Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Brigitte Macron face à la rumeur : "Alors ça c’est clair, les mineurs, c’est mon combat"

 

 

Pour couper court aux rumeurs qui grondent sur les réseaux sociaux, et particulièrement sur Twitter, ce remugle à conspirationnistes de tout poil, la Première dame de France, madame Brigitte Trogneux-Macron, s’est invitée sur la première chaîne de France mercredi 12 janvier 2022 pour défendre son honneur, qui n’était pas vraiment attaqué, puisque si une transformation a eu lieu, et on imagine que non, car on doit la croire sur parole, c’est quand même elle la première concernée, la transformation d’un homme en femme n’est pas un scandale, mais un choix personnel, intime, difficile, qui permet ensuite de revivre en étant une autre personne dans le même corps, ou presque. Avant, c’était un scandale, aujourd’hui, c’est banal, on change de sexe comme de chemise.

 

Cependant les transsexuels, parmi lesquels certains font leur transition physique, à base d’opération(s) et de prise d’hormones, ne changent pas tous de corps. Beaucoup, qui n’en ont pas les moyens ou qui craignent la rivière sans retour, préfèrent rester, en l’occurrence, femme dans un corps d’homme, et on les retrouve, en petits comités, dans la communauté dite travelo, habillés en femmes. C’est vieux comme le monde, il y en avait déjà chez les Romains, et plus personne ne s’en gaussait, à part le petit peuple, qui écarquillait les yeux.

Aujourd’hui aussi, le petit peuple de France a du mal à croire que la Première dame serait un homme, ou a été un homme, pour, un jour, changer d’orientation sexuelle. Pour le beauf lambda, c’est impensable. Pour les gens du show-biz, habitués à toutes les transformations, à toutes les sexualités et toutes les déviances – prendre déviances dans le bon sens du terme, ce qui dévie de la norme –, c’est d’un banal. On sait dans le petit monde LGBT qui en est, qui est trans, qui est honteuse et qui ne l’est pas. Mais on ne balance pas. Ou si on balance, c’est avec une petite pointe d’humour, une finesse d’initiés...

 

 

Nous reviendrons sur ces rumeurs du petit monde gay, car nous avons les oreilles qui traînent. Pour l’instant, écoutons Brigitte, qui n’a pas l’air traumatisée.

TF1  : Pardonnez-moi de revenir dessus mais par exemple cette théorie conspirationniste contre laquelle vous pensez porter plainte, je crois, et qui affirme que vous êtes née homme, qu’est-ce que vous pouvez répondre ça ?

Brigitte Macron : Alors bien évidemment c’est un mensonge, mais bon, une fois que j’ai dit ça je n’ai rien dit, mais ça m’a permis encore de me rendre compte, parce que ça fait quatre ans et demi que je suis dessus, que je demande pour les mineurs, hein, je demande déjà qu’on fasse attention, pas de réseaux avant 13 ans, je demande qu’on ait enfin des modérateurs qui parlent français, je demande qu’on puisse enlever quand on est un mineur un contenu extrêmement rapidement, parce que plus le contenu reste, plus les mineurs souffrent, tout ça on a du mal à l’obtenir, je demande aussi qu’on ait à l’école une formation, une formation des enfants, qu’est-ce qu’on dit à un enfant dès le primaire, qu’est-ce qu’on lui dit de faire de ces photos, qu’est-ce qu’on lui explique et je trouve qu’on est beaucoup trop lents à réagir là-dessus et aussi formation des parents, parce que moi j’ai des enfants et des petits-enfants et on est très très vite dépassés.

TF1  : Vous confirmez que vous à votre propos vous allez porter plainte, c’est bien ce que vous...

Brigitte Trogneux : Oui on est en train, alors c’est un peu long parce que il faut les captures d’écran, il faut l’intégralité des propos, des propos rapportés, donc en ce qui me concerne c’est un petit peu long. Il y a trois niveaux : il y a ceux qui émettent, il y a ceux qui relaient et il y a ceux qui hébergent. Donc il faut ratisser large.

TF1  : Je vais vous couper madame, vous êtes l’épouse du président de la République, et vous n’avez pas réussi à arrêter tout ça ? Alors vous imaginez, nous ?

Trogneux : J’ai mis euh, sur ça tout à fait d’accord, tout à fait d’accord, c’est parfaitement injuste, moi sur un contenu particulier j’ai mis cinq jours et demi. Avec des avocats, qui sont rompus à l’exercice et qui savent qui appeler et comment appeler.

TF1  : Les meilleurs, j’imagine.

Trogneux  : Imaginez-vous, comment si ça arrive bien évidemment aux personnes, comment font-elles, comment font-elles, d’abord on ne sait pas ce qu’il faut faire, on ne sait pas ce qu’il faut faire, alors je soutiens aussi moi pour les enfants le e-enfance, parce que eux suppriment les contenus, ils ne vont pas régler les problèmes, forcément les problèmes psychologiques, mais une fois que vous les appelez, le 30 18, on vous dit « voilà, nous on va enlever le contenu ». Donc les enfants à qui, les adolescents à qui ça arrive, il faut que ça parte le plus vite, et puis après il faut réparer les dégâts, et il faut parler, il faut le dire. C’est un combat que je mène depuis quatre ans et demi.

TF1  : Il faudra au moins cinq ans encore pour le mener à bien.

Trogneux  : Je continuerai. Alors ça c’est clair, ça c’est clair, les mineurs, c’est mon combat. Je ferai tout pour les protéger de cela, parce que c’est une énorme souffrance, et parlez-en encore à des adultes maintenant, ils ont pas oublié. Et si le hasard fait qu’après votre vie est meilleure, ça va, mais certains ont du mal à s’engager dans la vie à cause de ce qu’ils ont vécu quand ils étaient plus jeunes.

Elle parle de Manu ?

Trogneux termine : Si nous les adultes on n’est pas à côté d’eux, ils pourront pas en sortir.

Là elle parle des enfants.

 

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

141 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Du bois de Boulogne à Rue du Faubourg-Saint-Honoré… Il n’y a qu’un pas !

     

    Répondre à ce message

  • Brigitte Trogneux on devrait la dater au carbone 14 comme pour les momies d’Egypte, on serait fixé sur la momie Toutdanslepantalon... à une patte.

     

    Répondre à ce message

  • BM entretient le doute.

    Sur TF1 : « c’est un mensonge, mais bon, une fois que j’ai dit ça je n’ai rien dit »

    Sur RTL : « je suis mon frère. Et là, on touche à la généalogie de mes parents, et là c’est impossible »

    Comme une incapacité à nier clairement et sans réserve ou peut-être une attention particulière à ne pas nier clairement et sans réserve. Car, le « c’est un mensonge » est immédiatement suivi d’une réserve absolue : « une fois que j’ai dit ça je n’ai rien dit » et le « c’est impossible » porte sur « on touche à la généalogie de mes parents », pas sur « je suis mon frère » (comme si c’était plus grave de remettre en cause la généalogie de ses parents que son identité sexuelle et même légale). Un démenti clair et sans réserve eût été : « c’est un mensonge et une fois que j’ai dit ça j’ai tout dit » ou « je suis mon frère et c’est impossible ». Toutes les déclarations de BM sont contrôlées et calculées avec une rigueur implacable, et tout ce qu’elle dit sert son intérêt, donc son intérêt est d’entretenir le doute.

    Mais quel besoin d’entretenir le doute ? Par fidélité à sa transition ? En mettant une sorte de point d’honneur à ne pas se renier ? En anticipant sur une future irréfutable révélation de son identité : « Je n’ai jamais dit que c’était impossible que je sois mon frère (je parlais de la généalogie de mes parents) et quand j’ai dit que c’était un mensonge, j’ai immédiatement ajouté que je n’avais rien dit » ? Mais si c’est le cas, alors elle joue serré, elle prépare le terrain à une telle révélation mais en espérant encore pouvoir y échapper... et dans ce cas, le « il faut ratisser large » peut prendre un sens assez menaçant...

     

    Répondre à ce message

    • Absolument !! Ses conseillers comm sont insolemment nuls !!!

       
    • Au contraire, chaque mot a été choisi avec soin.
      Aucun menteur ne peut mentir tout le temps, il serait immédiatement identifié :
      "Le ciel est d’un très beau vert aujourd’hui." Vous imaginez ?
      Le diable, sachant cela, sait qu’un vrai menteur ment tout le temps un peu, mais ne ment jamais vraiment. Il y a une vraie envie de provoquer, d’exposer au grand jour ce qu’on prétend cacher, et aussi de paumer les gens, et pouvoir leur dire : "mais je voulais dire la vérité, j’ai essayé de la dire..."
      Penser que c’est de l’incompétence ou de la bêtise serait une grave erreur de votre part.

      Le diable ne veut pas régner en mentant. À la fin, il veut pouvoir enlever son masque de mec bien (comme dans scooby doo), et dire : "hé non, en fait je suis un fieffé bâtard, mais c’est trop tard pour vous plaindre. Vous vous êtes tous prosternés devant moi, et je VEUX QUE VOUS SACHIEZ que vous vous êtes tous prosternés, de votre propre choix, devant le pire salaud imaginable. Et maintenant vous êtes à moi." D’une manière tordue, le but final du diable est de dire la vérité, pas par honnêteté, par goût de la transgression, par goût de parodier Dieu.

      Dans ce cas là, ça veut dire : Jean-Michel, sur le long terme, ne veut pas qu’on croie qu’il est une femme, et être tranquille avec ça...son plus grand accomplissement, ce serait que tout le monde s’aperçoive qu’il est un homme, et qu’on ferme quand même nos gueules.
      Son but n’est pas d’imiter la norme, en se planquant, et en baissant les yeux devant les gens (ce sont les pouilleux et les esclaves, qui font ça) c’est de DEVENIR la norme et de RÉGNER. Il y a une énorme différence.

       
    • Autant pour le terme "emmerder", oui c’est bien choisi. Après que les mots sur ce sujet soient sélectionnés, il n’y a aucun doute, mais quelle stratégie de merde, la cause des enfants, bon ça marche avec les bizounours (et il y en a tellement !!!!) mais franchement, les gens septiques ne peuvent être que fortement désemparés devant une telle ligne de comm. A la rigueur je préferais le gars qui nous jurait les yeux dans les yeux.

       
  • Auparavant je ne m’étais jamais posé la question sur le premier dame de France mais il est vrai que je trouvais bizarre que l’on puisse se mettre avec une vieille qui pourrait être sa grand-mère et ne pas avoir d’enfants à 40 ans et aimer se frotter à des grands noirs en sueurs. Sans parler du père de Manu l’emmerdeur qui n’a pas l’air de le porter dans son cœur.
    Bref tout cela me semblait bizarre mais comme tout le monde je retournais à mes petits problèmes du quotidien.
    Et là je tombe sur l’interview lunaire de Jean Michel et je suis maintenant certain qu’il y a un loup quelquepart.
    Qui a compris quelquechose à son charabia ? C’est soit disant un prof de français ce truc ? L’ancien professeur du président de la république ?
    On te demande si tu es un homme et tu parles chinois, de mineurs, de je ne sais pas quoi ?
    N’importe lequel d’entre nous aurait rigolé si on l’avait accusé de mentir sur son genre.
    En tous cas moi si on me dit qu’en fait je suis une femme je vais bien rire et peut-être sortir mon engin !
    Bref et le frère de cette chose ne peut pas intervenir pour laver l’honneur de sa sœur ? Les enfants de la vieille ne réagissent pas pour défendre leur mère et apporter des preuves ?
    Non vraiment cette histoire pue et surtout c’est la honte pour notre pays.
    Qu’est ce que c’est que cette chose au sommet de l’état ?
    _

     

    Répondre à ce message

  • Feu Guy Lux disait : le cheval c’est mon dada. Jean-mi nous dit aujourd’hui, les mineurs c’est mon combat. Les médias vent debout pour surtout ne rien vérifier. Ca me rappelle la fille cachée de Mitterrand (Mazarine). Ils savaient tous, mais personne de devait rien dire. Jean Edern-Hallier a lancé l’affaire et l’a payé !

     

    Répondre à ce message

  • Au moins on sait la stratégie de défense qui a été pondue dans le bureau de ses minables conseillers comm. Même réponse aussi molle à RTL. Même bifurcation vers la protection des mineurs, et mêmes réaction de toutous de la part des porte paroles en relations publiques (non ça ne s’appelle pas des journalistes). Mais comment les Français peuvent tolerer de se faire bourrer le mou ??? J’en ai honte !

     

    Répondre à ce message

  • Ceux qui ont rancardé Alain et Natacha, l’ont fait maintenant pour tenter d’éviter sa réélection ?
    En tout cas merci Alain et toute la rédaction de combat pour cet îlot de qualité. Pour les analyses pour l’accès aux gens courageux et intègres qui ne peuvent plus parler nulle part.

     

    Répondre à ce message

  • S’intéresser à l’affaire de la Maison basque au centre ville d’Amiens, dans les années 60-70.

     

    Répondre à ce message

  • Dire qu’une femme est en fait un homme, c’est de la transphobie ? A bon
    Donc si je dis à mon voisin carreleur, qu’il est mécanicien, c’est mécanophobe
    On nage en plein délire
    Soral devrait porter plainte pour fachophobie alors

     

    Répondre à ce message

  • "Elle était bizarre, la dame. Elle m’a fait mal. Elle s’appelait Pierre !" Albert Dupontel dans son sketch hilarant intitulé "Bob".

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents