Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Et le Grand Prix de la journalope est attribué à...

Quand un journaliste-Système se heurte au réel

 

 

Journalope, c’est une contraction de journaliste et de salope, mais salope n’a pas ici un sens sexuel. Il s’agit de soumission professionnelle à un ordre dominant, qui ne va pas dans l’intérêt général (celui du grand public, des gens ou du peuple), soumission qui produit nécessairement des entorses à la déontologie. Qu’est-ce que la déontologie ? Rien à voir avec Michel Déon, le pote de Brasillach, la déonto, c’est un peu la morale du journaliste. On va la résumer.

De conneries point n’écrira
De fausses informations n’inventera
Les autres ne diffamera
La vérité ne cachera
Des injures ne proférera

Le journaliste normal, déonto, c’est celui qui bosse pour les gens sans prendre en compte les intérêts cachés, intermédiaires ou supérieurs. Par exemple si l’on fait une enquête sur les nominations des commissaires de police, eh bien on ne peut pas passer sous silence leur appartenance quasi généralisée à la franc-maçonnerie. Dans le même ordre, on comprend mieux les interventions de médecinlopes à la télé quand on sait que certains touchent du fric ou des avantages en nature des grands labos, que d’autres lorgnent sur un poste haut placé dans la santé, ou qu’ils font partie d’une loge maçonnique compatible avec le gouvernement. Sans oublier leur puissante secte qu’on appelle l’Ordre des médecins. Tout cela n’a plus rien à voir avec la santé, il s’agit de fric, de pouvoir et parfois de corruption.

Ici, on n’utilisera pas le terme assez infâme de journalope, on dira plutôt journaliste de cour, relais du pouvoir, ou agent de la propagande. On utilise tous ces synonymes en fonction de nos articles. Ça évite les répétitions, voyez-vous.

Dans l’actualité, vous vous doutez bien que des sorties de journalopes, il y en a des tonnes. On ne va pas faire tout BFM TV, ce serait à la fois facile, et fastidieux. On va juste piocher ici et là ce qui nous semble symbolique de cette nouvelle race de professionnels, qui n’en a rien, mais alors rien à foutre de la vérité, de l’intérêt général, seuls les intérêts privés, la désinformation, la sous-information les intéressent. Et aussi les petits cocktails, les petits cadeaux (déjeuners et voyages de presse), tous ces pièges pour pique-assiettes. Avant, on appelait les pauvres des « mange-merde ». Pas très noble, hein.

Passons maintenant à la remise des prix. On imagine une jolie fille qui décachette les grandes enveloppes (format A5) avec un grand sourire, un QI de 12, une robe de créateur, et un look de miss météolope, comme sur Canal. Rappelons encore une fois que « salope » a ici le sens de « pas très déonto », qu’on ne se méprenne pas.

Première toutes catégories, cette journaliste québécoise qui fait fort dans le retournement. À ce niveau, on peut parler de création pure. D’art.

 

 

Là, on a voulu défendre Christine Kelly, injustement attaquée parce qu’on ne peut pas dire qu’elle soit journaliste-Système, même si elle vote Zemmour. En revanche, la traiter de raciste...

 

 

On reste sur Christine qui visiblement a la meute sur le dos. Ce coup-ci, c’est Mathieu Molard, qui mérite le 2e prix, qui ose écrire ça alors qu’il est le dernier larbin du pouvoir profond sioniste !

 

 

Le 3e prix, on ne pouvait pas ne pas le décerner à toute l’équipe de Libé pour ses exploits journalopistes extrêmes. Aujourd’hui, ils essayent de transformer chaque homme en couple en criminel en puissance. Car qui n’a pas, un jour de grande forme, un peu chopé durement sa femme, ce qui en général ne lui a pas déplu ? Qui ? Tous les mecs baissent la tête, n’est-ce pas ?

 

 

On ne pouvait pas parler journalopisme sans évoquer BFM TV, la chaîne de désinformation outrancière. Ici, un JRI (reporter d’images) fait la fête avec les enfants à qui la Véran a ôté la muselière, mais seulement à la récré, hein. Pas une seconde le JRI va oser dire que masquer les mômes est une infamie, une saloperie, une preuve du sadisme gouvernemental.

 

 

Au lieu de concentrer le tir sur ceux qui ont fait étouffer nos enfants pendant deux ans, on applaudit à la libération, on croit rêver. Le 5e prix, on ne sait plus si on en est au 5e ou au 6e, c’est pour Jean-Michel. Aphatie, pas l’autre.

Lui, il est capable du pire comme du meilleur, le pire étant plus courant que le meilleur, soyons honnêtes. Aphatie, c’est le type d’en bas, un peu paysan, quasi analphabète, qui est monté à la force du poignet, et qui ne veut pas redescendre, alors il passe les trois-quarts de son temps à donner des gages à la dominance. Ça gâche le personnage, sa faconde, faut dire aussi que ses analyses politiques sont d’un niveau assez lamentable. En télé ou en radio, pas le droit de faire de la politique profonde (peut-être qu’il ne sait même pas ce que c’est), du coup on en reste à l’écume des choses, aux petites phrases, au rien.
À l’arrivée, n’ayant plus rien à dire, les journalistes de cour finissent par se raconter, c’est leur sujet préféré.

 

 

Un propagandiste qui revient dans le game, c’est Birenbaum (poirier, en yiddish). Il revient avec un bon petit missile qui fait mouche, donc Guy, pas journalope pour le coup.

 

 

Finalement, pourquoi s’en prendre aux exécutants, alors que ce sont les commanditaires qui sont les responsables de ce désastre informationnel, un désastre bien calculé, puisqu’il faut maintenir les masses dans l’ignorance... de la politique profonde, les réseaux de power, les liens occultes, tout ça.

 

 

On aurait dû commencer par ça et lâcher la grappe des larbins, pas la peine de tirer sur les ambulanciers, les sous-fifres, les Jean-Michel. Cette année, Macron a lâché un demi-milliard d’argent frais à tous ces canards en faillite permanente, et globalement deux milliards pour les maintenir à flot, entre l’impression et la distribution. À partir de là, y a plus rien à dire : si vous restez dans ce Système, vous êtes nécessairement une journalope.

Ah, on allait oublier le petit coup de pied à l’AFP ! La Journalopie !

 

 

Bons baisers de Russie avec la porte-parole de Lavrov

 

N’oublions pas StreetPress, Grenu et Bounafaa !

 






Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2912456
    Le 23 février à 23:59 par Sedetiam
    Et le Grand Prix de la journalope est attribué à...

    Avec un télé et une radio de l’autre côté, c’est comme se placer entre le Marteau et l’enculume et se prendre trois ou quatre Molard dans la tronche : il faut être maso, les coups (bas) venant de fluets qui détaleraient au premier claquement de doigts dans une ruelle sombre...

     

    Répondre à ce message

  • #2912484
    Le 24 février à 03:48 par Louise
    Et le Grand Prix de la journalope est attribué à...

    Les milliardaires ont bon dos !
    Cela reste le gouvernement qui impose la ligne, les éléments de langages
    quotidiens ; ce dont on a le droit de parler ou pas !

    On peut directement lier l’effondrement de l’information
    (et du débat)avec la nécessité de justifier d’une politique malfaisante.
    A chaque nouvelle guerre, trahisons de l’intérêt national ou aberration
    géopolitique : c’est à la liberté d’information qu’on tort le cou.

    Si on regarde objectivement ces médias, ils ne servent que peu l’intérêt des
    milliardaires ou leurs compagnies,(à la marge).

    90% du temps est consacré à justifier la politique étatique,
    A nier ses conséquences, à maquiller ses défaites.
    Le monopole il repose dans quelques cabinets ou ministères.

    Ce sont toujours les mêmes qui font des conneries, renseignement, défense, intérieur, santé.
    Et qui exigent des médias qu’ils justifient leurs agissements.
    Peut être parce que derrière ce sont toujours les mêmes gens depuis 15 ans+ ?

     

    Répondre à ce message

    • #2913428
      Le 25 février à 10:18 par Zack
      Et le Grand Prix de la journalope est attribué à...

      "la main qui est donne est au dessus de celle qui recoit". Napoléon Bonaparte
      Et non ce sont bien les milliardaires qui émettent et dictent le programme à leurs sous-fifres qui sont en charge de nous baratiner et nous maltraiter.

       
  • #2912519
    Le 24 février à 06:42 par kantor
    Et le Grand Prix de la journalope est attribué à...

    Vu le nombre de prétendants, il vous faudrait faire des catégories, comme au cinéma...Mensonge, inculture, mauvaise foi, corruption...etc

     

    Répondre à ce message

  • #2912555
    Le 24 février à 08:04 par dixi
    Et le Grand Prix de la journalope est attribué à...

    Ce ne sont pas des journalistes ,mais des opportunistes venant se goinfrer et prêt à tout afin de se stariser et prendre un maximum de pognon .Ce métier a été dévoyé formant une caste de l’entre soi ne voulant plus faire partie du peuple mais simplement se rapprocher du pouvoir en se mettant aux ordres dont la principale activité est de lécher les culs à longueur d’émission ,tout en faisant des concours du plus grand professionnel de la léchouille
    Je pense que ce milieu journalistique n’ a plus raison d’ être et doit être remplacé très rapidement par une presse totalement indépendante et arrêter de la subventionner avec nos impôts .

     

    Répondre à ce message

  • #2912589
    Le 24 février à 09:04 par Roméo
    Et le Grand Prix de la journalope est attribué à...

    Très bel article.
    La plupart de ces journalistes ne sont pas européens de souche et ne défendent pas les intérêts de la France ni de l’Europe.

     

    Répondre à ce message

  • #2912599
    Le 24 février à 09:16 par miles davis
    Et le Grand Prix de la journalope est attribué à...

    Mollard et mouchard, non ça ne s’invente pas, comme finkielcrotte et cohn-bandit. Nous sommes dans une certaine tradition...philosophique.

     

    Répondre à ce message

  • #2912616
    Le 24 février à 09:36 par Krunk
    Et le Grand Prix de la journalope est attribué à...

    Journalistes, magistrats, flics, gendarmes ou fonctionnaires trop zélés, moralistes ou arrivistes de tous poils,... c’est ce qu’on appelle le ventre mou des populations. Le marqueur commun de ces soumis invertebrés étant la peur, l’absence de transcendance et (au fond d’eux-même, souvent inconsciente.. ) la détestation de soi et de l’autre. Materialisme, conformisme, hypocondrie, parasitisme et fumisterie que chapeautent une frustration profonde et un désir de revanche. Ils n’ont pas d’analyses ni de pensées propres car leur opinion c’ est la loi et leur vertu l’obéissance au pouvoir quel qu’il soit. Ce sont les courroies de transmissions et les kapos qui ne s’épanouissent et ne prosperent qu’en régime totalitaire car enfin il tiennent leur vengeance -sans pitié !- sur les corps et les esprits libres et inspirés. Je les estime à 20% toutes strates sociales confondues.

     

    Répondre à ce message

  • #2912703
    Le 24 février à 11:27 par Snayche
    Et le Grand Prix de la journalope est attribué à...

    Apathie père l’immoral wokiste, c’est plutôt clairement ça la réalité. On parie que tu vas te gifler toi-même fortement et pendant des siècles lors du Jugement Dernier si tu continues comme ça ? ?

     

    Répondre à ce message

  • #2912772
    Le 24 février à 13:09 par Paul82
    Et le Grand Prix de la journalope est attribué à...

    Tout à fait d’accord sur le portait d’Apathie : un lamentable gâchis ! C’est d’autant plus triste qu’il est venu au journalisme par la force du poignet. tout ca pour ca, oui c’est triste....

     

    Répondre à ce message

  • #2913732
    Le 25 février à 16:30 par Alain Bispol
    Et le Grand Prix de la journalope est attribué à...

    Sur son coussin rouge, je n’arrive pas à la reconnaître. Il est vrai qu’ils se ressemblent tous.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents