Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Babi Yar. Contexte : le film qui tombe mal pour les Ukrainiens

Difficile de nazifier les Russes

Cela aurait dû être le shoah-movie du moment, qui tombe en plus en pleine « Katyn », l’histoire des fosses communes individuelles ukrainiennes dans la forêt d’Izioum, mais voilà, l’événement Babi Yar est assez pénible pour les Ukrainiens en général, et les habitants de Kiev en particulier.

Sergei Loznitsa : « Le problème, c’est que des policiers ukrainiens ont participé à l’anéantissement des juifs et que ces policiers ont en même temps combattu plus tard pour l’indépendance de l’Ukraine. Ce sont donc des héros nationaux et des assassins. Toute la question est de savoir si les Ukrainiens sont prêts aujourd’hui à entendre cette vérité. » (Le Monde)

 

Ils ne sont pas responsables du massacre de septembre 1941, quand les Allemands ont fusillé des dizaines de milliers de juifs en trois jours dans une fosse à l’extérieur de la ville, mais l’Ukraine à ce moment-là, les Soviétiques ayant été chassés, ont remis leur nationalisme et leur collaborationnisme au goût du jour. Ils ont effectivement cru que la domination soviétique était terminée, et se sont lâchés, notamment sur les juifs, qui étaient accusés de judéo-bolchevisme, c’est-à-dire d’avoir été, en 1917, à l’origine de cette révolution qui verra la fin du nationalisme ukrainien, et le début des famines des années 30.

 

 

C’est donc au moment où la presse internationale, donc mondialiste, donc otaniste, tente de nazifier les Russes avec une réplique du massacre soviétique de l’élite polonaise dans la forêt de Katyn, que le film documentaire sur Babi Yar sort. Ce qui est étonnant dans les propos du réalisateur, au cours d’interviews fort complaisantes, c’est qu’il ne botte pas en touche à ce sujet, mais minimise la collaboration des Ukrainiens. ce qui n’est pas entièrement faux : pris entre les deux puissances soviétique et germanique, le peuple ukrainien a terriblement souffert. Même chose pour les Biélorusses et les pays baltes, l’ensemble prenant le nom des « terres de sang », si on y inclut la Pologne, qui a été l’épicentre des grands massacres de civils, juifs et non juifs mêlés.

Heureusement, avec un art de l’acrobatie et du retournement consommé, le réalisateur Sergei Loznitsa arrive quand même à enfoncer les Russes devant la presse occidentale. Et quoi de mieux que Le Monde pour incarner cette presse alignée, chez nous ?

Le Monde : Votre film était terminé un an avant l’invasion de l’Ukraine. Ne craignez-vous pas que le calendrier de sa sortie soit délicat, à l’heure où la Russie instrumentalise la question du « fascisme » ukrainien ?

Sergei Loznitsa : La vérité est bonne à dire à tout moment, je pense. Et si aujourd’hui la Russie, État totalitaire, peut dire cela d’un pays qui s’est, quant à lui, démocratisé, c’est en partie parce que les historiens ukrainiens n’ont tout simplement pas fait leur travail durant trente ans.

La seconde interview « parlante » nous vient de Marianne, avec Éric Naulleau comme intervieweur, qui revient aussi sur le timing pour le moins foireux du film. Le réalisateur prend mal la question.

Éric Naulleau : Vous avez terminé votre film peu avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Avez-vous hésité à le sortir ? Quand un pays est ainsi agressé, cela provoque bien sûr des réflexes patriotiques. Or, « Babi Yar. Contexte » n’est pas à l’honneur de l’Ukraine et des Ukrainiens d’alors. Vous y montrez la complicité de la population locale et des forces de police dans le massacre.

Sergei Loznitsa : Votre question me paraît étrange, car vous semblez lier les agissements d’une petite partie de la population alors présente dans cette partie de l’Ukraine soviétique à l’ensemble de l’Ukraine contemporaine, très différente.

Éric Naulleau : Je ne les confonds pas, je parlais de la réception du film dans un contexte très particulier, celui de l’agression subie par l’Ukraine et des réflexes nationalistes qui peuvent en découler en réaction à votre documentaire…

Sergei Loznitsa : La réception se fait en fonction du niveau d’instruction et du développement de chacun des spectateurs. (...)

Éric Naulleau : Ma question se fondait également sur votre exclusion de l’Académie ukrainienne du film. Cette décision est-elle en rapport direct avec « Babi Yar. Context » ?

Sergei Loznitsa : Ce n’est qu’un doute de ma part, mais je ne peux m’empêcher de noter que le responsable de l’Académie ukrainienne du film est membre du parti nationaliste Svoboda, très hostile à ce type d’œuvre. Ce courant nationaliste a également voulu accéder au Parlement, mais n’a obtenu que 1,5 % des voix, preuve que l’immense majorité du peuple ukrainien n’est pas sur cette ligne.

Oui mais c’est ce courant nationaliste qui nourrit les troupes de Zelensky, dont les fameuses compagnies Azov, qui sont ouvertement pro-nazies. En éludant cela, on élude une grande partie de la question, ou de la gêne. Pour finir, le réalisateur donne son avis sur le conflit.

Sergei Loznitsa : Si l’on devait trouver une analogie historique, ce serait celle de la guerre des Grecs contre les barbares. Platon disait que lorsque les Grecs font la guerre aux Grecs, c’est une discussion, et que lorsque les Grecs font la guerre aux barbares, c’est une lutte contre l’anéantissement. Il nous faut essayer de trouver la réponse civilisée à cette confrontation. Ce que nous vivons n’est pas la guerre de la Russie contre l’Ukraine, c’est la guerre d’une civilisation qui habite au XXIe siècle contre une civilisation qui habite au XIXe, voire au XVIIIe siècle. Il ne s’agit pas d’une agression contre un pays européen, mais d’une agression économique et idéologique contre le reste de l’Europe.

Il n’est pas certain que l’Ukraine, ce pays corrompu jusqu’à la moelle et dirigé en sous-main par l’axe américano-sioniste, soit comparable à la noble Grèce de l’Antiquité. Quant aux « Barbares », ce sont eux qui ont été encerclés et attaqués en 2014...

Une présentatrice un peu négligée évoque le dernier survivant du massacre

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #3031870
    Le 18 septembre à 17:31 par Calmetoiviktor
    Babi Yar. Contexte : le film qui tombe mal pour les Ukrainiens

    "Votre question me paraît étrange, car vous semblez lier les agissements d’une petite partie de la population alors présente dans cette partie de l’Ukraine soviétique à l’ensemble de l’Ukraine contemporaine, très différente."

    Le tour de passe passe "petite partie de la population" "Ukraine contemporaine".

    Les mêmes qui traitent tous les français de 39-45 de nazis et les nationalistes français non tatoué de nazis d’aujourd’hui.

    Comment raconter n’importe quoi pour tordre la réalité.

    Tout çà pour promouvoir le xième film sur la pleurniche.

     

    Répondre à ce message

  • #3031876
    Le 18 septembre à 17:43 par Roland de Roncevaux
    Babi Yar. Contexte : le film qui tombe mal pour les Ukrainiens

    la réalité, c’est que les officiers allemands eux-mêmes furent choqués par la haine et la barbarie des "pogromistes" est-européens...

    On sait que beaucoup de "petites mains" de la shoah étaient lettones, polonaises ou ukrainiennes... Ils peuvent pas faire des retraites aux flambeaux en chantent la gloire du Reich, puis subitement faire demi-tour quand on leur met le nez dans leur m...

    La réalité, c’est que cette "révolution ukrainienne" n’a rien de démocratique. Il a d’ailleurs fallut s’y reprendre à deux fois (2004 et 2014), et en plus en passant par la voie du putsch, pour installer un pouvoir russophobe à Kiev. Parce-que dans la réalité, les Ukrainiens n’en voulaient pas.

    C’est une révolution national-bougeoise compradore. Ils n’ont aucune ambition d’indépendance pour l’Ukraine : leur but est d’adhérer à l’UE-OTAN, de se faire diriger par Bruxelles et Washington, d’installer la cancel-culture et l’immigration de masse à Kiev, et de servir de succursale à l’empire américain. Que ces gens osent parler de souveraineté nationale est une insulte à l’intelligence. Leur cause est indéfendable. Qu’ils ne nous embrigadent pas dans leur délire funeste.

    L’Ukraine a obtenu l’indépendance des dirigeants Russes sans tirer un coup de fusil en 1991. C’était une des perles de l’URSS. En 30 ans le PIB et la population se sont effondrés. L’Ukraine qui donnait du temps des Russes des violoncellistes, des joueurs d’échecs et des ballerines a donné des mercenaires et des prostituées et s’est enfoncée dans le néant. C’est ça le seul, unique, authentique et vrai bilan des nationalistes ukrainiens en 30 ans. C’est comme l’Algérie. Il faut comprendre que le PIB était inférieur en 2019 à ce qu’il était du temps soviétique : c’est dire ! On a donc affaire à une totale mystification.

    La cause ukrainienne n’est pas une cause nationaliste. C’est une cause impérialiste. Ces gens ne défendent nullement le concept de nation, d’identité ni de souveraineté.

     

    Répondre à ce message

  • #3031958
    Le 18 septembre à 20:13 par Jean-Marc
    Babi Yar. Contexte : le film qui tombe mal pour les Ukrainiens

    Un tel débraillé, une coiffure défouraillée et une si médiocre diction !
    Serait-elle issue d’une promotion canapé avec prise de fonction immédiate au saut du lit ?
    A-t-elle seulement remis sa culotte ?
    Tout semble démontrer mes doutes !

     

    Répondre à ce message

  • #3031979

    J’aime bien l’argument naïf et/ou malhonnête du "les extrêmistes, ultranationalistes et néo nazis, représentent une minorité "insignifiante".

    Quand vous allez dans un quartier dit "sensible" c’est pas les 4 ou 5000 habitants qui posent problème, mais la minorité d’une cinquentaine ou centaine de délinquants qui "terrorise" la grande majorité.

    L’argument du nombre sans le contexte, je vois ce genre de réponse débile sur Twitter, de gens qui pourraient comprendre mais ne veulent pas car ayant "choisit leur camp" ils valideront tout ce qui va dans le sens de leur choix et rejeteront tout se qui le contredit (je crois que c’est ce qu’on appel la dissonance cognitive).

     

    Répondre à ce message

  • #3032014
    Le 18 septembre à 21:47 par Maurice
    Babi Yar. Contexte : le film qui tombe mal pour les Ukrainiens

    Supposons le témoignage du dernier survivant entièrement vrai.

    Sa famille a été tuée par des collaborateurs ukrainiens. Lui et son frère ont été sauvés par d’autres ukrainiens, leurs voisins. Essentialiser une population est toujours faux. La recherche historique sérieuse a un préalable, la nuance.

     

    Répondre à ce message

  • #3032108

    C’est peut-être le commencement d’un revirement possible, sinon d’un tournant dans la guerre.

     

    Répondre à ce message

  • #3032115
    Le 19 septembre à 06:36 par Sturmgewher
    Babi Yar. Contexte : le film qui tombe mal pour les Ukrainiens

    C’est fatiguant de constater que quelque soit le sujet, il finisse par passer par le filtre judéo-nazi. Comme si cela était l’alpha et l’oméga de toute réflexion.
    On m’a signalé un feuilleton télé, d’il y a quelque jours. Où l’actrice (Lauri) est enceinte d’un père décédé. Elle se rend sur sa tombe et elle allume deux bougies avec étoile de david et la caméra filme un nom gravé de la communauté. On n’en parlera plus et ceci n’a rien à voir avec la teneur du film. Comme un droit de péage. Un prix à payer. Un spot publicitaire.

     

    Répondre à ce message

  • #3032124
    Le 19 septembre à 07:07 par Laflippe
    Babi Yar. Contexte : le film qui tombe mal pour les Ukrainiens

    Donc le réalisateur nous dit que les ukrainiens n’ont pas dit la vérité durant 30 ans mais que nous devons les croire sur leur narratif actuel ?

     

    Répondre à ce message

  • #3032314
    Le 19 septembre à 11:54 par village popaul
    Babi Yar. Contexte : le film qui tombe mal pour les Ukrainiens

    hum, je suis heureux finalement que BHL et Gluksmann , appartiennent à un courant du judaïsme qui pratique le pardon.....
    ça laisse un peu d’espoir pour la France, où les babi yar , ont plutôt été rares....

     

    Répondre à ce message

  • #3032499

    Moralité : ne jamais s’approcher de la berge du ravin...

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents