Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

8 décembre : l’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie

Sanctoral

 

L’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie.

 

Fête d’obligation dans les pays non soumis au Concordat. Ayant décidé de toute éternité de faire de Marie la Mère du Verbe Incarné, Dieu voulut qu’elle écrasât dès le premier instant de sa conception la tête du serpent. Il l’entoura d’une parure de sainteté et fit de son âme, qu’il préserva de toute tache, une habitation digne de son Fils. La fête actuelle de l’Immaculée Conception a connu plus d’un précédent.

Dès le VIIIe siècle on célébrait en Orient le 9 décembre une fête de la « Conception » de la Vierge, que l’on retrouve au IXe siècle en Irlande le 3 mai, et au XIe siècle en Angleterre le 8 décembre. Dans la controverse théologique qui naquit à cette époque sur l’objet de la fête et la croyance qu’elle impliquait, les bénédictins avec saint Anselme (en 1209) et plus tard les franciscains avec Duns Scot (en 1308) soutinrent le privilège de l’Immaculée Conception proprement dite et favorisèrent ainsi une nouvelle expansion de la fête.

Au XVe siècle, le Pape Sixte IV fit construire au Vatican une chapelle qui porte son nom, la chapelle sixtine, en l’honneur de la Conception de la Vierge. Enfin, le 8 décembre 1854, Pie IX, se faisant l’écho de toute la tradition chrétienne, proclama solennellement l’Immaculée Conception de la sainte Vierge comme l’un des dogmes de notre foi. Comme l’aurore, messagère du jour, Marie précède l’astre qui à Noël illuminera le monde des âmes. La dévotion à la Mère du Sauveur prend une place importante dans la liturgie de l’Avent. La période qui va de l’Avent à la Chandeleur constitue la saison mariale par excellence, les véritables « mois de Marie » de l’année liturgique.

 

Martyrologe

 

La Conception Immaculée de la glorieuse et toujours Vierge Marie, Mère de Dieu, qui, par un insigne privilège de Dieu, fut, comme l’a solennellement défini en ce jour le souverain pontife Pie IX, totalement préservée de la tache du péché originel.

Lire la suite de l’article sur medias-presse.info

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

71 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2339024

    Bonne fête à tous les catholiques. Que notre Sainte Foi est belle. Prions le Rosaire, la plus grandiose et efficace de toutes les prières.

     

    Répondre à ce message

  • #2339053

    J’ai jamais compris qu’on dise Marie mère de Dieu !? Mère du Christ, mère de Jésus, je comprends, mais de Dieu ???
    j’entends que Jésus est "l’incarnation" de Dieu. D’accord ils ne font qu’un, mais à mon sens, comme une de mes cellule ne fait qu’un avec moi. La cellule peut aussi bien dire "je suis toi" que "je suis ta fille"... Mais la cellule souche dont elle est née peut elle me dire, je suis ta mère... ?
    Si quelqu’un peut m’expliquer ?

     

    Répondre à ce message

    • #2339055

      Jésus Christ est Dieu incarné, et Marie est sa mère.

       
    • #2339123

      J’ai du mal m’exprimer.
      Dieu incarné, c’est à dire "fait homme" à eu besoin d’une mère pour être fait homme.
      Dieu "non incarné", c’est à dire Dieu tout court en a t’il besoin d’une ? Pas pour moi, ou alors, elle est autre chose qu’une Mère incarnée.
      D’accord Jésus est Dieu et donc le père mais en essence !
      En choisissant de s’incarner, il se limite aux limites humaines, à ses besoins, envies, souffrances...
      Donc Jésus est le père, en essence.
      Il est le fils, par la forme.
      La forme à besoin d’une mère, l’essence pas
      C’est pourquoi mère de Dieu me pique, mère de Dieu incarné m’irait mieux.
      (c’est pas pour faire le tatillon mais si le diable se cache dans les détails, pourquoi pas Dieu ?)

       
    • #2339174

      Nobru, vous vous compliquez inutilement. Il suffit de croire, tout simplement dans la perspective de son Salut éternel. Jésus, Fils de Dieu vous gêne. Pourtant cela est clair : le Dieu des chrétiens est un Dieu trinitaire, trois en Un : le Père, son Verbe (que l’on peut appeler Fils dans le sens non charnel ) et le Saint Esprit autrement dit l’amour du Verbe de Dieu. Donc Jésus, qui veut dire Sauveur est le Verbe et Dieu lui-même et l’on dit Fils mais c’est bien Dieu qui s’est incarné.

