Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Pourim et Mardi gras : deux fêtes comparables ?

AteliER
Article initialement publié dans l'atelier E&R

Note de la rédaction

Un article publié pour la première fois par E&R en février 2014.

Comme la fête juive de Hanouka ressemble à Noël, celle de Pourim ressemble à Mardi gras. Les deux fêtes se tiennent au cœur de l’hiver, au moment où les jours rallongent, et sont l’occasion de manifestations bruyantes et colorées.

 

Pour les catholiques, Mardi gras permet, avant d’entrer dans une longue période de maigre et de privations diverses, de manger gras, de se déguiser et de faire les fous dans les rues. Jadis, les folies de Mardi gras renversaient tellement les codes sociaux que des mauvais coucheurs prétendirent même les interdire. 

La fête de Pourim ressemble bien de ce point de vue à la fête chrétienne. Ce jour-là les enfants se déguisent et les parents s’autorisent des excès de boisson qu’ils jugeraient inconvenants un autre jour. Mais les juifs ajoutent quelques coutumes que les chrétiens n’ont pas retenues dans leur rite. En effet, alors que les catholiques se contentent de s’amuser bruyamment et sans contrainte, les juifs accomplissent des bonnes actions sous forme d’échanges de colis alimentaires et de cadeaux aux plus démunis.

Ce que le carême commémore, c’est la retraite que Jésus fit dans le désert avant de commencer sa prédication. Ce que les juifs commémorent est tout autre chose.

Au temps où la plupart des juifs vivaient en Babylonie, une juive nommée Esther devint la favorite du roi Assuerus à qui elle cacha ses origines. Mardochée, parent de la favorite, irrita un jour le vizir Haman, que le roi tenait en grande estime. Pour se venger, Haman décida d’imposer aux juifs un impôt redoutable, et ordonna qu’en cas de non-paiement, ils seraient tous mis à mort.
Le sort (Pour en hébreu) devait décider du jour d’application du décret. L’intervention d’Esther auprès du roi permit de renverser la situation : Haman fut pendu et remplacé par Mardochée qui fut autorisé à en user envers les ennemis des juifs comme il avait été prévu d’en user avec eux. Et, au jour même que le sort avait désigné pour être celui de leur mort, les juifs allèrent tuer leurs ennemis.

Quelques dizaines ? Non, des dizaines de milliers – le Livre d’Esther dit 75 000 – d’hommes, de femmes et d’enfants furent passés au fil de l’épée. Le lendemain du massacre, satisfaits de ce retournement des sorts (pourim), les juifs organisèrent un grand festin de réjouissance qui se commémore tous les ans, entre février et mars, à peu près au même moment que Mardi gras.

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

149 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2396306
    Le 26 février 2020 à 08:43 par listener
    Pourim et Mardi gras : deux fêtes comparables ?

    La comparaison entre fêtes juive et chrétienne est possible mais il ne faut pas oublier la reprise par le christianisme de fêtes romaines anciennes. Puisque nous sommes à quelques jours de la "Saint-Valentin", rappelons que cette fête renvoie aux férial romain et a des origines très anciennes et assez mystérieuses sur lesquels les savants y perdent un peu leur latin..

    La Saint Valentin (fête devenue un peu niaise des "amoureux") a pris la place de la fête des Lupercales pas du tout niaise et assez épicée. C’est une fête de purification qui avait lieu à Rome du 13 au 15 février, c’est-à-dire à la fin de l’année romaine, qui commençait le 1er mars.

    Le dictionnaire en ligne précise : "Les luperques, prêtres de Faunus, sacrifiaient un bouc à leur dieu dans la grotte du Lupercal (au pied du mont Palatin) où, selon la légende, la louve avait allaité Romulus et Rémus, après avoir découvert les deux jumeaux sous un figuier sauvage (le Ficus Ruminalis) situé devant l’entrée de celle-ci, avant qu’ils ne soient recueillis et élevés par le berger Faustulus et son épouse Acca Larentia, une prostituée surnommée lupa (en latin la « louve ») par les autres bergers de la région.

    Deux jeunes hommes, vêtus uniquement d’un pagne en peau de bouc, assistaient à la cérémonie. Le prêtre sacrificateur leur touchait le front de son couteau. Le sang ainsi répandu était essuyé par un flocon de laine trempé dans du lait. À ce moment-là, les jeunes gens devaient rire aux éclats, puis courir dans toute la ville de Rome. Ils étaient armés de lanières, taillées dans la peau du bouc sacrifié, avec lesquelles ils fouettaient les femmes rencontrées sur leur passage et qui souhaitaient avoir un enfant dans l’année, afin de les rendre fécondes".

    "En 494, le pape Gélase Ier interdit cette fête païenne qui était toujours pratiquée de façon festive, aussi bien par les chrétiens que par les non chrétiens, mais sans sacrifices rituels. Pour faire cesser cette pratique populaire, il écrivit une lettre véhémente à tous les chrétiens. Il choisit saint Valentin comme saint patron des fiancés et des amoureux, et décréta que cette date, le 14 février, lui serait consacrée.

    Donc une magnifique festivité populaire et rigolarde au cours de laquelle des femmes étaient fouettées publiquement par des jeunes hommes nus de bonnes familles a dégénéré en occasion de don de petits bouquets entre fiancées timides, en fête de bisous bisous ! Merde.

    Revenons vite aux sources pures de la tradition !

     

    Répondre à ce message

  • #2396613
    Le 26 février 2020 à 19:48 par Pastounak
    Pourim et Mardi gras : deux fêtes comparables ?

    Quand on pense à tout le mal qu’ils se sont donné pour empêcher les Allemands de pouvoir fêter leur pourrim. C’est écoeurant..

     

    Répondre à ce message

  • #2675295
    Le 26 février à 14:57 par lila bleu
    Pourim et Mardi gras : deux fêtes comparables ?

    La fête de la Hanouka prétend s’appeler la fête des lumières et veut supplanter la fête des lumières à Lyon du 8 décembre qui célèbre depuis des siècles la protection de la ville contre la peste grâce à la vierge Marie et qui est devenue un véritable festival de création lumières attirant les foules chaque année. C’est le grand remplacement religieux toujours par les mêmes.

     

    Répondre à ce message

  • #2675348
    Le 26 février à 16:59 par Thyrr
    Pourim et Mardi gras : deux fêtes comparables ?

    Pour résumer, c’est l’histoire d’un complot pour genocider un peuple et en prendre le contrôle, par le moyen d’une pute.....

    Ok

    Donc absolument rien de noble n’est au cœur de cette fête satanique....contrairement aux peuples solaires du nord de l’Europe

     

    Répondre à ce message

  • #2675445
    Le 26 février à 19:03 par bypass
    Pourim et Mardi gras : deux fêtes comparables ?

    un pour tous et tous pourim !

     

    Répondre à ce message

  • #2675535
    Le 26 février à 21:18 par Fd
    Pourim et Mardi gras : deux fêtes comparables ?

    Les dernieres paroles de Julius Streicher avant de se faire assassiner par le Supremacisme Juif a Nuremberg furent :
    "Eh bien, vous l’avez votre Pourim !"
    Donc pour Mardi-Gras faudra trouver mieux. Certains cathos ne peuvent par comprendre la difference entre le Christ et le talmudisme.

     

    Répondre à ce message

  • #2675548
    Le 26 février à 21:44 par Druide
    Pourim et Mardi gras : deux fêtes comparables ?

    Sur Pourim et la tradition juive de violence envers les non-juifs, en particulier envers les chrétiens et leur crucifix, un excellent ouvrage a été publié par l’Université Princeton : Reckless Rites, par le regretté Elliott Horowitz. Il faut remercier Michael Collins Piper pour avoir analysé ce livre et attiré l’attention sur son caractère exceptionnel.

     

    Répondre à ce message

  • #2675820
    Le 27 février à 12:52 par meyer H
    Pourim et Mardi gras : deux fêtes comparables ?

    de ce que j’ai compris, Pourim devrait plutot se comparer au 28 decembre pour les chrétiens " le massacre des innocents" ......... en commémoration des nouveaux nés qu’Hérode a fait massacrer au lendemain de Noel .

     

    Répondre à ce message

  • #2675917
    Le 27 février à 15:48 par Simonpierre Delorme
    Pourim et Mardi gras : deux fêtes comparables ?

    Je n’ai pas lu les autres commentaires et sans doute d’autres l’ont déjà dit et peut-être mieux que moi. : parce que les juifs ont longtemps vécu à Babylone dans une haute civilisation, leur ’carnaval’ a sans doute intégré un certain nombre des résidus indo-européens qu’on y trouvait et qui sont partie prenante du carnaval christianisé. De la même façon qu’ils ont intégré plus tard des coutumes slaves ou orientales. Le coté festif du carnaval européen s’ajouterait donc au côté "rancunier" de la tradition juive et coexisterait avec lui.

     

    Répondre à ce message

  • #2677755
    Le 2 mars à 17:59 par Michel
    Pourim et Mardi gras : deux fêtes comparables ?

    Je vois que l’auteur a une interprétation très personnelle du livre d’Esther... il s’agit d’une part d’une demande de la mise à mort des juifs et non d’un simple impôt et d’autre part non pas du "retournement" des sorts mais de la fête des sorts car en effet la date de mise a mort devait être tirée au sort comme cela se faisait en ce temps en Perse.

    En esperant avoir repondu aux attentes du moderateur. Ne seront donc acceptés que les commentaires argumentés et constructifs rédigés dans un français correct

     

    Répondre à ce message

    • #2677818
      Le 2 mars à 19:39 par Kamika
      Pourim et Mardi gras : deux fêtes comparables ?

      Ok mais c pas le roi perse qui avait demander la mise à mort des juifs mais son ministre qui voulait par ailleurs l’assassiner pour prendre sa place !
      Et c était pas une raison pour que cette Esther qui était pourtant reine trahisse le peuple perse en faisant rentrer par milliers des juifs qui ont massacrés des dizaines de milliers de perses en une nuit !
      Cela les juifs oublient sciemment de le mentionner en public , ils s en réjouissent entre eux dans leurs maisons .
      Tout ça pour faire croire que les juifs ont toujours été victimes des autres et eux bien sûr c est les gentils comme ont le sait tous !!

       
Afficher les commentaires précédents