Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Retour de la liberté d’expression sur Twitter : panique à gauche et chez Enthoven

 

 

Il y a des moments de pure joie sauvage dans la vie [1], surtout quand elle est inattendue. C’est le cas de la prise de pouvoir officiel du multimilliardaire Elon Musk, qui a décidé d’acheter (des parts de) Twitter pour 44 milliards de dollars, avec l’objectif assumé d’y réintroduire la liberté d’expression, qui avait été nettement limée depuis 2020 et la fraude électorale du camp Biden.

 

Mais avant aussi, sous les assauts du woke et de MeToo, le réseau social pour adultes (on n’est pas chez Instagram) avait perdu de sa puissance, justement parce que les débats y étaient quasiment interdits. Les comptes des mal-pensants sautaient les uns après les autres, les opinions contraires au Nouvel Ordre mondial y étaient criminalisées, les opposants de la répression sanitaire y étaient dénoncés, bref, c’était devenu un enfer gauchiste, c’est-à-dire une véritable ânerie, dans le sens d’une étable pleine de baudets. Justement, à propos d’ânes, on écoute la correspondante de France 24...

 

 

Et donc, alors que tous les gens qui pensent (la définition réelle des mal-pensants) croyaient que c’était foutu, comme un miracle tombé du ciel, Elon Musk est venu foutre un coup de pied dans la fourmilière gauchiasse, les socialo-sionistes croyant s’être accaparé tout le réseau social. Le retour en force d’un pro-Trump, ou plutôt pro-liberté, bien à l’américaine, le pays où l’on peut exprimer librement ses opinions.

En France socialo-sioniste, on ne le peut pas, et c’est la raison essentielle de la dépression nationale : les Français ne peuvent pas dire ce qu’ils pensent de la tournure que prend leur pays, tout de suite on leur envoie les flics à LBD ou les flics de la pensée. C’est un fait. Alors, chez E&R, parce qu’on a été dénoncés, bloqués, radiés de Twitter, on salue ce petit miracle, même si, avec les Américains, il y a toujours une histoire de dollars dessous.
En effet, sous la pression du woke, ou du wokisme (la bien-pensance qui réunit le féminisme, l’antiracisme, l’anticatholicisme, le sionisme, le mercantilisme, le pornographisme, le migrantisme, le LGBTisme, l’européisme, le néolibéralisme, le victimisme), il est question de restaurer les marges du RS américain, qui perdait des parts de marché, justement à cause de la censure suicidaire, commercialement s’entend, qui y régnait.

« Je ne vois pas de bien-pensance dans le constat qu’il y a quelque de chose de liberticide dans une liberté totale »

La morale rejoint donc l’intérêt, et Twitter retrouve des couleurs, au grand dam de tous les donneurs de leçons qui croyaient être chez eux, dans un entre-soi confortable, les opinions différentes ayant été expurgées à grand renfort de délation et de mépris. C’est une bonne claque dans la gueule, et notre héraut de la censure nationale, le petit Enthoven, le philosophe tendance scato, a évidemment regretté, et c’est là un savoureux paradoxe, le retour de la liberté d’expression, qu’il décrète « liberticide » !
Vraiment, ces gens-là osent tout. D’abord, pour ceux qui ne connaissent pas encore cet agent sioniste au talent douteux, la définition d’Acrimed :

 

 

« La liberté absolue ce n’est pas la liberté : la liberté absolue c’est la loi du plus fort. »

C’est bien que ce faux philosophe, bombardé dans des émissions du service public audiovisuel non par son talent mais par son appartenance idéologique, à savoir le sionisme, s’en rende compte !

 

 

Il va falloir partager, Raphaël...

Pendant que l’agent sioniste déguisé en philosophe pleure sur la perte d’une partie de son pouvoir d’influence, parce que désormais les anti-Enthoven auront droit de lui répondre, et de répondre à ses insultes, c’est la fête de la liberté retrouvée sur Twitter, une sorte de libération nationale et internationale. Le jeu du jour s’appelle « on teste la clôture ».

 

 

Pour l’instant, ce tweet est toujours en ligne. On continue :

 

 

 

Et curieusement, du côté de nos amis démocrates américains, les followers fondent comme neige au soleil... Décidément, les soutiens de Biden ont la fâcheuse habitude de truquer les chiffres !

 

 

Après, il y a effectivement des débordements que nous ne pouvons moralement cautionner.

 

 

Mais globalement, on sent qu’un rééquilibrage naturel se fait, et on voit que les gauchistes reculent dans leurs tanières. Le problème du monopole, c’est qu’il mène à la consanguinité, et à la débilité. Les tweets d’une Sandrine Rousseau ont-ils été interdits ? Non.

On a cité Enthoven, qui ose, en tant que « philosophe », nous dire que la liberté d’expression est liberticide, un culot qui aurait dû faire réagir toute la classe médiatique, mais on sait pourquoi les gens se taisent : il faut bien bouffer. Du côté de la maison-mère de la bien-pensance, on est coincés : en tant que soi-disant démocrates, on se doit d’applaudir toute liberté, et donc la liberté d’expression, oui mais voilà, c’est le camp du mal qui la défend, le camp Trump !

L’article est à l’avenant du pilpoul précédent.

Au lendemain de l’annonce du rachat de Twitter par Elon Musk, lundi 25 avril, le clivage politique est net face à la volonté affichée par le milliardaire de faire du réseau social « une arène ouverte pour la liberté d’expression » en relâchant ses règles de modération. Sans surprise, l’annonce ravit la droite conservatrice américaine, qui reproche régulièrement aux entreprises de la Silicon Valley de favoriser les démocrates. Le sénateur républicain Jim Jordan, par exemple, a salué « le retour de la liberté d’expression » sur la plate-forme, tandis que la sénatrice du Tennessee, Marsha Blackburn, connue pour ses positions conservatrices, a déclaré qu’il s’agissait d’un « grand jour pour être conservateur sur Twitter » et qu’il était « temps que Twitter devienne ce qu’il est censé être : une plate-forme numérique ouverte à toutes les opinions ». (...)

À l’opposé du spectre politique, pourtant, on s’inquiète de ce culte d’une liberté d’expression absolue défendue par le nouveau patron de Twitter, à rebours des efforts menés depuis plusieurs années par la plate-forme pour améliorer la modération des contenus haineux. La sénatrice démocrate Elizabeth Warren a immédiatement mis en garde contre un « accord dangereux pour notre démocratie ». Dans l’Union européenne, le commissaire responsable du marché intérieur, Thierry Breton, a prévenu que le réseau social « devrait s’adapter totalement aux règles européennes », tandis que le secrétaire d’État chargé de la transition numérique en France, Cédric O, a tenu à rappeler que « le Digital Services Act – et donc l’obligation de lutter contre la désinformation, la haine en ligne, etc. – s’applique[rait] quelle que soit l’idéologie » du propriétaire de Twitter.

Ah ! on a – enfin – compris : la liberté d’expression, c’est la haine. Merci à Raphaël Enthoven, Le Monde, Cédric O et Thierry Breton, ces grands démocrates pleins d’amour, de nous avoir ouvert les yeux.
Puisqu’on est avec ces zozos dans le délire et la désinformation, on va terminer sur le tweet du communiste 2.0, qui résume tout :

 

 

Franchement, les gauchistes, restez sur Twitter : sans vous, on ne rigolerait pas autant !

À savoir par cœur pour demain

La liberté d’expression, c’est la haine ; la censure, c’est l’amour.

Notes

[1] Les GOAT du tweet en intro ne sont pas des chèvres, ce sont des Greatest Of All Time.

Le début d’un grand basculement ?

 






Alerter

68 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Navrée mais l’antéchrist ne fera t il pas de miracle ?

     

    Répondre à ce message

  • Si je peux me permettre une suggestion les gars, vous devriez mettre un minimum de 5 guillemets quand vous employez le mot philosophe pour l’autre et même tous les autres.
    On va taper des barres sur Twitter !!

     

    Répondre à ce message

  • #2950548

    Attendez de voir.
    Pour l’instant, les actions tweet baissaient, elles vont hausser : ça c’est concret. Il va faire une affaire et sauver la société.
    Pour le reste, attendons la suite.

     

    Répondre à ce message

  • Si la démocratie a besoin d’un milliardaire, d’une fortune privée, pour garantir la liberté d’expression, c’est qu’il y a un truc qui déconne dans la machine

    Une fois n’est pas coutume mais pour le coup j’approuve la reflexion de Fabien Roussel. Elon musk qui débourse autant d’argent juste par souci du respect de la liberté d’expression... c’est difficile à croire.

    Ca c’est la version officielle qu’on refourgue au peuple. La réalité doit être tout autre car n’oublions jamais que les coulisses sont inaccessibles à nous autres spectateurs ahuris, nous qui peinons à voir plus loin que le devant de la scène éclairée par les projecteurs médiatiques et étatiques.

     

    Répondre à ce message

    • Je t’explique, Firmin, le libéralisme est l’outil qui permet à l’ancien ordre de donner une aura moins verticale et plus démocratique au nouvel ordre via des "self made", mérite, libre choix, liberté, universalisme, le fion sur le guéridon mdr

      Alors je peux me tromper, mais je ne crois pas que Twitter et Starlink en Ukraine affaiblissent les USA.

      Bref, le pognon n’est qu’un curseur de corruption au sens étymologique depuis qu’Athènes est Athènes ;)

       
  • Ce que veut Elon Musk c’est faire de Twitter un vecteur de publicité.C’est de promouvoir entre autre Space X concurrent direct de Arianespace et les implants numérique neurologique.
    Twitter sera un formidable vecteur de propagande.
    Ces implants c’est l’étape qui suit les identités numériques.
    Nous sommes dans la droite ligne du nouveau monde.

    Je signale à toute fin utile que les utilisateurs de Twitter ce sont les macronistes,les mondialistes,les libéraux.
    Ces gens ont tout intérêt à museler la liberté d’expression .
    Alain Soral n’a pas besoin de Twitter ,il a E&R

     

    Répondre à ce message

  • mouais... pas convaincu

    il est évident que la lutte pour l’avenir de Twitter n’est pas vraiment une question de liberté d’expression, mais l’agenda politique que la plateforme pourrait finir par servir. les Conservateurs américains pensent que le fait qu’un milliardaire, qui se la joue cool, qui utilise des termes de la culture underground internet comme red pill etc..., acquière Twitter signifie une entreprise dont le Parti républicain n’aura pas à se casser le dos à aider renforcer pour servir ses objectifs. C’est cette possibilité que la droite américaine célèbre en réalité.

    La « liberté d’expression » ici n’est qu’une tentative malhonnête de présenter ce qui est finalement un conflit politique sur l’utilisation de Twitter comme une question neutre sur les libertés civiles, mais le résultat qu’espèrent les Conservateurs est celui dans lequel le discours conservateur sur la plate-forme est favorisé et le discours libéral défavorisé.

    D’ailleurs pour prouver ça on a vu Ben Shapiro, un grand supporter de Trump, qui a directement demander à Musk de virer pas mal d’employer de Twitter.

    Ce n’est pas la liberté d’expression qui est en jeu.

     

    Répondre à ce message

  • Sa barbe lui va très mal sauf pour devenir rabbin, ce qu’il est en train de faire...trop de philo tue la philo !

     

    Répondre à ce message

  • Le prétendu philosophe Enthoven mélange tout :

    - la liberté absolue (tout court) c’est l’état de nature et donc la loi du plus fort, la liberté absolue dans le champ de l’expression (des opinions) est très saine en revanche et ne réduit les libertés de personne, au contraire.

    - les exemples qu’il donne "sale juif", "sale arabe", ne sont pas des opinions mais des insultes. L’insulte est une agression de même nature qu’un coup porté physiquement à quelqu’un, quoique de moindre gravité.

    Et ainsi de suite. C’est à éclairer, à démêler que doit servir le philosophe. Arrêtons en effet d’appeler philosophe des idéologues de combat qui utilisent leur savoir avec grandiloquence pour soumettre de pauvres gens hélas sans défenses (intellectuelles).

     

    Répondre à ce message

  • C’est clair que si on a plus le droit de rien dire ça va être plus difficile de débusquer les dissidents pour les éliminer de diverses façons...merci les oligarques de nous prendre pour des cons.

     

    Répondre à ce message

  • Ces oligarques désœuvrés ne pourront plus jouer à leur jeu préféré si les moutons sont sages et bien parqués. Ils risquent de se retrouver face au vide absolu de leur pauvre vie( humainement parlant...). Il faut que la proie bouge sinon le chat s’en désintéresse.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents