Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

De Mayer Rothschild à la FED en passant par la Banque d’Angleterre : Eustace Mullins présente L’Ordre Mondial

Eustace Mullins (1923-2010) est un essayiste et activiste politique américain. Il travailla comme chercheur à la bibliothèque du Congrès, puis comme rédacteur dans plusieurs revues et journaux tout en se consacrant à l’étude de thèmes majeurs, comme la banque ou l’histoire de la bombe atomique. Ami du poète Ezra Pound, c’est sous son impulsion qu’il rédigea plusieurs ouvrages dénonçant la puissance d’intérêts ultraprivés dans la sphère publique.

 

1992 : Eustace Mullins présente son ouvrage
L’Ordre Mondial au Bobby Lee Show

 

À lire : l’avis éclairé d’un lecteur américain (Traduction E&R)

 

Eustace Mullins était l’un des pionniers des études du Système (Establishment Studies, en anglais). Il a travaillé à la bibliothèque du Congrès pendant un temps et a effectué des recherches pour le compte du sénateur Joseph McCarthy. L’œuvre la plus célèbre de Mullins fut son livre Les Secrets de la Réserve fédérale ; mais aujourd’hui, nous allons parler d’un autre de ses livres, L’Ordre Mondial, Nos dirigeants secrets : une étude de l’hégémonie du parasitisme.

Le titre L’Ordre Mondial renvoie à la pyramide de pouvoir construite autour des banques d’investissement, dont la plupart sont d’origine juive (Rothschild, Warburg, Lehman, Seligman, Oppenheimer, Schiff, Goldman). D’autres membres majeurs de la cabale sont Rockefeller, Morgan, Peabody et Harriman. La richesse de ces familles fut placée dans des fondations exonérées d’impôts afin d’être protégée et de financer les objectifs de l’Ordre Mondial. Ces fondations donnèrent des bourses à des individus pour que ces derniers lancent des think tanks tels que le Brookings Institute, le Hoover Institute, la Heritage Foundation, le Cato Institute, le Council on Foreign Relations, le American Enterprise Institute, etc.

Mullins montre comment ces organisations produisent, grâce à la présence de leurs membres sur plusieurs conseils d’administration à la fois, de l’ingénierie sociale dans le but de préparer la société à l’avènement d’un gouvernement mondial.

Le sous-titre Nos dirigeants secrets : une étude de l’hégémonie du parasitisme est développé à la fin du livre et sert en fait de métaphore au rôle que jouent les dirigeants de l’Ordre Mondial dans la société. Ces parasites sont les familles de banquiers qui n’obtiennent pas leurs richesses grâce à la production de biens ou de services dont les gens ont besoin, mais en créant de l’argent à partir de rien à travers une charte de monopole gouvernemental leur permettant ensuite d’exiger que des intérêts soient payés sur leurs billets de banque. Autrefois, avant que l’ingénierie sociale ne crée les zombies technocratiques, leurs crimes avaient un nom : l’usure.

Le livre est divisé en huit chapitres :

- Les Rothschild
- La Russie soviétique
- Franklin Delano Roosevelt (FDR)
- Le commerce de l’Amérique
- La CIA
- Le complexe Bechtel
- Les fondations
- Le règne de l’Ordre

 

Mullins réussit à inclure un grand nombre d’informations au travers de ces huit chapitres. J’ai pu puiser dans le livre beaucoup de détails utiles pour de futures recherches ; par exemple, l’histoire étrange d’Herbert Hoover, qui a dépensé une fortune dans le but de rassembler des documents provenant de l’Europe post-Première Guerre mondiale et qui a enfermé ces archives à l’université de Stanford, où se trouve le Hoover Institute. Plus tard, Anthony Sutton, professeur à Stanford et membre du Hoover Institute, trouva le moyen d’utiliser ces archives pour écrire son livre Wall Street et la révolution bolchévique. Mullins parle aussi des Illuminati et de l’influence de l’illuminisme dans le communisme, ce qui n’est pas forcément évident lorsque l’on regarde les titres des chapitres.

Mullins est aussi accusé d’antisémitisme mais le livre n’exprime aucune haine ; au contraire, il fournit des preuves des machinations de la cabale qu’il appelle l’Ordre Mondial. J’admets ne pas avoir lu tous les livres de Mullins mais ceux que j’ai lus m’ont toujours donné l’impression qu’il s’agissait de quelqu’un qui aimait son pays et qui craignait pour l’avenir de celui-ci. Je considère que beaucoup des critiques à l’encontre de Mullins étaient des attaques ad hominem afin de décourager de potentiels lecteurs.

 

Procurez-vous la nouveauté
L’Ordre Mondial d’Eustace Mullins chez Kontre Kulture :

 

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Encore un "complotiste" !

     

    Répondre à ce message

  • J’adore ce personnage
    On sait qui est dans le deuxième et troisième gradin mais il nous dit pas qui est dans le premier

     

    Répondre à ce message

  • merci, très intéressant.
    vers 39:00 on voit que Ross Perot avait quasiment réussi l’exploit de Trump, 24 ans avant celui-ci.
    vers 48:00 il dit que ça sert à rien d’avoir beaucoup d’argent si tout le monde a suffisamment d’argent. d’où l’explication de la destruction intentionnelle de l’économie en temps covidistes, qui n’est pas évidente à comprendre.
    vers 31:00 une coquille : Evelyn Waugh n’est pas une célèbre romancière mais un célèbre romancier (probablement homosexuel, jugeant d’après Brightshead Revisited

     

    Répondre à ce message

    • De la même façon, il ne s’agit pas de Pat Macanon (44’50), mais de Pat Buchanan, le célèbre conservateur catholique qui fut un très bon candidat Républicain lors des primaires de 1992, bien qu’il n’eût aucune chance contre Bush et à la haine de la gauche libérale. Un grand homme.

       
  • Encore un livre que l’on ne risque pas de trouver dans nos médiathèques qui, de toutes façons, nous sont désormais interdites. Allez hop ! Je vais acheter les 2 qui sont visibles au-dessus, ça au moins ça ne perdra jamais de sa valeur contrairement à mon argent.

     

    Répondre à ce message

  • #2907811

    Merci ER pour cet immense travail de verité que vous faites. C’est incroyable de passer a coté si on est currieux un minimum ou de ne pas chercher a savoir avec tout ce qui se passe. Une partie du travail d’Eustace Mullins a été confirmé par un autre auteur : Antony Sutton. Il fait notament le lien entre le regime nazi et sovietique avec l’elite occidentale(la famille ford(industrie automobile) et la famille bush entre autre). Faisant ainsi d’hitler un outil de la communauté dont on ne prononce plus le nom en France. En politique il n’y a pas de hasard.

     

    Répondre à ce message

    • #2907976

      Je trouve très douteuse cette idée d’un Hitler outil de la communauté. Au début à la rigueur, et aurait échappé à leur contrôle sinon, un journal américain n’aurait pas titre en 1933 "La Judée déclare la guerre à l’Allemagne" et cette dernière n’aurait pas été martyrisée comme elle l’a été.
      De plus la politique monétaire d’Hitler a été une politique souveraine, (financement par les MEFO)
      Non, je n’y crois pas.

       
    • @joubert

      "Non, je n’y crois pas"

      C’est pas que tu ne dois pas y croire c’est que cette histoire est complètement bidon.

       
    • @Ludovic

      1) Les conditions d’une revanche sont déjà contenues en germe dans le traité de Versailles ( ce qui permettra à Bainville de prophétiser avec précision, les conditions de déclenchement de second conflit).
      Rien de hasardeux là-dedans.

      2) Hitler a été largement aidé dans son projet de redressement de l’Allemagne ( voir les plans Dawes et Young ).

      3) Le projet était de précipiter l’Allemagne et l’Europe dans un nouveau conflit.

      La base du projet sioniste reposait sur l’antisémitisme présumé du régime Tsariste. À partir du moment où ce régime tombe, et ou un nouveau, communautaire se met en place, il faut agiter une nouvelle menace pour pousser les Juifs à émigrer en Palestine mandataire ( d’où les fameux accords de la Haavara) .

      Il s’agit pas de dire qu’ils aient été de mèche, mais plutôt voir qu’Hitler était à l’époque le bon cheval sur lequel il fallait miser.

      Dernier indice, au procès de Nuremberg, sur les quatre acquittés ( 3+1 en réalité ), deux banquiers.

      Schacht et Schroeder.

      Je vous invite vraiment à lire Les Secrets de la Réserve Fédérale et La Controverse de Sion, deux livres qui changeront votre vision du monde.

       

    • De plus la politique monétaire d’Hitler a été une politique souveraine, (financement par les MEFO)




      bof, lis Sutton et surtout Hjalmar Schacht (les mémoires d’un magicien)
      l’Allemagne a toujours payé rubis sur l’ongle les intérêts de ses emprunts internationaux, même en pleine guerre.l’Allemagne toujours été endettée. les MEFO n’étaient qu’une caution permettant d’emprunter à l’international.
      Hjalmar Schacht avec la complicité de son ami Norman Montagu, gouverneur de la Banque d’Angleterre inspire la création de la Banque des règlements internationaux, dont l’objet initial est de faciliter et réduire les réparations de guerre auxquelles l’Allemagne est astreinte après le traité de Versailles, dans le cadre du plan Young de 1929.

       
  • Le "Canard" vient de révéler un deuxième scandale Alstom : le rachat par EDF d’Alstom Energies "diminué" : 1 milliard d’euros, deux fois le prix de vente en 2014 . Et le comble c’est que les turbines Arabelle continueront à être produites aux USA ! Mais l’essentiel n’est il pas que les banques intermédiaires aient touché un nouveau pactole ? Olivier Marleix va sans doute avoir matière à écrire un deuxième livre . Il serait comique que cette partie d’Alstom soit à nouveau vendu aux US dans l’unique but d’enrichir les intermédiaires ! Tout est possible avec cette bande de voyous .

     

    Répondre à ce message

    • Nocolas Brimo, directeur du "Canard" depuis 2017, est à l’origine de l’affaire Papon : juste avant l’élection présidentielle de 1981, et en plein accord avec le candidat Mitterrand, il avait publié l’article " Quand un ministre de Giscard faisait déporter les juifs " - pour que 200 000 juifs votent Mitterrand . 41 ans plus tard il est directeur du "Canard"...

       
    • Toujours à propos du "Canard" l’Obs vient de révéler que Jean Clémentin, une "grande plume " du "Canard", a espionné pour les services secrets tchécoslovaques de 1957 à 1969 moyennant finance : 5 maîtresses ça coûte cher... Un des grands "moralistes" du "Canard"...

       
  • Il y a également La synagogue de Satan de Andrew Carrington Hitchcock dans le même genre, livre vraiment orienté sur la dynastie Bauer.

     

    Répondre à ce message

  • Selon ces messieurs et leurs semblables ça veut dire que même les monarchies européennes sont trempées dans le NWO. Dont la maison des Bourbons, donc même la royauté française ?

     

    Répondre à ce message

  • Le travail de ce chercheur est très utile en effet mais
    1 il n a pas compris la stratégie de Lénine qui consistait à se servir des contradictions impérialistes franco germaniques pour la défense des intérêts de la Révolution . Contre cette thése de la compromission rappelons que 14 nations impérialistes sont intervenues en urss pour rétablir l ancien régime qui avait notamment distribué la terre aux paysans qui se sont défendus comme des tigres contre les envahisseurs auteurs de massacres sans nom d où la légende des millions de morts à cause du régime !.
    _2 Les détracteurs de la Révolution ne sont pas obligés d être bêtes mais pour comprendre la stratégie léniniste issue de la théorie de la lutte des classes, il est nécessaire d approfondir cette phrase lapidaire du fondateur de l Etat soviétique :" les capitalistes nous vendrons la corde pour les pendre.Exemple : les investissements capitalistes en Chine ont permis son développement donc leur fossoyeur à terme !

     

    Répondre à ce message

    • Non non, Mullins, comme Douglas Reed, comme Sutton, comme tous les autres savent très bien de quoi ils parlent :

      Le grand capital ne se trompe jamais :

      - Ni lorsqu’il finance la Révolution de 1917 ( voir le rôle de Jacob Schiff de Kuhn, Loeb & Co).

      - Ni lorsqu’il s’allie avec l’URSS contre les nationaux socialistes.

      - Ni lorsqu’il envoie du matériel agricole aux Soviétiques, ou qu’il finance les deux côtés au moment de la guerre du Viêt-nam.

      Tant que vous resterez sur l’opposition théorique communisme/capitalisme, au lieu d’appréhender le conflit sous un angle mondialisme/nationalisme vous serez dans l’erreur.

      Pour comprendre ce qui s’est joué en 39-45, il faut déjà comprendre que le fascisme, est un projet de résistance national à une double impulsion mondialiste.

      Le reste, c’est des querelles estudiantines.

       
  • #2908101

    Les futurs électeurs de Superpatriote feraient bien de regarder cette vidéo.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents