pauvreté affligeante faits de répétitions et de grossièretés, et les comédiens perdirent toute crédibilité dans un jeu d’acteur piteux ou racoleur avec un Cluzet cabotinant atrocement (même si Vincent Cassel essaye en vain de sauver l’ensemble).

Bref, pour revenir au navet qui nous préoccupe, il est intéressant et fort instructif de voir le nombre de pouces en l’air et de pouces en bas (environ six fois plus grand) et les commentaires qui ne laissent pas d’amuser. Comme quoi les internautes ne sont pas dupes, mais c’est inquiétant car l’on se demande comment la DILCRAH et ses millions d’euros de budget ont pu à un tel point échouer à endiguer l’esprit critique – au mieux – et l’antisémitisme – au pire – qui se déverse sur la Toile, et ce malgré la censure !

Voici un court florilège puisé dans les centaines de commentaires. Rien que pour ces tranches de rire, la film a une bonne raison d’exister :

- C’est donc un vrai film ! Je croyais que c’était une parodie.

- Morale de l’histoire : si vous pensez par vous même vous êtes NEGATIONISTE !!!!!!!!!!!!!!!

- Ça c’est ce que j’appelle l’art de lumière hein voilà, et je ne parle pas des Frères éponymes hein voilà, je parle bien sûr comment dirai-je de la communauté, celle qu’on connaît bien hein voilà, c’est pas moi qui le dis c’est dans les livres. C’est historifiable hein voilà.

- Je suis ravi que mes impôts servent à financer des films aussi jolis.

- "À chaque chose qu’ils font, ils vous donnent une raison de plus de les haïr."

- Après le monstre sous le lit, le négationniste dans la cave. Ce film à l’air magique

- Ils sont tellement convaincu qu’ils ont peur d’un mec qui parle Si en quelques mots un mec te fait changer d’avis c’est que tes certitudes sont un château de cartes

- Les Français ont peur de sortir dans les rues par crainte de se faire agresser par les négationnistes.

- Vite ! Mes 3 doses de Pfizer pour dépenser mon argent et pour voir ce chef-d’oeuvre !

- Encore un film de QUI sur les QUI pour les QUI.

- AH ! le cinéma français et ses chroniques bourgeoise parisienne…

- Ce film restera un détail de l histoire....

- Mais... Il à l’air trop bien !!! Si ça se trouve il y a Claude Posternak dedans !

- Ahhh, le cinéma français, des révisionnistes qui vivent dans des caves du 16e bordel, c’est fort.

- Ce film manque cruellement de diversité. J’aurais bien vu Omar Sy dans le rôle de l’homme de la cave

- Qui veut casser la gueule des gens qui posent des questions et qui pensent par eux mêmes ?

- Ca va faire un four cette histoire.

- Souvenez vous que les bobos parisiens pensent vraiment comme sa.

- Qui contrôle la meute cinématographique française ?

- Trop stylé le dernier Marvel

- Avez vous pleuré pour la shoah aujourd’hui ?

- Je prédis 6 millions d’entrées

Etc.

Ayant visionné la bande annonce de là où il se trouve, on nous dit que le Pr Faurisson – qui ne manquait pas d’humour – se retourne dans sa tombe. De rire.

 

Grâce au covid, plus personne ne va au cinéma :

 






Alerter

85 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2799745

    « Il est seul avec sa haine. Nous on est ensembles, et on s’aime. » D’un autre point de vue cela donnerais, il est seul avec l’amour de la vérité, nous on est ensemble mais con comme des brèles.

     

    Répondre à ce message

  • #2799792

    Adorer le cinéma français et ce genre de film gégénialissime, sortir de la projection et pour la peine aller directement se faire tatouer " je suis la cave "...

     

    Répondre à ce message

  • #2799801

    La cave se rebiffe ?

     

    Répondre à ce message

  • #2799804

    Francois Cluzet a dit une grosse connerie, il faut qu’il s’excuse.



    Le Conseil supérieur de l’audiovisuel examine les propos de l’acteur François Cluzet, tenus lors d’une émission sur France 2, au sujet de Salah Hamouri, un Franco-palestinien emprisonné en Israël depuis 2005, a indiqué mercredi l’autorité à l’AFP, confirmant une information du point.fr.

    François Cluzet, invité de France 2 le 8 novembre à l’émission 13H15, s’était ému du sort de Salah Hamouri, un Franco-palestinien emprisonné en Israël depuis 2005 pour "délit d’opinion", selon lui. "Salah Hamouri, c’est un français qui est en prison en Israël pour délit d’opinion", a-t-il dit lors de cette émission. "Nicolas Sarkozy avait dit +j’irai chercher n’importe quel français quoi qu’il ait fait où qu’il soit+.

    Or Salah Hamouri est en prison depuis quatre ans (...) il est en prison pour délit d’opinion, simplement parce qu’il a dit qu’il était contre les colonisations et la poursuite de la colonisation", a-t-il poursuivi. "Personne n’en parle ! C’est un français, on parle d’identité nationale, cela fait quatre ans qu’il est en taule, personne n’en parle !", s’est emporté l’acteur, qui fait partie d’un comité de soutien à Salah Hamouri.



    2009, https://www.jeanmarcmorandini.com/a...

     

    Répondre à ce message

  • #2799833

    A ne pas louper, l’interview le 18 Août de Philippe Le Guay, réalisateur du film :

    - C’est tiré d’une histoire vraie !
    - Le mec est "nauséabond, pas seulement parce qu’il vit dans une cave".
    - C’est un peu comme son film sur les bonnes du 6eme étages, à qqs mètres au dessus ou au dessous il y a un monde complètement différent (bref qu’on a pas l’habitude de fréquenter peut etre justement parce qu’on est plein d’habitudes pour commencer).
    - Mais là c’est la mauvaise différence, celle pleine de haine portée par "toute une idéologie, un question dont [il] ne veut pas trop dévoiler le sens maintenant". Ah ! il y a un agenda alors !
    - Métaphysiquement, ce film veut montrer ce qu’est la racine du complotisme (avec les heures sombres en arrière plan) et en dénonçant "le raisonnement diabolique de qqn qui nie l’existence euh ... de ce qui est", la shoah est élevée au rang métaphysique (et en symétrie, le covid/vaccin). Face à ce néant qui nous saisit de vertige, on est un peu obligé de revenir à son ADN identitaire.
    - Le film est censé apporter des émotions fortes, choquantes, et qui creusent le spectateur.

    Bref : j’ai bien l’impression qu’il n’y aura aucune forme de second degré.

     

    Répondre à ce message

  • #2799947
    Le 2 septembre à 05:00 par Libre-penseur
    L’Homme de la cave, un film avec des gentils et avec un méchant

    Mais quelle horreur penser par soi-même....

     

    Répondre à ce message

  • #2800003

    9000€ la cave, j’espère qu’il y a la fibre à ce prix.
    C’est la faute aux prix exorbitant des epahd.
    Faut dire qu’a leur décharge, ils ont tenté de faire de la place au rivotril, mais ils n’ont pas compris que c’est pas un problème de place mais d’argent.

     

    Répondre à ce message

  • #2800109

    Putain il faudra attendre fin octobre début novembre pour qu’il soit disponible sur les sites de streaming gratos ! J’espèce qu’ils ne vont pas enclencher l’opération cyber Polygone d’ici là ! Je ne voudrais pas rater ce chef d’oeuvre d’humour avant la fin du monde !

     

    Répondre à ce message

  • #2800210

    Youtube vient de désactiver la Bande annonce et ses commentaires.

     

    Répondre à ce message

  • #2800660

    Cette vidéo est un déclic pour moi. 3 septembre 2021... Quand la propagande devient si outrancière qu’on croirait regarder du Mozinor, c’est que cela commence vraiment à sentir la fin de Régime.
    Acheter une maison à la campagne loin d’un centre urbain, se créer un petit potager entouré de pièges à loups, se réécouter des émissions téléchargées d’ERFM quand il n’y aura plus d’Internet, se faire des pop-corn une main sur le fusil de chasse en regardant ce système s’effondrer sur lui-même. La suite de mon programme après avoir vu cette vidéo.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents