Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

31 mai 1968 : mort d’Abel Bonnard à Madrid

Né le 19 décembre 1883 à Poitiers, Abel Bonnard était un homme politique, écrivain, essayiste et poète français, élu à l’Académie française (en 1932), qui fut ministre de Éducation nationale et de la Jeunesse sous le Maréchal Pétain.

 

Alain Soral présente Les Modérés d’Abel Bonnard (2013) :

Soutenez E&R avec odysee.com

 

Entré en littérature avec deux recueils de poème, Les Familiers et Les Royautés, il devient une figure des milieux mondains grâce à sa réputation d’homme d’esprit.

Grand voyageur, auteur d’une vingtaine d’ouvrages, il connaît le succès grâce à En Chine et aux Modérés.

 

Procurez-vous l’ouvrage chez Kontre Kulture :

 

D’abord proche de l’Action française puis, dans les années trente, du Parti populaire français de Jacques Doriot, il se range d’emblée, la guerre venue, dans le camp des partisans de la collaboration.

En avril 1942, il est appelé au gouvernement de Vichy par Laval qui le nomme ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse.

À la Libération, condamné à la peine de mort par contumace, il est déchu de l’Académie française et s’exile en Espagne. Il meurt à Madrid le 31 mai 1968.

 

Découvrir ici un extrait des Modérés :

« La France est le seul pays où la nation ait en permanence son gouvernement contre soi, le seul où une guerre sinistre et grotesque ait été déclarée à Dieu, le seul où l’ordre ne subsiste que par survivance, sans être jamais soutenu ni fortifié, le seul où l’enseignement officiel n’ait pas d’autre tâche que de détruire obstinément tout ce qu’il devrait conserver, et dérobe à la nation la connaissance de sa propre grandeur. La République est le seul régime où rien de sublime, ni seulement d’honnête, n’est donné en aliment à un peuple dont l’âme est à jeun ; c’est le seul régime qui, pressé de tous côtés par les choses, ne parle jamais un langage qui leur réponde, le seul où les problèmes les plus importants ne puissent pas être résolus, ni même posés, parce que l’intérêt du parti régnant entretient partout des fictions qui séparent la nation du réel. » Abel Bonnard

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

10 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

  • #2968054
    Le 31 mai à 16:05 par le p’tit gris
    31 mai 1968 : mort d’Abel Bonnard à Madrid

    Les Modérés est le premier livre KontreKulture que j’ai acheté. Je ne l’aurais jamais trouvé ou lu autrement. Ça été une claque. C’est très drôle, très fin, très pertinent, et d’une justesse sur la putréfaction de notre classe politique bourgeoise... À lire !

     

    Répondre à ce message

    • #2968182
      Le 31 mai à 20:17 par Fourchue
      31 mai 1968 : mort d’Abel Bonnard à Madrid

      La citation reprise dans l’article est tellement bien formulée, et elle correspond tellement parfaitement à ma perception, que je vais probablement commander cet ouvrage !

       
  • #2968062
    Le 31 mai à 16:23 par Mister Mayo
    31 mai 1968 : mort d’Abel Bonnard à Madrid

    J’ai été marqué par cet ouvrage, l’extrait me donne envie de le relire.

     

    Répondre à ce message

  • #2968064
    Le 31 mai à 16:26 par Un ploemeurois
    31 mai 1968 : mort d’Abel Bonnard à Madrid

    Et on ne peut que déplorer que les choses ne s’arrangent pas avec l’ancienne et future assemblée nationale.

     

    Répondre à ce message

  • #2968077
    Le 31 mai à 16:46 par Damien
    31 mai 1968 : mort d’Abel Bonnard à Madrid

    "L’ordre ne subsiste que par survivance" d’une homogénéité culturel qui a volé en éclat.
    Nous sommes encore quelques un a éduquer nos enfants grâce aux bribes de cette immense culture qui nous sont parvenus. Et malheureusement l’immense majorité se fera digérer par les petits mec et les femelles hystériques, ce troupeau d’insignifiant aussi méchant qu ’il est bête.
    Je vous avoue que je n’ai pas cru en l’égalité et en la reconciliation (oui être franc n’est pas comparable à être espagnol...) mais merci E.R.

     

    Répondre à ce message

  • #2968107
    Le 31 mai à 17:47 par Jean Paul
    31 mai 1968 : mort d’Abel Bonnard à Madrid

    Céline écrit à Milton Hindus en 1947 : ..." Abel Bonnard de l’académie Française poète et ancien ministre de l’Instruction publique de Pétain, un des plus beaux esprits français de ce temps, exilé en Espagne et condamné à mort . Vous ne perdrez pas votre temps à l’entendre . Il fait précisément partie de votre classes d’esprit ! "les Humanités" ! C’est le plus amusant des humanistes français, tout à fait dans la tradition, Chamfort, Rivarol etc... "

     

    Répondre à ce message

  • #2968122
    Le 31 mai à 18:20 par Marcel de l’Isère
    31 mai 1968 : mort d’Abel Bonnard à Madrid

    Merci à Alain Soral et Egalité et Réconciliation d’être je dirais toujours deux pas en avant pour nous aider à comprendre la réalité géo politique actuel qui est liée pour le passé notre histoire et démasquer les mensonges du pouvoir surtout maçonnique et d’autres aussi, et j’espère que notre jeunesse française mais aussi européenne et chrétienne puisse s’inspirer pour sauver notre civilisation gréco-romaine et chrétienne

     

    Répondre à ce message

  • #2968154
    Le 31 mai à 19:26 par zenon
    31 mai 1968 : mort d’Abel Bonnard à Madrid

    Bonjour/soir à tous,
    J’ai eu la chance de récupérer des livres pas du tout politiquement corrects de mon grand-père dont 2 de Bonnard (Les modérés et Berlin, Hitler et moi), d’autres de Henri Massis (De l’homme à Dieu, La guerre de trente ans) ainsi qu’une collection suisse intitulée "les grandes erreurs historiques" (éditions Crémille et Framot).
    Je me sens privilégié d’avoir tous ces originaux chez moi ainsi que 3 livres de Ploncard d’Assac, 2 de Drumont et bien d’autres ...
    Je me sens moins con en lisant tout cela (des originaux en plus) et en le faisant partager à mes enfants ...
    Comme je suis d’un naturel facétieux, j’ai fait lire le poème d’Adolf publié sur ce site à des collègues gauchistes ...
    Une fois qu’ils m’ont avoué leur émotion, je leur ai révélé le nom de l’auteur et là, silence radio ...

     

    Répondre à ce message

  • #2968158
    Le 31 mai à 19:30 par Ou la révolte ?
    31 mai 1968 : mort d’Abel Bonnard à Madrid

    Des piques et des fourches (et autres accessoires plus contemporains), après seulement on verra, mais bon, le Peuple abruti et disons mélangé… Pour l’instant, ils gagnent.

     

    Répondre à ce message

  • #2968727
    Le 1er juin à 22:09 par Oncle Jo
    31 mai 1968 : mort d’Abel Bonnard à Madrid

    J’ai lu et conservé "les Modérés" (acheté il y a si longtemps !) que j’ouvre de temps en temps au hasard pour relire un passage. Celui qui est cité ici est encadré au crayon dans mon livre (avec d’autres passages) quoi que l’on pense de l’engagement de Bonnard, c’est un régal de lire une aussi belle écriture française classique. Même si je préfère Céline... et Alain Soral dont j’ai tous les livres. ;-) Alain Soral parle vrai, c’est bien ce que l’ ajustice condamne ! la France des trou-du-cul fait encore 58%.

     

    Répondre à ce message