       
    • #2339175

      @Nobru. pourquoi , juste après un post dans lequel tu marques bien la différence entre foi et raison, tu tombes dans ce travers de vouloir comprendre rationnellement un mystère.
      Logiquement tu as raison, il y a contradiction Marie ne peut être mère du père tout en étant mère du fils. mais comme le dogme répond par le mystère de la trinité, la logique devient superflue, tout comme ta question. on parle ici de mystère dogmatique, mais tu comprendrais certainement plus facilement si on parlait mythe. le fait qu’un mythe soit parfois totalement contradictoire n’est jamais un problème. on ne réfute pas un mythe on l’accepte en totalité, avec ses incohérences logiques et même ses variantes.
      seul un athée se pose la question de l’historicité du Christ, un chrétien n’aurait même pas l’idée de se poser la question puisque le message est là et que le Christ est dans son coeur.

       
    • Vous savez très bien qu’on ne peut pas dissocier Jésus l’homme et le Fils de Dieu. Ce sont les deux natures du Christ, mais elle ne font qu’une. Jésus n’est pas juste un homme qui contiendrait une part de Dieu, ni une moitié d’homme, ni une moitié de Dieu, il est 100% homme et 100% Dieu. C’est l’union hypostatique. Et celle-ci commence dès l’Incarnation.

      Divinité et humanité sont inséparables.

      L’intéraction entre les deux natures est la Communicatio idiomatum (communication des idiomes ) qui est au centre de la Christologie. Si on sépare les deux natures, on tombe dans l’hérésie nestorienne condamné il y a longtemps, et c’est tout le sens de la christologie sur le rôle de l’Incarnation et celui de la Crucifixion qui tombe à l’eau.

      Bien, maintenant Marie. Pourquoi est-elle la Mère de Dieu ? La réponse est simple ;

      1) Déjà, c’est dans la l’Évangile de Luc chapitre 1 ;



      41 Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint,

      42 et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.

      43 D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?



      Seigneur est bien un mot employé pour décrire Dieu dans toute la Bible.

      2) Marie est la mère d’une personne, pas d’une nature. On ne met pas au monde une nature. Ni une partie de celle-ci. Mais on met au monde une personne, et donc une personne complète. Cela ne fait pas d’elle un déesse, elle n’est pas la mère de sa nature divine (qui Est de tout temps), ni des trois personnes de la Trinité, mais de la personne de Jésus-Christ. Cela fait d’elle la Mère de Dieu.

      C’est simple à comprendre avec cette analogie ;
      Anne d’Autriche était la mère de Louis XIV. La mère du Roi. Elle n’était pas la mère de sa royauté ni la source de cette monarchie, donc ni la mère de cette monarchie, elle n’y était pour rien, mais elle était la mère du Roi et tous le monde l’appelle la mère du Roi.
      C’est aussi simple que ça. Et cela est cohérent avec l’Évangile de Luc, la nature de Jésus (pas besoin de la diviser bêtement), et la signification de l’Incarnation et de la souffrance sur la croix.

       
  • #2339431

    Marie n’a pas été conçue sans péché.

    1/ La Vierge a dit à Bernadette "Je suis l’immaculée conception" le 25 mars : date de l’Annonciation, donc de la conception de Jésus, et non d’elle-même. L’immaculée conception est celle de Jésus par elle et l’Esprit Saint.

    2/ On ne peut pas s’identifier à sa propre conception. Le prélat qui a entendu Bernadette lui répéter la phrase de la Vierge Marie était en colère, il voulait qu’elle répète "J’ai été conçue immaculée" et non "Je suis l’immaculée conception". Bernadette a refusé, répétant que la phrase de Marie était bien celle-ci. Marie, tout comme ce prélat, connaissent la langue française. Le propos est clair : Marie s’identifie à la conception de Jésus qui a lieu dans son giron. Conception qui constitue l’incarnation du Verbe de Dieu. Le prélat voulait que la Vierge confirme le dogme, ce qu’elle ne fait pas.

    3/ Saint Bernard de Clairvaux déjà au 9e siècle luttait contre cette idée. Lire sa lettre aux chanoines de Lyon. Il n’est pas le seul Saint, ni chrétien tout court, à avoir compris que cette perception faussée de Marie avait de graves conséquences. Cette idée est venue tardivement, par pénétration d’idées gnostiques et païennes, ainsi que d’une vénération de Marie devenue si forte qu’on voulait faire d’elle une femme unique, ce qu’elle est, mais unique sur le plan de la nature, ce qu’elle n’est pas.

    Si Marie a été conçue sans péché, alors personne n’est sauvé. Personne, sauf elle. Car le Christ assume l’humanité soumise au péché pour la restaurer et la déifier dans sa résurrection. Or il hérite de la nature humaine par sa mère. Si cette dernière a une nature humaine parfaite, pour ainsi dire déjà déifiée, non soumise à la mort et au péché, alors aucun de nous n’est sauvé, car nous sommes tous soumis au péché et à sa conséquence, la mort. Notre nature humaine n’est pas restaurée, mais uniquement celle de Marie.

    Marie est une femme de notre race, non un robot parfait préparé pour accueillir Dieu. La beauté du mystère de l’Incarnation réside justement dans le fait que le Parfait entre dans l’imperfection de notre nature pour la guérir. Ceci n’enlève absolument rien au rôle de Marie, ni au caractère unique de sa personne, ni au fait qu’elle soit une femme au-dessus du lot par sa vie.

    "Rien de ce qui n’est assumé n’est sauvé", dis saint Irénée de Lyon.
    L’Église de Rome s’est trompée sur ce sujet.

     

    Répondre à ce message

    • #2339515
      Le Décembre 2019 à 22:55 par André Bastin
      8 décembre : l’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie

      Très intéressant, merci !

       
    • #2339561

      Bah non elle est sans pêché : immaculée.
      Lisez la Cité Mystique de Maria de Agreda

       
    • #2339602

      On sait très bien que l’accusation se base sur une présumé mauvaise traduction, que vous omettez bien de préciser et qui n’a pas était dites en français comme vous le prétendez, mais en langue locale, le bigourdan (gascon). Les détracteurs de la version catholique (généralement des orthodoxes) se basent sur le fait que la phrase ;

      " Que soy era Immaculada Councepciou" qui signifie "Je suis l’Immaculé Conception" pouvait être phonétiquement en réalité "Qu’es hoy la Inmaculada Councepciou", c’est à dire ;" que c’est aujourd’hui l’Immaculée Conception"

      Pratique pour les détracteurs de se débarrasser de cette phrase gênante de la Vierge, sauf que ça ne marche pas comme ça, puisque en bigourdan cela ne veut rien dire du tout..

      Si la Vierge voulait signifier que "c’est (aujourd’hui) l’Immaculée Conception", elle aurait du dire "Qu’ey oé era immaculada councepciou". "Que soy" ne signifie que : "je suis". "Qu’es hoy", ça n’existe pas..

      Quand à accuser le prêtre, c’est facile de l’utiliser pour son intérêt... A cette période c’était encore très tendu de parler de l’Immaculée Conception dans les rangs du clergé. Il est fort probable que l’Archevêque de Paris Mgr Marie Dominique Auguste Sibour ait été tué par un prêtre opposé à l’Immaculée, on peut comprendre que le père Peyramale n’avait pas envie de l’entendre (et pas du tout pour les raisons que vous inventez...)

      Quand aux conséquences, ça n’enlève en rien le fait que Marie est complètement dépendante de l’œuvre de salut du Christ. Voici ce que dit le théologien Edward Sri ;

      "Il y a deux façons d’être sauvé d’une catastrophe ; soit en étant sauvé de celle-ci, soit en étant empêché d’y tomber en premier lieu. Si mon enfant, qui ne nage pas, tombe dans la piscine, je peux sauter pour le sauver. Mais s’il m’arrivait de le remarquer penché sur la piscine, sur le point de tomber, je pourrais la rattraper juste avant qu’il ne touche l’eau. Dans les deux cas, il est sauvé par son père.
      Il en va de même de la façon dont notre Père céleste peut sauver les gens du péché.

      Il sauve le reste de la famille humaine après notre entrée dans ce monde dépourvu de la vie de Dieu, blessé par le péché originel.
      Mais il pouvait sauver un individu avant d’ être blessé par le péché, en la remplissant de sa vie dès le moment de sa conception, en la créant « pleine de grâce ».
      Et c’est ce que l’Église à travers les siècles a vu chez Marie ;qu’elle a été conçue « pleine de grâce » pour la préparer comme la demeure sainte du Fils de Dieu."

       
    • #2342249

      D’ailleurs la première version de l’analogie ci-dessus vient d’abord de Duns Scott, un franciscain du moyen age qui dit à peu près la même chose.

      Pour le point trois, Bernard de Clairveaux c’est le 11e siècle, pas le 9eme. Et non ce n’est pas "nouveau" , les Pères de l’Église admettent que Marie est conçue sans péché ;

      - St Ephrem de Syrie (306-373), docteur de l’Eglise, écrit : « Toi [Christ] seul et ta Mère sont plus beaux que tous les autres, car il n’y a pas de défaut en toi ni de tâches sur ta Mère » (Hymne 27, 8).
      Pleine de grâce,… toute pure, toute immaculée, toute sans faute, toute sans souillure, toute sans reproche, toute digne de louange, toute intègre, toute bienheureuse, … vierge d’âme, de corps et d’esprit,… arche sainte… belle par nature, tabernacle sacré que le Verbe... a travaillé de ses mains divines, … complètement étrangère à toute souillure et à toute tache du péché. »

      - St Ambroise de Milan docteur de l’Église (340-397) : « Marie est sans défaillance, immaculée. »
      « Marie, une Vierge non seulement incorrompue, mais une Vierge que la grâce a rendue inviolée, libre de toute trace de péché » (Commentaire du ps 118, 22, 30)

      - St Augustin (354-420) docteur de l’Église écrit : « Ainsi donc, à l’exception de la sainte Vierge Marie, dont il ne saurait être question quand je traite du péché et dont je ne saurais mettre en doute la parfaite innocence, sans porter atteinte à l’honneur de Dieu ; car celle qui a mérité de concevoir et d’enfanter l’innocence même, le Verbe incarné, pouvait-elle ne pas recevoir toutes les grâces par lesquelles elle serait victorieuse de tout péché quel qu’il fût ? » (De la nature et de la grâce, 42).

      - mais aussi Origène, Jérome de Stridon et tant d’autres...

      Plus tard
      - St Thomas d’Aquin docteur de l’Église ; « Tous les enfants d’Adam sont conçus en péché, excepté la très pure et très digne Vierge Marie, qui a été entièrement préservée de tout péché originel et véniel. » (Commentaires sur le chapitre troisième de l’Épître aux Galates, leçon sixième, premières éditions).

      - Saint Alphonse-Marie de Liguori docteur de l’Église "...il est beaucoup plus conforme à la raison qu’elle (Marie) fut exempte de toute tache et de tout assujettissement au démon. » Oeuvres complètes du Bienheureux Saint Alphonse-Marie De Liguori.

      Le pape Sixte IV en 1477 institue définitivement la fête de l’Immaculée Conception le 8 décembre et dédie la chapelle Sixtine en son honneur.

       
    • #2615985

      Lumineuses explications de kalel
      Cest exactement ce que lon menseigne au catechumenat (je suis ex muslim en voie de conversion)

      Merci a vous et oui en effet quelle joie dentrer en cette si belle religion,la vraie religion

       
  • #2339447

    Rien de plus beau que la foi catholique. Quelle bénédiction de faire partie de l’Église.

     

    Répondre à ce message

  • #2339558
    Le 10 décembre 2019 à 00:08 par MONT BLANC
    8 décembre : l’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie

    La Conception Immaculée de la glorieuse et toujours Vierge Marie, Mère de Dieu, qui, par un insigne privilège de Dieu, fut, comme l’a solennellement défini en ce jour le souverain pontife Pie IX, totalement préservée de la tache du péché originel.




    C’est la même "philosophie" chez nous les orthodoxes.

    Je me pose des questions sans avoir la moindre intention à blasphémer envers la Mère du Christ, notre Saveur :

    1. Comment une femme qui à enfanté plusieurs enfants ( le Christ avait plusieurs frères et sœurs) peut être totalement préservée de la tache du péché originel ?

    2. Est ce que "coucher avec son mari" / relation charnelle légitime , n’est pas défini comme péché originel ?

    Ces moments d’intimité de la Sainte Mère ne nous regardent pas - ni nous, ni les Clergés , pourquoi alors se focaliser sur la sexualité ( "la conception de la Vierge était immaculée" ou : "la glorieuse et toujours Vierge Marie".

    A cause des improbabilités pareilles le personnage de cette Femme Sainte et Mère d’exception est mis en difficulté par les critiques malveillants du Christianisme, et puis cela est largement utilisé comme argument de nos ennemis.
    Le fait d’être mère de plusieurs enfants et épouse dévoué, n’aurait enlevé en rien de sa Sainteté.

    Mais quelle mouche les à piqué les fondateurs de l’Eglise ?

     

    Répondre à ce message

    • #2339845

      les pères de l’Eglise ont "judaïsé" pour combattre la gnose, c’est tout. ils sont parti sur le légal et le dogmatique en oubliant la forme extrêmement souple de l’enseignement du Christ : la parabole.
      l’Eglise en combattant la gnose a aussi mis l’anathème sur le mythe, le discours religieux traditionnel, qui avait l’avantage d’une grande souplesse, permettant des approches variées de la spiritualité. L’Eglise a donc construit une religion de combat, politique et centralisée qui exigeait une soumission absolue, d’où le recours de plus en plus fréquent aux concepts de dogme et d’hérésie.

       
    • #2613306

      @Mont Blanc
      "christ saveur"



      1. Comment une femme qui à enfanté plusieurs enfants ( le Christ avait plusieurs frères et sœurs) peut être totalement préservée de la tache du péché originel ?



      D’où tenez-vous que Marie a enfantée d’autres enfants ?

       
    • Marie n’avait ni sœurs ni frères.
      https://philosophieduchristianisme....
      http://www.catholique.bf/protestant...

      Personne ne se focalise sur sa sexualité mais uniquement sur sa sainteté. Ce sont ceux qui veulent amoindrir sa sainteté qui se focalisent sur sa sexualité. C’est bien dans ce sens là. Il suffit de voir ceux qui ne supportent pas les titres de Marie. En cette période du féminisme débridé, posez vous les bonnes questions, dans le bon sens...

      Qu’est ce qu’on en a à faire des ennemis du Christianisme et de leur avis ?
      Sachez au contraire que ces avec vos arguments que les ennemis du Christianisme chercheront à décrédibiliser la Conception virginale et donc l’Incarnation. Vous leur laissez des portes ouvertes.

       
    • Correction de ma première phrase
      Jésus n’avait ni sœurs ni frères.

      Bien évidemment je parlais de Jésus.

       
  • #2613283

    Merci ER et Média-presse-infos.

     

    Répondre à ce message

  • #2613298

    Comme titre d’un nouveau spectacle de Dieudonné, ce serait assez cocasse.

     

    Répondre à ce message

  • #2613383

    Il n’y a de miracles que dans l’Eglise Catholique Apostolique Romaine, mais pas celle de l’usurpateur Imbroglio 1er qui œuvre pour le singe. Les protestants ne reconnaissent pas la sainte Vierge, ce sont des huguenots dont sont issus les Rockfeller. La synagogue de Satan s’adresse à la communauté des ampoules qui blasphème à longueur de talmud sur notre Sainte Mère et son divin fils Jésus. Quant au Coran alternatif, il y a trop de coupures dans tous les sens du terme. Qu’ils citent un seul exemple de miracle comme il y en a des milliers chez les vrais catholiques. Rejoignez donc la foi chrétienne, celle du Christ Roi sauveur. Les athées finiront dans les limbes glacées de l’univers infini indifférent.

     

    Répondre à ce message

  • #2613784

    Marie est la mère de Jésus pas du Christ. Seul le Père est son père. L’Immaculée Conception est la Formalisation générale de la Faculté créatrice de Dieu ; l’univers infini. Marie dans notre humanité et la retranscription au plan incarné de ce processus.
    En tant que Mère archétypale elle enfante comme une femme d’un fils désigné pour être le Support physique du Fils de Dieu.
    Il y a un mélange de plan concernant cette Immaculée.
    L’immaculée conception est une Entité, l’immaculée conception est une méthode de mettre au monde, presque un adjectif (avec un A majuscule).
    L’Immaculée conception révélée à Bernadette est ce que l’on pourrait nommer, en simplifiant, la Femme de Dieu tandis que Marie est la femme de Joseph qui bien évidemment n’est pas Dieu tout en étant le père de Jésus.
    Ce sont les protestants qui confondent sans arrêt Jésus et Christ tandis que les chrétiens les différencient en les associant en tant que Jésus-Christ.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents