Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Le rap nationaliste existe-t-il ou peut-il exister au sein du "rap game" ?

Rappelons que l’un des slogans de Kontre Kulture Musique était « Tout sauf le rap ! », c’est dire si nous ne tenons pas le rap en très haute estime. Ce genre musical particulièrement pauvre, composé d’une musique inexistante (peut-on parler de musique pour des pattern musicaux répétitifs ?), de scansions rythmiques éternellement identiques, de textes en général pauvres aux finales directement sorties d’un dictionnaire de rimes et d’une gestuelle répétitive et désolante, n’arrive pas à nous émouvoir – excusez notre sévérité, mais peut-être ne sommes-nous pas réellement le cœur de cible.

 

Cependant nous sommes conscients que le rap a inondé la jeunesse, y compris de bonne famille, et qu’il faut toujours raisonner avec le réel et non pas dans la pensée pure ou l’idéologie comme le font les gauchistes (ce qui donne par exemple leurs spéculations délirantes sur le genre ou la race). Nous savons aussi que beaucoup de nos lecteurs écoutent du rap, ce qui donne lieu parfois à quelques échauffourées dans les commentaires (ce qui ne devrait pas manquer ici une fois encore).

D’aucuns vous expliqueront que tels les chasseurs, il existe le bon et le mauvais rap. D’autres rejetteront entièrement ce style « musical » rappelant combien il participe de l’abrutissement de la jeunesse en ne stimulant pas l’intelligence comme le fait la grande musique, d’autres encore, bercés par le rap dans leur jeunesse et le reliant à des émotions ou des souvenirs particuliers, auront une tendresse particulier pour lui, voire en seront des fans absolus.

Kentra Show, une chaîne YouTube tenue par un très jeune soralien en devenir, revient sur le rap et aborde spécifiquement le « rap natio », ses faiblesses et éventuellement ses possibilités de percer dans le « rap game » car, en bon disciples de Gramsci, nous savons combien investir la culture est importante dans le combat politique. Alors, quoi que l’on pense du rap, autant occuper la place pour diffuser nos idées. C’était le projet de « Bras d’honneur » qui, pour les raisons que l’on sait, n’a jamais vraiment vu le jour. À charge de revanche, peut-être un jour.

 

 

Retour sur la bonne musique avec le mythique entretien mélomane d’Alain Soral :

Analyser le rap, sur E&R :

 






Alerter

70 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #3002588
    Le 2 août à 05:40 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Le rap nationaliste existe-t-il ou peut-il exister au sein du "rap game" (...)

    le "rap game", déjà, faux départ

    on ne parle pas du "heavy metal game", ou du "reggae game"
    qu’est-ce que c’est que ce terme d’enculé ?

    la première fois que j’ai écouté du rap,
    c’était Run-DMC :
    ça m’a scotché direct
    puis, Public Enemy :
    Chuck D, il arrache le micro, Flavor en co-pilote
    Terminator X, ça envoie

    puis, il y a eu le rap de chez nous,
    et là, tu comprends un peu mieux la crise sociale

    avec LIM qui a parcouru toute la France
    pour donner de la voix à d’autres

    Alpha 5.20, avec son style de blédard inimitable

    ces personnes se sont exprimées en français
    ils ont fait rayonner notre langue,
    preuves vivantes d’une culture qui n’est pas morte
    qui d’autres vous avez, comme chanteurs français
    il va gratter une p’tite guitare ?

     

    Répondre à ce message

  • #3002591
    Le 2 août à 05:53 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Le rap nationaliste existe-t-il ou peut-il exister au sein du "rap game" (...)

    le rap, c’est juste une forme d’expression
    comme il y a eu le rock, ou d’autres trucs

    c’est un truc de pauvres, à la base
    après, ils peuvent devenir riches lorsqu’ils sont instrumentalisés

    les connards vont se plaindre que c’est pauvre musicalement
    les gauchistes auront une autre version :

    c’est juste quelqu’un qui a envie de dire des trucs

     

    Répondre à ce message

  • #3002598

    Pour paraphraser Jean Yanne :

    Le rap est haïssable
    Le rap est détestable
    Le rap est exécrable
    Le rap est lamentable
    Le rap est déplorable
    Le rap est méprisable
    Le rap est imbuvable
    Le rap est effroyable
    Il est inécoutable
    Il est déraisonnable
    Il est intolérable
    Il est inacceptable
    Il est insupportable

     

    Répondre à ce message

  • Moi je suis issu de la première génération rap grand public celle de NTM et d’IAM
    j’en ai écouté beaucoup et ça m’arrive d’en écouter encore histoire de voir comment ça tourne les nouveautés.

    A mes yeux le seul rappeur dissident, au sens où il casse les codes instaurés pour être promu par le système, c’est Oxmo Puccino, celui « qui n’insulte pas ta sœur ».

    J’invite ceux qui exècre le rap à aller tester un peu les chansons de ce gars, y’en a plein de bonnes.
    Il est un peu gauchisé, il est vrai, mais on lui pardonnera tant ses efforts pour faire de vrais textes est perceptible.

    C’est, à mes yeux, l’unique rappeur ayant une trajectoire artistique réelle.

     

    Répondre à ce message

  • Rien de nouveau sous le soleil, toujours les mêmes critiques ignardes sur le rap.

    La fonction du rap n’est ni mélodique, ni harmonique donc s’offusquer de leur absence ou pauvreté est un non-sens qui reviendrait à se plaindre qu’un vélo ou une voiture ne vole pas, mais qui, force est de constater, servent également à se déplacer.

    Ca joue les élitistes et puristes de la musique en sortant des références de rock de merde - comme si c’était le summum de la musique - sans même connaitre la structure d’un accord majeur et l’harmonie fonctionnelle. Font vraiment golri les gens.

    Que le rap mainstream soit de la merde intégrale, cela va sans dire. De là à enterrer la discipline, faut pas abuser. Faut-il rappeler que la Pop mainstream est aussi intégralement de la merde, et pourtant non dénuée de mélodie et d’harmonie. La réalité c’est que toute la production artistique moderne destinée au grand public à considérablement chuté en terme de qualité, que ce soit dans le rap ou ailleurs.

    Amélie nothomb, c’est de la merde. Faut-il pour autant conchier la littérature romanesque... Encore faut-il voir plus loin que le bout de son nez. Par ailleurs, Il est compréhensible que certains, n’ayant pas grandi avec cette culture, ne porte aucun intérêt au hip-hop et n’éprouve aucune envie de s’y intéresser mais dans ce cas là il est préférable d’éviter de donner son avis sur un sujet dont on ignore à peu près tout ou presque.

     

    Répondre à ce message

  • Quand j’étais ado, j’étais fan de Sniper, Kery James, Youssoupha etc...
    J’aimais le côté engagé, même si c’était de l’engagement gauchiste, antiraciste etc...
    Pourtant je ne venais pas de la banlieue, plutôt d’un milieu rural.

    Ce que j’aime est la musicalité de certaines instrus. Et j’ai toujours préféré les compos inédites plutôt que les samples.

    En continuant à rechercher le texte engagé (et le moins zy-vas possible), j’ai découvert Rockin Squat, Keny Arkana, El Gaouli, Mysa,...
    En parallèle de quoi je découvrais ER et tout l’engagement patriote, antimondialiste.

    Alors oui, n’en déplaise à ER et aux antirap du forum :
    - le rap antimondialiste existe.
    - le rap antisioniste existe
    - le rap anti-immigrationnsite existe
    - le rap anti-UE existe
    - le rap patriote français existe.
    J’adhère à l’idée que le rap a été créé pour divertir et canalyser une jeunesse de banlieue, principalement pauvre et d’origine immigrée, dans la médiocrité.
    Mais il y a eu une appropriation du style par des gens qui voulaient relever le niveau et qui voulaient transmettre des messages sincèrement positifs à travers cette musique.
    Car certes, en tant que militant (à chacun son échelle), nous devons "infiltrer" tous les domaines de notre sociétés, tous les arts.

    Je considère 2 manières de voir les choses :
    - soit on rejette le rap dans sa totalité car son origine est sulfureuse. Mais dans ce cas, on rejette également le drapeau tricolore et la Marseillaise car créés par des franc-maçons.
    - soit on se réapproprie le rap, en mettant en avant les pépites en son sein qui existent, de la même manière que nous nous sommes réappropriés notre drapeau et le patriotisme français.

    Un rappeur (très amateur) compatible avec ER^^

     

    Répondre à ce message

    • #3003017
      Le 2 août à 20:47 par Maréchal Péter vous emmerde
      Le rap nationaliste existe-t-il ou peut-il exister au sein du "rap game" (...)

      Je trouve bien ce que tu as écrit...tu vas grandir camarade et le rap sera du passé
      Je crois que personnes ne reproche à personne d’en avoir écouté
      Juste c’est comme être punk, rock, antifa ou skin, c’est un délire de jeunesse
      Et on a tous été jeune
      Cordialement l’ami E&R

       
    • Très bon commentaire. Je ne viens pas de quartiers difficiles mais j’aime le rap de ses débuts. Le rap n’est pas monolithique, y a des tendances et des nuances...
      Il y a des pépites avec de très bons textes. On parle de rap conscient, de rap engagé... une manière de faire de la sociologie politique. Il y a même de la musicalité sur certains morceaux.
      Perso je ne suis pas rock, pop, jazz ou rap uniquement mais je sélectionne certains artistes de divers univers.

       
  • "The medium is the message." Le RAP est quelque chose de parfaitement anti musical. Quelque soit la valeur d’un texte ou d’un message rapé, il s’en suit inévitablement son auto destruction par cette merde qu’on ne peut pas appeler musique.
    Mais le RAP n’est pas tombé du ciel. Il a été préparé par le rock et le disco. Si on peut assez facilement critiquer le disco en s’adressant à des intellectuels comme ceux fréquentant ER, il n’en va pas de même pour le rock. Il y a ici presqu’un tabou. Pourtant, il faut bien le dire, le rock est lui aussi de l’anti musique et cette anti musique me semble bien le fer de lance de la culture qui détruit de notre civilisation.
    Le rock est une musique essentiellement électrique, ce qui implique une rupture radicale entre le musicien et le son avec lequel il ’s’exprime ou croit s’exprimer. Cela peut sembler à première vue banal mais si on s’y arrête un instant, on peut commencer à ressentir l’impasse esthétique dans laquelle s’est engagé l’humanité rock’n roll. Il n’y a plus de véritable expression musicale en raison de ce phénomène electrique. On peut avoir une idée de ce que je veux dire en réfléchissant à l’expérience de celui qui assiste à une performance de musique électrique. Il voit la chanteuse en un point mais il l’entend nécessairement d’un autre point, la caisse de son. En lui-même donc, le spectateur et l’auditeur sont dissociés, contrairement à ce qui se passe lors d’un concert à acoustique naturelle. Il y a ici quelque chose de schizoïde. Pascal Quignard voyait justement dans le son musical quelque chose d’à la fois objectif et subjectif. Dans le cas du son électrique pris en lui-même, il n’ y a plus rien de subjectif. La musique cesse d’être authentique et poétique et devient quelque chose de magique et diabolique.
    Personnellement, j’aime Janis, les Doors et les Beatles...comme j’aime le gâteau au chocolat. Mais je sais que le sucre est mauvais pour la santé. Et comme je pense que la musique agit plus fortement sur le coeur de l’homme que tout autre chose, je pense que l’anti musique générée par le son électrique en fait tout autant.
    D’où ma conclusion utopique : IL FAUT DÉBRANCHER LA MUSIQUE !

     

    Répondre à ce message

  • #3003145
    Le 3 août à 07:38 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Le rap nationaliste existe-t-il ou peut-il exister au sein du "rap game" (...)

    même, je n’en ai rien à secouer des textes :

    LA qualité d’un rappeur, c’est le flow,
    c’est comment il envoie son bazar

    LIM, Nessbeal, Alpha 5.20 :
    voilà :
    les mecs, ils arrachent le terrain

    et c’est pareil pour tout,
    pour le Cinéma, pour n’importe quelle autre forme d’expression

    quand je vais voir Sylvester Stallone, je sais que je vais voir Stallone

     

    Répondre à ce message

  • Le sujet oppose deux visions.

    D’une part, il est vrai que le rap est une musique minimaliste et pauvre. Mais il en va comme ça avec chaque style dans chaque époque. Brassens ne trouvait pas de producteur de son temps car ses musiques étaient jugées simplistes. On ne peut pas dire que Georges était très technique à la guitare, et que son chant était grandiose. Néanmoins l’artiste avait un fond et un talent remarquable.

    Pour le rap, il y a du bon et du mauvais. Tout dépend du fond et du message véhiculé. En dehors des paroles il y a le coté musical ; et dans ce domaine aussi il y a du rap un peu plus exploré avec des guitares, de la mélodie, et un apport plus riche que les "beats" tout prêt sur ordinateur. Eminem par exemple fait une bonne musique.

    Et pour les rappeurs français à texte : Keny Arkana, Assassin (avec Mathias Cassel), mais encore des rappeurs nationalistes comme Kroc Blanc, Amalek, MC Amor...etc qui ont des textes forts. C’est un style, on aime ou l’on aime pas.

    Personnellement je ne suis pas un mordu du rap, j’en ai écouté à mon adolescence mais je reconnais chez certains un peu de talent. Et puis c’est une culture venu elle aussi mettre un terme au rock bobo qui n’avait plus rien à dire. Les jeunes voulaient se rebeller et passer à autre chose. On peut y voir néanmoins une culture très banlieusarde mais ça va avec l’époque. L’immigration étant de plus en plus forte.

     

    Répondre à ce message

  • Alea jacta Wesh !!

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents